Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Épistémologie

Alexandre Guay et Frédéric Bouchard

Texte intégral

1Il faut toujours être prudent dans la traduction littérale d’un terme d’une langue à une autre, en particulier lorsque l’ancrage disciplinaire de ce terme diffère d’une communauté de recherche nationale à une autre. Un exemple de polysémie, important pour les STS, est la différence entre le terme « épistémologie » en français et le terme « epistemology » en anglais, du moins pour les communautés de philosophie des sciences francophones et anglophones. Tout énoncé descriptif du genre est vulnérable à des contre-exemples et risque toujours de tomber dans une anthropologie naïve et malavisée, mais nous essaierons brièvement ici d’expliquer en quoi les usages de ces termes diffèrent de manière générale.

2Dans la philosophie de langue française, l’épistémologie est, selon la définition de Godin, la « [d]iscipline philosophique traitant des conditions, de la nature, de la méthode et des résultats de la connaissance scientifique ». Lorsqu’on veut désigner l’étude philosophique de la connaissance commune ou de la connaissance en général, on dit plutôt philosophie ou théorie de la connaissance ou encore, plus rarement, gnoséologie. En anglais, le terme « epistemology » réfère exclusivement à la philosophie ou à la théorie de la connaissance alors que l’étude des sciences est plutôt nommée « philosophy of science ». Cette différence de terminologie n’est pas anodine, car elle dépend implicitement de l’interprétation dominante que l’on donne au terme epistêmê, la racine grecque d’épistémologie. En France, ce terme renvoie plutôt à la science, tandis que dans le monde anglophone, on l’interprète généralement comme renvoyant au savoir ou à la connaissance. L’interprétation française suggère que la connaissance scientifique pourrait être de nature différente que celle associée à la vie ordinaire, qui elle référerait à gnôsis en grec. Une telle rupture fut d’ailleurs défendue, bien avant Thomas Kuhn, par, entres autres, Gaston Bachelard. Les anglophones, en ne distinguant pas systématiquement la science de la connaissance en général, suggèrent une continuité entre connaissance ordinaire et connaissance scientifique (voir Science).

3Un constat de cette démarcation dans l’usage peut être trouvé dans les manuels d’introduction, les cours et les descriptions de postes. Ainsi, un manuel d’Introduction to epistemology traitera, par exemple, des conditions de justification des énoncés exprimant des croyances (thème traditionnel de la théorie de la connaissance), mais ne traitera pas du critère de scientificité de Popper (thème traditionnel de la philosophie des sciences). Un manuel d’« introduction à l’épistémologie », au contraire, ne traitera pas du premier sujet en dehors de la démarche scientifique mais traitera sûrement du second. Ceci se reflète aussi dans le cursus où, en français, on parlera, par exemple, d’un séminaire sur l’épistémologie des sciences de la vie (suggérant que l’étude des sciences biologiques est un objet de l’épistémologie), alors qu’on ne trouverait pas en anglais un cours d’epistemology of the life sciences : on parlerait plutôt de philosophy of the life sciences ou de philosophy of biology. Finalement, dans le recrutement professoral américain, epistemology et philosophy of science sont deux domaines d’expertise complètement distincts alors que, lors du recrutement des maîtres de conférences en France, ils paraissent sous le même intitulé (C.N.U. Section 72, épistémologie, histoire des sciences et des techniques). Les postes en théorie de la connaissance, quant à eux, sont affichés dans une autre section disciplinaire (C.N.U. Section 17, philosophie).

4On peut relever une autre différence connexe. En anglais, on parle de philosophy of science, suggérant que la science constitue un phénomène unifié (notons le singulier de « science ») alors qu’en français, la dimension plurielle des sciences est préférée dans l’expression « philosophie des sciences ». Sans tomber dans une sémiologie hasardeuse, on pourrait suggérer qu’en français, l’épistémologie des sciences (expression redondante en français), de par sa préférence méthodologique pour les explications ancrées dans l’histoire de la pratique scientifique, a été plus marquée par l’hétérogénéité des pratiques scientifiques. Inversement, la philosophy of science, en vertu de son héritage provenant de l’empirisme logique, a tenu à souligner l’uniformité, réelle ou perçue, des pratiques scientifiques (voir Philosophie des sciences).

5Notons finalement que l’anglicisation croissante des publications semble encourager progressivement un glissement du sens anglais du terme epistomology en français. Il est ainsi de plus en plus fréquent que les deux termes soient utilisés de manière interchangeable.

Bibliographie

Bachelard, Gaston (1934), Le nouvel esprit scientifique, Paris, F. Alcan.

Bitbol, Michel et Jean Gayon (dir.) (2006), L’épistémologie française (1830-1970), Paris, PUF.

Chalmers, Alan (1987), Qu’est-ce que la Science ? Popper, Kuhn, Lakatos, Feyerabend, Paris, La Découverte.

Godin, Christian (2004), « Épistémologie », Dictionnaire de philosophie, Paris, Fayard.

Nadeau, Robert (1999), Vocabulaire technique et analytique de l’épistémologie, Paris, PUF.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search