Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Économie de l’innovation : innovation, croissance et productivité

Petr Hanel

Texte intégral

1L’innovation est la force dynamique qui change l’économie en fournissant de nouveaux produits et procédés de production. La diffusion d’innovations améliore la productivité, condition nécessaire pour la croissance d’une économie au-delà des limites imposées par la disponibilité de la main-d’œuvre (voir Économie, science et technologie et Impacts économiques).

2L’innovation peut prendre trois formes : l’introduction sur le marché d’un produit ou service nouveau ou amélioré ; l’introduction sur le marché ou dans la production pour le marché d’un procédé de production nouveau ou amélioré (y compris une amélioration de l’organisation de l’entreprise ou des activités de marketing) ; une combinaison des deux. Dans le premier cas, l’innovation augmente la productivité par l’augmentation de la quantité et/ou de la qualité des produits mis sur le marché, sans changement de la quantité et de la qualité des intrants. Dans le second cas, le produit ne change pas mais l’innovation de procédé de production réduit la quantité et/ou la qualité des intrants requis, et donc le coût de production. Le troisième cas est la combinaison des deux cas précédents. La production d’un nouveau produit (ou service) utilise d’habitude un nouveau procédé de production (voir Gestion de la technologie).

3L’impact positif de l’innovation sur la croissance économique provient du fait que grâce à la diffusion de nouvelles technologies, l’économie devient plus productive (voir Externalités de la R-D). La productivité est une mesure de l’efficacité de la transformation des facteurs de production ou intrants (le travail, le capital et autres intrants) en la production d’un bien ou d’un service. La mesure la plus commune de la productivité est la « productivité au travail », soit le rapport de la valeur ajoutée au nombre d’heures travaillées ; elle est déterminée par l’intensité d’utilisation du capital, la composition et la qualité de la main-d’œuvre et par la « productivité globale des facteurs » (productivité multifactorielle). La productivité globale des facteurs est le rapport de la valeur ajoutée au volume des deux facteurs capital et travail. Elle est en grande partie déterminée par la diffusion des innovations dans l’économie (voir Diffusion de la technologie).

4Dans la mesure où l’innovation fait augmenter la productivité, le pays, la région ou l’entreprise peuvent connaître une croissance économique plus rapide, même sans augmentation de ressources humaines et matérielles engagées dans la production. L’importance de l’innovation en tant que source de croissance de la productivité a été démontrée par Robert Solow en 1957 : analysant la croissance de l’output de l’économie américaine de 1909 à 1949, Solow a décomposé les sources de la croissance entre le capital, le travail et le progrès technologique. Le résultat surprenant de son étude était que la croissance de l’emploi et du capital n’expliquaient qu’une petite fraction (12,5 %) de la croissance observée du PIB. Trouvant la majeure partie de la croissance non expliquée par le modèle, Solow en a conclu qu’il s’agissait de la contribution du progrès technologique, c’est-à-dire du résultat cumulatif de la diffusion de nouvelles connaissances et d’innovations. Les résultats de Solow, qui lui ont valu le prix Nobel d’économie en 1987, ont été reproduits dans de nombreux pays, pour des périodes différentes et par des méthodes statistiques plus sophistiquées (voir Approches d’entrée-sortie).

5Toutefois, le modèle de Solow n’a pas expliqué l’origine de la croissance de la productivité globale des facteurs. Le progrès technologique reste un facteur exogène et, en réponse au modèle de Solow, Paul Romer a proposé en 1986 le « modèle de croissance endogène ». Dans ce modèle, la croissance est le résultat de quatre facteurs-clés, à savoir les rendements d’échelle, le capital humain, l’action publique et l’innovation. L’innovation est alors vue comme une activité à rendement croissant qui augmente le stock de connaissances, le « débordement » de ces connaissances finissant par être bénéfique pour tous. Les firmes étant sur ce point interdépendantes, la « course à l’innovation » de chaque firme bénéficie à l’ensemble des firmes et tire l’économie vers la croissance.

6L’effet positif de l’innovation sur la productivité à l’échelle de l’entreprise a été analysé et démontré par plusieurs auteurs. Le modèle le plus influent aujourd’hui est celui de Crépon et de ses collaborateurs, souvent appelé le modèle CDM. Ce modèle a notamment inspiré la réalisation d’études similaires dans dix-huit pays de l’OCDE, dont le Canada. Le modèle canadien élargi confirme que les entreprises qui enregistrent des ventes liées à l’innovation plus élevées par employé ont une productivité du travail plus élevée, même en tenant compte de la taille de l’entreprise, de l’utilisation du capital humain et physique et de la productivité du travail en début de période. Des études antérieures ont démontré l’effet positif de l’investissement en R-D, le facteur principal de l’activité innovatrice, sur la croissance et la productivité au sein des industries et de plusieurs économies nationales, y compris du Canada.

Bibliographie

Baldwin, John, R. et P. Hanel (2003), Innovation and Knowledge Creation in an Open Economy, Cambridge University Press, 512 p.

Crépon, B., E. Duguet et J. Mairesse (1998), «Research, Innovation, and Productivity: An Econometric Analysis at the Firm Level», Economics of Innovation and New Technology, vol. 7, p. 115-158.

Hall, B. H., J. Mairesse et P. Mohnen (2010), Measuring the returns to R&D, Washington, NBER Working Paper n° 15622, www.nber.org/papers/w15622.

Kaci, M. (2006), Comprendre la productivité : un précis, Statistique Canada, Division de l’analyse microéconomique, cat.15-206-XIF.

OCDE (2009), Innovation in Firms – A Microeconomic Perspective, Paris, OCDE.

Romer, P. (1990), «Endogenous Technological Change», Journal of Political Economy, vol. 95, p. 71-102.

Solow, R. (1957), «Technical Change and the Aggregate Production Function», The Review of Economics and Statistics, vol. 39, n° 3, p. 312-320.

Therrien, P. et P. Hanel (2011), «Innovation and Productivity: Summary Results for Canadian manufacturing establishments», International Productivity Monitor, vol. 22, p. 11-28.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search