Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Discipline

Julien Landry

Texte intégral

1Dans son sens courant, la notion de discipline sert à classifier les aires de connaissance qui découpent le monde et son étude. Ainsi conçues, les disciplines forment des corpus de connaissances fondés sur un classement de la nature et une division du travail scientifique. Cette représentation des divisions disciplinaires, qui repose sur des configurations abstraites et par ailleurs incertaines, ignore toutefois souvent la matérialité et l’historicité de ces unités d’organisation des sciences modernes. Elle peint aussi un portrait idyllique qui ignore les hiérarchies, les conflits et les contradictions qui accompagnent la formation de disciplines.

2Les auteurs en STS se veulent généralement en rupture avec certains aspects de cette définition usuelle, mais le sens de cette rupture varie selon les points de vue. La place octroyée aux aspects pratiques, cognitifs et organisationnels du concept, notamment, diffère d’un auteur à l’autre. Trop souvent, en fait, la conceptualisation des disciplines demeure confuse. Ainsi, plusieurs thèses sur la « professionnalisation » des disciplines tendent à confondre en une seule entité organisation sociale et systématisation des règles de production du savoir (voir Professionnalisation de la science). Par contraste, d’autres parlent de la discipline uniquement comme d’un corpus de connaissances, qui ferait l’objet d’une tension entre sa transmission par l’enseignement et son renouvellement par la recherche : une définition trop abstraite met alors la matérialité de la discipline en sourdine. Un problème similaire naît d’approches constructivistes et d’études de laboratoires qui entendent examiner les multiples sites de la « science en action » comme si celle-ci pouvait être divorcée de sa structure organisationnelle.

3Un travail de clarification s’impose pour mieux décrire les interactions entre les activités de connaissance et les formes organisationnelles qui permettent leur reproduction. Des auteurs comme Gingras ou Guntau et Laitko parlent de pratiques scientifiques qui peuvent ou non faire l’objet d’une institutionnalisation. Dans la même veine, Whitley conçoit la discipline comme une innovation institutionnelle pour organiser et reproduire les champs de recherche qui structurent l’appropriation collective de domaines intellectuels. Lenoir, lui, distingue les programmes de recherche, qui organisent les champs d’études autour de problématiques particulières, et les programmes disciplinaires, qui établissent les assises institutionnelles, les canaux de diffusion et les clients (universitaires ou non) nécessaires à l’organisation et à la reproduction d’un champ de recherche.

4À bien des égards, la notion de discipline gagne en clarté lorsqu’on la conçoit dans une perspective historique, comme une manière particulière d’organiser la production, la transmission et la diffusion des connaissances savantes qui émerge avec l’institutionnalisation de la recherche dans les universités à partir du 19e siècle (voir Université). Plutôt qu’un trait « naturel » de la science, la discipline est donc une forme spécifique, qui se caractérise par son assise dans l’autorégulation et l’autoreproduction d’une communauté de pairs à la fois producteurs, diffuseurs et consommateurs de connaissances. On ne peut donc institutionnaliser une discipline qui serait préexistante : on devient une discipline en s’institutionnalisant. Historiquement, la diffusion du modèle universitaire prussien (qui introduit la recherche dans les universités), la circulation d’équipements spécialisés et l’émergence de revues disciplinaires ont été des éléments centraux de l’organisation sociale des disciplines.

5La discipline scientifique ainsi considérée présente de multiples visages. L’un est l’imbrication de la recherche et de l’éducation dans une même structure, qui assure à la fois la reproduction du corps scientifique et le renouvellement du champ de connaissance. La capacité de la discipline à s’autoreproduire par l’enseignement est d’ailleurs un thème-clef dans l’étude sociale de la régulation des sciences. Par l’évaluation, la formation et la sélection, la discipline incorpore le pouvoir de « discipliner », faisant écho aux techniques de contrôle des sociétés modernes décrites par Foucault (voir Évaluation par les pairs). Selon les auteurs, la matière inculquée se présente comme un corpus de connaissances ou de valeurs, comme un système d’activité, une culture technique et discursive, ou une définition des enjeux et des exigences imposés par les acteurs dominants de la discipline (voir Champ et Paradigme).

6Un autre visage est la constitution de revues et d’associations disciplinaires, qui assure un support à la diffusion des connaissances et permet de coordonner une communauté de savants. Le contrôle qu’exerce cette communauté se répercute sur la distribution des espaces de publication, des prix et des subventions de recherche. Les pairs se font juges de la valeur d’une découverte, en la reprenant ou non dans leurs propres travaux. C’est l’originalité d’un discours qui permet de lui conférer le statut d’une réelle contribution. Cette originalité, selon Bourdieu et Whitley, est cependant limitée, voire contrôlée, car elle doit être reconnue comme valide et intéressante par des compétiteurs dans le champ de recherche. À partir du 19e siècle, cette forme de compétition se développe dans les champs de recherche disciplinaires.

7Le rôle des sciences dans les guerres du 20e siècle et l’émergence de politiques scientifiques nationales ont favorisé le développement autonome des disciplines. De l’avis de plusieurs, par contre, de nouvelles tendances seraient présentement à risque de dépouiller les disciplines de leur capacité d’autorégulation. La diminution relative du financement public et l’intérêt croissant pour l’innovation nourrissent une augmentation relative de la recherche orientée vers l’application et des interactions plus intenses entre l’université et l’industrie (voir Financement de la science et Systèmes d’innovation).

8Les écrits sur ces transformations prophétisent parfois la venue d’un nouveau mode d’organisation des sciences, axé sur une recherche transdisciplinaire inscrite dans des sites hétérogènes et des contextes d’application qui transforment les critères d’évaluation et de contrôle (voir Interdisciplinarité). Or, cette analyse est contestée. Les changements dans les habitudes de financement varient selon les nations et n’influencent pas toutes les disciplines de la même façon. De plus, le gros de la production scientifique et de la socialisation à la recherche demeure attaché aux universités et à des standards développés en contexte disciplinaire. Les logiques de production, de diffusion, d’évaluation et de transmission de connaissances instituées avec l’émergence des disciplines sont donc loin d’être révolues, même en contexte interdisciplinaire. La discipline demeure une unité d’analyse pertinente pour mesurer l’étendue des transformations en cours dans le système des sciences.

Bibliographie

Bourdieu, Pierre (1975), « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison », Sociologie et sociétés, vol. 7, n° 1, p. 91.

Fabiani, Jean-Louis (2006), « À quoi sert la notion de discipline », dans Jean Boutier, Jean Claude Passeron, et Jacques Revel (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 1134.

Foucault, Michel (1975), Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Gibbons, Michael, Camille Limoges, Helga Nowotny, Simon Schwartzman, Peter Scott et Martin Trow (1994), The New Production of Knowledge: The Dynamics of Science and Research in Contemporary societies, Sage Publications.

Gingras, Yves (1991), « L’institutionnalisation de la recherche en milieu universitaire et ses effets », Sociologie et sociétés, vol. 23, n° 1, p. 41.

Godin, Benoit et Yves Gingras (2000), «The place of universities in the system of knowledge production», Research Policy, vol. 29, n° 2, p. 273-278.

Goldstein, Doris S. (1983), «The Professionalization of History in Britain in the Late Nineteenth and Early Twentieth Centuries», Storia della Storiografia, vol. 3, p. 326.

Guntau, Martin et Hubert Laitko (1991), «On the Origin and Nature of Scientific Disciplines», dans William R. Woodward et Robert S. Cohen (dir.), World Views and Scientific Discipline Formation, coll. «Boston Studies in the Philosophy of Science 134», Pays-Bas, Springer, p. 17-28.

Hessels, Laurens K. et Harro van Lente (2008), «Re-thinking new knowledge production: A literature review and a research agenda», Research Policy, vol. 37, n° 4, p. 740-760.

Knorr-Cetina, K. (1999), Epistemic Cultures: How the Sciences Make Knowledge, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Leclerc, Michel (1989), « La notion de discipline scientifique », Politique, n° 15, p. 23.

Lenoir, Timothy (1997), Instituting Science: The Cultural Production of Scientific Disciplines, Stanford University Press.

Whitley, Richard (2000), The Intellectual and Social Organization of the Sciences, 2e édition, Oxford University Press.

Auteur

Doctorant en Science, technologie et société, Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search