Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Développement et technologie

Khelfaoui Hocine

Texte intégral

1La notion de développement est étroitement liée aux politiques de rattrapage économique menées avec plus ou moins de succès par les pays dits sous-développés. Dans nombre de ces pays, l’objectif de développement est associé à celui d’industrialisation, perçue, dans un passé récent, comme l’unique moyen de se développer. Cette association d’idées tend pourtant à se dissiper car, l’offre ayant excédé la demande solvable, la production qualitative fondée sur l’innovation technologique l’emporte sur la reproduction quantitative. Allant au-delà de la notion de croissance utilisée en sciences économiques, la notion de développement intègre par ailleurs des dimensions sociales et culturelles.

2Dès lors, la notion de développement se mesure au rythme du renouvellement technologique. Matérialisation d’une invention ou d’une transformation qualitative, la technologie nait de l’innovation. Cependant, la technologie ne peut se développer si le processus de création se limite à des énoncés théoriques et pratiques qui, pouvant aller jusqu’aux prototypes, ne se traduisent pas en produits marchands. Par exemple, dans les pays « sous-développés », des centres de recherche et même des entreprises parviennent à des inventions scientifiquement solides mais, après cette étape, voient le processus d’innovation, qui implique des changements socio-organisationnels, se heurter à des rigidités politiques. Les termes « développement » et « technologie » sont donc indissociables de l’innovation. Des programmes de « transfert de technologie » ont certes permis à des pays acquéreurs d’utiliser des technologies de pointe, mais ces derniers restent dépendants des créateurs. Michel de Certeau souligne la difficulté d’« embrayer » pour passer de l’utilisation passive et individuelle à l’appropriation active et collective, des normes prescrites aux pratiques sociales autonomes.

3L’antagonisme entre les normes prescrites et les pratiques sociales peut se trouver doublement amplifié. Il l’est, d’une part, par le décalage entre le « système sociotechnique », surtout s’il est importé, et le milieu social local. Il l’est, d’autre part, par la persistance d’un imaginaire inhibant, marqué par une certaine tendance à déifier la technologie. Entretenue de l’extérieur, la technologie tend alors à s’imposer comme une entité a-historique, indépendante de soi et fondée sur un individu ne jouissant pas de cette « autonomie responsable », nécessaire à la création, dont parle Cornelius Castoriadis. Bourdieu en met à nu le sens profond : tandis que les dirigeants s’épuisent à « mettre en forme » les « règles du jeu », les agents sociaux se chargent de « mettre les formes » qui sont « autant de jeux avec la règle du jeu ».

4Se situant dans le contexte de la domination économique et de la mondialisation, des auteurs mettent en cause le concept même de « développement ». Pour Serge Latouche, Bernard Hours et d’autres, le développement, surtout celui des « pays riches assurant l’essor des pays pauvres », n’a plus de sens. L’opposition entre « développement » et « sous-développement » tendrait plutôt à disparaître, tous les pays du monde étant « en développement » et donc en compétition féroce. Selon Latouche, la dérégulation et la déréglementation ont supprimé toute contextualisation et laissé la porte ouverte à une américanisation du monde sous couvert d’une « mondialisation mystificatrice ». Dans les pays de la périphérie, le capitalisme mondialisé a mis fin au mode de vie traditionnel qui assurait l’équilibre social, sans pour autant générer de nouvelles formes de sociabilités locales. Plongées dans le désarroi, à la recherche d’un soi-même introuvable, les sociétés de la périphérie se lancent dans de perpétuelles guerres civiles, médiatiquement célébrées sous la belle appellation de « printemps ».

Bibliographie

Amin, S., H. Ben Hammouda et B. Founou-Tchuigoua (1995), Afrique et Monde Arabe. Échec de l’insertion internationale, Forum du Tiers-Monde, L’Harmattan.

Bourdieu, P. (1986), « Habitus, code et codification », Actes de la recherche en sciences sociales, septembre, p. 40-44.

Castoriadis, C. (1975), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

Certeau, M. de (1990), L’invention du quotidien, tome 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard.

Emery, F. E. et E. L. Trist (1960), « Sociotechnical Systems », dans C. W. Churchman et M. Verhurst (dir.), Management Science, Models and Techniques, Londres, Pergamon Press, vol. 2, p. 83-97.

Hours, B. (1998), L’idéologie humanitaire ou le spectacle de l’altérité perdue, L’Harmattan.

Latouche, Serge (1985), Faut-il refuser le développement ?, PUF.

— (2003), « Les mirages de l’occidentalisation du monde », Le Monde diplomatique, novembre.

Rist, G. (1996), Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po.

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search