Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Controverse

Élisabeth Gauthier et Yves Gingras

Texte intégral

1Dans la langue courante, une controverse est un désaccord entre des acteurs qui provoque une discussion, une dispute. Dans le champ des études sur les aspects sociaux des sciences et des technologies, il est utile de distinguer deux types-idéaux de controverses, soit les « controverses scientifiques » et les « controverses publiques ».

2Les controverses scientifiques se déroulent dans un espace relativement clos, le champ scientifique, et opposent des experts reconnus d’une même discipline ou d’un même domaine de recherche (chimie, physique, sociologie, nanotechnologie, etc.) sur des éléments de contenu ou de méthode, des faits, des hypothèses ou des théories (voir Champ). Les acteurs en présence ont le plus souvent des formations homogènes car ils font partie de la même discipline et partagent ainsi un certain vocabulaire technique et la connaissance tacite des règles du jeu (voir Discipline et Paradigme). Ainsi, le débat est en général relativement bien encadré et limité et finit par mener, à court ou moyen terme, à un consensus au sein de la discipline ou du domaine de recherche. C’est d’ailleurs le caractère relativement fermé et homogène des champs scientifiques qui assure ce contrôle relatif du déroulement des débats, les agents trop déviants ou remettant en cause trop d’acquis au même moment étant souvent rejetés à l’extérieur et exclus du champ (voir Évaluation par les pairs). Ainsi, les débats entourant l’existence de particules élémentaires nommées « quarks » ou la quantité de neutrinos produite par le Soleil se sont déroulés au sein de petits groupes de chercheurs spécialisés dans ces domaines et se sont tenus dans des revues spécialisées, sans que le « public » ne s’y intéresse vraiment, et encore moins y participe activement.

3Au contraire, les controverses publiques font intervenir une diversité d’acteurs – groupes de pression, citoyens, représentants politiques, entreprises, médias. Ces acteurs possèdent des savoirs très diversifiés et ne partagent pas nécessairement de normes communes. Les controverses publiques sont peu encadrées, donc peu prévisibles dans leur déroulement. Aucune règle commune d’évaluation ne s’applique à l’ensemble des acteurs en présence et la convergence vers un consensus est d’autant moins probable, comparativement à ce que l’on observe dans les débats scientifiques, que les débats publics font toujours intervenir des points de vue idéologiques, politiques, religieux ou moraux qu’aucune méthode spécifique ne peut vraiment trancher. Et alors que les controverses scientifiques se déroulent avant tout dans le petit monde des revues savantes spécialisées, peu accessibles au citoyen ordinaire, les controverses publiques occupent au contraire l’espace public via les médias habituels que sont les journaux, magazines, émissions de radio et de télé et maintenant les sites Internet, blogues et autres fils Twitter.

4Il n’existe pas de mode standard de déclenchement d’une controverse publique. Celle-ci peut être lancée par un acteur remettant en question un consensus scientifique, comme ce fut le cas de la controverse entourant l’usage du DDT, ou encore naître d’une controverse scientifique et s’étendre à un espace social plus large parce que l’objet du litige touche à des intérêts extérieurs au champ scientifique. Pensons aux controverses entourant la reproduction médicalement assistée ou les impacts environnementaux de l’exploitation des gaz de schiste (voir Risques technologiques et Normes et standards). Enfin, elle peut surgir malgré l’existence d’un consensus scientifique, comme la controverse aux États-Unis sur l’enseignement de la théorie de l’évolution de Darwin.

5Tout comme l’étude de la déviance permet de mettre en évidence des règles sociétales souvent implicites et surtout invisibles en temps normal, de même les controverses scientifiques rendent visibles la dynamique sociale des échanges entre scientifiques et les règles qu’ils tiennent souvent pour acquises sans toutefois toujours les appliquer. Les controverses publiques constituent quant à elles des occasions d’observer les multiples filtres qui interviennent entre la production d’un savoir dit « scientifique » et sa réception dans l’espace public, c’est-à-dire en dehors du petit monde des savants spécialistes de la question (voir Professionnalisation de la science). Elles montrent aussi que ce qui est présenté comme « scientifique » par les uns est plutôt perçu comme « politique » ou « idéologique » par les autres (voir Scientisme et politique). Toutes ces controverses créent ainsi, comme par inadvertance, des fenêtres d’observation sur la science et ses acteurs et sur la façon dont les médias les représentent et les citoyens les comprennent (voir Communication publique des sciences et des technologies).

Bibliographie

Callon, M., P. Lascoumes et Y. Barthe (2001), Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Ceccarelli, L. (2011), «Manufactured Scientific Controversy: Science, Rhetoric, and Public Debate», Rhetoric & Public Affairs, vol. 14, n° 2, p. 195-228.

Chateauraynaud, F. et D. Torny (1999), Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’École des hautes études en science sociale.

Engelhardt, H. T. et A. L. Caplan (dir.) (1987), Scientific Controversies: Case Studies in the Resolution and Closure of Disputes in Science and Technology, Cambridge University Press.

Lahsen, M. (2005), «Technocracy, democracy, and U.S. climate politics: the need for demarcations», Science, Technology and Human Values, vol. 30, p. 137-169.

Martin, B. et E. Richards (1995), «Knowledge, controversy and public decision making», dans S. Jasanoff, G. E. Markle, J. C. Petersen et T. Pinch (dir.), Handbook of Science and Technology Studies, Londres, Sage Publications, p. 506-526.

Mulkay, M. (1997), The Embryo Research Debate. Science and the Politics of Reproduction, Cambridge University Press.

Nelkin, D. (1992), Controversy. Politics of Technical Decisions, 3e éd., Londres, Sage Publications.

Raynaud, D. (2003), Sociologie des controverses scientifiques, Paris, PUF.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access