Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Constructivisme social

Mathieu Marion

Texte intégral

1Le terme « constructivisme social » recoupe de nombreuses thèses en philosophie et sociologie des sciences, portant sur une grande variété de sujets comme le genre ou les quarks. Ces thèses ont leur origine en sociologie des sciences, à la fois dans la critique de l’approche internaliste par Thomas Kuhn, dans le courant de l’ethnométhodologie de Latour et Woolgar ou dans le « programme fort » de l’école d’Édimbourg (voir Paradigme et Sociologie des sciences). Les sources philosophiques sont aussi variées, allant de la phénoménologie à la philosophie française, Foucault en particulier, et à Wittgenstein (voir Philosophie des sciences).

2Le constructivisme social procède à la fois d’une défiance à l’égard de la vérité et de la thèse selon laquelle il existerait plusieurs manières de connaître le monde qui seraient radicalement différentes quoique d’égale prétention à la validité. Selon Ian Hacking, pour un X quelconque présentement tenu pour acquis, le constructivisme social s’oppose à la thèse de son inévitabilité, en soutenant plutôt que X pourrait ne pas être ou n’est en rien déterminé. Un argument « généalogique » à l’appui de la thèse que X pourrait ne pas être consiste à démontrer l’origine historique de X, de manière à exposer sa genèse et les contingences qui ont pu l’entourer. Hacking souligne toutefois que conclure, de cette origine historique, à l’absence de nécessité de X est un non sequitur : la réalité peut rendre vraie de façon nécessaire la théorie de la gravitation même si celle-ci a une origine historique.

3En fait, la thèse selon laquelle nos concepts ont une origine sociale est triviale en soi : le constructivisme social n’aurait aucun mordant s’il s’y limitait. Aussi les constructivistes font-ils appel à un argument contrefactuel selon lequel l’accord de la communauté scientifique précède et crée les « faits » : les choix des scientifiques ne seraient donc pas spécialement contraints par une réalité indépendante et « objective » (voir Histoire des sciences et Relativisme).

4Cette forme d’idéalisme ouvre la porte au relativisme de la connaissance. Toujours selon Hacking, les défenseurs du constructivisme social proposent souvent, pour des raisons d’ordre politique, de se débarrasser d’un X dont on aura montré qu’il est socialement construit. Toutefois, des cas comme le recours à cette posture épistémologique par ceux qui nient l’existence du réchauffement global, en montrant sa « construction sociale » par la communauté scientifique, ont conduit certains constructionnistes, comme Bruno Latour, à repenser leur stratégie intellectuelle (voir Controverse).

Bibliographie

Berger, P. L. et T. Luckmann (1967), The Social Construction of Reality. A Treatise in the Sociology of Science, New York (NY), Anchor Books.

Bloor, D. (1983), Wittgenstein. A Social Theory of Knowledge, New York (NY), Columbia University Press.

— (1991), Knowledge and Social Imagery, 2e édition, University of Chicago Press.

Boghossian, P. (2006), The Fear of Knowledge. Against Relativism and Constructivism, Oxford, Clarendon Press. Traduction française : La peur du savoir. Sur le relativisme et le constructivisme de la connaissance, Marseille, Agone, 2009.

Hacking, I. (1999), The Social Construction of What ?, Cambridge (MA), Harvard University Press. Traduction française : Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2008.

Kuhn, T. (1996) [1962]), The Structure of Scientific Revolutions, 3e édition, University of Chicago Press, Traduction française de la 2e édition : La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

Kukla, A. (2000), Social Constructivism and the Philosophy of Science, Londres, Routledge.

Latour, B. (2004), «Why has critique run out of steam? From matters of fact to matters of concern», Critical Inquiry, vol. 30, p. 225-248.

Latour, B. et S. Woolgar (1986 [1979]), Laboratory Life. The Construction of Scientific Facts, Princeton University Press. Traduction française : La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988.

Lorber, J. et S. A. Farrell (1991), The Social Construction of Gender, Newbury Park (CA), Sage Publications.

Nelson, A. (1994), «How could facts be socially constructed?», Studies in History and Philosophy of Science, vol. 25, p. 535-547.

Pickering, A. (1984), Constructing Quarks: A Sociological History of Particle Physics, Edinburgh University Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search