Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Construction sociale des technologies

Pierre Doray

Texte intégral

1Pinch et Bijker s’inscrivent de plain-pied dans le changement de paradigme qui a posé comme objet principal la production sociale des technologies plutôt que l’analyse des impacts sociaux des technologies (voir Technologie et Déterminisme technologique). Ils ont proposé dès 1982, à l’occasion d’un colloque à l’Université Twente, l’approche SCOT (pour Social Construction of Technology ou « construction sociale des technologies ») dans l’esprit d’un rapprochement avec l’approche dite EPOR (pour Empirical Program of Relativism) proposée par Harry Collins en 1981.

2Globalement, le modèle SCOT considère la technologie comme une boîte noire dans laquelle il faut entrer afin de saisir comment le social a influencé son élaboration ou son modelage. Ainsi, le succès d’une technologie ne doit donc pas dépendre de ses qualités intrinsèques, celles-ci étant justement en élaboration. Une technologie est donc considérée comme un assemblage produit à la suite d’un processus de sélection entre différentes options possibles. L’analyse de la constitution de l’artefact phare du modèle SCOT, la bicyclette, est particulièrement intéressante à cet égard. Les auteurs distinguent trois moments analytiques.

3Le premier consiste à repérer les différentes représentations et interprétations portées par divers « groupes significatifs » (relevant groups), c’est-à-dire des groupes qui participent au débat pour attribuer des significations spécifiques à un objet en élaboration. Il s’agit de mettre en évidence la flexibilité interprétative dont font montre différents acteurs, individuels ou collectifs, regroupements formels ou informels, au cours de la construction d’un artefact. Se jouent, dans cette « controverse », des visions différentes de l’usage de l’artefact, des correspondances diverses entre l’objet matériel et la signification que des groupes sociaux attribuent à l’objet, et la constitution matérielle des objets. Les différences, les oppositions ou les conflits en œuvre peuvent être de différentes natures : exigences techniques différentes voire contradictoires entre les différents groupes, solutions différentes pour « régler » un problème donné, conflits entre des normes morales ou socioculturelles et l’usage possible de l’objet (voir Théorie de l’acteur-réseau).

4La seconde étape analytique consiste à cerner et décrire les processus de fermeture ou de clôture des débats (closure) et de fixation du design de l’artefact (stabilization of an artefact). Un premier mode est la fermeture rhétorique qui consiste à faire disparaître les problèmes, ce qui signifie que des groupes sociaux ne voient plus le ou les problèmes. Ainsi, au cours du débat, des significations ou des représentations attribuées à l’objet technique ont été façonnées de telle sorte que des consensus entre des visions différentes, voire opposées, sont établis sur le design. Un second mode est la fermeture par redéfinition des problèmes. Ainsi, une solution donnée est adoptée car bien qu’elle ne règle pas nécessairement un premier problème identifié, elle fait consensus sur un autre. En faisant cette traduction, l’adhésion d’autres groupes significatifs devient possible et le consensus pour cette solution s’étend (voir Controverse).

5Le troisième moment analytique consiste à réintroduire les contextes sociopolitiques et culturels plus larges dans l’analyse. À cet égard, ces derniers façonnent les normes et les valeurs des différents groupes qui elles-mêmes influencent la signification attribuée à un objet.

6En complémentarité à ce cadre analytique, Bijker propose un concept qui se trouve à l’interface des moments précédents : celui de cadres technologiques (technological frame). Ceux-ci sont constitués d’un ensemble d’entités comme des concepts, des théories, des savoirs tacites, des pratiques d’ingénierie, des méthodes de fabrication et de conception, des procédures de test et de manipulation, et des usages (voir Connaissance tacite et Normes et standards). Cet ensemble possède une certaine unité qui se révèle dans les interrelations entre les différents groupes significatifs, chacun d’entre eux construisant un cadre spécifique, qui produit des significations particulières attribuées à l’objet concerné (voir Objet-frontière). Dès lors, l’élaboration d’un objet peut se négocier dans les relations entre cadres portés par un ou plusieurs groupes. Ce concept articule le deuxième et le troisième moment car il permet de saisir comment l’environnement social structure l’objet. C’est le cas quand un groupe domine les relations et impose son cadre et donc son interprétation.

7Pour ses partisans, cette approche présente plusieurs avantages. Elle permet de rendre compte des technologies utilisées (celles qui ont « réussi ») autant que des échecs, restituant le principe de symétrie cher à la sociologie des sciences. Elle oblige aussi à regarder l’action de tous les acteurs et non seulement celle des ingénieurs et des techniciens. Par exemple, les cadres technologiques ne sont pas uniquement portés par ces derniers, mais aussi par des gestionnaires, des sportifs, des actionnaires, des consommateurs, etc. (voir Usager et figures de l’usager).

8Les critiques ont toutefois été vives, confrontant souvent différentes approches sociologiques (voir Sociologie des sciences). Une première porte sur la transposition des approches pour l’étude des sciences à celles portant sur les technologies. Une seconde a cherché à préciser le concept de groupe significatif, par une interrogation sur leur identification et leur apport dans le processus de sélection des composantes. Au sujet de leur identification, une question a été de savoir s’il ne faut retenir que les catégories directement impliquées dans la construction des objets ou s’il faut ouvrir davantage l’analyse (voir Catégories). Pour sa part, Russell rappelle que des groupes sociaux comme les femmes ou les fractions de classe ont une influence inégale sur le modelage des technologies car ils ont un pouvoir social inégal. Se trouve ainsi posé l’enjeu de l’usage de catégories sociales classiques (comme les classes sociales) pour comprendre le développement des technologies, par rapport à des groupes d’acteurs immédiatement mobilisés dans la construction de l’objet. Plus récemment, Humphreys a proposé de distinguer quatre catégories de groupes significatifs en fonction de leur contribution au processus de conception des objets : les producteurs, les promoteurs, les usagers et les spectateurs. Quant à l’apport des différents groupes sociaux significatifs, plusieurs commentateurs, dont Winner et Russell, ont noté qu’il ne suffit pas d’examiner leurs représentations et la signification qu’ils accordent à l’objet en construction, mais qu’il faut aussi prendre en compte leur capacité d’agir et d’influencer le processus de création. Là encore, on est ipso facto renvoyé au positionnement politique et économique des différents groupes sociaux dans la société en général.

9En ce qui concerne les mécanismes de clôture et de stabilisation, plusieurs critiques soulignent que les fermetures ou les clôtures ne sont pas irréversibles, comme l’a soutenu Bijker, mais temporaires, car un groupe social significatif peut remettre à l’ordre du jour un problème et ainsi ouvrir la controverse sur le design d’un objet. Une critique analogue a visé le concept de stabilisation (Rosen a notamment souligné la flexibilité structurelle associée à l’économie capitaliste), ce qui a conduit Bijker à introduire le concept de « degré de stabilisation » et Humphreys celui de « stabilisation structurelle » pour distinguer les situations peu porteuses de changements des situations, portant essentiellement sur les usages et le langage, où les changements sont plus prégnants.

10L’idée du renvoi à la structure sociale a aussi fait l’objet de quelques critiques. L’une estime que le modèle sous-estime le poids de cette structure dans le processus de création des objets. Par exemple, Rosen soutient que la distinction entre les trois moments est problématique dans la mesure où le troisième moment est nécessaire pour comprendre les deux premiers (voir Constructivisme social). Il évoque, en guise d’exemple, en quoi le passage à l’économie postfordiste est un facteur essentiel pour saisir le développement du vélo de montagne. Russell avait précédemment souligné l’intérêt de recourir à la théorie du procès de travail (labour process theory) pour comprendre le développement des technologies en milieu de travail (voir Diffusion de la technologie). En d’autres mots, il ne suffit pas d’une description fine ou microsociologique des controverses sur le design d’un objet pour saisir la dynamique complète de création : il faut aussi chercher à comprendre l’influence des tendances « macro », ou structurelles.

11Depuis sa première formulation, le modèle SCOT a donc contribué sur le plan théorique à saisir comment les relations sociales, voire les rapports sociaux, contribuent à la production des technologies. Il a aussi permis de fixer des balises méthodologiques pour le développement d’études de cas qui ont souligné la variété des processus de création des technologies.

Bibliographie

Bijker, Wiebe E. (1995), Of Bicycles, Bakelites and Bulbs. Toward a Theory of Sociotechnical Change, Cambridge (MA), MIT Press.

— (1993), «Do not Despair: The Is Live after Constructivism», Science, Technology and Human Value, vol. 18, n° 1, p. 113-138.

Bijker, Wiebe E., Thomas Parke Hughes et Trevor J. Pinch (dir.) (1987), The Social Construction of Technological Systems: New Directions in the Sociology and History of Technology, Cambridge (MA), MIT Press.

Bijker, Wiebe E. et John Law (dir.) (1992), Shaping Technology and Building Society, Cambridge (MA), MIT Press.

Pinch, Trevor (1996), «The Social Construction of Technology: A Review», dans Robert Fox (dir.), Technological Change. Methods and Themes in the History of Technology, Amsterdam, Harwood Academic Puplishers, p. 17-35.

Pinch, Trevor J. et Wiebe E. Bijker (1984), «The Social Construction of Facts and Artefacts: Or How the Sociology of Science and the Sociology of Technology Might Benefit Each Other», Social Studies of Science, vol. 14, n° 2, p. 399-441.

— (1986), «Science, Relativism and the New Sociology of Technology: Reply to Russell», Social Studies of Science, vol. 16, n° 2, p. 399-441.

Rosen, Paul (1993), «The social construction of Mountain Bikes: Technology and Postmodernity in the Cycle Industry», Social Studies of Science, vol. 23, n° 3, p. 479-514.

Russell, Steward (1986), «The Social Construction of Artefacts: A Response to Pinch and Bijker», Social Studies of Science, vol. 16, n° 2, p. 331-346.

Sismondo, Sergio (1993), «Some Social Constructions», Social Studies of Science, vol. 23, n° 3, p. 515-559.

Winner, Langdon (1993), «Opening the Black Box and Finding It Empty: Social Constructivism and the Philosophy of Technology», Science, Technology and Human Values, vol. 18, n° 3, p. 362-378.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search