Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Communication publique des sciences et des technologies

Bernard Schiele

Texte intégral

1L’histoire des relations entre sciences et société est à la fois celle d’une intégration croissante et celle d’une prise de conscience progressive de l’impact grandissant des sciences. Si ces impacts étaient autrefois limités, ils révolutionnent aujourd’hui tant le quotidien que les mots pour le nommer. C’est cette dynamique qui éclaire les stratégies valorisées pour rapprocher les sciences du grand public. Si l’appropriation des connaissances scientifiques est perçue depuis plus d’une quarantaine d’années comme une nécessité sociale, c’est que l’adaptation des populations à un environnement sociotechnique en renouvellement perpétuel implique de nouvelles compétences, qui sont un préalable indispensable au maintien de la capacité collective d’innovation (voir Économie de l’innovation). Cette exigence mobilise : les gouvernements redoublent d’efforts pour promouvoir l’alphabétisation scientifique du public.

2En fait, la production des connaissances scientifiques et leur publicisation ont toujours vogué de concert. Bien que la communication entre les savants présume une certaine fermeture du champ scientifique sur lui-même, et donc un refus d’échanger avec le public, cette dissociation même a fait naître l’idée d’une médiation entre les deux mondes, une volonté de faire exister les sciences dans le discours social (voir Champ et Professionnalisation de la science). La communication publique des sciences et des technologies (CPST), longtemps appelée « vulgarisation » ou « popularisation », apparaît ainsi au 19e siècle, alors que le progrès scientifique s’accélère. C’est alors que la « vulgarisation » prend son essor : comme l’indique Meadows, « on voit se multiplier non seulement les ouvrages destinés à propager les idéaux scientifiques, mais aussi les écrivains y consacrant l’essentiel de leur activité » (p. 396). À cette époque, la recherche est surtout fondamentale et l’objectif des « savants » est de rendre la nature intelligible et d’en proposer une vision unifiée (voir Science et Lois scientifiques). Cet idéal se perpétue dans la première moitié du 20e siècle, usant de la presse et des musées de science pour mettre en avant les savoirs scientifiques dans une logique d’éducation de la population. Le modèle privilégié est celui du rapport maître-élève : les scientifiques jouent à la fois le rôle de maîtres et de médiateurs et s’adressent à un public réputé ignorant, à qui il faut enseigner des rudiments de science pour élever son esprit et l’arracher à sa condition. L’approche est encyclopédique : l’accession au savoir est conçue comme une accumulation de parcelles de connaissances jugées essentielles pour quiconque se veut scientifiquement cultivé.

3Avec les années, le pouvoir radical de transformation des sciences et des techniques devient évident et les sciences sont vite mises au service du développement économique et social. Il s’agit dès lors, inversant la logique qui avait prévalu, de connaître pour innover, et non plus de connaître pour connaître en laissant à d’autres le soin de trouver des applications aux connaissances produites. Dès lors, aussi, les efforts pour élever la culture scientifique du grand public, pour le convaincre des retombées positives de la recherche et faire de lui un acteur de changement, sont considérables. Du même souffle, toutefois, il n’est plus possible de nier les problèmes qu’entraîne le nouveau poids des sciences et des technologies sur les affaires du monde. Tout se passe comme si les campagnes de valorisation de la culture scientifique s’accompagnaient d’une poussée d’incertitude et de doute. C’est une certaine idée du progrès qui est mise en cause : un futur qui ne se conçoit plus sans l’effet structurant des technosciences, mais qui ne peut échapper à un questionnement sur celles-ci (voir Controverse et Risques technologiques).

4Sur le plan de la CPST, deux ruptures se produisent au début des années 1960. La première est l’autonomisation de la CPST. Les vulgarisateurs, jusqu’alors auxiliaires de la communauté scientifique, exigent d’en être les médiateurs exclusifs auprès du grand public. Ils justifient cette revendication en dénonçant les scientifiques, jugés incapables de s’adresser au public et de partager avec lui les « immenses pouvoirs que donne la connaissance », comme l’écriront Moles et Oulif (p. 33). La seconde rupture concerne le constat – déjà mentionné – que le progrès se double de nuisances et de risques. Il est alors devenu évident, même pour les moins avertis, que le renforcement de l’intégration science-société ne se limite pas à quelques effets collatéraux : le modèle de rationalité scientifique s’étend maintenant à toutes les sphères de l’activité humaine. On a compris, comme l’indique Salomon, que « c’est la vie scientifique qui encadre dans les sociétés postindustrielles tous les actes de la vie sociale – de l’école à l’université, de la formation professionnelle à tous les repères et productions de la culture, de la gestion des entreprises industrielles à celle des institutions politiques ». Il n’est plus possible de subsumer la complexité des rapports science-société sous un simple problème de communication entre les scientifiques et le public, ou d’incompétence à combler.

5Somme toute, si le public reconnaît les bienfaits du développement scientifique et technologique, il admet les risques qui y sont associés. Dans ces conditions, il est devenu difficile de lui donner des leçons et de lui expliquer qu’il n’a pas voix au chapitre, parce qu’il est incompétent. Une autre façon de présenter les choses serait de dire que si les interactions constantes entre les sciences et la société transforment cette dernière, en se transformant, la société infléchit sa relation avec les sciences. Du coup, il faut réviser la conception courante du savoir et de l’ignorance.

6S’ajoute à cela la question de la parcellisation du savoir. Car ce que l’on croyait être le résidu d’une science encore inachevée s’est révélé la véritable tendance du développement scientifique : on sait maintenant que les sciences composent un « archipel », bien plus que l’île idéale dont on avait rêvé. Ainsi les disciplines continuent-elles de se scinder en spécialités de plus en plus autonomes les unes par rapport aux autres au fur et à mesure que les connaissances progressent (voir Discipline et Interdisciplinarité). Il s’ensuit, comme l’indique Lévy-Leblond, que « le niveau d’ignorance concernant un domaine particulier est pratiquement aussi élevé dans la collectivité scientifique… que parmi les profanes. On n’a donc pas affaire à un large fossé unique qui séparerait les scientifiques et les non-scientifiques, mais à une multitude de hiatus particuliers, séparant des spécialistes ».

7Ainsi l’utopie d’une CPST à visée encyclopédique, conçue pour combler le fossé entre les chercheurs et les profanes, est-elle sans issue. Face à l’accumulation des connaissances dans des domaines étanches les uns par rapport aux autres, et face à l’accélération du rythme d’obsolescence des connaissances, l’actualisation des con naissances de quiconque ne peut s’envisager qu’en fonction de préoccupations professionnelles, d’intérêts personnels, de contraintes ponctuelles, ou de préoccupations du moment. La trajectoire individuelle est jugée déterminante. L’essor d’Internet concourt à cette tendance : la cyberculture voit émerger de nouveaux acteurs et marginalise les modalités traditionnelles de médiation scientifique. La diversification des moyens de communication réunit le scientifique et l’amateur passionné en passant par le médiateur professionnel, les uns comme les autres engagés dans la production et la mise en circulation de nouvelles scientifiques (voir Médias et technologie).

8Il s’ensuit que la frontière entre les scientifiques et les profanes tend aujourd’hui à s’estomper. De plus, si la médiation scientifique traditionnelle visait le grand public, le nouveau régime de communication tend à mettre en contact des groupes d’intérêts particuliers. Cet aspect est d’autant plus important que la recherche d’information s’effectue à partir de moteurs de recherche à très large spectre et que les médias se diversifient (portails, e-zines, forums, pages personnelles, groupes de discussion, blogues) au rythme où les usages du Net se diversifient eux aussi en fonction des intérêts de ces groupes (voir Amateurs et Usager, figures de l’usager). Par conséquent, une information spécialisée même destinée à des professionnels d’un domaine est aussi accessible au grand public, ou à tout le moins à un public intéressé.

Bibliographie

Bauer, W. M., N. Allum et S. Miller (2007), «What can we learn from 25 years of PUS survey research? Liberating and expanding the agenda», Public Understanding of Science, vol. 16, p. 79-95.

Bodmer, W. (1985), The Public Understanding of Science, Londres, The Royal Society.

Castells, E. (1996), The Rise of the Network Society, Cambridge (MA), Oxford, Blackwell Publishers Ltd.

Lévy-Leblond, J.-M. (2002), « Science, culture et public : faux problèmes et vraies questions », Quaterni, vol. 46, p. 95-103.

Meadows, J. (1986), « Histoire succincte de la vulgarisation », Impact : science et société, vol. 144.

Moles, A. A. et J.-M. Oulif (1967), « Le troisième homme, vulgarisation scientifique et radio », Diogène, vol. 58.

Moscovici, S. (1976), La psychanalyse, son image et son public, Paris, Presses Universitaires de France, p. 22.

Raichwarg, D. et J. Jacques (1991), Savants et ignorants – Une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, Seuil.

Salomon, J.-J. (1999), Survivre à la science, Paris, Albin Michel.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search