Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Clivage technologique

Majlinda Zhegu

Texte intégral

1La notion de clivage technologique fait état des disparités entre les pays (ou communautés) pour ce qui est de la capacité à créer, développer, assimiler, adapter, utiliser et diffuser les connaissances scientifiques et technologiques. En fonction de ce clivage, les pays se regroupent en pays leaders, qui se positionnent près de la « frontière technologique » (le niveau le plus avancé de la technologie à un moment donné), et en pays retardataires, qui se situent relativement plus loin de celle-ci (voir Économie, science et technologie et Diffusion de la technologie). Dès 1966, l’OCDE a élaboré un système d’indicateurs du clivage technologique pour identifier la nature et les causes des écarts technologiques entre ses pays membres et doter les décideurs politiques d’instruments d’intervention efficaces menant vers la convergence technologique. Les indicateurs du clivage technologique mesurent trois choses, soit : les différences entre les capacités nationales de développement de la science et de la technologie ; les différences en matière d’activité innovante ; les différences en matière d’effets sur l’économie nationale des activités scientifiques et technologiques (voir Systèmes d’innovation).

2Le concept de clivage technologique est largement associé aux dichotomies Nord-Sud, centre-périphérie, pays industrialisé-pays non industrialisé, pays riche-pays pauvre. En effet, selon une approche linéaire du développement technologique, qui a longtemps imposé un modèle de développement lent, graduel, cumulatif et unidirectionnel, le progrès technologique se diffuse invariablement des pays développés vers les pays en développement. Selon la théorie du cycle de vie du produit, un pilier de l’approche linéaire, un produit novateur est généré dans un pays leader ; il est adopté localement d’abord, puis par d’autres pays industrialisés ; les pays en développement se chargent finalement de sa production lorsque le produit est mature et que les possibilités d’innovation sont épuisées. L’approche linéaire suggère ainsi la prééminence de différences structurelles qui perpétuent le maintien ou l’approfondissement du clivage technologique entre les pays développés et ceux en développement.

3Les repositionnements fréquents des pays par rapport à la frontière technologique ont remis en question cette approche linéaire du clivage technologique. Pour mieux appréhender l’évolution et la diffusion des technologies, des auteurs comme Ames et Rosenberg, Beer, ou encore Giuliani et ses collaborateurs, ont étudié des cas de rattrapage réussi en ce qui concerne la production ou l’utilisation de technologies particulières. De plus, de nouveaux modèles évolutionnistes du commerce international et de la croissance économique ont été développés en se basant sur les processus d’imitation et de rattrapage technologique (voir Économie évolutionniste). Ce nouveau regard sur le clivage technologique et sur les stratégies de sa diminution met l’accent sur le contexte historique et le cadre institutionnel dans lesquels les processus d’imitation et de rattrapage économique ont lieu. Selon cette perspective, le clivage technologique est conditionné par des contraintes de nature économique, politique, institutionnelle et par des antécédents historiques. Ces contraintes entraînent l’activation de cycles virtuels de développement ou de cercles vicieux de sous-développement. Il devient alors crucial d’examiner les barrières à l’entrée et les fenêtres d’opportunité qui permettraient aux pays en développement de briser les dépendances de sentier.

4Pragmatiquement, comment réduire le clivage technologique ? La littérature abondante sur le rattrapage technologique (technological catch-up) laisse entrevoir deux avenues possibles. D’un côté, on mise sur l’accélération du rattrapage technologique via l’émulation (l’imitation adaptée au contexte propre du pays) de la réussite des leaders technologiques. Juma et Clark s’attardent sur le processus de dé-maturité des produits qui créerait de nouvelles occasions d’innovation pour les pays en développement. Lall, pour sa part, met en avant le concept de « capacité technologique » d’un pays et expose ses liens avec la vitesse de son processus de rattrapage technologique.

5D’un autre côté, Perez et Soete, ainsi que Prahalad, se questionnent sur la capacité de la démarche imitatrice à déclencher le dynamisme technologique nécessaire pour rapprocher les pays retardataires de la frontière technologique. Outre la possibilité de réduire le clivage technologique en participant à une course de vitesse dans la même direction que les leaders technologiques, les retardataires ont aussi le choix de réduire ce clivage en explorant d’autres paradigmes technoéconomiques. Les cas réussis de rattrapage technologique rapide (technological leapfroging) ou d’innovations technologiques et organisationnelles à moindre coût (frugal innovation) peuvent servir d’exemples dans cette direction.

Bibliographie

Arthur, B. (1994), Increasing Returns and Path Dependence in Economy, University of Michigan Press.

Dosi, G. (1982), «Technological paradigms and technological trajectories: a suggested interpretation of the determinants and direction of technological change», Research Policy, vol. 2, n° 3, p. 147-162.

Freeman, C. (2008), Systems of Innovation: Selected Essays in Evolutionary Economics, Edward Elgar Publishing Ltd.

Giuliani, E., A. Morrison et R. Rabellotti (2011), Innovation and Technological Catch Up: The Changing Geography of Win, Edward Elgar.

Lall, S. (1992), «Technological Capabilities and Industrialization», World Development, vol. 20, n° 2, p. 165-186.

North, C. D. (1990), Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge University Press.

Perez, C. et L. Soete (1988), «Catching Up in Technology: Entry Barriers and Windows of Opportunity», dans Dosi et al. (dir.), Technical Change and Economic Theory, Londres, Francis Pinter, p. 458-479.

Prahalad, C. K. (2004), The Fortune at the Bottom of the Pyramid, Wharton School Publishing.

Reinert, E. (2007), How Rich Countries Got Rich… and Why Poor Countries Stay Poor, Londres, Constable and Robinson.

Auteur

Professeure au département de management et technologie, École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search