Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Classification

Stéphane Moulin

Texte intégral

1La classification est l’opération qui consiste à regrouper dans des catégories des individus, qu’il s’agisse de sujets vivants (personnes, animaux ou végétaux), d’objets matériels (minéraux, étoiles, produits, livres) ou idéels (activités, maladies, régimes politiques). Pour être valides, les catégories doivent être collectivement exhaustives et mutuellement exclusives. On parle de « système de classification » lorsque les catégories servant à classer sont hiérarchisées (en niveaux, rangs, taxons, etc.). Une nomenclature est une classification qui fait autorité et sert de référence dans des milieux scientifiques ou professionnels (voir Catégorie). Enfin, la taxinomie (ou taxonomie) désigne la théorie des classifications.

2Au 4e siècle avant notre ère, Aristote est l’un des premiers à procéder à des classifications hiérarchiques systématiques, tant des connaissances (division des sciences entre biologie, métaphysique, etc.) que des objets de connaissance (classification des animaux ou des régimes politiques). Mais les critères de classification utilisés jusqu’au début du 18e siècle sont multiples et les pratiques taxinomiques restent confuses jusqu’à ce que le Suédois Carl von Linné propose en 1735 une classification scientifique des êtres vivants. Des entreprises classificatoires se sont multipliées par la suite dans tous les domaines scientifiques, donnant naissance à des taxinomies spécialisées et à des nomenclatures internationales (code international de nomenclature botanique, système international de classification des maladies, etc.).

3Si la classification relève de la démarche scientifique, fondée sur des procédures ou méthodes explicites, elle relève aussi du discours normatif ou philosophique, ce qui explique pourquoi la taxinomie est périodiquement l’objet de controverses dont l’histoire des sciences permet de mieux comprendre les enjeux. Ainsi, en biologie, les controverses portent sur la question de l’existence objective d’espèces ou sur l’existence de discontinuités dans la nature. Dans bien des cas, il n’y a pas de délimitations étanches entre les catégories, comme le montre l’exploration des frontières entre les catégories d’activité socioprofessionnelle, ou entre personnes malades ou en bonne santé. Les révisions des nomenclatures donnent souvent lieu à des périodes intenses de débats qui témoignent de la multiplicité des approches taxinomiques.

4Dans l’ensemble des entreprises classificatoires, les classifications des personnes ou de leurs qualités répondent à des problématiques distinctes des classifications des autres objets de connaissance, au moins pour trois raisons. D’abord, ces classifications sont une source essentielle de pouvoir et s’inscrivent dans des dispositifs de suivi et de contrôle des populations. Ensuite, les définitions des catégories sont le plus souvent des « conventions d’équivalence », externes et antérieures au travail de celui qui classe, inscrites, par exemple, dans le droit ou dans des coutumes. Enfin, les personnes classées ne sont pas passives : elles réagissent, prennent conscience de leur situation ou position, ce qui modifie la manière dont elles se perçoivent, et dans certains cas se mobilisent et résistent.

5Les classifications des personnes sont largement institutionnalisées et expriment un ordre social, bureaucratique et moral auquel on ne peut guère échapper : les catégories d’âge, les catégories ethniques et raciales, les classifications des professions, le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) sont non seulement des conventions qui permettent de regrouper et de qualifier les personnes, mais aussi des outils utilisés par les administrations publiques et les intervenants pour diagnostiquer ou évaluer, orienter l’action, décider d’un traitement, cibler des bénéficiaires ou gérer des populations.

6Les opérations statistiques de classification constituent aussi une des ressources cognitives essentielles du pouvoir de l’État, comme l’illustrent particulièrement le rôle des catégories ethniques et raciales des recensements ou l’histoire des catégories d’activité (voir Statistisation et Sociopolitique de la statistique). À ce titre, le choix des classes est plus qu’un simple choix technique : les classes constituent des instruments de l’action publique et induisent des effets propres indépendants de la volonté de ceux qui les ont conçues.

7Bowker et Star conceptualisent les systèmes de classification comme des infrastructures technologiques qui sont à la fois conventionnelles et encastrées dans la pratique, matérielles et symboliques, organisationnelles et informationnelles. Par exemple, le système international de classification des maladies (ICD), mondialement utilisé par les États (à partir des certificats de décès), par les compagnies d’assurance et par les hôpitaux, est une infrastructure informationnelle très étendue qui opère de manière invisible comme support au travail médical. Ces structures informationnelles ne sont pas des toiles de fond passives, mais au contraire elles façonnent les représentations (voir Infrastructure sociotechnique).

8Selon Ian Hacking, les classifications des gens peuvent aller jusqu’à modifier la manière dont ils se perçoivent. Les personnes sont ainsi des « cibles mouvantes » car elles sont façonnées par les classifications, ce qui induit des modifications qui rendent nécessaire en retour de réviser les classifications. Ce sont les experts qui jouent dans ce cadre d’analyse le rôle-clé dans la mesure où ce sont eux qui produisent la connaissance, travaillent au sein d’institutions qui contribuent à leur légitimité, et donnent des avis sur le contrôle des gens qui sont classifiés (voir État, pouvoir et science et Scientisme et politique).

9L’expertise statistique est fondamentale dans la mesure où le dénom brement, la quantification et les corrélations contribuent à produire les connaissances. Ainsi dans le cas de la corpulence, la quantification par l’indice de masse corporelle (IMC) a permis de construire la catégorie d’obèse en dégageant des corrélations avec l’apparition de maladies cardiovasculaires au-delà d’un certain seuil d’IMC. Des institutions aussi diverses que l’Organisation mondiale de la santé et les compagnies d’assurance ont contribué à asseoir la légitimité et l’autorité de la classification des obèses.

10Avec le développement des statistiques et des technologies informatiques, des méthodes de classification automatique se sont développées. Leurs capacités de traitement de volumes importants de données expliquent qu’elles sont aujourd’hui plus utilisées que les méthodes manuelles, par exemple dans le séquençage de l’ADN, dans les systèmes d’information ou dans l’exploitation des grandes bases de données publiques. Les méthodes de classification automatique sont le plus souvent descriptives et reviennent à définir un critère de proximité (ou de distance) et un critère d’agrégation. Les classifications descriptives conduisent à la construction d’arbres de classification (dendrogrammes). D’autres méthodes, probabilistes, se fondent sur l’estimation du maximum de vraisemblance ou sur des approches bayésiennes.

11Si ces différentes méthodes de classification automatique sont utiles pour identifier des catégories, elles tendent cependant aussi à générer des entités abstraites. Dans la théologie médiévale, les opérations qui conduisent à créer des entités collectives ont été vivement critiquées par les nominalistes, tel Guillaume d’Occam qui recommandait de ne pas multiplier les entités abstraites sans nécessité (d’où le principe du « rasoir d’Occam » ou de parcimonie). On risque ainsi de réifier les classifications en attribuant une existence objective à des catégories abstraites. Décontextualisées, elles font par ailleurs oublier les dynamiques d’interaction et les processus d’institutionnalisation à l’œuvre dans la constitution des classifications, qui seuls permettent de restituer leur logique et leur portée (voir Statistisation).

Bibliographie

Bowker, Goeffrey et Susan Leigh Star (1999), Sorting Things Out. Classification and Its Consequences, Cambridge, MIT Press.

Degenne, Alain, Catherine Marry et Stéphane Moulin (2011), Les catégories sociales et leurs frontières, Québec, Presses de l’Université Laval.

Desrosières, Alain (1993), La politique des grands nombres, Paris, La Découverte.

— (2001), « Entre Réalisme métrologique et conventions d’équivalence : les ambiguïtés de la sociologie quantitative », Genèses, n° 43, p. 112-127.

Duris, Pascal et Pascal Tassy, « Classification du vivant », dans Encyclopédie Universalis.

Hacking, Ian (2006), « Types de gens : des cibles mouvantes », Collège de France.

Kertzer, David et Dominique Arel (2002), Census and Identity: The Politics of Race, Ethnicity and Language in National Censuses, Cambridge University Press.

Lascoumes, Pierre et Patrick Le Gales (2004), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Salais, Robert, Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud (1986), L’invention du chômage, Paris, PUF.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search