Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Champ

Yves Gingras

Texte intégral

1Voulant rompre avec l’image idyllique d’une « communauté » scientifique implicitement homogène, œuvrant de façon collective au progrès de la science et régie par les règles de don et de contre-don caractéristiques, d’après Warren Hagstrom, des sociétés précapitalistes, le sociologue français Pierre Bourdieu propose, en 1975, le modèle d’une société capitaliste dans laquelle les agents sont en compétition pour le monopole de l’autorité scientifique. Il applique ainsi au cas de la science sa théorie générale des champs sociaux.

2Le modèle proposé par Bourdieu se fonde sur une analogie explicite et systématique avec l’économie capitaliste fondée sur l’accumulation du capital (voir Analogie et métaphores). La différence majeure réside dans le fait que dans le champ scientifique (par opposition au champ économique), le rôle moteur n’est pas joué par le capital économique, mais par le capital symbolique, c’est-à-dire le capital de reconnaissance scientifique au sein du champ.

3La science, même la plus pure, est pour Bourdieu « un champ social comme un autre, avec ses rapports de force et ses monopoles, ses luttes et ses stratégies, ses intérêts et ses profits, mais où tous ces invariants revêtent des formes spécifiques » (1975, p. 91). Elle est un espace social relativement autonome, fortement hiérarchisé et structuré en fonction des ressources diversifiées des agents qui en font partie (voir Université). Le monopole de l’« autorité scientifique », « inséparablement définie comme capacité technique et comme pouvoir social », est l’enjeu spécifique au champ scientifique, enjeu qui le distingue des autres champs sociaux. Bien sûr, ce monopole est une situation limite, jamais atteinte, et le champ scientifique « est toujours le lieu d’une lutte plus ou moins inégale, entre des acteurs inégalement pourvus de capital scientifique, donc inégalement en mesure de s’approprier le produit du travail scientifique que produisent par leur collaboration objective l’ensemble des concurrents en mettant en œuvre l’ensemble des moyens de production scientifique disponibles » (ibid., p. 102). Aussi, « la structure du champ scientifique est définie à chaque moment par l’état du rapport de forces entre les protagonistes de la lutte, agents ou institutions, c’est-à-dire par la structure de la distribution du capital spécifique, résultat des luttes antérieures qui se trouve objectivé dans des institutions et des dispositions et qui commande les stratégies et les chances objectives des différents agents ou institutions dans les luttes présentes » (ibid., p. 100).

4À la différence de l’économie capitaliste, qui ne connaît que le capital économique, la dynamique du champ scientifique (comme des autres champs) dépend, en plus du capital économique, de la distribution de trois sortes de capitaux : social (constitué de relations mobilisables), culturel (formé de savoirs accumulés) et symbolique (capital de reconnaissance et de crédibilité). Les stratégies des chercheurs (choix des objets d’étude, des lieux de publication) se comprennent, dans ce modèle, comme des investissements en référence à une anticipation (consciente ou inconsciente) des chances probables de profit symbolique (reconnaissance, prix), anticipation elle-même fondée à chaque moment sur le volume et la structure des capitaux possédés (voir Modèles scientifiques).

5La position d’un chercheur dans le champ dépend des résultats des investissements antérieurs qui définissent ainsi une trajectoire. Le « sens du jeu » scientifique s’acquiert par une socialisation (formation scolaire) au sein du champ qui définit un « habitus » particulier, défini comme un ensemble de schèmes générateurs de pratiques et d’évaluation des pratiques. Le concept d’habitus permet ainsi de donner un fondement historique et anthropologique aux notions de « savoir tacite », de discipline et de paradigme, l’habitus acquis du physicien étant différent de celui du biologiste, définissant un sens pratique différent (voir Discipline et Paradigme). Avec les concepts de champ, d’habitus, de capital et d’intérêt, Bourdieu fournit ainsi un modèle de la science qui se distingue de celui de Merton, fondé sur un ensemble de normes, mais en intègre les acquis en les réinterprétant sous un mode plus conflictuel que communautaire. De plus, ce modèle s’insère dans une sociologie générale et a donc une structure théorique plus large que celle de la sociologie des intérêts, qui n’offre pas de concepts spécifiques pour penser les relations avec les autres sphères sociales ou la socialisation des agents (voir Sociologie des sciences). Enfin, le modèle bourdieusien évite les analyses purement microsociologiques et interactionnistes et tient compte des contraintes institutionnelles et des liens avec les autres champs (économique, médiatique et politique, par exemple).

6Bourdieu pose le postulat de base de la sociologie des sciences, qu’il partage donc avec Merton : « la vérité du produit – s’agirait-il de ce produit très particulier qu’est la vérité scientifique – réside dans une espèce particulière de conditions sociales de production ». Bourdieu admet ainsi que les vérités scientifiques existent et sont des « produit[s] très particulier[s] » dont la validité (la vérité), tout en émergeant dans des conditions sociales et historiques données, est relativement indépendante de leurs conditions sociales de production.

Bibliographie

Bourdieu, P. (1975), « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison », Sociologie et sociétés, vol. 7, n° 1, p. 91-118.

Bourdieu, P. (1997), Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, INRA éditions.

Bourdieu, P. (2001), Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Gingras, Y. et M. Trépanier (1993), «Constructing a Tokamak: Political, Economic and Technical Factors as Constraints and Resources», Social Studies of Science, vol. 23, n° 1, p. 3-36.

Gingras, Y. (2010), «Sociological reflexivity in action», Social Studies of Science, vol. 40, n° 4, p. 619-631.

Hagstrom, W. (1965), The Scientific Community, New York, Basic Books.

Hong, W. (2008), «Domination in a Scientific Field: Capital Struggle in a Chinese Isotope Lab», Social Studies of Science, vol. 38, n° 4, p. 543-570.

Latour, B. et S. Woolgar (1982), «The cycle of credibility», dans B. Barnes et D. Edge (dir.), Science in Context, Cambridge, MIT Press, p. 35-43.

Auteur

Professeur au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences, directeur scientifique de l’Observatoire des sciences et des technologies

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search