Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Cartographie conceptuelle

L. Martin Cloutier

Texte intégral

1L’information et la connaissance se transmettent souvent par écrit mais, depuis la nuit des temps, elles sont aussi représentées visuellement et spatialement par des cartes. La cartographie conceptuelle peut prendre de multiples formes. La littérature en offre de nombreuses variantes et appellations, notamment, pour en citer quelques-unes : carte conceptuelle, carte de concepts, carte cognitive, carte mentale, carte de connaissances, carte sémantique, etc.

2Le terme « carte cognitive », introduit par E. C. Tolman en 1948, désigne un outil cognitif qui représente visuellement des liens entre des concepts. Un tel outil permet à un individu d’acquérir, de stocker, de coder, de rechercher et d’interpréter de l’information et les connaissances d’un objet, souvent par analogie ou métaphoriquement, dans une organisation spatiale donnée (voir Analogie et métaphore en sciences). Le besoin d’une telle cartographie conceptuelle demeure toujours présent aujourd’hui, alors que les soutiens techniques et logiciels favorisent et multiplient les possibilités nouvelles.

3La cartographie conceptuelle a trouvé des applications dans de nombreux domaines scientifiques et techniques dont l’anatomie, le droit, l’évaluation de programmes, l’architecture, la géographie, le management, la planification, la psychologie, la gestion de processus, l’archéologie ou la géolocalisation. La représentation des objets par des cartes attire également les chercheurs et les consultants en gestion des organisations, de même que les chercheurs et gestionnaires intéressés par les approches de la prospective et la recherche-action participative, utiles aux processus de décision. La mise en place de cadres méthodologiques descendants (top-down, en anglais) ou ascendants (bottom-up) permettent de représenter divers concepts sur une carte et les chercheurs sont souvent des acteurs au centre de la production de ces représentations.

4Les cartes conceptuelles, ou cognitives, peuvent être « instables » parce qu’elles demeurent la traduction d’un discours, et demeurent à ce titre sujettes à de multiples interprétations par les parties prenantes au processus de représentation. Elles peuvent néanmoins servir de point de départ pour « dynamiser », voire tester, l’interprétation d’une représentation initialement statique d’un objet. En effet, les résultats obtenus par les modèles de simulation par ordinateur peuvent contribuer à « stabiliser » les cartes mentales des individus qui fournissent, seuls ou en groupe, les connaissances tacites, expertises, données et informations utiles à la compréhension de phénomènes, de processus, de structures et de comportements (voir Modèles scientifiques et Connaissance tacite).

5Les approches liées aux cartes conceptuelles élaborées en groupes méritent que l’on s’y attarde, car elles ont récemment fait l’objet d’applications formelles dans de nombreux domaines. Dans une perspective participative, la représentation conceptuelle de groupes par des cartes offre de nombreuses possibilités. Trochim, par exemple, a introduit une approche qualitative et quantitative de cartographie de concepts, visant l’élaboration de cartes conceptuelles par l’entremise de calculs statistiques, pouvant favoriser le dialogue entre les membres de groupes et de sous-groupes, ainsi que l’évaluation de consensus sous-jacents.

6L’approche systémique de Trochim permet la formalisation d’un processus participatif de groupe, souvent en mode prospectif, où des énoncés fournis par les participants sont ensuite classés par concepts et traités par la méthode d’échelonnage multidimensionnel et une classification ascendante hiérarchique. Elle permet la formalisation d’un processus d’élaboration de la cartographie conceptuelle dont la logique ne relève ni de la déduction, ni de l’induction, mais plutôt d’un processus inférentiel d’« abduction », selon le mot de Charreire et Durieux. Des développements récents de cette approche permettent d’évaluer et de vérifier la cohérence des résultats par des tests statistiques de fiabilité, ce qui peut limiter l’introduction de biais dans le processus d’élaboration de cartes conceptuelles. Le rôle du chercheur en est alors un de facilitateur du processus de cartographie conceptuelle. À ce titre, les recherches récentes nous autoriseraient à redéfinir la cartographie conceptuelle comme le résultat d’un processus, individuel (descendant) ou en groupe (ascendant), de construction systémique d’une représentation conceptuelle spatiale d’un objet en utilisant les analogies, métaphores et représentations cognitives des individus, qui forgent des interprétations de ces représentations en contexte spécifique.

Bibliographie

Charreire S. et F. Durieux (2003), « Explorer et tester : deux voies pour la recherche », dans R. A. Thiétart (dir.), Méthodes de recherche en management, 2e édition, Dunod, p. 57-81.

Cossette, P. et M. Audet (2004), « Qu’est-ce qu’une carte cognitive ? », dans P. Cossette (dir.), Cartes cognitives et organisations, Éditions de l’ADREG, p. 31-60.

Kane, M. et W. M. K. Trochim (2007), Concept Mapping for Planning and Evaluation, Thousand Oaks (CA), Sage Publications.

Rosas, S. R. et M. Kane (2012), «Quality and rigor of the concept mapping methodology: A pooled study analysis», Evaluation and Program Planning, vol. 35, p. 235-246.

Sterman, J. W. D. (2000), Business Dynamics, New York, Iwin/McGraw-Hill.

Stigliani, I. et D. Ravasi (2012), « Organizing thoughts and connecting brains: Material practices and the transition from from individual to group-level prospective sensemaking », Academy of Management Journal, vol. 55, n° 5, p. 1232-1259.

Tolman, E. C. (1948), «Cognitive maps in rats and men», Psychological Review, vol. 55, n° 4, p. 189-208.

Trochim, W. M. K. (1989), «Concept mapping: Soft science or hard art?», Evaluation and Program Planning, vol. 12, n° 1, p. 87-110.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search