Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Appropriation des technologies

Guillaume Latzko-Toth et Serge Proulx

Texte intégral

1La notion d’appropriation désigne à la fois un processus individuel et collectif (cognitif, culturel et social) dans le rapport aux objets techniques, et une approche de la sociologie des techniques qui met en évidence le rôle actif des usagers dans la construction sociale des technologies et de leurs usages. La notion a d’abord été élaborée dans le cadre d’une réflexion sociopolitique, pour souligner l’autonomie que l’usager peut démontrer vis-à-vis des objets techniques. En ce sens, elle s’inscrit dans une double filiation : celle de la notion marxiste d’appropriation des moyens de production (et donc des machines, dans un refus d’aliénation dénoncée jadis par les luddites), et celle, empruntée à la sociolinguistique, d’appropriation de la langue par ses locuteurs. Cette deuxième ascendance, qui trouve échos dans la théorie littéraire et la théorie de l’art, s’est notamment nourrie des idées de Michel de Certeau sur les rapports entre consommation et production. Pour ce dernier, les usagers se trouvent en position de tacticien face au déploiement des stratégies industrielles : leurs moyens sont plus modestes et leur champ d’action, plus restreint. Toutefois, il leur est possible de se « constituer un propre », autrement dit de s’approprier un domaine au sein du dispositif technique qui leur est proposé ou imposé.

2Pour de Certeau, c’est la pratique qui constitue ce domaine où s’exprime la créativité des pratiquants, qu’il appelle poïesis. C’est sur cette fondation théorique que se construit, dans la sphère francophone, le concept d’appropriation des dispositifs techniques par les usagers, non sans que d’autres dimensions sociologiques ne lui soient ajoutées : attribution de sens (à l’objet, à ses usages), acquisition d’une compétence et d’une culture technique, insertion dans la vie quotidienne et articulation à d’autres pratiques culturelles. Une tradition de recherche similaire, liée aux approches développées dans les études culturelles (cultural studies), s’articule autour du concept de domestication des objets techniques, développé par Roger Silverstone à partir de travaux sur la réception des médias, la sociologie de la consommation et l’anthropologie des cultures matérielles.

3Pour exister en tant que dispositif, il faut qu’un artefact soit utilisé et socialisé, autrement dit qu’il soit inséré dans un contexte social et que des usages se développent. Or, l’usager contribue de différentes manières à l’élaboration de ces usages, et il peut même en inventer que les concepteurs n’avaient ni anticipés ni même souhaités, usages « créatifs » que Pierre Rabardel appelle des « catachrèses ». L’appropriation d’un objet technique peut être plus ou moins poussée, allant d’une « personnalisation » superficielle (modifications cosmétiques d’un appareil, sélection des boutons affichés dans les barres d’outils d’un logiciel) jusqu’à l’ouverture de la « boîte noire » (modifier le code d’un programme pour l’adapter à ses besoins, remplacer des pièces d’une voiture pour la rendre plus performante). Pour sa part, Madeleine Akrich a proposé une typologie des formes de créativité de l’usager qui est aussi une gradation des écarts entre les usages prescrits par les concepteurs et les pratiques effectives des usagers : elle distingue ainsi le déplacement (objet utilisé dans un contexte différent de celui envisagé par le concepteur), l’adaptation (objet légèrement modifié pour s’adapter au contexte d’usage), l’extension (objet greffé d’éléments élargissant ses fonctionnalités) et enfin le détournement, par lequel un objet est utilisé à d’autres fins que celles prévues par ses concepteurs. Eric von Hippel a décrit la modalité de l’extension au sein de communautés de sportifs de pointe qui adaptent à leurs besoins des objets existants, produisant ainsi des artefacts ensuite reproduits par les industriels, phénomène qu’il appelle « innovation par l’usage » ou « innovation horizontale ».

4En résumé, l’appropriation individuelle d’une technologie est un processus par lequel l’usager l’intègre à sa vie quotidienne tout en l’adaptant à sa personnalité et à ses besoins. Une appropriation complète suppose : a) un apprentissage lui permettant d’acquérir un minimum de maîtrise technique et cognitive (compétence dans l’utilisation) ; b) l’intégration de la technologie à ses routines et habitudes de vie (insertion de l’objet dans le quotidien, banalisation) ; c) des usages créatifs (innovation par rapport au mode d’emploi). Ces critères peuvent être envisagés comme les conditions de réalisation d’un idéaltype dans la trajectoire d’appropriation.

5Par ailleurs, l’appropriation collective d’un dispositif technique désigne sa mise en œuvre (utilisation, conception, développement) par un groupe ou une catégorie sociale, dans le but d’accroître son autonomie ainsi que sa capacité d’agir (empowerment) vis-à-vis des autres composantes de la société. L’appropriation individuelle est liée à une appropriation collective de la technologie, puisque sans une représentation politique adéquate (par exemple association d’automobilistes, mouvement du logiciel libre), le rapport de forces entre producteurs et usagers reste largement en faveur des premiers.

Bibliographie

Akrich, M. (1998), « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation », Éducation permanente, vol. 134, p. 79-89.

Breton, P. et S. Proulx (2002), « Usages des technologies de l’information et de la communication », dans P. Breton et S. Proulx (dir.), L’explosion de la communication à l’aube du XXIe siècle, Paris, La Découverte, p. 251-275.

Certeau, M. de (1990), L’invention du quotidien (1. Arts de faire), Paris, Gallimard.

Hippel, E. Von (2005), Democratizing Innovation, Cambridge (MA), MIT Press.

Jauréguiberry, F. et S. Proulx (2011), Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Érès.

Jouët, J. (2000), « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 100, p. 487-521.

Millerand, F. (1999), « Usages des NTIC : les approches de la diffusion, de l’innovation et de l’appropriation », 2e partie, COMMposite (99.1).

Proulx, S. (dir.) (1988), Vivre avec l’ordinateur : les usagers de la micro-informatique, Boucherville (Québec), Éditions G. Vermette.

Rabardel, P. (1995), Les hommes et les technologies : une approche cognitive des instruments contemporains, Paris, Armand Colin.

Silverstone, R. et L. Haddon (1996), «Design and the Domestication of Information and Communication Technologies: Technical Change and Everyday Life», dans R. Mansell et R. Silverstone (dir.), Communication by Design: The Politics of Information and Communication, Oxford University Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access