Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Analogie et métaphore en sciences

Jean-Pierre Marquis

Texte intégral

1Les analogies et les métaphores jouent un rôle central dans la pensée humaine en général et dans les sciences en particulier. En sciences, elles ont un statut ambigu. D’une part, puisqu’elles constituent un outil central ou fructueux de la pensée humaine, il n’est pas étonnant de voir les analogies jouer un rôle important dans la pensée scientifique, surtout lorsqu’on explore cette dernière sous l’angle de la créativité. Cette fonction des analogies, qui apparaît dès la naissance de la science occidentale, y prend un statut particulier de par la nature des analogies exploitées par les scientifiques, puisque ces analogies n’ont pas la même « profondeur », pour ainsi dire, que la majorité des analogies employées au quotidien. D’autre part, le raisonnement par analogie étant manifestement invalide et n’apportant, de ce fait, aucune justification aux conclusions qu’il entend défendre, les analogies et les métaphores sont en général proscrites du discours scientifique officiel (voir Science et Connaissance tacite). Bref, bien qu’indispensables dans le processus de création scientifique, les analogies et les métaphores doivent être purgées de la justification du discours scientifique. Elles seraient comme les échafauds permettant de construire un édifice et que l’on fait disparaître une fois celui-ci terminé. Toutefois, certains philosophes ont argumenté que les modèles scientifiques eux-mêmes seraient des métaphores ou des analogies (voir Modèles scientifiques). Notons également qu’elles réapparaissent dans l’enseignement des sciences, aspect dont nous ne discuterons pas ici. Avant de commenter ces différentes dimensions, clarifions brièvement la nature des termes impliqués.

2Étant donné un objet ou système X ayant les propriétés A1,…, An,… et un objet ou système Y ayant les propriétés B1,…, Bn,…, une analogie entre X et Y est une correspondance (souvent partielle) entre les attributs de X et les attributs de Y. On dit que X est la source de l’analogie et qu’Y en est le but ; le but est souvent le système que le chercheur tente de comprendre grâce à l’analogie. Ainsi, on présente souvent le modèle de l’atome de Bohr comme une analogie entre le système solaire et l’atome. De même, on parle du modèle des boules de billard pour les gaz comme d’une analogie entre les gaz et des boules de billard qui se déplaceraient dans l’espace. On se contente parfois de dire que des systèmes X et Y sont analogues s’ils sont semblables ou similaires sous certains aspects pertinents.

3Une métaphore, par ailleurs, est généralement entendue comme une analogie dans laquelle la correspondance s’effectue par le biais d’une fusion, c’est-à-dire qu’on attribue directement au but certaines propriétés de la source, ou encore que la comparaison est laissée implicite, ce qui donne le même résultat. Un exemple classique de métaphore littéraire est « l’homme est un loup ».

4Les philosophes ont réintroduit les analogies et les métaphores dans leur analyse du discours scientifique en affirmant que les modèles scientifiques étaient des métaphores – nous dirions aujourd’hui que certains modèles sont analogiques et qu’il existe d’autres types de modèles scientifiques. Max Black et Mary Hesse ont été, dans les années 1960, les instigateurs de cette approche.

5Ainsi, Hesse a suggéré une classification des analogies pertinentes en sciences. Les analogies les plus simples et superficielles sont celles où les systèmes X et Y possèdent des propriétés communes : ainsi, on pourrait affirmer que les requins sont analogues aux baleines puis qu’ils vivent dans la mer, ont des nageoires, etc. On peut également exploiter des relations entre des parties de la source et du but pour établir l’analogie. Ainsi, en médecine, on a longtemps affirmé que la constitution du corps humain était analogue à la constitution de l’Univers et que, comme ce dernier comporte quatre éléments fondamentaux (eau, terre, air et feu), le corps humain devait comprendre lui quatre éléments fondamentaux (phlegme, bile noire, sang et bile jaune). Selon Hesse, ces analogies sont des analogies matérielles.

6Il existe également des analogies formelles ou structurales. Ainsi, lorsque deux systèmes physiques, par exemple un pendule et un oscillateur électrique, obéissent aux mêmes équations mathématiques, Hesse affirme qu’il existe une analogie formelle entre les deux systèmes. Finalement, Hesse introduit une distinction entre les analogies positives, les analogies négatives et les analogies neutres. Les propriétés partagées par la source et le but constituent des analogies positives, alors que les propriétés qui distinguent la source du but forment l’ensemble des analogies négatives. Les propriétés du but que l’on ne peut classer du côté des analogies positives ou négatives sont des analogies neutres. Selon Hesse, ces dernières jouent un rôle important dans la recherche scientifique, car elles peuvent guider les chercheurs vers de nouvelles hypothèses originales.

7C’est d’ailleurs probablement lorsqu’elles concernent la créativité et la recherche scientifique que les études sur le rôle des analogies et des métaphores s’avèrent les plus fructueuses. Des recherches, historiques ou menées auprès de chercheurs contemporains, portent ainsi sur le raisonnement des scientifiques et révèlent l’importance des analogies dans l’élaboration des concepts, des hypothèses et des théories (voir Théorie scientifique).

Bibliographie

Blanchette, I. et K. Dunbar (2000), «How analogies are generated: The roles of structural and superficial similarity», Memory & Cognition, vol. 28, n° 1, p. 108-124.

Dunbar, K. (1995), «How scientists really reason: Scientific reasoning in real-world laboratories», The Nature of Insight, p. 365-395.

— (2001), «What scientific thinking reveals about the nature of cognition», dans K. D. Crowley, C. D. Schunn et T. Okada (dir.), Designing for Science: Implications from Everyday, Classroom, and Professional Settings, Lawrence Erl-baum, p. 115-140.

Guay A. et Y. Gingras (2011), «The uses of analogies in seventeenth and eighteenth century science», Perspectives on Science, vol. 19, n° 2, p. 154-191.

Hallyn, Fernand (2000), Metaphor and Analogy in the Sciences, vol. 1, Origins Studies in the Sources of Scientific Creativity, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Helman, David Henry (1988), Analogical Reasoning: Perspectives of Artificial Intelligence, Cognitive Science, and Philosophy, vol. 197, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Hesse, M. B. (1980), «The explanatory function of metaphor», Revolutions and Reconstructions in the Philosophy of Science, p. 111-124.

— (1966), Models and analogies in science, vol. 7, University of Notre Dame Press.

Holyoak, Keith James et Robert G. Morrison (2005), The Cambridge Handbook of Thinking and Reasoning, New York, Cambridge University Press.

Holyoak, Keith James et Paul Thagard (1995), Mental Leaps: Analogy in Creative Thought, Cambridge (MA), MIT Press.

Auteur

Professeur au département de philosophie, Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search