Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Amateurs

Lorna Heaton

Texte intégral

1La participation des amateurs à la production scientifique n’est pas un phénomène nouveau, particulièrement dans les « sciences de terrain » où la dimension descriptive tient une place importante. En botanique, comme en astronomie, elle remonte au 19e siècle. La production de cartes géographiques est liée aux pratiques d’amateurs au moins depuis que Waldseemüller a dessiné et nommé l’America en 1507. Cependant, le développement de l’informatique et la prolifération des outils et supports numériques, depuis la fin des années 1990, permettent d’envisager la participation des amateurs et du grand public à la recherche scientifique comme une stratégie de recherche réaliste pour certains problèmes scientifiques. En fait, le nombre de projets qui sollicitent la participation des amateurs explose, au point où nous avons vu l’émergence de portails spécialisés afin de connecter projets et contributeurs. Les technologies numériques ont joué un rôle structurant dans l’émergence d’une pratique amateure structurée. Elles permettent la multiplication d’enceintes informelles de partage des connaissances, au point de transformer des amateurs en « travailleurs invisibles » de la science. L’émergence de ces nouvelles pratiques est aussi directement liée à de nouveaux outils d’observation (GPS personnels, par exemple), de production, d’agrégation et de partage de données. Ces technologies permettent une stabilisation de certaines connaissances en les standardisant sous forme de données mises en bases interopérables (voir Infrastructure sociotechnique et Réseau socionumérique).

2Dans la majorité des projets nord-américains, les amateurs sont rarement impliqués dans la définition des questions ou dans l’interprétation des résultats. Ils joueraient plutôt un simple rôle de « capteurs » : les amateurs sont mobilisés pour former un « réseau de senseurs humains » pour la collecte de données (projets eBird et Monarch Watch) ou le traitement de données (Stardust@Home, Galaxy Zoo). Les projets de traitement de données s’appuient sur des capacités de reconnaissance de motifs et de résolution de problèmes (Foldit) qui dépassent la capacité d’ordinateurs individuels. À titre d’exemple, dans Galaxy Zoo, des amateurs aident à la réduction des données en classifiant des images de galaxies selon leurs formes.

3Même si la contribution des amateurs est généralement restreinte et cadrée dans les projets définis et gérés par des équipes de scientifiques, leur participation peut permettre une véritable production de connaissances scientifiques (voir Innovation ouverte). Au-delà du traitement d’images, les participants de Galaxy Zoo ont fait des découvertes, tel le « Voorwerp de Hanny », un nouvel objet astronomique découvert en 2007, ce qui a soulevé de nouvelles questions scientifiques. Dans un autre cas, le jeu vidéo Foldit sur le repliement de protéines est basé sur des algorithmes connus. Dans certains cas de figure, le jeu a permis de résoudre des problèmes épineux en seulement quelques jours. Ces solutions fournissent des pistes pour la conception de nouvelles protéines, telles que de nouveaux catalyseurs pour la photosynthèse ou des protéines capables de s’attaquer à des virus comme ceux du sida ou de la grippe H1N1. Enfin, comme il existe une multitude de façons de résoudre des problèmes de ce type, les chercheurs espèrent améliorer les algorithmes employés par les logiciels de pliage des protéines en analysant les solutions proposées par de multiples contributeurs.

4Les amateurs prennent une place nouvelle dans la production des connaissances scientifiques. Leur participation renvoie davantage à des formes de division du travail dans la chaîne de production des connaissances scientifiques. Ces formes de participation ne sont pas exactement celles qu’avaient caractérisées les interactions entre savoirs profanes et savoirs experts ayant donné lieu à l’émergence plus ou moins réussie de forums hybrides dans l’environnement médical – nous pensons ici aux interactions entre malades devenus porte-parole de leur propre maladie et médecins soignants.

5Les amateurs semblent vouloir se spécialiser dans la production et la circulation de connaissances scientifiques se situant en amont ou à côté des connaissances académiques classiques. Ces domaines de connaissances relèvent de la vulgarisation scientifique, de l’instrumentation technique ou des infrastructures informationnelles (bases de données). Cette participation est étroitement liée à l’usage des médias sociaux et du Web 2.0. Tout en créant des espaces de communication facilitant les interactions entre professionnels et amateurs (« collèges invisibles » et « petite science »), ces nouvelles plateformes offrent des possibilités pour la participation du plus grand nombre à la coproduction des connaissances scientifiques.

Bibliographie

Benkler, Yochai (2007), The Wealth of Networks: How Social Production Transforms Markets and Freedom, New Haven, CT, Yale University Press.

Bonney, R., H. Ballard, R. Jordan, E. McCallie, T. Phillips, J. Shirk et C. Wilderman (2009), Public Participation in Scientific Research: Defining the Field and Assessing Its Potential for Informal Science Education. A CAISE Inquiry Group Report, Center for Advancement of Informal Science Education (CAISE), Washington, D. C.

Charvolin, F., A. Micoud et L. K. Nyhart (dir.) (2007), Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, Paris, Éditions de l’Aube.

Cooper, S., F. Khatib, A. Treuille, J. Barbero, J. Lee, M. Beenen, A. Leaver-Fay, D. Baker, Z. Popović et Foldit (2010), «Predicting protein structures with a multiplayer online game», Nature, vol. 466, p. 756-760.

Epstein, S. (1996), Impure Science : AIDS, Activism, and the Politics of Knowledge, Berkeley, University of California Press.

Goodchild, Michael F. (2007), «Citizens as sensors: the world of volunteered geography», GeoJournal, vol. 69, p. 211-221.

Kelling, S., J. Yu, J. Gerbracht et W. K. Wong (2011), «Emergent Filters: Automated Data Verification in a Large-Scale Citizen Science Project», eScienceW, p. 20-27, 2011 IEEE Seventh International Conference on e-Science Work shops.

Lievrouw, L. (2010), «Social Media and the Production of Knowledge: A Return to Little Science?», Social Epistemology, vol. 24, n° 3, p. 219-237.

Neilsen, M. (2012), Reinventing Discovery: The New Era of Networked Science, Princeton University Press.

Rabeharisoa, V. et M. Callon (1999), Le pouvoir des malades : l’association française contre les myopathies et la recherche, Paris, Presses des Mines.

Wiggins, A., Newman, G., Stevenson, R. D. et Crowston, K. (2011), «Mechanisms for Data Quality and Validation in Citizen Science», e-Science Workshops, IEEE Computer Society, p. 14-19.

Wiggins, A. Crowston, K. (2011), «From Conservation to Crowdsourcing: A Typology of Citizen Science», HICSS, vol. 44.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search