Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Alliances technologiques

Jorge Niosi

Texte intégral

1Il y a quelques années, le mot « coopération » ne figurait pas dans les dictionnaires de sciences économiques (comme ceux de Pearce ou encore de Bannock et de ses collaborateurs). La coopération est pourtant omniprésente dans l’économie. Les employés de chaque organisation coopèrent régulièrement entre eux. Les gouvernements de divers pays coopèrent dans des organisations internationales comme l’OCDE, l’ONU, l’ONUDI, l’UNESCO, mais aussi dans des marchés régionaux comme l’Union européenne, le MERCOSUR ou l’ALENA. Même dans la théorie économique, le concept de coopération gagne du terrain avec les travaux d’Elinor Ostrom, une économiste américaine qui a montré que les agents économiques peuvent coopérer pour éviter la destruction des biens publics et gérer collectivement ces biens.

2Les entreprises privées coopèrent aussi entre elles. Elles le font pour partager certaines ressources et certains équipements (au sein de coopératives agricoles, par exemple), pour conclure des accords commerciaux (comme les alliances entre compagnies aériennes), mais aussi pour créer de nouvelles technologies ou pour en maximiser les rendements (voir Invention et innovation et Économie de l’innovation).

3L’économie traditionnelle (néoclassique) affirme que la productivité et l’équilibre (la main invisible de l’économie) sont guidés par la concurrence. Depuis une vingtaine d’années, la notion de coopération brouille toutefois cette image darwinienne de la lutte pour la survie entre les agents économiques (individus, entreprises et organisations, y compris gouvernementales). De nouveaux modes de gestion, basés sur les routines des firmes asiatiques, et une analyse plus empirique et plus fine de la vie économique ont remis la coopération à l’ordre du jour, notamment sur le plan technologique.

4Les raisons qui expliquent l’existence de ces alliances technologiques sont nombreuses : réaliser des économies d’envergure et de variété, accéder à de nouveaux marchés, réduire les coûts de la recherche-développement, recevoir des connaissances et des technologies complémentaires, ou obtenir du financement pour la R-D (voir Recherche et développement).

5Les alliances technologiques entre les entreprises sont de divers types : horizontales lorsqu’elles ont lieu entre des entreprises de la même industrie (par exemple, entre P & W Canada et l’Allemande MTU pour produire des moteurs d’avion), verticales lorsqu’elles surviennent entre un assembleur ou usager et un fournisseur de pièces ou de composantes (par exemple, Hydro-Québec et ABB, ou bien Bombardier et P & W Canada), ou latérales lorsqu’elles surviennent entre des sociétés provenant de secteurs industriels différents et qui coopèrent pour donner une nouvelle utilisation à des composantes connues (par exemple, entre les industries des semi-conducteurs et de l’horlogerie).

6Lorsque ces accords technologiques impliquent des montants réduits ou des technologies peu stratégiques, les coopérants ne se donnent pas souvent la peine de formaliser par écrit leur collaboration. Des entreprises se consultent ainsi régulièrement sur des questions technologiques sans être obligées de rédiger de longs et coûteux contrats. Par contre, lorsque des sommes importantes sont en jeu, ou lorsque des technologies-clés, actuelles ou d’avenir, mettent en cause l’existence même de la compagnie, les entreprises signent des accords de coopération (terme le plus souvent employé pour désigner ces accords).

7La coopération entre organisations semble plus fréquente lorsque les recherches sont de type précompétitif. Plus près de la phase de la commercialisation, les entreprises sont moins enclines à coopérer, mais lorsqu’elles le font les montants investis sont plus substantiels. Par ailleurs, les petites et moyennes entreprises mènent un pourcentage plus élevé de leur R-D en coopération que les grandes sociétés, même si, à long terme, elles bénéficient moins de la coopération technologique que les grandes entreprises à cause de leurs limitations sur le plan de la taille et des ressources.

8Les gouvernements ont emboité le pas aux entreprises et autres organisations impliquées dans la coopération. Ils l’ont fait d’abord en modifiant les lois anti-trust qui auraient empêché la collaboration entre sociétés de la même industrie (voir Évolution de la réglementation). Ils ont aussi modifié plusieurs politiques de science, technologie et innovation afin de susciter la coopération non seulement entre les entreprises, mais aussi entre les universités et les entreprises, les laboratoires publics et les entreprises, et entre les universités et les laboratoires d’État (voir Université). L’Union européenne, par exemple, a multiplié les programmes en vue d’accroître la coopération entre organisations de divers pays, organisations qui jusqu’à la fin des années 1980 s’étaient cantonnées à des alliances purement nationales (voir Internationalisation de la R-D). Il s’agit de programmes cadres dont le dernier, le septième, est actuellement en cours avec une dotation de plus de 50 milliards d’euros, témoignant de l’importance croissante attribuée à la coopération.

Bibliographie

Alic, J. (1990), « Cooperation in R & D », Technovation, vol. 10, n° 5, p. 319-332.

Bannock, G., R. E. Baxter et Evans Davis (1998), Dictionary of Economics, Londres, Wiley.

Chun, H. et S. B. Mun (2012), « Determinants of R & D cooperation in small and mediumsized enterprises », Small Business Economics, vol. 39, n° 2, p. 419-436.

Niosi, J. (1995), Vers l’innovation flexible : les alliances technologiques de l’industrie canadienne, Presses de l’Université de Montréal.

Ostrom, E. (2010), « Beyond markets and states : polycentric governance of complex economic systems », American Economic Review, vol. 100, n° 3, p. 641-672.

Pearce, D. W. (dir.) (1983), The Dictionary of Modern Economics, Boston, MIT Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search