Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'économie circulaire

 | 
Mélanie McDonald
, 
Daniel Normandin
, 
Sébastien Sauvé

Les limites et les pistes d’enrichissement du modèle

Gabrielle van Durme, Luce Beaulieu, Manuele Margni, Peter Dietsch, Danielle Zwarthoed, Yves-Marie Abraham, Thierry C. Pauchant, Yoann Guntzburger, Ingrid Hall, Paul Sabourin et Sara Teitelbaum

Texte intégral

  • 1 Voir la définition proposée par l’ADEME et celle du Québec, qui sont présentées en introduction de (...)

1Quoique très prometteur et vertueux sur le plan théorique, le modèle d’économie circulaire n’en est pas moins critiquable et perfectible, surtout si l’on considère qu’il va au-delà de la gestion des ressources et devient un moyen d’atteindre le bien-être individuel et collectif1.

2Dans cette partie, on envisage l’économie circulaire en regard d’autres concepts économiques, on en rappelle les origines et en évoque les limites. On donne les sources probables de résistance au déploiement de l’économie circulaire, tant sur le plan de la production que de la consommation, tout en apportant des éléments de réflexion qui peuvent aider à surmonter cette résistance. On aborde, entre autres, les « effets rebonds » que peut générer l’économie circulaire sur le plan de la consommation, puis on présente les limites possibles des principes fondamentaux de l’économie circulaire. Outre les effets rebonds, on traite des problèmes liés à la notion de substitution des ressources, dont les ressources énergétiques, de même que les limites entropiques du recyclage. On enchaîne sur la nécessité de fixer des limites à notre production et à notre consommation. Puis on propose un regard croisé entre l’économie circulaire et l’économie politique pensée par Adam Smith au cours du XVIIIe siècle. On y voit que la notion de développement durable y était déjà bien présente et que l’économie circulaire aurait avantage à s’inspirer de ces mêmes principes pour tendre vers un modèle économique plus englobant et vertueux. Finalement, le dernier texte évoque l’importance de dépasser la dimension économique de l’économie circulaire et d’y intégrer une dimension sociale, afin de rejoindre les préoccupations des acteurs non seulement en tant que consommateurs, mais, également, en tant que citoyens.

L’apport de l’économie circulaire au regard d’autres approches et outils

3Gabrielle van Durme, Luce Beaulieu et Manuele Margni

  • 2 Cette section est essentiellement fondée sur publications récentes des auteurs de ce texte (CIRAIG (...)

4Concevoir l’économie circulaire comme une construction sociale et dans une perspective historique nous permet de comprendre qu’elle est loin d’être un concept théorique clair, achevé et bien délimité. L’économie circulaire se nourrit de nombreux travaux et idées qui l’ont précédée et qui évoluent en parallèle, et elle les influence à son tour. Le concept d’économie circulaire apporte-t-il des éléments nouveaux ? Où sont ses forces et ses faiblesses au regard des idées et des outils qui cohabitent avec elle ? Quelle place lui donner ? Ce texte tente de répondre à ces questions2.

Une petite histoire

  • 3 Pearce et al. (1990).

5Certaines des notions qui sous-tendent l’économie circulaire actuelle sont loin d’être nouvelles. L’idée de créer des liens étroits et des échanges matériels entre entreprises physiquement proches date de la fin du XIXe siècle (« districts industriels »), tandis que le concept de système économique « fermé », qui voit la Terre comme un vaisseau spatial dont il faut respecter les limites, a été popularisé dans les années 1960. Le terme « économie circulaire » en lui-même a été utilisé pour la première fois en 19903, mais sans avoir été décrit et conceptualisé plus avant ni même vulgarisé au-delà de cet ouvrage. L’intérêt qu’il connaît aujourd’hui est largement attribuable aux actions de la Fondation Ellen MacArthur, créée en 2010, qui a voulu donner corps à ce concept et en faire une réalité. L’économie circulaire est-elle donc nouvelle ou ancienne ? Les deux à la fois ! Il est possible de parler pour certains aspects économiques d’un retour vers l’économie circulaire. Plus spécifiquement, trois concepts antérieurs se retrouvent aujourd’hui au cœur de sa définition (ou, plus justement, de ses définitions).

  • 4 En version originale : Systems thinking ; Waste is food ; Diversity is strength ; Design out waste (...)

6Le concept Cradle-to-Cradle (ou « du berceau au berceau ») a évolué depuis une vingtaine d’années. Il s’agit d’une philosophie inspirée de la nature qui repose notamment sur l’idée de systèmes de production et de consommation en boucles fermées ; il s’agit aussi, et en même temps, d’une démarche formelle de certification. Il constitue très clairement l’inspiration derrière les cinq piliers de l’économie circulaire tels qu’ils sont définis par la Fondation Ellen MacArthur : la pensée systémique ; déchet = nourriture ; la diversité est une force ; concevoir sans déchets ; le recours aux énergies renouvelables4.

  • 5 Voir le texte « Les symbioses industrielles » du présent ouvrage.
  • 6 Dain (2010) : 1) l’écologie industrielle s’intéresse avant tout aux entreprises et aux boucles qu’ (...)

7L’écologie industrielle, soit l’idée d’un écosystème industriel ou territorial optimisant la consommation des ressources et minimisant les rejets, est la racine la plus ancienne de l’économie circulaire. L’écologie industrielle appliquée produit des symbioses industrielles qui, en visant la mise en place de systèmes en boucles plutôt que linéaires, représentent aujourd’hui l’une des principales voies de mise en œuvre de l’économie circulaire5. Tout comme cette dernière, l’écologie industrielle évolue encore. Dain postule qu’il en existe deux grandes visions ; la première voit l’écologie industrielle comme un outil de mesure et d’analyse des flux de matières en vue de leur optimisation (vision la plus répandue dans les entreprises et les communautés). Dans ce cas, les différences avec l’économie circulaire sont assez claires6. La seconde vision propose une transformation profonde des relations entre les humains et l’environnement naturel afin de les rendre plus durables. Elle implique donc des modifications beaucoup plus fondamentales de notre système économique et se rapproche ainsi nettement de l’économie circulaire.

  • 7 Voir le texte « L’économie collaborative et l’économie de fonctionnalité » du présent ouvrage.

8L’économie de fonctionnalité (ou économie de performance) vise à découpler la croissance économique de la consommation des ressources et des externalités environnementales en créant des modèles d’affaires fondés sur la vente d’un service plutôt que du produit qui le rend. Là aussi, on retrouve des propositions chères à l’économie circulaire et dans l’air du temps7.

9De plus, on ne peut analyser l’économie circulaire sans la confronter à des concepts souvent très proches, ceux de développement durable et d’économie verte. Ces trois notions ont toutes une portée très large, visant à faire évoluer les sociétés humaines pour in fine assurer leur pérennité. Chacune présente toutefois des caractéristiques qui lui sont propres et les distinguent les unes des autres.

10Le développement durable est le concept le plus général, qui dépasse la dimension économique et propose une vision de ce que devrait être le développement, plutôt que les moyens pour y parvenir. Il est généralement conceptualisé par trois sphères représentant les volets environnemental, social et économique du processus, mais il est intéressant de rappeler sa définition originale :

  • 8 CMED (1987).

Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir8.

11Dans ce sens, l’économie circulaire n’est pas un concept pouvant remplacer celui de développement durable. Elle est plutôt l’un des multiples candidats pour sa mise en œuvre.

  • 9 Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).
  • 10 PNUE (2011).

12L’économie verte, quant à elle, propose de s’attaquer aux problèmes environnementaux grâce aux outils économiques. Selon le PNUE9, c’est « une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources10 ».

  • 11 Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (France).

13Selon certaines approches, notamment celle préconisée par la Fondation Ellen MacArthur, l’économie circulaire est, quant à elle, fondamentalement « disruptive » et implique l’émergence d’un nouveau système économique fondé sur la collaboration entre tous les acteurs et où les flux de matière seraient recirculés au maximum, voire où les activités économiques seraient intrinsèquement régénératives. En ce sens, elle représente tant l’objectif que le chemin pour y parvenir. Pour d’autres approches, la différence avec l’économie verte est plus floue et la définition de l’ADEME11, par exemple, semble directement inspirée de la définition de l’économie verte du PNUE : elle vise ainsi principalement à découpler la consommation des ressources de la croissance du PIB, tout en contribuant à l’emploi.

14En l’absence d’une définition consensuelle de l’économie circulaire, il peut être difficile de la situer clairement par rapport aux autres notions qui coexistent ; il est cependant manifeste qu’elle s’élabore en relation avec elles.

Les apports et les lacunes de l’économie circulaire

15L’idée d’une économie circulaire fournit avant tout un cadre fédérateur et un souffle nouveau à toute une série de concepts préexistants qui visent la durabilité. Elle propose des outils et des modèles d’affaires, non pas nouveaux, mais qui, lorsqu’on les prend ensemble et qu’on les articule dans une perspective de circularité, offrent un objectif ambitieux et atteignable. Ainsi, avec une économie circulaire, les entreprises et les consommateurs ne sont plus vus comme responsables de tous les maux, mais comme porteurs de solutions grâce à l’innovation et à la collaboration. L’économie circulaire peut alors être portée par les entreprises, qui y voient le moyen de réconcilier la réalité des affaires et leur responsabilité sociale.

16Même si, dans les cas où elle est mise en œuvre, l’économie circulaire repose presque exclusivement sur des idées qui existent indépendamment d’elle (ce qui n’exclut pas l’émergence de formes plus innovantes d’opérationnalisation à l’avenir), sa capacité à parler un langage d’affaires et à susciter l’adhésion des entreprises peut changer les choses.

17Par ailleurs, il est important de mettre en lumière les dimensions que l’économie circulaire ne contient pas, mais qui sont présentes dans d’autres concepts proches.

  • 12 Voir également la notion de justice dans le texte « La justice distributive » du présent ouvrage.

18L’économie circulaire n’intègre que très peu de considérations sociales (par exemple, comment améliorer un système du point de vue de la qualité des emplois ou du bien-être de la communauté) et ne parle pas d’équité (s’assurer d’une juste distribution des effets des activités économiques, positifs et négatifs, au sein de la population12). Le bien-être est mentionné par certaines organisations, telle l’ADEME, mais avec un fort accent sur la création d’emplois, qui n’est qu’une des nombreuses facettes à considérer sur le plan social.

  • 13 Voir la notion d’ACV et de rebond dans les textes « Une stratégie nécessaire mais insuffisante » e (...)

19En ce qui concerne la prise en compte de l’environnement, de nombreuses approches existent. Elles visent à examiner les enjeux sous différents angles afin de comprendre tant leurs effets directs que ceux issus des solutions proposées13.

20L’économie circulaire va-t-elle évoluer pour inclure au centre de sa définition des considérations sociales, l’équité et d’autres notions aujourd’hui absentes ou va-t-elle les laisser de côté ?

21Ces omissions ne sont pas un problème en soi, mais on doit les énoncer clairement pour compléter les initiatives dites circulaires par des perspectives et outils visant la prise en compte de ces autres dimensions si l’on veut faire de l’économie circulaire un véritable projet de société. La force de l’économie circulaire, soit sa capacité à susciter l’adhésion, pourrait devenir problématique si cela incitait les acteurs économiques à y voir LA solution nécessaire et suffisante et à mettre de côté des démarches complémentaires indispensables pour éviter les fausses bonnes idées et les effets pervers.

L’économie circulaire, oui, mais…

22L’économie circulaire d’aujourd’hui est jeune de par son cadre fédérateur et vieille de par les concepts qu’elle englobe. Elle pose un regard neuf sur des idées qui la précèdent et leur insuffle un regain d’énergie bienvenu. Elle est encore mouvante et parfois difficile à cerner.

23Comme toujours, l’attrait d’une réponse unique, simple et magique n’est qu’un mirage, possiblement néfaste. L’économie circulaire ne peut pas tout faire, tout voir, tout prévoir. Elle ne pourra réellement être bénéfique pour tous que si ceux qui en sont les promoteurs reconnaissent explicitement ses limites et travaillent avec des approches complémentaires, permettant ainsi une démarche holistique face aux défis de la durabilité. Tout comme les acteurs mobilisant les autres approches auront intérêt à considérer l’économie circulaire comme un atout important pour progresser ensemble vers un monde plus juste et plus durable.

La justice distributive

24Peter Dietsch et Danielle Zwarthoed

25Schématiquement, promouvoir l’économie circulaire, et donc concilier le bien-être matériel des individus avec les contraintes environnementales, peut se faire de trois manières :

  • Utiliser la même quantité de ressources avec moins de pollution ;
  • Atteindre le même taux de croissance avec moins de ressources ;
  • Atteindre le même degré de bien-être avec moins de croissance.

26En réalité, il faudra un mélange des trois stratégies. Ce qui importe ici est le fait que la poursuite de chacune des trois stratégies produira des gagnants et des perdants par rapport au statu quo. Par exemple, favoriser des technologies moins polluantes fera en sorte que les entreprises qui vendent les anciennes technologies perdront une part du marché. De manière plus générale, la transition à une économie circulaire posera des questions de justice distributive : la distribution des avantages et des obligations dans la société sera reconfigurée.

27Même si l’on considère que cette transition est une bonne chose (parce qu’on s’est rendu compte de l’urgence de prendre au sérieux les contraintes environnementales), une telle redistribution des avantages sociaux rencontrera toujours une résistance de la part de ceux qui doivent renoncer à un privilège qu’ils détenaient dans le passé. Le but de cette brève contribution est de discerner les sources probables d’une telle résistance et de réfléchir à ce que l’économie circulaire doit faire pour surmonter les obstacles qu’elle présente. La problématique est divisée en deux parties : la première se concentre sur les exigences d’une transition vers l’économie circulaire du côté de la production (liée aux deux premières stratégies ci-dessus), et la seconde se penche sur cette question du côté de la consommation (liée à la troisième stratégie).

La production

28S’il est coûteux de changer son processus de production, il y a différentes raisons pour lesquelles une entreprise privée pourrait être prête à assumer ces coûts. Premièrement, certains entrepreneurs ont internalisé les deux premières stratégies pour mettre en œuvre l’économie circulaire. Par exemple, il existe des établissements qui créent des produits plus durables et qui, par conséquent, utilisent moins de ressources. Or, non seulement ces entreprises sont rares comparativement à celles qui acceptent une obsolescence de leurs produits ou souvent vont même la programmer, mais, de plus, cette stratégie est aussi menacée par la pression concurrentielle d’autres entreprises qui n’assument pas ces coûts supplémentaires.

29En réponse à cette première considération, on pourrait objecter que, dans les faits, il peut être rentable pour une entreprise d’innover pour produire de manière plus efficace. Effectivement, il existe des cas de ce type et c’est la deuxième raison pour laquelle une entreprise pourrait s’avérer un agent de la transition vers l’économie circulaire. Cela dit, il faut aussi voir que, pour une entreprise déjà profitable, l’innovation sera toujours une lame à double tranchant. On sait que l’industrie de l’automobile avait des projets de voitures à 3 litres/100 km dans leurs tiroirs il y a vingt ans, mais il n’était pas dans leur intérêt de les sortir.

30Les considérations précédentes rendent sceptiques quant à la proposition que la conviction et la recherche du profit pourront être des raisons suffisantes pour une transition vers l’économie circulaire, au moins une transition aussi rapide qu’on le souhaite. Pour atteindre cet objectif, il faudra créer des dispositifs incitatifs supplémentaires pour pousser les entreprises à changer leurs pratiques. Les gouvernements devront intervenir soit en imposant des réglementations qui interdisent des processus de production plus polluants ou plus intensifs en ressources, soit en haussant le prix de ces processus. L’exemple par excellence dans cette dernière optique serait une taxe sur le carbone.

31De telles politiques publiques pour une transition vers l’économie circulaire peuvent elles-mêmes être évaluées du point de vue de leur justification morale ainsi que de leur faisabilité. Quant à la justification, on peut faire appel à la justice intergénérationnelle. Même si ces politiques reconfigurent la distribution des avantages à l’intérieur d’une génération, nous tous, en tant que génération, avons une obligation envers les générations futures de ne pas causer une dégradation de l’environnement naturel au-dessous d’un seuil de durabilité. On peut aussi faire appel à la justice mondiale. Aujourd’hui, les habitants les plus pauvres de la planète vivent dans les zones les plus touchées par les conséquences du réchauffement climatique, telles que la désertification, la sécheresse ou la montée du niveau de la mer. Le manque de ressources et les dysfonctionnements institutionnels empêchent nombre de pays du Sud de faire face aux problèmes environnementaux. Ce type de réforme dans nos démocraties se heurte malheureusement aux contraintes électorales des partis politiques.

32En somme, du côté de la production, des réformes politiques représentent une condition nécessaire pour une transition vers l’économie circulaire. Se fier au comportement vertueux des entreprises et même à leur motivation de dégager des profits ne suffira pas aussi longtemps que ces motivations ne sont pas dirigées dans la bonne direction.

La consommation

  • 14 Ehrlich et Holdren (1974).

33Passons maintenant à la deuxième partie de notre réflexion, à savoir ce qu’une transition vers l’économie circulaire exige sur le plan de la consommation. L’équation I = P x A x T, souvent utilisée pour décrire l’impact (I) de l’économie et des activités humaines sur l’environnement, signifie que cet impact résulte de trois facteurs : la population (P), l’abondance (A) et la technologie (T)14. Même si elle tend de plus en plus à prendre en compte le facteur abondance, l’économie circulaire aujourd’hui relève principalement du facteur technologie, l’idée étant de faire appel aux énergies renouvelables, de limiter l’utilisation de produits chimiques, de recycler. Mais miser exclusivement sur le facteur technologie ne diminuera pas, ou pas suffisamment, l’impact de l’économie sur l’environnement si, par ailleurs, les deux autres éléments de l’équation, l’abondance et la population, continuent de croître.

34L’abondance fait référence ici à la consommation. L’économie circulaire s’intéresse de fait à celle-ci, dans la mesure où elle promeut aussi des modèles de consommation renouvelée, comme la consommation dématérialisée ou la consommation collaborative. La dématérialisation de l’économie dans la consommation est le remplacement de la demande de produits « matériels » (des CD, par exemple) par des produits « immatériels » (des fichiers de type MP3). Il est plausible que l’empreinte écologique de la fabrication d’un CD est supérieure à celle du téléchargement d’un MP3. Cela étant, l’empreinte du MP3 n’est pas nulle. Les serveurs consomment aussi de l’énergie. Et surtout, parce que précisément l’information dématérialisée circule plus vite, prend moins de place, on est tenté d’en consommer davantage. On n’achète pas autant de CD qu’on télécharge de musique. On n’envoie pas autant de lettres manuscrites que de courriels.

35La consommation collaborative est un modèle intéressant, car elle permet de limiter les acquisitions en optimisant l’usage d’un bien, donc des ressources qui ont servi à le produire. Si vingt personnes achètent chacune une perceuse dont elles ne se servent qu’une fois par an, en matière de ressources naturelles et de pollution, cela « coûte » à l’environnement la production de vingt perceuses. Si ces vingt personnes se mettent d’accord pour n’acheter qu’une perceuse, elles sont tout aussi contentes et cela n’aura « coûté » à l’environnement qu’une perceuse. La consommation collaborative tout comme l’économie de la fonctionnalité proposent de remplacer l’acquisition d’un bien par l’acquisition de sa fonction ou de son usage. L’économie circulaire promeut donc des modes de consommation plus durables, en changeant les modes d’acquisition des biens, mais sans changer vraiment nos préférences.

36C’est ici l’intérêt, mais aussi la limite de l’économie circulaire comme réponse à la problématique environnementale. Car pour jouer sur le facteur abondance de l’équation I = P x A x T, il ne suffira peut-être pas de changer les modes de production et d’acquisition des biens. Il faudra peut-être aussi réviser les préférences elles-mêmes. Pourquoi ?

37Premièrement, tous les biens de consommation n’ont pas les qualités requises pour être partagés. Si les perceuses, les livres, les jouets, les vélos, les voitures ou les machines à laver se partagent sans trop de difficultés, il n’en va pas de même pour les cosmétiques, les mouchoirs en papier, les maisons, les meubles, les aliments, les gobelets en plastique, les ordinateurs, les téléphones, etc. Certes, les modèles de consommation alternative ne se résument pas au partage : les achats d’occasion, le choix de produits biologiques ou recyclés permettent aussi de limiter l’impact environnemental de notre consommation. Mais il y a une autre difficulté.

  • 15 Voir les textes « L’analyse de flux de matières et l’analyse du cycle de vie » et « Une stratégie (...)

38Celle-ci concerne les « effets rebonds »15. L’économie circulaire pourrait diminuer les coûts à la fois d’acquisition et d’accès ou d’usage des biens, en diminuant peut-être les coûts de production ou les coûts d’acquisition. À première vue, ce serait une bonne nouvelle pour le consommateur, qui verrait son pouvoir d’achat augmenter. Mais une augmentation du pouvoir d’achat signifie que l’économie circulaire pourrait avoir l’effet inverse que celui espéré : les consommateurs en profiteraient pour acquérir encore plus de biens, des maisons plus grandes, des ordinateurs plus puissants, etc.

39Cela ne signifie pas qu’il faut renoncer à l’économie circulaire, mais qu’une stratégie efficace de préservation des ressources naturelles et des écosystèmes doit prêter une attention particulière non seulement à l’organisation de la production et de l’acquisition des biens, mais aussi aux préférences des consommateurs eux-mêmes et à la manière dont elles sont formées par l’éducation et le cadre social.

40Ici, la question de la faisabilité ressurgit du côté du consommateur. Changer la manière dont les biens sont produits ou acquis n’affecte pas outre mesure le confort du consommateur ou son sentiment de bienêtre. Diminuer sa consommation personnelle, ou renoncer tout simplement à un bien, si. Nous voulons que notre société sécurise l’abondance et la richesse, pas qu’elle nous convertisse à la frugalité. Avons-nous raison ? Le paradoxe d’Easterlin, mis en évidence par l’économiste du même nom en 1974, montre qu’au-delà d’un certain seuil de richesse, la croissance économique et l’abondance qui en résulte n’augmentent pas le bien-être. Autrement dit, il faut assez de biens pour être heureux, mais pas davantage. Il est donc possible de consommer moins sans diminuer notre bien-être.

41Si chacun décidait par soi-même de réviser ses préférences de consommation et d’adopter un mode de vie plus frugal, tout irait donc pour le mieux. Mais il faudra probablement des politiques d’éducation plus proactives pour s’assurer que le facteur abondance de l’équation I = P x A x T diminue vraiment. Et c’est ici qu’intervient, à nouveau, la question de la justification morale. Les écoles publiques, par exemple, seraient-elles en droit d’encourager certaines habitudes de consommation chez les enfants ? On peut penser que oui, pour deux raisons.

42Premièrement, adopter des habitudes frugales sera de toute manière nécessaire pour respecter les droits présents et futurs des victimes potentielles des changements climatiques, de la dégradation de l’environnement et de l’épuisement des ressources. Deuxièmement, il serait un peu naïf de croire que, dans l’état actuel des choses, les habitudes de consommation se forment de manière parfaitement libre. Les techniques de marketing utilisées pour modeler les habitudes de consommation tant des enfants que des adultes visent justement à éviter de faire de l’acte de consommation un acte réfléchi et autonome.

43Au sujet du facteur population de l’équation I = P x A x T, pour finir : en matière d’acceptabilité politique et sociale, des politiques visant à limiter la procréation se tireraient encore moins bien d’affaire que l’économie circulaire ou même qu’une sensibilisation à la frugalité. Cela étant, peut-être pourrions-nous nous demander s’il existe des moyens moralement acceptables de réduire la population.

Une stratégie nécessaire, mais insuffisante

44Yves-Marie Abraham

45Les définitions actuelles de l’économie circulaire la présentent comme un moyen de découpler croissance économique et impact écologique des activités humaines. Or, peut-on vraiment produire toujours plus de marchandises tout en respectant les limites biophysiques de notre planète ? Il y a de fortes raisons d’en douter.

Le problème des effets rebonds

  • 16 Stanley Jevons (1865).

46L’une des stratégies centrales de l’économie circulaire consiste à « augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources ». Outre le fait que cette stratégie n’a rien de neuf, au moins dans son principe, sa portée en matière de réduction de la consommation de « ressources naturelles » est limitée, et même parfois annihilée, par ce que l’on appelle les effets rebonds. Ce phénomène a été repéré il y a plus d’un siècle maintenant, par Stanley Jevons. Dans une étude demeurée célèbre sur la consommation du charbon en Angleterre, cet économiste constatait que l’efficacité accrue des machines à vapeur non seulement ne réduisait pas cette consommation, mais s’accompagnait au contraire de son augmentation16. Ce phénomène a été baptisé depuis le Jevons paradox, mais n’a rien de vraiment paradoxal. Le progrès technique a eu pour effet, en l’occurrence, de réduire les coûts d’utilisation du charbon (une moindre quantité est désormais nécessaire pour produire un même travail), donc d’en stimuler la demande.

  • 17 Owen (2013).

47Cette dynamique semble observable dans de nombreuses situations, d’autant qu’elle ne prend pas seulement la forme d’un « effet direct », comme dans le cas étudié par Jevons ou dans le cas emblématique des moteurs de voiture, dont l’efficacité énergétique accrue s’est traduite par une augmentation de l’usage de ce moyen de transport, donc une croissance de la consommation d’essence et d’infrastructures. Les économies réalisées grâce à un surcroît d’efficacité peuvent être investies dans d’autres activités également consommatrices de ressources naturelles, ce qui tend à réduire les bénéfices écologiques du progrès initial. On parle dans ce cas d’« effets rebonds indirects ». Voici une illustration simple de ce phénomène : grâce à la réduction du coût en essence d’un trajet en automobile offerte par un moteur plus efficace, on peut finir par se payer un billet d’avion pour aller en vacances à Cuba ! Au bout du compte, il n’y aura donc pas forcément réduction de la consommation d’énergie. À tout le moins, les gains sur ce plan s’avéreront inférieurs à ceux que garantissait a priori le nouveau moteur17.

Les limites des stratégies de substitution

48Un autre principe essentiel de l’économie circulaire semble être de substituer autant que possible des ressources renouvelables aux ressources non renouvelables dans la poursuite de nos activités économiques. Là encore, cette stratégie semble frappée au coin du bon sens et quiconque se soucie de limiter l’impact écologique de l’espèce humaine ne peut qu’en faire la promotion. Toutefois, sauf miracle technologique, elle ne permettra pas d’obtenir le découplage recherché entre croissance économique et incidence écologique.

49L’impasse est particulièrement flagrante en ce qui concerne l’énergie, la ressource la plus cruciale qui soit. Nos économies reposent aujourd’hui à 80 % sur l’usage de carburants fossiles (charbon, pétrole, gaz). Parce qu’il s’agit, d’une part, d’un stock fini de ressources de plus en plus difficiles à extraire et, d’autre part, d’une forme d’énergie dont l’usage se traduit par des émissions polluantes qui affectent entre autres le climat terrestre, il est urgent de recourir à des solutions de remplacement. Le problème est qu’aucune des solutions existantes n’offre encore de services équivalents.

  • 18 Heinberg (2009).

50Prenons le cas du rayonnement solaire. Il se présente à nous sous la forme d’un flux que nous ne contrôlons pas et qui s’avère intermittent (nuits, nuages, hivers). La possibilité de le stocker reste par ailleurs très limitée. Enfin, il s’agit d’une énergie beaucoup plus diffuse que celles que nous utilisons principalement. Le charbon, dont près des deux tiers des quantités extraites aujourd’hui dans le monde servent à produire de l’électricité, présente en la matière des avantages très supérieurs, en plus d’être facilement stockable, transportable et manipulable. Son taux de retour énergétique (TRE) est d’environ 1 pour 50. Cela signifie qu’une unité de cette source d’énergie permet d’en « produire » ou, plus exactement, d’en mobiliser 50. Dans le cas de l’énergie photovoltaïque, ce ratio est dans le meilleur des cas de 1 pour 1018. On comprend dans ces conditions qu’il n’y ait jamais eu autant de charbon utilisé dans le monde depuis les débuts de la révolution industrielle !

  • 19 Greer (2013).

51Ce qui vaut pour le photovoltaïque vaut, peu ou prou, pour les autres sources d’énergie renouvelable : ni seules, ni ensemble, elles ne paraissent pouvoir constituer un véritable substitut aux énergies fossiles. En d’autres termes, leurs caractéristiques physiques (intermittence, limites de stockage) ne leur permettent pas, compte tenu des technologies actuelles, de nous rendre les mêmes services sur le plan énergétique que les combustibles fossiles. Il est donc illusoire de croire que nous pourrons, à court et à moyen termes, maintenir un taux de croissance économique positif, même très faible, sans utiliser pétrole, charbon et gaz naturel, donc sans aggraver dramatiquement le dérèglement climatique19.

Le processus économique est entropique

52Une troisième série de propositions que l’on retrouve au fondement des modèles d’économie circulaire repose sur le principe du recyclage. À l’évidence, le respect d’un tel principe s’impose. Il est plus que temps de mettre un terme au prodigieux gaspillage qui a caractérisé notre civilisation jusqu’ici, et l’idée selon laquelle nos déchets constituent de précieuses ressources potentielles s’avère très prometteuse. Néanmoins, il existe aussi toutes sortes de limites sur ce plan.

  • 20 Georgescu-Roegen (1995).

53Comme le disait Lavoisier, « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ». Telle est en substance la loi de conservation de la matière et de l’énergie. Mais cette transformation en laquelle consiste le processus économique (quelle que soit la manière dont on le définit) suppose toujours aussi une dégradation qualitative de l’énergie et de la matière utilisées, et cela par dissipation. C’est la loi de l’entropie, connue comme le deuxième principe de la thermodynamique. L’économiste Nicholas Georgescu-Roegen, qui n’a eu de cesse d’en rappeler l’existence à ses collègues, l’explique ainsi : « Lorsqu’on brûle un morceau de charbon, son énergie chimique ne subit ni diminution ni augmentation. Mais son énergie libre initiale s’est tellement dissipée sous forme de chaleur, de fumée et de cendres, que l’homme ne peut plus l’utiliser20 ».

  • 21 Bihouix (2014).

54Ces problèmes se posent aussi dans le cas de la matière, notamment en ce qui concerne les métaux. On observe aujourd’hui une augmentation des usages « dispersifs » ou « dissipatifs » de bon nombre d’entre eux et, en particulier, de certains des plus rares. Qu’ils soient utilisés pour produire des peintures, des cosmétiques, des lubrifiants, des colles, des textiles ou encore des nanotechnologies, les métaux concernés deviennent irrécupérables. Autre limite importante : une grande partie de nos nouvelles technologies s’appuient sur des alliages sophistiqués entre métaux. On peut certes les recycler, mais sous une forme généralement dégradée. Les matériaux initiaux sont perdus en tant que tels. Même si, techniquement, leur récupération est possible, les coûts énergétiques et financiers d’une telle opération ont toutes les chances d’être prohibitifs21. Bref, nous devons commencer par reconnaître qu’on ne peut complètement « circulariser » l’activité économique qui constitue bel et bien un processus linéaire.

Entre la croissance économique et la soutenabilité écologique, il faut choisir !

  • 22 Servigne et Stevens (2015).

55Les critiques qui précèdent n’invalident pas les principes de l’économie circulaire. Au contraire, elles en rendent l’application d’autant plus nécessaire. Mais ces principes ne permettront de diminuer les répercussions écologiques des activités humaines, jusqu’à les rendre soutenables, que dans la mesure où nous fixerons par ailleurs des limites à notre production et à notre consommation de biens et de services. La seule manière de rendre « durables » nos économies, compte tenu de leur ampleur actuelle, est désormais de les ralentir. À défaut, la mise en place à grande échelle d’une économie circulaire permettra au mieux un découplage relatif entre croissance économique et épuisement/pollution de notre habitat terrestre. Cela n’empêchera pas nos sociétés de buter sur les limites biophysiques de la planète et de finir par s’effondrer. Pour un nombre croissant de spécialistes de ces questions, un tel événement pourrait se produire bien avant la fin du siècle22.

L’éthique évolutionniste d’Adam Smith pour enrichir l’économie circulaire

56Thierry C. Pauchant et Yoann Guntzburger

57L’engouement pour l’économie circulaire provient en partie du fait que ce modèle est un parapluie paradigmatique intégrateur et multidisciplinaire. Le nom même du concept suggère pourtant, de façon plus restrictive, un nouveau modèle économique. Se voulant pratique, ce nouveau modèle semble dire qu’il suffit de remplacer le supposé « modèle linéaire » par un circulaire pour résoudre les problèmes environnementaux, réduire le prix des matières premières et accroître notre richesse collective. Pourtant, le modèle utilise peu les fondements de l’économie politique qui, selon Adam Smith – père fondateur de cette discipline –, sont eux-mêmes intégrateurs, évolutionnistes et multidisciplinaires, et incluent une critique du mercantilisme et du consumérisme.

  • 23 Pauchant et Franco (2014).
  • 24 Sen (2011), p. 270.

58La pensée d’Adam Smith a souvent été déformée. L’idée de la main invisible du marché, celle qui soutient le « laisser-faire » des entreprises pour maximiser l’avoir des actionnaires ou encore celle qui affirme que les prix englobent toutes les subtilités des valeurs23 ne sont pas smithiennes. Des auteurs sérieux, Amartya Sen en tête, ont montré qu’une relecture de l’œuvre de Smith pourrait contribuer à un renouveau économique, politique, légal et éthique24.

  • 25 Boulding (1981), p. 86.

59La conception smithienne de la « richesse » sera ici exemplifiée par une expérience de développement durable à laquelle il a participé. Pour rendre encore plus légitime et pertinent le modèle de l’économie circulaire, il faudrait qu’il intègre l’éthique évolutionniste proposée par le penseur. Comme l’a noté Kenneth Boulding, la théorie « économique évolutionniste […] a été présente depuis presque le début [de la pensée économique], certainement d’après Adam Smith […] et a continué comme une tradition active25 ».

La conception de la richesse chez Smith

  • 26 Smith (1981), p. 291.
  • 27 Smith (1981), p. 449.

60Trop souvent, la notion de richesse est associée aux seules connotations financières. Bien sûr, Smith utilise l’expression « richesse des nations » (wealth of nations). Cependant, au XVIIIe siècle, cette notion était plutôt associée au bonheur, au bien-être, à la prospérité, au mieux-vivre, à la santé. Smith dénonce l’idéologie qui fait de l’argent la richesse ultime en la qualifiant de « notion populeuse » et « absurde »26. L’argent, note-t-il, peut avoir une double utilité : il est le moyen financier utilisé pour faciliter l’échange dans un marché et la mesure d’une valeur par son seul aspect monétaire. Pour Smith, l’argent n’est qu’un moyen d’échange ou ce qu’il appelle la « grande roue de circulation »27.

61La richesse d’une nation n’est donc pas constituée par l’or et l’argent, comme le suppose la théorie mercantiliste qu’il combat vigoureusement. Smith fonde plutôt la richesse sur la qualité des terres agricoles et des ressources naturelles exploitées de façon responsable, les biens et les services produits et leur utilité réelle pour la santé et le bien-être des populations, et le nombre d’emplois générés et rémunérés de façon juste. Cette richesse inclut aussi l’essor social, scientifique, artistique et moral que l’opulence matérielle d’une nation peut encourager, bien au-delà de la notion actuelle du PIB.

  • 28 Smith, p. 419.

62De plus, Smith combat déjà à son époque le consumérisme, c’est-à-dire la consommation de biens ostentatoires ou non utiles à la survie ou au bien-être des populations. Par exemple, il fustige les personnes qui achètent des boucles en diamant pour leurs chaussures : ces comportements, dit-il, « gratifient les plus infantiles, mesquines et sordides de toutes les vanités », tout en stimulant peu la croissance économique28.

  • 29 Smith, p. 73.
  • 30 Smith, p. 75.

63Établissant une différence entre le « prix naturel » et « le prix du marché », Smith relativise aussi l’importance des mécanismes de l’offre et de la demande29. Pour lui, le prix naturel est constitué par la rémunération juste des propriétaires terriens, des ouvriers, des gestionnaires et des investisseurs, leur permettant de se nourrir, de se vêtir, de se loger et de rembourser leurs coûts d’éducation et d’exploitation. Il propose que ce prix naturel soit le prix « central » autour duquel le prix du marché, influencé par le jeu de l’offre et de la demande, se doit de graviter30.

  • 31 Smith, p. 75-80 ; 135-158.

64Il dénonce de plus le fait que les prix négociés sur le marché sont souvent négociés à la hausse par des jeux de pouvoir inégaux et des actes illégaux impunis. Cela inclut l’instauration de monopoles, les manipulations de marché, les lois influencées par des lobbies, les privilèges des corporations, les fraudes exploitant les lacunes réglementaires, les stratagèmes lucratifs contribuant peu à l’économie réelle ou la corruption, la collusion et la criminalité31. Pour Smith, ces biais ne peuvent être corrigés par une prétendue « main invisible », mais demandent du courage politique, des lois effectives et l’évolution d’une éthique collective.

Un cas de développement durable au temps de Smith

  • 32 Bonnyman (2014).
  • 33 Bonnyman (2014), p. 8.

65Pour rendre ces conceptions plus concrètes pour le modèle actuel de l’économie circulaire, il est utile d’examiner les principes de design introduits par Smith et ses collègues pour le développement durable d’un large domaine exploité par le duc de Buccleuh et sa famille. Dans la vingtaine, le duc a vécu en Europe continentale pendant plus de trois ans avec Smith comme tuteur, et les deux hommes se lient d’amitié. L’économiste l’assistera dans la gouvernance de ce domaine jusqu’en 1790, l’année de son décès32. Nous énumérons ci-dessous ces principes de gouvernance, allant au-delà de la seule notion d’organisation industrielle33.

  • Élaborer un projet non pour maximiser les profits, mais pour réduire la pauvreté et augmenter le bien-être des participants et de leurs familles sur plusieurs générations, tout en assurant la rentabilité.
  • Accroître l’adhésion collective au projet en satisfaisant des intérêts selon de multiples facteurs (personnel, familial, organisationnel, régional, national…).
  • Créer des conditions paisibles et stables pour les participants afin qu’ils puissent innover, par exemple en prolongeant leurs contrats ou en réduisant leurs coûts de matériaux achetés au domaine.
  • Estimer selon des prix « naturels », et non au prix du « marché », les productions minimales à atteindre par exploitation afin de définir pour tous des objectifs réalistes et viables.
  • Choisir les participants (par exemple des fermiers locataires) non d’après leur offre financière la plus importante sur le marché, mais parce que ce sont les plus prometteurs et qu’ils désirent s’impliquer à long terme.
  • Investir en recherche afin d’éliminer les produits toxiques dans l’environnement (ex. : ceux qui sont trop alcalins), de réutiliser les déchets (ex. : par le compostage) et d’éprouver de nouvelles procédures.
  • Associer les participants aux processus de décision, par la concertation, et non décider selon des données d’experts ou des prérogatives autoritaires.
  • Respecter les lois et les contrats en vigueur et réprimander les contrevenants soit de façon symbolique, soit de façon ferme, tout en aménageant un système équitable de résolution des conflits.
  • Promouvoir l’éducation des participants par la construction d’écoles, l’offre de formations et le soutien au progrès scientifique.
  • Aménager une infrastructure intégrée (routes, canaux, ponts, information…) afin d’attirer une diversité d’exploitants (fermiers, artisans, aubergistes, manufacturiers…) et favoriser leur synergie.
  • Intégrer une dimension esthétique à la prise de décision, par exemple refuser d’abattre des arbres du domaine afin de préserver son élégance, bien que cela augmente les coûts d’importation.
  • Défendre les intérêts du domaine par des représentations politiques et s’opposer aux lois qui nuisent à la croissance à long terme, par exemple celles régissant des contrats trop courts.

66L’histoire indique peut-être que ces principes de gouvernance ont fait leurs preuves. Le groupe Buccleuch, qui a continué à les bonifier à travers les siècles, est encore aujourd’hui le plus grand propriétaire familial terrien au Royaume-Uni et l’un des plus respectés en matière de développement durable. Si l’on retrouve certains de ces principes actuellement dans l’économie circulaire, d’autres y sont moins présents. Afin d’augmenter sa légitimité et sa pertinence, le modèle gagnerait à les intégrer tout en les actualisant. Ils visent tous, depuis la naissance même de l’économie politique au XVIIIe siècle, l’évolution de la richesse économique, sociale, environnementale, éthique et esthétique de nos nations. Le modèle de l’économie circulaire pourrait raviver cette vision qui nous fait encore bien défaut actuellement, pour nous, nos enfants et notre planète.

Anciennes et nouvelles économies circulaires

67Ingrid Hall, Paul Sabourin et Sara Teitelbaum

68En étudiant les propositions du modèle d’économie circulaire, force est de constater que ce dernier est avant tout économique. Les acteurs sont des consommateurs ou des gens d’affaires et les retombées sociales sont envisagées avant tout à travers les conséquences sur des petites et moyennes entreprises, dont la dynamisation devrait permettre la création d’emplois. Dans ce modèle, les ménages apparaissent comme les agents essentiels de la re-création de l’économie. Cependant, leur participation est principalement considérée selon le prisme de la valorisation des ressources, par exemple par les activités de recyclage, de compostage, de réparation et de réemploi. De leur côté, les politiques publiques sont jugées utiles essentiellement dans la mesure où elles peuvent inciter les entreprises à rendre leurs processus de production plus efficaces.

  • 34 http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2015/11/we-need-anenergy-miracle/407881/, consulté le (...)

69Comme de grandes institutions internationales (Banque mondiale), des chefs de grandes entreprises constatent l’impossibilité de perpétuer le même modèle économique. Préoccupé par le changement climatique, Bill Gates, notamment, incite à une prise de conscience de la population. Il estime que le marché et l’entreprise privée sont inaptes à produire le type de changement écologique requis34. Il avance que les États ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique et que les changements de comportement doivent être collectifs. Mais à partir de ce constat, la logique de ces acteurs essentiels de l’économie circulaire reste implicitement réduite à une rationalité économique. On ne tient pas compte du fait que les personnes, dont un certain nombre d’entre elles sont des consommateurs, sont également des êtres sociaux, que leurs comportements s’inscrivent dans des logiques et des pratiques sociales qui relèvent partiellement seulement de l’économie.

70Cela est d’autant plus dommage que la formulation de ce nouveau modèle économique repose sur des pratiques et des propositions qui émergent de la société civile. C’est en effet depuis le bas que la remise en cause du modèle précédent a commencé : par l’émergence de réseaux de partage et de collaboration, des processus de production écologiques, comme l’agriculture biologique, et des initiatives d’économie sociale. C’est dans un second temps seulement, face notamment à un changement dans les modèles de consommation, que les entreprises réagissent. Certains auteurs parlent d’ailleurs de « marketing vert » pour désigner des stratégies présentées comme plus écologiques, mais reposant sur la logique antérieure.

71L’idée de cet exposé n’est pas de remettre en question la nécessité d’une reformulation du modèle économique actuel, mais de montrer à quel point on gagnerait à aborder les propositions baptisées « économie circulaire » selon une perspective plus large qui prend en compte la dimension sociologique, et à les ancrer dans une temporalité longue. En effet, le principe de circularité est ancien.

Des pratiques sociales anciennes

72Avant l’avènement de la consommation de masse, on retrouve au Québec, par exemple, des pratiques socioéconomiques qui impliquent circularité et usage parcimonieux des ressources ; ce que l’on appelait, d’une façon un peu méprisante après la modernisation du Québec, une économie de « bouts de chandelles ». En fait, la famille étendue au Québec était alors une unité de consommation collaborative. La majeure partie des ressources provenait du travail de la terre, sans motorisation. La limitation de la production agricole exigeait de faire durer l’usage des biens matériels et les ressources étaient utilisées avec soin, voire réutilisées. Il ne s’agit pas d’idéaliser cette période, mais de constater que l’économie était également collaborative au sens où la production impliquait la famille étendue et le voisinage immédiat pour construire, par exemple, des bâtiments ou mener des corvées collectives. Ces relations sociales de proximité ont servi de trame au regroupement des agriculteurs en coopératives lors de la motorisation de l’agriculture, des regroupements qui permettaient d’acheter des outils dont l’usage était collectif dans un contexte où l’agriculture restait largement limitée à l’autoproduction. Cette économie circulaire et collaborative ancienne s’est par ailleurs maintenue dans certains secteurs de la population, même avec l’émergence, à la fin des années 1950, de la consommation de masse. Dans plusieurs milieux sociaux dits « pauvres » au Québec, encore aujourd’hui, on peut observer une telle collaboration entre des usagers de l’aide alimentaire qui partagent des biens, se donnent des objets, produisent ensemble de la nourriture, collaborent à la vie de services collectifs d’entraide. Ces pratiques s’inscrivent dans des processus circulaires, dans la mesure où les outils sont partagés et les biens réutilisés afin d’éviter des achats onéreux. Les exemples qui précèdent peuvent laisser penser que ces pratiques sont le fruit de la nécessité et sont donc associées à la pauvreté, pourtant dans ces milieux, elles perdurent même quand des familles améliorent leurs conditions de vie, parce que ces façons de faire font partie intégrante de la vie sociale.

73Ailleurs dans le monde, on peut voir que l’économie mondialisée joue contre la circularité. Dans les communautés rurales des Andes, comme chez beaucoup de paysans, on connaît bien ce principe. Là, les paysans sèment presque exclusivement (90 %) leurs propres semences. Les variétés de semences dont ils disposent proviennent de circuits non commerciaux et de réseaux sociaux constitués de parents et d’alliés proches : les parents donnent à leurs enfants, et tous s’entraident pour effectuer les travaux agricoles. Le principe de circularité intervient donc sur divers plans. Cependant, depuis que le Pérou a signé les accords internationaux qui reconnaissent les droits de propriété sur le vivant des inventeurs de nouvelles variétés (les accords UPOV-91), cette logique circulaire ne vaut plus, car le droit à réensemencer la récolte est remis en cause, ce qui risque fort d’avoir des répercussions négatives sur le taux de culture de la biodiversité et la sécurité alimentaire.

74Nous pouvons également voir des exemples d’économie circulaire dans les modes de vie anciens et modernes des Premières nations au Québec et au Canada. Les Cris du Nord-du-Québec, par exemple, organisent leurs activités de chasse sur le territoire familial, ce qui permet une gestion prudente des ressources, la continuité d’un lien territorial et l’établissement de réseaux de partage de viande sauvage par la famille élargie. Les discours politiques des Cris et des autres Premières nations au Québec nous apportent une vision différente du rapport nature-culture, fondé sur l’interdépendance, le respect et la réciprocité. Cependant, on ignore souvent cette vision holistique dans les processus de consultation industriels et gouvernementaux, qui valorisent plutôt les accords précis et sectoriels.

75Le principe de la boucle de rétroaction est ancien et cette boucle doit s’inscrire dans un ensemble de pratiques sociales et de réseaux sociaux ; les enjeux sont à la fois économiques, juridiques, politiques et environnementaux ; et il est nécessaire de prendre en compte un ensemble d’acteurs hétérogènes à différentes échelles.

De nouvelles pratiques sociales

76On retrouve aussi des pratiques aujourd’hui dites d’économie sociale, coopératives, qui comprennent des processus circulaires dans des groupes mieux nantis (souvent pour la consommation, mais parfois pour la production). De nombreux citadins québécois ont ainsi recours à Communauto, une entreprise d’autopartage fondée sur des dispositifs informatisés qui ne cesse de croître depuis sa création en 1994. Il s’agit d’une alternative à l’achat d’une voiture. Les jardins communautaires sont également un bel exemple de production circulaire s’inscrivant dans une logique de réduction de la demande d’énergie et des déchets. Cette autoproduction agricole favorise la sécurité alimentaire et l’embellissement des villes, en plus de réduire la chaleur en milieu urbain. Une étude récente de Wegmuller et Duchemin montre par ailleurs toute l’importance des jardins communautaires comme lieux de socialisation. Ce dernier exemple fait donc état de l’impossibilité de réduire l’économie circulaire à une dimension strictement économique.

77L’étude des caractéristiques sociologiques des pratiques relevant de l’économie circulaire est d’autant plus intéressante que la démocratisation des technologies de communication permet le partage de nouveaux types de biens. Ce que l’on vise aujourd’hui par l’économie circulaire va au-delà du partage et de la coopération de personnes en relation de proximité. L’arrivée d’Internet couplé aux nouveaux dispositifs informatiques du Big Data, c’est-à-dire de données sur les activités sociales qui se cumulent par des procédures automatiques au moyen des ordinateurs, des tablettes et des téléphones dits « intelligents », permet de coordonner les activités de personnes qui ne sont en contact quotidien que par des dispositifs informatiques. Cela vaut pour les activités de consommation, mais aussi pour la production industrielle et celle des services qu’on peut dès lors coordonner étroitement, ouvrant ainsi la possibilité d’une économie circulaire à une autre échelle sous ce nouveau mode de planification informatisée. En plus de produire une traçabilité des ressources et de leurs usages, les extrants de la production pourront être mis à la disposition d’une série de producteurs et de consommateurs en temps réel, en fonction de leurs besoins. Dès lors, afin d’assurer ce recyclage généralisé, émerge l’idée que les biens ne seraient plus vendus sur les marchés. C’est la jouissance de ces biens, une période d’éclairage plutôt que la lampe, qui sera vendue afin de susciter une production par les entreprises privées de biens durables et recyclables. Cette généralisation d’une économie circulaire technologique comme projection de l’avenir pose de nombreuses questions en ce qui a trait au contrôle des biens qui ne seront plus la propriété des usagers, à la planification centralisée des ressources qu’elle implique par des entreprises privées ou des gouvernements, à la possibilité de privilégier des solutions de basses technologies plutôt que de haute technologie complexifiant le recyclage des ressources naturelles de plus en plus coûteuses à extraire, à l’avenir de l’innovation sociale et économique dans les contraintes de l’économie circulaire. Par ailleurs, de telles pratiques impliquent de nouveaux types de socialisation qu’il est essentiel de documenter pour en saisir la logique.

78Pour avancer, il faut d’abord considérer que dans les différents projets relevant de l’économie circulaire, il y a une grande hétérogénéité. Ils peuvent être portés par des individus à titre personnel, des collectifs, des entreprises ou encore des associations. Ils peuvent répondre à des objectifs eux-mêmes hétérogènes : la lutte contre la pauvreté, la réduction des dépenses, la préservation de l’environnement ou la recherche de profit. Les types de collectifs, leur organisation, leur vision et leurs objectifs reflètent une grande diversité et portent en leur sein de multiples projets pour la société de demain.

79Dans l’état actuel des choses, la formulation du modèle de l’économie circulaire ne prend pas en compte la pluralité de ces positions. Il faut, à notre avis, prendre le temps de mieux décrire les différentes initiatives desquelles le modèle s’inspire, ne serait-ce que pour répondre aux aspirations des citoyens mécontents qui veulent changer leurs habitudes. Il semble bien que, cette fois, ce sont les individus qui disent aux économistes ce qu’ils souhaitent voir changer. Le message est confus, contradictoire, d’où la nécessité de mieux comprendre les dynamiques en cours.

  • 35 Voir Serres (1999).

80Si le consommateur est le pivot du changement tant désiré, il faut mieux le comprendre. On ne saurait le responsabiliser sans chercher à changer les problèmes structurels dans l’organisation de l’économie, par exemple les ressources faramineuses de la publicité et de la mise en marché de produits et de services promouvant des styles de vie incompatibles avec les limites écologiques de la planète. Si l’économie circulaire a la vertu de redéfinir la chaîne de production pour répondre aux critères écologiques, elle doit s’enrichir par ailleurs d’une compréhension plus profonde des consommateurs qui sont aussi des citoyens35. On ne saurait ici réduire l’entreprise sociologique à de l’ingénierie sociale et se concentrer sur le changement des comportements. Ce qu’il faut, c’est au contraire faire de la sociologie, œuvrer à une compréhension des pratiques sociales.

Notes

1 Voir la définition proposée par l’ADEME et celle du Québec, qui sont présentées en introduction de cet ouvrage.

2 Cette section est essentiellement fondée sur publications récentes des auteurs de ce texte (CIRAIG, 2015).

3 Pearce et al. (1990).

4 En version originale : Systems thinking ; Waste is food ; Diversity is strength ; Design out waste ; Renewable energy.

5 Voir le texte « Les symbioses industrielles » du présent ouvrage.

6 Dain (2010) : 1) l’écologie industrielle s’intéresse avant tout aux entreprises et aux boucles qu’ensemble elles peuvent fermer, tandis que l’économie circulaire considère tous les acteurs économiques – dont les consommateurs ; 2) la première met l’accent sur l’optimisation tandis que la deuxième insiste beaucoup sur la reconception des systèmes ; 3) malgré le besoin sous-jacent de modifier les pratiques d’affaires, la littérature de l’écologie industrielle ne se penche pas expressément sur l’élaboration de nouveaux modèles d’affaires, mais examine surtout les flux de matériaux et d’énergie.

7 Voir le texte « L’économie collaborative et l’économie de fonctionnalité » du présent ouvrage.

8 CMED (1987).

9 Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

10 PNUE (2011).

11 Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (France).

12 Voir également la notion de justice dans le texte « La justice distributive » du présent ouvrage.

13 Voir la notion d’ACV et de rebond dans les textes « Une stratégie nécessaire mais insuffisante » et « L’analyse de flux de matières et l’analyse du cycle de vie » du présent ouvrage.

14 Ehrlich et Holdren (1974).

15 Voir les textes « L’analyse de flux de matières et l’analyse du cycle de vie » et « Une stratégie nécessaire, mais insuffisante » du présent ouvrage.

16 Stanley Jevons (1865).

17 Owen (2013).

18 Heinberg (2009).

19 Greer (2013).

20 Georgescu-Roegen (1995).

21 Bihouix (2014).

22 Servigne et Stevens (2015).

23 Pauchant et Franco (2014).

24 Sen (2011), p. 270.

25 Boulding (1981), p. 86.

26 Smith (1981), p. 291.

27 Smith (1981), p. 449.

28 Smith, p. 419.

29 Smith, p. 73.

30 Smith, p. 75.

31 Smith, p. 75-80 ; 135-158.

32 Bonnyman (2014).

33 Bonnyman (2014), p. 8.

34 http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2015/11/we-need-anenergy-miracle/407881/, consulté le 29 octobre 2015.

35 Voir Serres (1999).

Auteurs

Analyste principale, Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services, Département de génie chimique, Polytechnique Montréal

Analyste principale, Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services

Professeur, Département de mathématiques et de génie industriel, Polytechnique Montréal

Professeur, Département de philosophie, Université de Montréal

Chercheure post-doctorale, Département de philosophie, Université de Montréal

Professeur, Département de management, HEC Montréal

Professeur, Département de management, HEC Montréal

Étudiant au doctorat en management et coordonnateur de la Chaire de management éthique, HEC Montréal

Professeure, Département d’anthropologie, Université de Montréal

Professeur, Département de sociologie, Université de Montréal

Professeure, Département de sociologie, Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access