Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'économie circulaire

 | 
Mélanie McDonald
, 
Daniel Normandin
, 
Sébastien Sauvé

Les outils, les ressources et les savoirs existants

Manuele Margni, Fabienne Munch, Sylvain Plouffe, Sébastien Sauvé, Joëlle Pelletier, Claudia Rebolledo, Martin Beaulieu, Jacques Roy et Silvia Ponce

Texte intégral

1La transition d’une économie linéaire à une économie circulaire est déjà amorcée. Aujourd’hui même, il est possible de s’inspirer d’expériences en cours et de s’appuyer sur une diversité d’outils, de ressources et de savoirs élaborés au fil des années. Il faudra d’autres savoirs pour accompagner efficacement cette transition et s’assurer qu’elle atteint son but. Il est toutefois encourageant de constater qu’en rassemblant des expertises existantes, on dispose déjà d’un bon coffre à outils.

2Cette section présente un échantillon de ces outils, de ces ressources et de ces savoirs et propose une variété d’approches. Certains outils sont techniques, comme l’analyse de flux de matières et celle du cycle de vie ; d’autres relèvent davantage de la gestion. Même s’ils doivent les adapter à leurs besoins spécifiques, les acteurs du changement doivent absolument avoir accès à des outils communs pour faciliter le déploiement d’actions concertées et efficaces.

L’analyse de flux de matières et l’analyse du cycle de vie

3Manuele Margni

  • 1 Brunner (2004).

4L’analyse de flux de matières (AFM) est un outil qui fait un bilan des flux et des stocks de matières d’un système délimité dans l’espace et dans le temps1. Le système peut être une usine, un secteur industriel ou une région d’intérêt (territoire ou région administrative) qui inclut un ou plusieurs processus. L’AFM rend compte de l’ampleur des flux et des stocks de matières entre les processus d’un même système et les échanges depuis et vers son environnement. Le bilan de matières entre les entrants, les sortants et le stock se fonde sur le principe de la conservation.

5Une AFM est donc un outil d’aide à la décision qui a comme objectif général de relier un indicateur environnemental à son origine économique. L’indicateur environnemental est un flux défini en unité de masse par unité de temps. Il peut cibler une substance spécifique (analyse de flux de substance ou AFS), par exemple un micropolluant, ou une matière ou un produit (bulk-AFM) comme du polyéthylène téréphtalate (PET) ou des ordinateurs. L’AFM est l’outil par excellence de l’économie circulaire, car elle informe sur les flux de matières à l’échelle d’une région (métabolisme régional) et oriente les stratégies pour leur conservation. Elle donne une information pertinente pour déceler et prévenir la pollution, conserver des ressources naturelles et réduire la production de déchets.

6Les premières études s’intéressant aux flux de matières dans une économie de l’environnement datent de la fin des années 1960 et du début des années 1970, mais c’est depuis les années 1990 qu’on voit l’émergence de plusieurs avancées méthodologiques. Contrairement à l’analyse du cycle de vie (ACV), l’AFM n’est pas normalisée selon des standards, mais la Commission européenne a mené des efforts d’harmonisation et a publié, par l’entremise du service européen de statistique Eurostat, un guide méthodologique pour réaliser une AFM à l’échelle de l’économie (Economy-wide Material Flow Analysis ou EMFA). Cette approche, dite descendante, a inspiré la réalisation de plusieurs études portant sur la comptabilité des flux de matières pour une meilleure compréhension du métabolisme régional et urbain. D’autres approches, dites ascendantes, fondent leur analyse sur des données techniques et offrent normalement un degré de précision plus élevé.

  • 2 Jolliet et al. (2010).

7L’analyse du cycle de vie (ACV) est un outil d’évaluation environnementale qui permet de calculer l’empreinte environnementale d’un produit ou d’un service tout au long de son cycle de vie, soit du « berceau au tombeau2 ». L’ACV se veut holistique, notamment parce qu’elle inclut l’ensemble des activités rattachées à la fonction fournie par le produit ou le service évalué, c’est-à-dire toute activité touchant à l’extraction des matières premières, à la production, à la distribution, à la phase d’usage et à la fin de vie. Elle permet aussi de tenir compte d’une large gamme de problèmes écologiques potentiels associés aux entrants provenant de l’environnement (ex. : extraction des ressources naturelles) et aux sortants émis dans l’environnement (ex. : émissions dans l’air, l’eau et le sol) de l’ensemble du cycle de vie analysé. Cela permet de repérer les problèmes et d’éviter que la solution envisagée pour minimiser l’empreinte environnementale du produit ou du service ne se traduise tout simplement pas en un déplacement des effets négatifs vers une autre étape du cycle de vie ou vers un autre environnement fragile. Par exemple, dans le cas de voitures électriques et thermiques, on observe un déplacement d’émissions de la phase d’usage (zéro émission) à la phase de production (émissions associées à la centrale électrique et au réseau de distribution ainsi qu’à la production des batteries). Une réduction d’émissions de GES serait ainsi contrebalancée par une pression accrue sur la consommation de ressources minérales (de moins en moins accessibles) ou de toxicité.

  • 3 Hunckeler, Rebeitzer et Lichtenvort (2008) et PNUE (2009).

8L’ACV apparaît à la fin des années 1960, mais son développement méthodologique a réellement commencé au cours des années 1990 ; au tournant du siècle les normes ISO 14040 et 14044 le standardisent. En 2002, le Sommet mondial sur le développement durable reconnaît que l’ACV est une approche scientifique valable pour créer des politiques améliorant les produits et les services tout en réduisant leurs répercussions négatives sur l’environnement et la santé humaine. Elle est adoptée comme un cadre d’analyse reconnu dans plusieurs législations nationales, notamment la Loi sur le développement durable et la directive de l’Union européenne sur la politique intégrée des produits, en plus de servir à l’implantation de stratégies thématiques sur l’utilisation durable des ressources naturelles, la prévention et le recyclage des déchets. On utilise également l’ACV pour cerner les occasions d’améliorer le design de produits ou de services, pour produire des déclarations environnementales et soutenir l’affichage environnemental. Elle est aussi de plus en plus utilisée pour évaluer les chaînes de valeurs d’une organisation à support en soutien à la stratégie de durabilité d’entreprise. L’ACV ne considère pas uniquement le volet environnemental défini dans la norme ISO 14040, mais se décline en outre dans des approches pour évaluer les coûts et les aspects sociaux et socioéconomiques sur l’ensemble du cycle de vie. La première comptabilise les coûts soutenus par l’ensemble des acteurs du cycle de vie du produit ou service (typiquement les coûts d’achat, d’opération, de maintenance et de fin de vie) ; la deuxième analyse les effets sociaux et socioéconomiques positifs et négatifs issus des conséquences des interactions entretenues avec les parties prenantes des activités au long du cycle de vie du produit ou service analysé3.

9Dans un contexte d’économie circulaire, l’ACV joue donc un rôle d’arbitrage et apporte une vision holistique au-delà de la chaîne de valeurs du produit ou de la matière qui le compose. L’ACV n’a a priori pas de parti pris sur la préférence d’un scénario circulaire ou linéaire ; elle détermine les meilleurs compromis à la lumière d’indicateurs concrets et quantitatifs. Par exemple, dans une perspective environnementale, il est possible que la meilleure solution de rechange au recyclage du verre soit son utilisation comme matériel de remblais ou composant pour du béton (recyclage à boucle ouverte) comparativement à sa réutilisation dans l’industrie de la bouteille (recyclage à boucle fermée). La réponse peut également varier lorsqu’on aborde le volet des coûts ou du social.

Similitudes et différences

10Certains chevauchements existent entre l’AFM et l’ACV, car les deux méthodes partagent l’approche système et, dans une certaine mesure, le respect du bilan de masse. Elles divergent toutefois dans leur finalité, le périmètre d’analyse et les besoins de données. Si l’on peut considérer une AFM comme tout à fait semblable à la phase d’inventaire de l’ACV, elle se concentre uniquement sur une substance, une matière ou un produit échangé entre plusieurs processus à l’intérieur d’une région géographique donnée (approche spatiale). La limite géographique détermine les processus retenus : extraction, production, consommation, incinération, réutilisation, recyclage, etc. L’ACV adopte une approche fonctionnelle et s’intéresse à une fonction réalisée par un produit ou un service. Toutes les activités (ou processus) utiles pour satisfaire cette fonction sont considérées sans égard aux limites spatiales ou temporelles. De plus, on ne considère que la fraction de processus nécessaire pour remplir la fonction considérée. Finalement, l’ACV vise à comptabiliser l’ensemble des entrants et sortants (plusieurs centaines, voire des milliers) du système étudié et à les traduire en indicateurs d’effets, comme les changements climatiques, la perte de biodiversité, la santé humaine et la consommation de ressources, mais elle ne donne qu’une indication grossière des points chauds, souvent obtenus à partir de données génériques. Une AFM a pour objectif d’observer les flux de matières dans une région et les problèmes qui y sont directement liés, comme la pollution ou la gestion plus ou moins durable d’une région. L’AFM permet également de focaliser les efforts sur la conservation d’une ressource lorsque celle-ci a été reconnue comme pertinente et à comprendre où sont les gisements, les stocks et les pertes pour proposer des stratégies visant sa conservation. Les deux outils, séparés ou combinés, fournissent donc une information complémentaire et essentielle pour évaluer la circularité des flux de matières et la pertinence environnementale des stratégies qui cherchent à maximiser une économie en boucle fermée.

L’écoconception

11Fabienne Munch et Sylvain Plouffe

12« Trop de choix tue le choix »…

  • 4 Morin (2005).

13En économie circulaire, « trop de choix tue la planète ». Toujours plus, toujours mieux… les avancées technologiques, sociales et scientifiques ont non seulement démultiplié les capacités de production de masse sur tous les continents en cassant les coûts, mais ont aussi conduit au principe de disjonction4 entre les grands champs de connaissance scientifique, raréfiant ainsi les possibilités de communication et de réflexion entre disciplines (faut-il parler de l’intelligence aveugle qui isole tous ces objets de leur environnement ?).

14Source de création et d’innovation, le domaine du design n’a pas été épargné. Les industriels, les gouvernements et les agences ont fait appel aux ingénieurs et aux designers du monde entier pour lancer constamment des nouveautés, des rééditions et des produits me too, remplissant les étagères des magasins, agrandissant les centres commerciaux, les aires de stationnement et les salons professionnels pour la promotion d’une consommation débridée.

15Depuis quelques décennies, les problèmes environnementaux liés à ce mode de consommation ont donné lieu à une remise en question profonde et de plus en plus d’acteurs font la promotion de produits et de services écoconçus, moins dommageables pour l’environnement.

  • 5 Norme NF X 30-264 Management environnemental – Aide à la mise en place d’une démarche d’éco-concep (...)

16Il existe plusieurs définitions de l’écoconception. Leurs différences tiennent à l’évolution des connaissances en environnement et aux expériences dans la conception de produits et de services. Nous avons retenu ici la définition que propose la norme NF X 30-264 Management environnemental5 :

L’intégration systématique des aspects environnementaux dès la conception et le développement de produits (biens et services, systèmes) avec pour objectif la réduction des impacts environnementaux négatifs tout au long de leur cycle de vie à service rendu équivalent ou supérieur. Cette approche dès l’amont d’un processus de conception vise à trouver le meilleur équilibre entre les exigences environnementales, sociales, techniques et économiques dans la conception et le développement de produits.

La naissance de l’écoconception

17La première vague d’intégration de l’environnement dans la conception de produits date du début des années 1970. L’objectif principal de cette remise en question était de diminuer la quantité de déchets solides acheminés dans les sites d’enfouissement. Les efforts portent sur la fin de vie ; le design tente de diminuer la matière utilisée, de favoriser le démontage, la recyclabilité et l’utilisation des matières recyclées.

18Durant la même période, les chercheurs se penchent sur des démarches incluant de multiples répercussions environnementales, selon lesquelles l’optimum écologique est obtenu en minimisant cinq critères (l’énergie, la matière, les déchets solides, les rejets dans l’eau et les rejets dans l’air) durant l’élaboration d’un produit ou d’un service.

  • 6 Voir le texte « L’analyse de flux de matières et l’analyse du cycle de vie » du présent ouvrage.

19Plus tard apparaissent les REPA (Resources and Environmental Profile Analysis). Dans ces analyses, outre les ressources utilisées, on prend en compte les rejets générés par le système de production à l’étude. En 1979, des industriels américains créent la Society of Environmental Toxicology and Chemistry (SETAC), avec l’objectif d’élaborer et de promouvoir les outils permettant d’évaluer les effets environnementaux d’une technique ou d’une activité. Au milieu des années 1980, en Suisse, les premiers résultats des études sur les effets environnementaux de certains produits sont publiés sous le titre Bilan écologique des matériaux d’emballage (mieux connu sous le nom de BUWAL). Aujourd’hui, l’analyse du cycle de vie (ACV) est l’outil le plus reconnu pour évaluer les effets environnementaux des produits et services6.

20Dans la pratique actuelle du design, les concepteurs ont à leur disposition une panoplie de logiciels permettant de réaliser des ACV à partir de différentes bases de données. Les enjeux de l’écoconception ne sont plus à défendre et la plupart des écoles de design intègrent la dimension d’écoresponsabilité dans les cheminements et apprentissages. Dans le milieu professionnel, les services de R et D commencent à intégrer les principes d’écoconception dans leurs méthodes d’élaboration et les agences de conception de produits offrent des compétences solides en écoconception.

  • 7 Haned et al. (2014), Plouffe et al. (2011).

21L’écoconception gagne indéniablement du terrain et les exemples de produits et de services écoconçus se multiplient (production alimentaire, produits nettoyants, efficacité énergétique des produits d’éclairage, mobilité, etc.). Souvent, le processus d’écoconception permet de débloquer des opportunités innovantes, de nouvelles conditions d’usage et de nouveaux modèles d’affaires ; si de nombreux dirigeants d’entreprise croient encore que l’environnement est une source de dépenses, des études récentes montrent que l’écoconception est profitable7. Elle permet de minimiser les effets négatifs sur l’environnement en posant un regard systémique sur les offres de produits et services. La démarche est donc tout à fait au point pour contribuer significativement à consolider une économie circulaire. Aujourd’hui, de nombreuses catégories de produits font état d’efforts visibles dans l’analyse des matériaux utilisés ; les expériences en ce domaine sont très efficaces sur le produit (niveau micro), mais des défis de taille subsistent quant au prix de la matière recyclée, au modèle d’affaires des réseaux d’échanges de cette matière et à l’accès à ces réseaux (niveau macro). Par exemple, même si le produit écoconçu est recyclable, son recyclage éventuel peut engendrer des répercussions environnementales imprévisibles lors de la conception (si les procédés de recyclage sont peu efficaces, si les distances à parcourir pour la collecte sont trop importantes ou si les mesures d’incitation au recyclage sont inopérantes).

22Il reste donc beaucoup à faire sur le plan de la structure industrielle, des infrastructures de l’écosystème industriel et des parties prenantes pour que l’écoconception et l’économie circulaire atteignent un degré d’engagement majeur. Toutefois, les progrès réalisés sur le plan des connaissances en environnement des dernières décennies, et le relais des médias et politiques afin d’en accélérer l’adoption, nous permettent d’être résolument optimistes.

La chimie verte

23Sébastien Sauvé et Joëlle Pelletier

24Quand on pense à la chimie, quelles idées nous viennent en tête ? Les médicaments qui sauvent les vies, les matériaux qui augmentent notre qualité de vie… mais aussi la pollution engendrée par les rejets des procédés de synthèse ou l’usage même des millions de substances de synthèse créées par l’homme. La chimie environnementale, la chimie verte et l’économie circulaire ont toutes à cœur la qualité de l’environnement, mais chacune aborde la question sous un angle assez différent. On confond souvent la chimie environnementale et la chimie verte et il est donc important de cerner leurs différences, en plus de souligner les liens qui allient les deux à l’économie circulaire.

25Il demeure essentiel de prendre conscience que, sur le principe d’une bonne gestion économique et indépendamment des répercussions sur l’environnement, la chimie travaille depuis longtemps à maximiser les performances des procédés pour réduire les ressources requises, diminuer les coûts de production et augmenter les profits ; des concepts qui visent dans une mesure toute relative à améliorer la circularité des ressources.

26On confond souvent la chimie verte et la chimie environnementale. Bien que ces deux axes visent ultimement à améliorer la qualité de l’environnement, les deux chimies sont très différentes. La chimie environnementale cherche à comprendre comment fonctionnent les phénomènes chimiques et biochimiques qui se produisent dans l’environnement, autant les phénomènes naturels que ceux qui sont induits par les humains. Par opposition, la chimie verte cherche à verdir les processus de production chimique de nature industrielle.

27La chimie environnementale se centre donc sur l’étude des contaminants émis par les humains, mais pas exclusivement (certains phénomènes naturels peuvent relâcher des contaminants : éruptions volcaniques, marais, termitières, digestion animale, etc.). Un premier intérêt de la chimie environnementale est lié à la chimie analytique : si l’on veut étudier les contaminants dans l’environnement, il faut avoir les bons outils de mesure pour bien analyser et quantifier leurs concentrations dans toute une série de matrices environnementales variées et souvent complexes.

28On s’intéresse autant aux contaminants majeurs (tels que le dioxyde de carbone, le méthane, l’azote) qu’aux contaminants à l’état de traces ou d’ultratraces. On considère comme « traces » les concentrations en deçà de 100 parties par million, ou moins de 100 mg de contaminant dans 1 kilo ou 1 litre (donc une fraction d’une cuillère à thé de sucre qui représente environ 4 g). On parle « d’ultratraces » quand on est à mille fois, ou plus de mille fois, plus dilué, soit en parties par milliards (ppb, de l’anglais parts per billion). Certains contaminants comme les hormones stéroïdiennes (notamment la pilule anticonceptionnelle) peuvent même féminiser les poissons à des concentrations mille fois moins élevées, soit de l’ordre du nanogramme par litre, l’équivalent de notre cuillère de sucre diluée dans le Stade olympique.

29Une fois dotée d’outils de mesure, la chimie environnementale cherche à comprendre le comportement des contaminants dans l’environnement. Est-ce qu’ils se transforment ? Quelle est leur mobilité ? Sont-ils absorbés par les organismes du milieu ? S’ils se transforment, vont-ils produire des sous-produits inoffensifs ou des molécules aussi toxiques, ou encore plus ? Ainsi, la définition de la chimie environnementale est aussi associée à la biogéochimie, l’interface entre la biologie, la géographie et la chimie dans l’environnement. La chimie environnementale va donc rapidement déborder vers l’écotoxicologie, l’étude de la toxicologie appliquée à l’environnement (les poissons, les animaux, les plantes, etc.) par opposition à la toxicologie humaine. Une fois que l’on comprend le devenir environnemental des contaminants, on cherchera à prédire si ceux-ci demeurent nocifs, et les spécialistes d’écotoxicologie et de chimie de l’environnement travailleront de concert pour déterminer les seuils de toxicité et les effets biologiques potentiels. Ces derniers sont souvent un peu environnementalistes, mais pas nécessairement ; l’approche scientifique n’est pas analogue à la démarche politique des mouvements écologiques, toutefois les deux collaborent assez bien. Le travail de la chimie environnementale précède donc celui de la chimie verte parce qu’il faut discerner les sources de contaminants problématiques dans l’environnement qu’on visera ensuite à réduire.

30La chimie verte cherche à réinventer les processus pour en réduire les effets néfastes sur l’environnement : il s’agit de faire autrement. Elle s’intéresse à la fois à la nature des matières premières utilisées, à la sécurité des processus pour les gens et l’environnement, au devenir des sous-produits (déchets industriels) ainsi qu’aux transformations des produits chimiques une fois libérés dans l’environnement. Ainsi, elle vise à « reverdir » les processus traditionnels à l’empreinte environnementale lourde en les repensant de fond en comble.

  • 8 Anastas et Kirchhoff (2002).

31La chimie verte se fonde sur 12 principes essentiels proposés en 19988 :

  1. Il est préférable de prévenir la pollution que de tenter d’y remédier.
  2. Le produit final doit intégrer un maximum de composantes utilisées lors de sa synthèse, réduisant donc les déchets chimiques.
  3. On doit concevoir les méthodes de synthèse chimique pour utiliser et produire des substances sans toxicité pour l’humain ou l’environnement.
  4. Les produits chimiques substitutifs doivent être aussi efficaces et fonctionnels tout en ayant une toxicité réduite.
  5. On devrait éliminer ou remplacer les solvants polluants par des substituts inoffensifs.
  6. On doit minimiser la consommation énergétique en évitant l’utilisation de hautes températures et de hautes pressions.
  7. On devrait renouveler les matériaux de départ.
  8. On doit réduire le nombre d’étapes de synthèse chimique au minimum.
  9. On doit préférer les agents catalytiques (qui sont ajoutés en petites quantités pour multiplier les vitesses de réaction et diminuer la demande énergétique) aux agents stœchiométriques (qui sont utilisés en grandes quantités et qu’on doit continuellement remplacer).
  10. On doit concevoir les produits chimiques pour que, à la fin de leur usage, ils se dégradent en sous-produits inoffensifs.
  11. On doit mettre au point des méthodes analytiques pour un suivi en temps réel des processus afin de prévenir la formation de substances dangereuses.
  12. On doit minimiser les substances utilisées dans les processus chimiques pour éviter les risques d’accidents, de déversements, d’explosions et d’incendies.
  • 9 Savile et al. (2010).

32Il est difficile de respecter simultanément toutes ces conditions lors de synthèses chimiques ; néanmoins, des avancées importantes se font selon tous ces principes. Ainsi, la chimie verte cherche à remplacer des solvants organiques volatils et explosifs, reconnus toxiques pour l’humain et nocifs pour l’environnement, par des solvants sûrs tels que l’eau. Elle encourage la mise au point de nouveaux catalyseurs, y compris les enzymes qui sont des catalyseurs biologiques extrêmement efficaces, actifs dans l’eau à des températures modérées et biodégradables. Elle remplace aussi les matières premières pétrolières par des matériaux renouvelables tels les résidus agricoles – un exemple patent d’économie circulaire. Une nouvelle voie pour la synthèse de la sitagliptine, un médicament pour les diabétiques, illustre plusieurs de ces points. En remplaçant deux étapes de synthèse traditionnelle par une étape catalysée par une enzyme, le procédé a gagné en efficacité, réduit sa consommation d’énergie et de solvants toxiques, diminué sa production de déchets et éliminé l’utilisation d’un métal toxique : une combinaison gagnante9.

  • 10 Sauvé et Desrosiers (2014).

33La chimie verte dépend de la chimie environnementale pour évaluer les solutions les plus vertes, car dans certains cas, il peut s’avérer difficile de les départager. Par exemple, est-il souhaitable d’inclure une étape de catalyse si celle-ci implique l’utilisation de métaux toxiques ? De même, l’introduction de nouvelles molécules nous emmène parfois en terrain inconnu : ces composés deviennent alors des contaminants d’intérêt émergent, c’est-à-dire des contaminants pour lesquels l’information manque pour statuer de leur innocuité ou pour établir les seuils réglementaires appropriés10. Ainsi, l’analyse en temps réel du nouveau procédé de synthèse, depuis le transport des matières premières jusqu’au destin final de tous les composés qui en sont issus, permet idéalement de juger des points forts et faibles de ce procédé.

34Si on définit l’économie circulaire comme visant à maximiser l’utilisation des ressources en fermant les boucles pour minimiser les répercussions sur l’environnement, on voit clairement que la chimie verte est une application de l’économie circulaire aux processus de production chimique : rien de ce qu’elle véhicule n’en contredit les préceptes. Par contre, l’économie circulaire dépasse la chimie et cherche à appliquer ses principes à tous les domaines de production, de consommation et de transport qui gagneraient à réduire leurs effets sur l’environnement. La chimie environnementale, finalement, est un outil incontournable pour déterminer les contaminants les plus importants et prioriser les efforts de la chimie verte comme de l’économie circulaire.

L’approvisionnement responsable

35Claudia Rebolledo

  • 11 Voir la définition de l’analyse du cycle de vie dans le texte « L’analyse de flux de matières et l (...)

36L’approvisionnement responsable cherche à intégrer des critères environnementaux et sociaux aux processus d’achat des biens et services, comme moyen de réduire les répercussions sur l’environnement, d’augmenter les bénéfices pour la société et de renforcer la durabilité économique des organisations tout au long du cycle de vie des produits (selon la définition de l’Espace québécois de concertation sur les pratiques d’approvisionnement responsable)11. En pratique, cependant, une organisation pourrait difficilement faire des analyses de cycle de vie (ACV) pour tous les produits et les services qu’elle achète. Ainsi, l’évaluation environnementale se limite souvent aux maillons de la chaîne les plus proches ou les plus visibles.

37Nous présentons ici les pratiques les plus couramment utilisées pour intégrer les principes de développement durable aux processus d’approvisionnement. Ces pratiques ont toutes un lien avec l’économie circulaire. L’aspect social, encore moins intégré par les entreprises que le volet environnemental, ne sera pas discuté.

38Une démarche en approvisionnement responsable se structure généralement autour de deux approches complémentaires : l’approche produit, qui vise à minimiser les effets négatifs du produit sur l’environnement, et l’approche fournisseur, qui s’assure que l’entreprise fait affaire avec des fournisseurs responsables. L’approche produit regroupe plusieurs pratiques liées à l’économie circulaire. Tout d’abord, un achat responsable doit répondre à un besoin réel. L’analyse du besoin est la première étape du processus d’achat et constitue une des tâches essentielles de l’acheteur. L’objectif n’est pas seulement d’éviter la surconsommation par la rationalisation des approvisionnements, mais aussi de générer des solutions plus écologiques qui tiennent compte du cycle de vie du produit à acheter. L’acheteur doit privilégier des biens durables qui peuvent être employés à maintes reprises. Le but est toujours de minimiser le coût total de possession (la somme du coût d’acquisition et de tous les autres coûts associés). Les achats locaux, souvent laissés de côté à cause de coûts d’acquisition plus élevés, deviennent parfois préférables si on tient compte des coûts additionnels associés aux achats à l’étranger (transport, entreposage, douanes, délais, etc.). L’approvisionnement responsable prône aussi l’achat de biens d’occasion, la réutilisation, les solutions de consommation collaborative et l’achat de produits recyclés. En somme, l’approche produit cherche à réduire les répercussions négatives sur l’environnement par la réduction, le réemploi, le recyclage, la valorisation et, en dernier recours, l’élimination. Ainsi, une démarche de circularité pourrait s’amorcer par des outils d’approvisionnement responsable fondés sur une approche produit.

39L’approche fournisseur englobe la sélection, l’évaluation et l’accompagnement des fournisseurs dans une optique d’approvisionnement responsable. La sélection et l’évaluation des fournisseurs doivent intégrer l’environnement aux côtés des critères classiques de coût, de délai et de qualité. Les critères environnementaux cherchent à évaluer la volonté et la capacité des fournisseurs à offrir un produit responsable. Des audits environnementaux des fournisseurs doivent se faire périodiquement pour évaluer leurs pratiques écologiques. Les certifications environnementales s’avèrent ainsi utiles dans cette approche. Les achats locaux, privilégiés par l’économie circulaire, facilitent l’évaluation des intentions et des comportements des fournisseurs. Dans une démarche responsable, l’acheteur doit également mettre en place des relations collaboratives avec ses fournisseurs privilégiés afin de favoriser l’implantation de pratiques écologiques. L’accompagnement est particulièrement important pour les PME qui manquent souvent de ressources et de connaissances pour changer leurs pratiques. Une insistance sur la circularité ouvre la possibilité à de nouveaux partenariats avec les fournisseurs pour augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources. Ces stratégies de collaboration pourraient aider les entreprises à minimiser les risques liés à la volatilité et à l’augmentation des prix des matières premières.

  • 12 Ce texte est inspiré du rapport de stage de Cécile Ballagny, étudiante en Bachelor Commerce à NEOM (...)

40L’approvisionnement responsable a sa place dans la circularité dans la mesure où ses actions répondent à plusieurs problématiques que traite le modèle de l’économie circulaire. Le point de vue de l’approvisionnement responsable est cependant limité à l’entreprise et à ses fournisseurs. En revanche, l’approvisionnement responsable englobe un volet social, moins présent dans l’économie circulaire12.

La logistique à rebours : repères et implications

41Martin Beaulieu et Jacques Roy

  • 13 Christopher (1998).

42Dans le contexte où de plus en plus d’intervenants accordent une attention au concept d’économie circulaire, la logistique devient un outil névralgique pour s’assurer de fermer la boucle des échanges. Essentiellement, la logistique est un processus de planification et de contrôle du flux des matières entrantes et sortantes de l’entreprise en vue d’assurer un bon service à la clientèle tout en minimisant les coûts. Depuis près de cinquante ans, on assiste à la constitution d’un champ de recherche universitaire en logistique, parallèlement à la mise en œuvre de pratiques exemplaires par des entreprises qui ont obtenu des gains appréciables dans ce domaine13. Historiquement, la logistique adoptait une perspective unidirectionnelle en suivant le parcours des matières des fournisseurs transformées en des produits finis destinés à un consommateur final. Ce point de vue dissimulait cependant une réalité plus complexe alors que la marchandise peut circuler en sens inverse, en partant des consommateurs pour revenir dans une filière qui saura lui donner un second souffle. Aussi, de plus en plus d’entreprises admettent qu’une amélioration de leur bilan environnemental n’est pas incompatible avec le développement d’avantages concurrentiels.

  • 14 Agrawal et al. (2015).

43Depuis une vingtaine d’années, le milieu scientifique a accordé un intérêt grandissant à ce thème qui est désigné sous les noms de logistique à rebours ou de logistique inversée (reverse logistics)14. On peut définir la logistique à rebours comme un ensemble d’activités de gestion visant la réintroduction d’actifs secondaires dans des filières à valeur ajoutée. Cette définition a deux implications. La première est le choix du terme « actif secondaire » qui se veut plus générique afin d’englober différentes réalités : déchets, produits en fin de vie, produits défectueux, excédent de production, rejets de production, etc. Dans la littérature, des chercheurs ont retenu le terme « actif » qui ne remplit plus sa fonction première pour définir la logistique à rebours. En lui associant le terme « secondaire », les auteurs précisent que l’actif a subi une forme de dégradation comparativement à sa fonction initiale. La seconde implication porte sur le terme « filière à valeur ajoutée ». Encore une fois, il s’agit d’une expression plus neutre, car l’actif ne revient pas nécessairement à son point d’origine et il est détourné de filières ayant peu de valeur ajoutée, comme un site d’enfouissement, qui ne valorise en aucune façon l’actif secondaire.

44Si les réflexions sur le thème de la logistique à rebours sont maintenant plus élaborées, une réalité subsiste : les entreprises sont souvent mal préparées à prendre en charge ce flux inversé, ayant investi tant d’efforts à implanter le circuit de distribution traditionnel. Pour bien des entreprises, la logistique à rebours revient à remonter à contresens une rue à sens unique. C’est pourquoi, dans un contexte d’économie circulaire, les entreprises devront envisager différentes pratiques afin de faciliter les activités de logistique à rebours.

La réduction à la source

45Tout comme c’est l’un des premiers principes d’une gestion écologique, la réduction à la source devrait être le point de départ des initiatives de logistique à rebours. Après tout, la meilleure logistique à rebours est celle que l’on peut éviter. Cette réduction à la source peut prendre différentes formes :

  • sélection d’une matière première de meilleure qualité qui pourrait diminuer les rejets en cours de production ;
  • sélection de fournisseurs plus fiables qui vont livrer des intrants de meilleure qualité réduisant le nombre de pièces défectueuses reçues ;
  • réalisation des prévisions de ventes plus précises qui éviteront de surproduire des articles qui risquent de ne pas être vendus ;
  • amélioration de la flexibilité de l’appareil de production afin de s’ajuster à la demande et d’éviter encore une fois la création de stocks de produits invendus ;
  • mise en œuvre d’un bon système de traçabilité pour cibler les lots problématiques et éviter de reprendre des quantités plus importantes que nécessaire (dans le cas d’un rappel de produits) ;
  • description plus précise des articles et procédures de contrôle sur le site Web afin de permettre au client de valider son achat en commerce électronique (pour diminuer les retours).

La récupération, le réemploi et le recyclage

46Si les initiatives précédentes visent à réduire le potentiel du flot à rebours, ce dernier sera toujours présent, ne serait-ce que pour répondre à des exigences commerciales (bon service à la clientèle) ou gouvernementales (prise en charge du produit en fin de vie). Dans cet ordre d’idées, l’entreprise pourrait déployer les mesures suivantes afin de faciliter les opérations de récupération, de réemploi ou de recyclage :

  • conception révisée du produit afin de faciliter son démontage si cela doit s’avérer nécessaire pour conserver les pièces encore valables et procéder au recyclage des autres. Cet enjeu de conception peut intégrer le choix des matériaux en vue de retenir ceux qui favorisent le recyclage ou un réusinage pour assurer un nouveau cycle de vie au produit ;
  • tri à la source afin de réduire la complexité des étapes suivantes (chez les valorisateurs) et d’assurer le respect de certaines directives réglementaires associées à des déchets dangereux. Le tri à la source a deux implications. D’une part, il nécessite une infrastructure adaptée, par exemple, la présence de contenants de récupération adaptés à chaque matière ; d’autre part, il exige un effort de formation et un rappel des consignes de récupération afin que le personnel discrimine adéquatement la matière ;
  • choix de la bonne infrastructure de transport et d’entreposage. Des entreprises peuvent décider de recourir à leur propre flotte de transport et à leur propre centre de distribution pour réaliser les activités de logistique à rebours. Ce choix peut se justifier pour réduire les coûts et valoriser les ressources actuelles. Cependant, à cause de la complexité du flux à rebours, des dangers de contamination s’il y a manipulation de matières dangereuses, des risques de confusion entre produits retournés et produits ordinaires, les entreprises décident souvent d’établir une infrastructure logistique distincte et confient de plus en plus ces activités à des prestataires de services logistiques. On doit mener une analyse sérieuse sur cette question.
  • 15 Roy et Beaulieu (2005).

47Ce dernier point conduit au troisième ensemble de décisions : la structure de gouvernance. Une organisation qui s’engage dans une logistique à rebours doit décider si elle veut gérer elle-même ce réseau inversé, le confier à un prestataire externe ou le faire en collégialité avec un groupe d’entreprises. Les deux premières formules renvoient à des options classiques de l’impartition (faire ou faire faire), la troisième est plus inusitée. Au Québec, les producteurs de peinture qui ont décidé de gérer et de financer conjointement le réseau de récupération des vieux contenants de peinture ont mis en œuvre cette troisième option15. Cette structure de gouvernance est essentielle pour coordonner le travail des différents acteurs du réseau de logistique à rebours, mais aussi pour chercher à améliorer son efficacité. Par exemple, ce réseau peut-il être optimisé afin d’en diminuer les coûts, mais aussi ses répercussions sur l’environnement, comme les émissions de gaz à effet de serre ?

48Outre les bénéfices environnementaux, la logistique à rebours peut être un vecteur stratégique pour une organisation afin de réduire le gaspillage ou améliorer son service à la clientèle. Par ailleurs, pour atteindre le plein potentiel de la logistique à rebours, l’organisation devra transformer, parfois de manière importante, les façons de faire traditionnelles.

Les réseaux et la mise en œuvre de l’économie circulaire

49Silvia Ponce

50La mise en œuvre de l’économie circulaire exige l’engagement et l’action concertée de nombreux intervenants prêts à collaborer, à s’ouvrir au changement des comportements, des pratiques et des stratégies de compétition. Dans ce contexte, des flux et des transactions de biens tangibles (matières premières, composants, produits en cours, finis, recyclés ou revalorisés) sont soutenus par des flux d’intangibles (données, information, connaissances et systèmes), ce qui donne lieu à la configuration de nouvelles formes organisationnelles dont, notamment, les chaînes et les réseaux.

  • 16 Callon et al. (1999).

51Le concept de réseau, en particulier, entraîne une logique relationnelle et un caractère multidimensionnel qui permettent d’intégrer, voire d’absorber la logique transactionnelle au fondement des activités de l’économie circulaire. Ainsi, le réseau se veut une forme organisationnelle à part entière, mais plusieurs affirment que la notion est devenue en outre « un outil incontournable pour comprendre et analyser le mécanisme complexe d’interactions entre acteurs hétérogènes, pour décrire la mise en place des formes de coordination appropriées, et pour rendre compte de la dynamique des relations16 ».

52D’ailleurs, le concept de réseau n’est pas univoque. Il s’applique aussi à des situations, à des domaines ou à des objets divers, permettant de décrire et de représenter plusieurs réalités complexes. De plus, le concept admet l’analyse multiniveau (individu – groupe – entreprise) et la définition des frontières pour les acteurs et les parties prenantes appelés à se positionner dans la configuration des nouveaux réseaux à caractère circulaire. La mise en œuvre de l’économie circulaire a alors tout intérêt à faire appel à cette notion pour composer tant avec la complexité inhérente à sa propre configuration qu’avec la complexité sous-jacente des réseaux des parties prenantes. De fait, la notion amène la complémentarité et la structuration nécessaires à l’opérationnalisation de la circularité et des dispositifs qui assureront les conditions les plus favorables à sa consolidation. De surcroît, le concept enrichit l’analyse de scénarios et de conditions requises à l’existence, au renforcement et à la stabilisation de la circularité.

La structure, les configurations et les propriétés des réseaux

53La structure des réseaux est composée des nœuds et des liens qui donnent lieu à différentes configurations. Un nœud peut représenter un individu, un groupe, une entreprise, un réseau ou autre, tandis que les liens peuvent être forts, faibles, formels ou informels, et représenter des échanges, interactions, relations, influences, flux (matières, données, information, connaissances, individus), etc. La figure 10 illustre des configurations typiques en fonction du degré de centralisation, soit les configurations centralisée (a), décentralisée (b), et distribuée (c).

54Lorsque les nœuds de la configuration d’un réseau représentent des entreprises, les interactions peuvent avoir lieu à trois échelons d’intervention associés aux acteurs, soit les échelons stratégique, tactique et opérationnel. Ces échelons reflètent, entre autres, les types de connaissances, implicites ou tacites et explicites ou codifiées, et le caractère des actions pouvant influencer la stabilité et l’efficacité du réseau. Les acteurs clés étant des individus avec des convictions, des ambitions, du pouvoir et des styles de gestion hétérogènes, la robustesse des relations s’avère une propriété critique à la stabilité du réseau. La mise en œuvre de l’économie circulaire doit alors considérer l’instauration de mécanismes de maintien des flux et des échanges favorisant les transferts, les partages et les apprentissages.

FIGURE 10 Différentes configurations de réseaux

FIGURE 10 Différentes configurations de réseaux

Ponce, 2015

  • 17 Ponce et Nollet (2006).

55En effet, les propriétés des réseaux, dont la robustesse, le positionnement, la centralité et la densité, mettent en évidence tant les opportunités que les risques. L’analyse des relations au sein des réseaux d’innovation, par exemple, montre que les différents échelons d’intervention soutiennent les processus opérationnels et d’innovation de manière complémentaire, permettant aux partenaires de faire face aux risques perçus de nature commerciale, technologique et financière17.

L’hétérogénéité, la dynamique et les approches

  • 18 Stuart et Podolny (1996).

56Les investissements en ressources, incluant les technologies de support (communication, connectivité et planification) et les connaissances codifiées, dont les politiques et les règles de coordination établies entre les parties prenantes, contribueront à la consolidation des réseaux. Toutefois, l’efficacité, l’efficience et la performance de l’ensemble, voire la synergie, seront au rendez-vous en fonction de la dynamique d’un ensemble de réseaux hétérogènes, partageant notamment des principes, des pratiques et même un système de mesure de la performance. Par ailleurs, les interactions multiples entre des acteurs hétérogènes créent des dynamiques particulières dans lesquelles les échanges peuvent contribuer à l’émergence d’innovations et à l’acquisition de compétences par les acteurs (et le réseau lui-même dans son ensemble). Or l’appartenance à un réseau peut aussi engendrer des défis de diffusion et d’appropriation de connaissances et de bénéfices potentiels. L’analyse du partenariat stratégique et du positionnement technologique d’un réseau de producteurs japonais de semi-conducteurs, dans laquelle Stuart et Podolny18 ont adopté une approche réseau analytique, illustre bien ces propos. Ces auteurs ont montré que les alliances stratégiques établies entre les firmes configurant le réseau favorisaient l’évolution de ce dernier, dans lequel une firme pouvait occuper une niche technologique différenciée résultant non nécessairement de sa propre activité d’innovation, mais plutôt des efforts d’innovation de ses concurrents.

57Ainsi, lors de la mise en œuvre de l’économie circulaire, le réseau des acteurs et des parties prenantes aura à soutenir les activités et les relations sur le plan des flux de tangibles et d’intangibles en ce qui touche à l’équité, au respect des valeurs partagées et aux intérêts et bénéfices communs. Dans ce contexte, le réseau informel prend toute son importance puisqu’il coexiste avec la structure formelle et peut éventuellement remplir des vides et contribuer à surmonter les limitations des mécanismes et dispositifs formels. Au plus, la complexité, l’hétérogénéité et la dynamique des réseaux justifient la diversité de cadres d’analyse et d’outils constituant des approches variées, parmi lesquelles se démarquent, outre les applications de la recherche opérationnelle, l’approche classique de la sociologie, les analyses des réseaux d’innovation et l’approche sociologique processuelle de la valeur du réseau. Le caractère multidimensionnel de l’économie circulaire met alors à l’épreuve la complémentarité des diverses approches.

Notes

1 Brunner (2004).

2 Jolliet et al. (2010).

3 Hunckeler, Rebeitzer et Lichtenvort (2008) et PNUE (2009).

4 Morin (2005).

5 Norme NF X 30-264 Management environnemental – Aide à la mise en place d’une démarche d’éco-conception (2013).

6 Voir le texte « L’analyse de flux de matières et l’analyse du cycle de vie » du présent ouvrage.

7 Haned et al. (2014), Plouffe et al. (2011).

8 Anastas et Kirchhoff (2002).

9 Savile et al. (2010).

10 Sauvé et Desrosiers (2014).

11 Voir la définition de l’analyse du cycle de vie dans le texte « L’analyse de flux de matières et l’analyse du cycle de vie » du présent ouvrage.

12 Ce texte est inspiré du rapport de stage de Cécile Ballagny, étudiante en Bachelor Commerce à NEOMA Business School, réalisé sous la supervision de Claudia Rebolledo avec le soutien de l’Institut EDDEC.

13 Christopher (1998).

14 Agrawal et al. (2015).

15 Roy et Beaulieu (2005).

16 Callon et al. (1999).

17 Ponce et Nollet (2006).

18 Stuart et Podolny (1996).

Table des illustrations

Titre FIGURE 10 Différentes configurations de réseaux
Légende Ponce, 2015
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteurs

Professeur, Département de mathématiques et de génie industriel, Polytechnique Montréal

Professeure et directrice de l’École de design, Université de Montréal

Professeur, École de design, Université de Montréal

Directeur académique de l’Institut EDDEC et professeur, Département de chimie, Université de Montréal

Professeure, Département de chimie, Université de Montréal

Professeure, Département de gestion des opérations et de la logistique, HEC Montréal

Professionnel de recherche, Groupe de recherche CHAÎNE, HEC Montréal

Professeur, Département de gestion des opérations et de la logistique, HEC Montréal

Professeure, Département de gestion des opérations et de la logistique, HEC Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access