Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'économie circulaire

 | 
Mélanie McDonald
, 
Daniel Normandin
, 
Sébastien Sauvé

La mobilisation des acteurs

Paul Lanoie, Hugo Tremblay, Sophie Bernard, Mélanie McDonald, Denis Chênevert, Martine Vézina, Jonathan Deschênes, JoAnne Labrecque, Nicole Gombay, Louise Millette et Jean-François Desgroseilliers

Texte intégral

  • 1 Voir le texte « L’entretien et la réparation » du présent ouvrage.

1Quelles que soient les stratégies de circularité choisies et leurs modes de déploiement, leur mise en œuvre nécessitera l’implication de différents acteurs. Le déploiement par filière fera notamment intervenir les associations sectorielles et l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur ou, plutôt, de la « boucle de valeur », si on y inclut les organisations facilitant la circularité des ressources (organismes de réemploi, industries de réusinage et de recyclage, etc.). Une approche par territoire ou par ressource fera intervenir une multitude de filières différentes et s’intéressera également à l’implication des citoyens au-delà de leur rôle de consommateurs (ex. : participation à des Repair Cafés1, dons à des organismes de charité). Dans l’ensemble, tous les acteurs de la société sont concernés par la transition vers un nouveau modèle économique.

2Cette partie de l’ouvrage fait le point sur un défi de taille : la mobilisation des acteurs. Les trois premiers textes donnent un aperçu des rôles que peuvent jouer les gouvernements. Les deux suivants se concentrent sur la façon d’accompagner le changement en entreprise. Après un gros plan sur les entreprises collectives, c’est sur la mobilisation des consommateurs que se penchent les auteurs, avant d’examiner celle de la société « globale », d’abord sous l’angle des valeurs qui unissent les objets aux humains, puis sur l’importance d’ancrer les nouveaux comportements au sein des cursus de formation de la relève.

L’écofiscalité au service de l’économie circulaire

3Paul Lanoie

4Pourquoi aurait-on besoin de la fiscalité pour favoriser l’émergence de l’économie circulaire ? Parce que l’intervention du gouvernement est fondamentale lorsque les ressources environnementales sont en cause. Le « libre marché » n’est pas bon gestionnaire de l’air, de l’eau, de la biodiversité, des richesses naturelles, etc., car il est difficile de bien établir des droits de propriété (essentiels au marché) sur ces ressources. On a dès lors l’impression que ces dernières n’appartiennent à personne, ou à tout le monde ; on s’en sert comme si elles étaient gratuites, alors que leur utilisation a un coût social réel. Bref, le « libre marché » laissé à lui-même génère trop de pollution et une surexploitation au-delà d’un seuil acceptable, que le gouvernement peut légitimement chercher à réduire. Il doit, entre autres, s’assurer que les pollueurs « internalisent » dans leurs décisions les vrais coûts des ressources environnementales.

  • 2 Voir entre autres le SPEDE (Système de plafonnement et d’échange de droits d’émission) qui existe (...)

5Pour faire son travail, le gouvernement a accès à une panoplie d’outils, dont la réglementation, la fiscalité ou la mise en place d’un système de droits d’émission2. Dans ce contexte, l’écofiscalité sert à corriger les signaux de prix pour inciter à la réduction de la pollution (taxer les émissions polluantes, les sources d’énergie fossile, etc.) et favoriser les activités économiques souhaitées (création d’emplois, investissement, innovation, etc.). En d’autres mots, le message de l’écofiscalité est le suivant : « Ne nous gênons pas pour taxer les émissions polluantes ou la surexploitation des ressources, il s’agit de “bonnes” taxes et servons-nous des revenus ainsi collectés pour réduire les “mauvaises” taxes, celles qui entraînent des effets indésirables dans l’économie ». Pensons en particulier aux taxes sur la masse salariale, soit l’ensemble des contributions qu’un employeur doit verser à l’État lorsqu’il emploie des salariés (assurance-emploi, assurance contre les accidents du travail, régime de retraite, etc.). Dans les pays où ces taxes sont élevées, on a montré qu’elles mettaient un frein à l’emploi. L’instauration de taxes vertes dont les revenus permettraient de réduire les taxes sur la masse salariale pourrait entraîner un « double dividende », soit un environnement plus sain et une économie générant plus d’emplois.

Un coup de pouce à l’économie circulaire

  • 3 Groothuis (2014).

6Les stratégies permettant l’avènement de l’économie circulaire incluent l’entretien, la réparation, le réemploi, la redistribution, le reconditionnement, le réusinage, le recyclage, le compostage, l’agriculture biologique ainsi que la valorisation, et d’aucuns s’entendent pour dire qu’il s’agit d’activités à forte intensité en main-d’œuvre3.

  • 4 http://www.lapresse.ca/videos/actualites/201409/17/46-1-payer-pour-jeter-ses-ordures.php/28537b397 (...)

7Plusieurs mesures écofiscales pourraient favoriser l’émergence et l’expansion de l’économie circulaire. Sans être exhaustif, nous lançons ici quelques idées prometteuses. Par exemple, tarifier les déchets, c’est-à-dire faire payer les citoyens en fonction de la quantité de matière produite, ce qui pourrait les inciter à composter ou à recycler davantage, de même qu’à réduire à la source leur production de détritus. Potton est la première municipalité québécoise à avoir introduit une telle tarification et les résultats au bout d’un an sont probants : plus de recyclage, plus de compostage et, au total, une réduction de 42 % des matières résiduelles envoyées au site d’enfouissement4.

  • 5 Voir, par exemple, la discussion sur http://blogues.radio-canada.ca/geraldfillion/tag/redevance/, (...)
  • 6 Parry et al. (2014).

8Revoir le système de redevances exigées aux extracteurs de ressources naturelles tout en s’assurant que les prix imposés reflètent l’ensemble des coûts économiques et environnementaux de la ressource serait également pertinent. Plusieurs analystes s’entendent pour dire que les redevances actuellement en vigueur au Québec pour l’extraction des ressources du sous-sol ou des forêts sont sous-évaluées5. Il faudrait également que les taxes sur les énergies fossiles couvrent l’ensemble des coûts environnementaux liés à leur utilisation. Là aussi, plusieurs études tendent à montrer que, par exemple, les taxes sur l’essence au Québec ou au Canada sont trop basses6.

  • 7 Voir http://www.actu-environnement.com/ae/news/economie-circulaireemploi-24764.php4, consulté le 2 (...)

9L’implantation de toutes ces mesures apporterait au gouvernement des rentrées fiscales additionnelles. Plusieurs options de dépenses s’offriraient à lui, dont la réduction de taxes, qui pourrait avoir des effets indésirables pour l’économie. Dans la perspective de favoriser l’économie circulaire, un choix particulièrement judicieux serait de réduire les taxes sur la masse salariale. En effet, comme plusieurs activités associées à l’économie circulaire exigent beaucoup de main-d’œuvre et que les taxes en question freinent l’emploi, leur réduction semble d’emblée à privilégier. Quoi qu’il en soit, grâce à l’économie circulaire, la création de nombreux emplois se concrétise actuellement7, et l’écofiscalité pourrait donner un coup de pouce utile à ce mouvement.

L’économie circulaire dans la politique et la législation québécoise

10Hugo Tremblay

11En principe, la mise en place d’un processus de gestion fondé sur l’économie circulaire s’étend à des dimensions que le droit et les politiques peinent à appréhender. D’une part, la globalisation de l’économie implique des chaînes de production qui s’étendent d’un continent à l’autre dans une arène internationale où le droit n’a pas de force contraignante et reste souvent impuissant face aux intérêts nationaux hétérogènes. Le droit international connaît néanmoins quelques succès ponctuels, comme la Convention de Bâle sur le contrôle transfrontière des déchets dangereux à laquelle 166 États sont parties. D’autre part, une conception intégrée de l’économie circulaire devrait s’étendre à l’ensemble des facettes du développement humain, une multitude d’aspects du cadre juridique s’avérant pertinents pour évaluer le degré de mise en œuvre de cette approche, y compris les lois visant à internaliser le coût des émissions de gaz à effet de serre, les lois régissant l’épandage de fertilisants agricoles ou les lois qui promeuvent le développement durable par des principes tel celui du pollueur-payeur. Pourtant, le droit comme les politiques publiques restent la plupart du temps fragmentés par secteur d’activité et l’économie circulaire se matérialise à l’occasion comme une nouvelle branche qui ajoute à la diffraction du cadre applicable plutôt que comme élément unificateur. Malgré ces limites, les lois et politiques contribuent généralement à définir le concept d’économie circulaire. Elles en facilitent l’application et mobilisent les parties prenantes. La transposition du concept dans les politiques et législations nationales débouche sur un éventail de déclinaisons de l’économie circulaire qui empruntent des caractéristiques spécifiques à chaque juridiction.

L’énoncé général

12Le droit québécois n’énonce pas de principe visant la mise en œuvre d’une approche fondée sur l’économie circulaire. Néanmoins, le gouvernement a adopté en 2011 la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles (la Politique) pour promouvoir le développement durable d’une économie verte efficace et sans gaspillage, qui minimise son empreinte environnementale, maximise la valeur ajoutée, stimule la création d’emplois et favorise l’accroissement de la richesse. De plus, la Stratégie gouvernementale de développement durable 2015-2020 prévoit que les ministères et les organismes provinciaux soutiennent l’innovation pour créer les conditions favorables à la mise en place de pratiques et de modèles d’affaires inscrits dans la dynamique d’une économie circulaire. L’implantation d’un tel système de production nécessite un encadrement adapté pour faciliter la circulation en boucle des produits, des matières et de l’énergie à diverses échelles, dans une entreprise ou entre plusieurs entreprises, selon l’approche de l’écologie industrielle. Cette approche intégrée comporte une dimension territoriale importante parce qu’elle repose sur des circuits courts.

13Dans d’autres pays, l’opérationnalisation de l’économie circulaire est favorisée par l’adoption de lois fondées sur des notions apparentées à cette approche. Depuis 2000, le Japon dispose d’une loi-cadre visant à établir une société circulaire grâce à la réduction et au recyclage des déchets afin de minimiser la consommation des ressources naturelles et son empreinte environnementale.

Le domaine visé

14Le domaine visé par les instruments politiques et législatifs québécois couvre essentiellement la gestion des matières résiduelles. Ces matières sont définies comme « tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau ou produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que le détenteur destine à l’abandon ».

15Dans quelques juridictions, les lois et politiques en vigueur couvrent un domaine plus large, ce qui offre un cadre pour intégrer toutes les dimensions de l’économie circulaire. Par exemple, la Chine a adopté en 2008 une loi pour inscrire l’économie circulaire comme orientation stratégique d’intérêt national capable de structurer la gestion non pas seulement des déchets, mais aussi de l’ensemble des ressources naturelles et des sources d’énergie.

16En 2015, la France a adopté la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, qui inscrit la transition vers l’économie circulaire au cœur des principes gouvernant son Code de l’environnement afin d’amorcer une démarche qui touche l’ensemble des aspects du modèle de croissance. L’article L110-1 du Code énonce que la transition vers une économie circulaire vise à dépasser le modèle économique linéaire, à promouvoir l’écologie industrielle et territoriale, à allonger la durée du cycle de vie des produits, de même qu’à réduire et à prévenir l’émission des polluants et des substances toxiques.

L’approche 3RV-E

17La Loi sur la qualité de l’environnement (LQE) vise à agir sur la fabrication et la mise en marché des produits afin de prévenir ou de réduire la production de matières résiduelles et d’en encourager le recyclage, la valorisation de même que l’élimination sûre. Conformément à la LQE, la Politique adopte l’approche 3RV-E, qui prévoit un processus hiérarchisé de traitement des matières résiduelles dans cet ordre préférentiel décroissant : la réduction à la source, le réemploi, le recyclage, la valorisation (à des fins énergétiques ou autres) et l’élimination.

  • 8 Lehmann et al. (2014).

18Ce processus hiérarchisé s’apparente au schéma type des 3R (réduction, réutilisation, recyclage) transposé en droit dans plusieurs autres juridictions. L’Allemagne permet une comparaison intéressante puisque la loi destinée à promouvoir la gestion des déchets en cycle fermé adoptée dès 1994, qui institue un processus en cinq étapes hiérarchisées (évitement, réutilisation, recyclage, récupération et délaissement), met en œuvre un principe d’utilisation efficiente des ressources qui a entraîné un découplage entre la croissance économique (+ 25 %) et le volume de déchets générés (-11 %) de 1996 à 20118.

L’ouverture du cycle de gestion

19La démarche de gestion des matières résiduelles n’est pas parfaitement circulaire. Des ouvertures dans le cadre juridique au début, pendant et à la fin du processus de traitement des matières résiduelles évitent le bouclage du cycle de gestion. En amont, des exclusions prévues par la LQE écartent certaines substances du processus applicable aux matières résiduelles, dont la plupart des émissions gazeuses, les résidus miniers et les sols contaminés, à l’instar de ce que prévoit la législation dans d’autres juridictions.

20Puis, une fois que la matière résiduelle est engagée dans la boucle de gestion, la définition imparfaite des différentes étapes du processus de traitement en droit québécois génère des incertitudes dans la démarche 3RV-E. L’imprécision de notions centrales peut évacuer du cycle de gestion certaines matières de façon prématurée ou, au contraire, les y maintenir de façon injustifiée. Par exemple, la notion de valorisation énergétique reste suffisamment floue pour couvrir l’élimination de déchets par incinération sous des apparences de valorisation. D’autre part, elle peut tout aussi bien mener à l’enfouissement de matières résiduelles qu’on aurait pu utiliser pour alimenter des fours industriels. On peut résoudre ce type d’incertitude par une définition plus précise des composantes du cycle de gestion, comme le fait la loi allemande en spécifiant que la valorisation énergétique n’est permise que lorsque la valeur thermique de la matière résiduelle dépasse 11 000 kJ/kg et qu’une efficacité de combustion d’au moins 75 % est atteinte.

21En aval, l’objectif fondamental de la Politique vise à ce qu’aucune autre matière résiduelle que le résidu ultime ne soit éliminée au Québec. Le résidu ultime constitue la matière qui résulte du tri, du conditionnement et de la mise en valeur des matières résiduelles, et « qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et économiques disponibles ». Par comparaison, la loi allemande oblige à procéder au recyclage tant que cette opération est « économiquement raisonnable », une condition qui est remplie au sens de la loi tant que les coûts de recyclage ne sont pas disproportionnés par rapport aux coûts de l’élimination des déchets.

La mobilisation des acteurs

22Le cadre politique et législatif québécois vise à impliquer et à responsabiliser l’ensemble des acteurs concernés par la gestion des matières résiduelles.

23Le secteur public est mobilisé au moyen des plans de gestion municipaux sous la responsabilité des autorités régionales. Ces plans dressent le portrait de la situation, énoncent des orientations et des objectifs de mise en œuvre, établissent des prévisions budgétaires et prévoient des mesures de suivi. Un mécanisme d’approbation des plans par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, et l’obligation de conformité aux plans qui s’impose aux municipalités locales, assurent la cohérence de l’action étatique grâce à la transmission des objectifs de la Politique à tous les échelons de gouvernance.

24En outre, le secteur privé et dans une certaine mesure le reste de la société sont engagés dans la démarche de gestion des matières résiduelles par un ensemble de dispositifs législatifs et réglementaires qui mettent en œuvre le principe du pollueur-payeur. À cet égard, la responsabilité élargie des producteurs joue un rôle important dont l’étendue est déterminée par divers règlements.

25Parmi ceux-ci, le Règlement sur la récupération et la valorisation de produits par les entreprises prévoit la création, par les entreprises, de points de dépôt et de programmes de récupération et de valorisation pour les produits électroniques, les piles et batteries, les lampes au mercure, les peintures et leurs contenants ainsi que les huiles usagées et autres liquides de refroidissement. Le Règlement sur les redevances exigibles pour l’élimination de matières résiduelles et le Règlement sur la compensation pour les services municipaux fournis en vue d’assurer la récupération et la valorisation de matières résiduelles imposent des charges financières à certains intervenants pour la gestion des matières résiduelles à différentes étapes de la démarche 3RV-E.

26Un ensemble de dispositifs réglementaires et de programmes visant des sujets spécifiques complète ce cadre, tels le réemploi des contenants d’eau, l’entreposage des pneus usés et la valorisation des matières organiques.

Les pistes d’avenir

27La mise en œuvre de la Politique repose sur des plans d’action quinquennaux qui déterminent les objectifs à atteindre en fonction des stratégies établies. Le plan d’action 2011-2015 prévoit une série d’objectifs, dont la réduction de la quantité de matières résiduelles à 700 kg par habitant, le recyclage de 70 % du papier, du carton, du plastique, du verre et du métal résiduels, de même que le recyclage de 60 % de la matière organique putrescible résiduelle. Le degré d’atteinte des objectifs est mesuré par un bilan de mi-parcours. L’échéance du plan d’action actuel permet, à court terme, d’établir de nouvelles cibles.

28Certaines juridictions fournissent des exemples d’objectifs qui touchent l’ensemble des facettes de l’économie circulaire. La loi française établit plusieurs cibles précises, dont les plus intéressantes incluent le découplage progressif entre la croissance économique et la consommation de matières premières ainsi que la réduction de la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à la référence 2012, avec un objectif intermédiaire de 20 % en 2030.

  • 9 Lassaux (2015).

29Les orientations politiques européennes comprennent aussi des objectifs et des moyens ambitieux. Outre les orientations relatives à l’intégration des bâtiments durables, de l’emploi vert et des petites et moyennes entreprises dans une logique d’économie circulaire, l’Europe s’engage dans un « programme zéro déchet » qui pourrait inclure une interdiction de mise en décharge visant l’ensemble des matériaux recyclables9.

Des incitations sur toute la chaîne de valeur

30Sophie Bernard

31Comme la matière au cœur de l’économie circulaire, l’information doit également circuler entre les acteurs des boucles de valeur. De quelle information parlons-nous ? Voici un exemple : un industriel bien intentionné décide d’améliorer la recyclabilité de son produit. Seulement, cette précieuse information risque de ne pas parvenir aux oreilles des principaux intéressés. Le produit arrivé en fin de vie risque de se retrouver noyé dans une masse de produits semblables, mais moins recyclables, et le recycleur aura peu de considération pour l’effort volontaire du producteur. L’information est ainsi perdue.

32Dans une économie dite linéaire, la relation entre les acteurs de la chaîne de valeur arbore souvent une forme simple. Elle se traduit par un contrat ou une transaction entre deux acteurs prêts à échanger au prix indiqué, l’un prenant le rôle du vendeur et l’autre de l’acheteur. Ce système fonctionne plutôt bien. Le consommateur désirant une meilleure qualité sera prêt à payer plus, incitant ainsi le producteur à répondre à sa demande. Pour ce faire, il sera prêt à payer des intrants de meilleure qualité et l’information se transmettra ainsi jusqu’aux fournisseurs. Grâce à l’ajustement des prix, l’information et les incitations se propagent dans la chaîne de valeur d’aval en amont. Les prix deviennent un vecteur incitatif.

  • 10 Voir le texte « L’écofiscalité au service de l’économie circulaire » du présent ouvrage.

33L’économie circulaire fait la promotion des boucles de matière. Bien qu’il soit désirable pour la société d’adopter ces boucles, le secteur privé n’est peut-être pas suffisamment motivé à les mettre en place10. L’intervention du secteur public est souvent nécessaire pour créer des marchés qui resteraient autrement inexistants ; c’est souvent le cas de la gestion des déchets et du recyclage.

34Le défi de l’économie circulaire est non seulement d’implanter ces boucles non naturelles, mais aussi de créer un vecteur incitatif entre les acteurs. Par exemple, les recycleurs peuvent avoir une préférence pour des produits (en fin de vie) de meilleure qualité. S’ils peuvent réduire leurs coûts de production en ayant des produits qui se démantèlent plus facilement, ils devraient pouvoir payer aux consommateurs un prix qui dépend du degré de recyclabilité. Le consommateur ainsi rémunéré réclamerait au producteur un produit facilement recyclable et ainsi de suite. Mais comment faire circuler l’information ? Comment rejoindre cet industriel bien intentionné ? Sauf par quelques ententes particulières telles que la consigne, le système actuel permet peu d’interactions entre les recycleurs et les consommateurs. Les consommateurs ne connaissent pas la « demande » de matières recyclables, ils ne connaissent que leur bac de recyclage.

  • 11 Voir le texte « L’économie circulaire dans la politique et la législation québécoise : » du présen (...)
  • 12 Voir le texte « L’économie collaborative et l’économie de fonctionnalité » du présent ouvrage.

35Dans le but de fluidifier le système et d’améliorer la circulation de l’information, on doit penser à des politiques incitatives et à des formes de contrats plus complets. C’est l’objectif recherché dans l’approche dite de responsabilité élargie des producteurs, qui rend ces derniers responsables des coûts de gestion de leurs produits en fin de vie11. Une tarification modulée en fonction de la recyclabilité des matériaux permet de transmettre une partie de l’information et incite les producteurs à concevoir des produits plus adaptés au recyclage. L’économie de la fonctionnalité, quant à elle, propose des contrats où les producteurs offrent le service du produit plutôt que le produit lui-même12. Ce contrat de location transfère une partie des responsabilités, et de l’information, au producteur. En internalisant les coûts de maintenance de son produit, il est incité à en considérer les coûts de réparation et la durabilité à l’étape de sa conception.

36Dans cette optique, il semble important d’ouvrir le dialogue entre les acteurs des boucles de valeurs afin d’assurer la rencontre des demandeurs et des offreurs d’initiatives circulaires.

L’accompagnement des entreprises : les leçons du développement durable

37Mélanie McDonald

38Dans le monde des entreprises, la mobilisation des équipes sur le développement durable a été fortement teintée par les origines de ce mouvement, c’est-à-dire par les normes ISO 14001 et la pression des organisations environnementales. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que la notion de développement durable soit fortement associée à celle de l’environnement et à une approche normative axée sur les effets négatifs et souvent moralisatrice, qui n’a pas suscité beaucoup d’enthousiasme dans les entreprises. Sur le premier point, ISO 26000 a marqué une avancée importante en proposant une vision concertée à l’échelle internationale des enjeux que doit présenter le développement durable dans les organisations, notamment sur le plan social. Elle est toutefois perçue, à tort, comme une démarche normative lourde, à l’image d’ISO 9001. De plus, son discours repose sur la notion de « responsabilité sociétale des entreprises » (RSE) ; on peut comprendre dès lors que les équipes ne la perçoivent pas comme positive et désirable, mais plutôt comme un mal nécessaire.

  • 13 Cantor, Morrow et Montabon (2012).

39En parallèle à l’élaboration d’ISO 26000, plusieurs établissements ont commencé à déployer des campagnes de sensibilisation et de communication auprès de leurs employés sous différentes formes : rapports de développement durable, affiches, ateliers de théâtre-forum, projections vidéo. Or, malgré la qualité grandissante de ces outils, on constate que les rapports de durabilité sont généralement peu lus par les équipes internes et que les activités de sensibilisation touchent souvent un petit public déjà convaincu. Mais certaines organisations sortent du lot en discernant les freins et leviers de changement de leurs dirigeants et employés dès l’amont de la démarche de RSE, encourageant ainsi une réelle réflexion sur la mise en œuvre de leur plan de durabilité. On y propose notamment des séances de formation visant l’acquisition de compétences spécifiques à chaque secteur d’activité et métier (communication, marketing, achat, etc.). Certaines entreprises, comme les Fromageries Bel et Carglass France, ont même formé l’ensemble de leurs gestionnaires afin qu’ils puissent porter la démarche, en écho aux études montrant que le gestionnaire de proximité est le mieux placé pour insuffler un changement auprès de ses équipes13.

40Mais rares sont les organisations qui ont offert plus d’une journée de formation à leurs responsables et à leurs employés pour assimiler les compétences requises par ces changements. Et plus rares encore sont celles qui ont offert de telles séances à leurs conseils de direction et d’administration. Or, l’expérience a montré qu’en l’absence d’un suivi et d’un soutien managérial fort, même les plus motivés s’essoufflent. À l’instar de tout déploiement de projets ayant des répercussions sur les employés, les démarches de développement durable supposent de mettre en place un processus concret, ancré dans le temps, adapté aux types de changements attendus, à la culture de l’organisation et aux acteurs impliqués. Pourtant, les meilleures pratiques en accompagnement du changement, que l’on déploie pour des projets stratégiques d’organisation, sont encore peu mises au service de la RSE, faute de temps et de ressources.

41Sauf dans le cas d’une pression affirmée des parties prenantes (ex. : nouvelles lois, pression des ONG, projets bloqués par l’acceptabilité sociétale, obligation d’un client important dans le cadre de sa démarche d’approvisionnement responsable), le développement durable est rarement une priorité dans les entreprises. Pour lever ce frein majeur, deux enjeux de perception importants se posent dans les cultures organisationnelles orientées principalement sur les profits à court terme, à savoir :

  • L’environnement est une source de dépenses ;
  • Le développement durable aura des bénéfices à long terme seulement.

42Cela est d’autant plus problématique dans un contexte de crise économique et pour des pays où la forte majorité des entreprises sont des PME peu assujetties aux pressions de la société civile en matière de développement durable.

L’économie circulaire : clé de voûte ?

  • 14 Voir la section « Les limites et les pistes d’enrichissement du modèle » du présent ouvrage.

43Bien que ce nouveau modèle économique ne permette pas à lui seul d’atteindre un développement durable14, il semble être, à ce jour, une excellente voie pour amorcer une réelle mobilisation des entreprises.

44D’abord, notons que l’économie circulaire, en opposition à la RSE, est avant tout un cadre de solutions plutôt que de problèmes à résoudre. En plus d’être nettement plus séduisante, cette approche facilite le passage à l’action et l’engagement des individus. Cela répond à un second enjeu de mobilisation fondamental, particulièrement pertinent dans une optique de transformation sociale d’envergure internationale : la possibilité de montrer clairement le mouvement sociétal auquel chacun contribue. Si les outils de mobilisation adéquats sont mis en place pour cartographier les initiatives en cours, les employés pourraient enfin être convaincus que leur contribution a une réelle influence et qu’ils ne sont pas seuls à s’engager, levant ainsi des objections très fréquentes en RSE telles que « tant que la Chine ne s’y mettra pas, que les PME n’embarqueront pas, que mon patron n’y croira pas, que la direction financière ne s’impliquera pas… ».

  • 15 Voir le texte « L’économie collaborative et l’économie de fonctionnalité » du présent ouvrage.

45Sur ce point, l’économie circulaire apporte également une réponse essentielle à l’engagement des dirigeants, élément clé pour la mobilisation des salariés : une approche économique et centrée sur les enjeux actuels des entreprises (ex. : réduction de la volatilité du prix des matières premières, sécurisation de l’approvisionnement). Il s’avère également que certains modèles d’affaires, comme l’économie de fonctionnalité, permettent de réaliser des profits tout en réduisant de façon significative leurs répercussions sur l’environnement15. L’économie circulaire apporte donc une réponse aux deux freins majeurs bloquant les démarches de développement durable en entreprise.

46Portée par plusieurs États qui se dotent d’objectifs chiffrés quant à la productivité des ressources, principalement en Asie et en Europe, l’économie circulaire fournira également un levier de mobilisation plus fort auprès des entreprises que les cadres législatifs actuels en la matière.

Des leçons importantes à tirer de la RSE

47Le modèle d’économie circulaire étant à ses débuts, il reste fort à faire pour tirer profit de ses avantages dans la mobilisation. En se fondant sur un concept large et inclusif, à l’instar du développement durable, il faudrait d’abord élaborer une vision claire et partagée de l’économie circulaire avant d’amorcer une mobilisation massive.

  • 16 Voir les textes « L’entreprise collective, un véhicule d’innovation sociale » et « La ville, terri (...)

48Retenons aussi des démarches de RSE, qui place le dialogue avec les parties prenantes au centre de l’action, que les entreprises ont encore peu l’habitude de collaborer avec les acteurs de leur chaîne de valeur et de leur territoire. Or le déploiement de l’économie circulaire repose avant tout sur une logique de réseaux, que ce soit au sein d’un secteur d’activité, d’un territoire ou entre les utilisateurs d’une même ressource. Comment transmettre les compétences requises pour mieux travailler ensemble ? Comment changer les cultures organisationnelles pour favoriser l’établissement de nouvelles approches collaboratives ? Voilà des défis de taille qu’il faut vite relever, car le changement est complexe et prendra du temps et des ressources d’accompagnement. L’innovation sociale et les nouvelles approches comme le design prospectif ouvrent des voies intéressantes pour que les acteurs d’un réseau apprennent à travailler ensemble afin de construire et de déployer les stratégies de circularité les plus adaptées à leur contexte16.

  • 17 Voir le texte « La rémunération, un enjeu de la circularité » du présent ouvrage.

49Mais pour que les décideurs acceptent de s’engager et de changer leur modèle d’affaires, il faut les convaincre de la valeur ajoutée de l’économie circulaire pour eux17, pour leur profession et leur organisation. Les démarches d’accompagnement du changement en développement durable ont montré l’importance d’adapter les arguments et les approches de sensibilisation pour chaque public cible. Dans une PME, les activités de sensibilisation peuvent passer par les réseaux existants, comme les ordres professionnels et les associations sectorielles, et cibler en priorité les dirigeants et gestionnaires de proximité.

  • 18 Euromed Management et Des Enjeux et des Hommes (2010).

50Il faut être outillés et prêt à répondre aux critiques classiques sur l’économie circulaire. On dira ainsi : « le Canada est un pays de ressources naturelles, il n’est pas concerné comme l’Asie et l’Europe » ; « encore un nouveau mot à la mode qui n’apportera rien de nouveau, on fait déjà du recyclage depuis longtemps » ; ou alors « ça fait quarante ans qu’on dit qu’il manquera de pétrole et que les prix vont augmenter ». Il serait sans doute intéressant de s’inspirer du guide de réponses aux objections courantes sur le développement durable18, un outil très efficace dans la formation des animateurs d’activités de sensibilisation. Le travail de ces relais sera grandement facilité s’ils peuvent s’appuyer sur des exemples de succès, surtout si ces réussites concernent des PME québécoises issues d’une variété de territoires et de secteurs d’activité. À l’instar des études réalisées en Europe, ils auront également besoin de chiffres nord-américains montrant les bénéfices de l’économie circulaire en matière d’emploi, d’économie, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, etc.

51Le déploiement de l’économie circulaire nécessite donc une démarche de mobilisation orchestrée et adaptée au contexte national, en même temps qu’une concertation à l’échelle internationale. Heureusement, ceux et celles qui mènent le bal peuvent s’appuyer non seulement sur les apprentissages des démarches de RSE, mais plus globalement sur tout le savoir établi en matière de gestion du changement, de psychosociologie et de transformation sociale.

La rémunération, un enjeu de la circularité

52Denis Chênevert

  • 19 . Fédération des entreprises du recyclage (2014).

53Historiquement, les stratégies organisationnelles sont difficilement compatibles avec les objectifs de l’économie circulaire car la rémunération des gestionnaires et dirigeants est liée, la plupart du temps, au chiffre d’affaires et à la quantité de biens produits, ce qui n’incite pas à prolonger leur usage19. Toutefois, le fait que plusieurs sociétés recherchent une légitimité environnementale – en réduisant leur exposition environnementale, en améliorant leur réputation, en donnant un meilleur accès aux ressources et en renforçant les relations entre les parties prenantes – ouvre un débat sur le rôle comportemental de la rémunération dans le processus de prise de décision. En effet, il serait sensé, pour les organisations, de rémunérer leurs cadres dirigeants pour leurs actions environnementales pouvant conférer une plus grande légitimité à ces dernières et permettant d’améliorer directement ou indirectement leur performance.

54La rémunération peut, selon le contexte, agir sur une variété d’attitudes et de comportements qui, à leur tour, peuvent influencer l’atteinte des objectifs organisationnels. Un système global de rémunération élaboré avec attention et étroitement aligné sur la stratégie et la culture de l’entreprise peut aider une organisation à influencer un groupe d’employés et à modifier ses comportements productifs. La rémunération, en raison de ses effets potentiels directs et indirects sur une variété d’indicateurs de résultats, est aujourd’hui considérée comme une activité de gestion des ressources humaines d’importance stratégique.

55Le succès de l’implantation d’une nouvelle stratégie d’affaires requiert des changements d’attitude et de comportement de la part des employés. Les pratiques de rémunération aideront à orienter ces changements, conformément aux valeurs de l’entreprise.

  • 20 Berrone et Gomez-Mejia (2009).

56Sachant que la rémunération est le levier comportemental le plus puissant dont disposent les organisations, il y a lieu de se questionner sur son usage dans une perspective de développement durable, précepte d’une utilisation non linéaire des ressources. C’est sûrement à l’échelle de la rémunération des cadres dirigeants que l’on doit se tourner pour comprendre l’enjeu. À l’exception de celle de Berrone et Gomez-Mejia20, peu d’études se sont intéressées au lien entre la rémunération et la performance environnementale. Néanmoins, si les actionnaires veulent promouvoir des comportements écologiquement responsables parmi les membres de la direction, ils doivent lier étroitement leur rémunération aux objectifs poursuivis. De plus, l’ambiguïté causale à l’égard des déterminants de la performance des organisations entraîne les observateurs à analyser les comportements des dirigeants afin de porter un regard sur la qualité de gestion de la firme. À cet égard, l’étude longitudinale de Berrone et Gomez-Mejia a montré, sur un échantillon de près de 500 entreprises américaines, qu’il existe un lien entre la performance environnementale d’une organisation et la rémunération totale de ses cadres dirigeants. Après avoir contrôlé l’effet de la performance financière, de la structure de gouvernance et des caractéristiques sectorielles et organisationnelles, les firmes qui obtiennent une meilleure performance environnementale sont celles qui rémunèrent le mieux leurs dirigeants. Dans cette étude, la performance environnementale a été obtenue par l’entremise du TRI Program (Toxics Release Inventory) du ministère de l’Environnement américain. Il est donc possible d’orienter les comportements des cadres dirigeants afin que ces derniers agissent dans l’intérêt supérieur de l’ensemble des parties prenantes et que le développement durable soit un critère important de prise de décision.

57Toutefois, l’étude donne à penser que cette relation est tributaire de la stratégie préconisée en matière de performance environnementale. En effet, la littérature laisse supposer l’existence d’une stratégie de contrôle axée sur l’étape finale du processus de production et d’une stratégie de prévention s’étalant sur plusieurs étapes du processus. La stratégie environnementale dite de prévention minimise ou élimine la création d’agents chimiques toxiques durant les diverses phases de production, ce qui requiert des investissements structuraux dans de nouvelles technologies propres. À cet effet, dans les entreprises ayant opté pour une stratégie de prévention environnementale (intervention à chacune des phases de production), la rémunération des dirigeants est plus fortement liée à la performance environnementale que dans les entreprises préconisant une stratégie axée sur le contrôle à la fin du processus de production seulement. En introduisant distinctement les deux stratégies environnementales dans le modèle de régression multivariée, seules les entreprises ayant adopté une stratégie dite de prévention montrent un lien significatif avec la rémunération totale de leur chef d’entreprise. La complexité pour le dirigeant d’implanter une stratégie de prévention impliquant plusieurs parties prenantes à chacune des étapes de production, ainsi qu’une coordination étroite entre les différentes fonctions, serait donc récompensée par les entreprises.

  • 21 Price Waterhouse Cooper (2012).
  • 22 Price Waterhouse Cooper (2012).

58À cet égard, les études de cas réalisées par Price Waterhouse Cooper semblent montrer que la prise en compte des indicateurs de responsabilité sociale des entreprises (RSE) dans la rémunération des dirigeants est considérée uniquement lorsque l’entreprise a atteint un certain degré de maturité dans la mise en place d’une démarche de RSE21. On estime que la valeur relative de la rémunération variable des dirigeants attribuée à des questions de RSE peut varier entre 10 % et 30 %. Les critères de RSE considérés sont très variés d’une entreprise à l’autre et concernent trois volets distincts : le volet environnemental (ex. : empreinte carbone), le volet social (ex. : accidents mortels) et le volet sociétal (ex. : achats solidaires). Il faut également considérer que la décision d’instaurer des critères liés à la RSE dans la rémunération variable va principalement dépendre du lien entre ces critères et la performance financière de l’organisation. L’exemple de Michelin illustre bien cette réalité. Dans un objectif d’accroissement de ses marges bénéficiaires, Michelin propose de vendre des kilométrages plutôt que des pneus en prenant en charge le cycle de vie du pneu chez le client. Cela comprend l’ajustement périodique de la pression des pneus, la divulgation de conseils sur la conduite routière et le recreusage et rechapage des pneus pour en prolonger la durée de vie. De cette façon, le client réduit ses coûts, l’entreprise accroît ses profits, et ce, en réduisant de plus de 50 % le nombre de pneus utilisés. Il ne s’agit donc pas d’un vœu pieux, mais d’un moyen pour améliorer la performance organisationnelle et environnementale et pour lequel les gestionnaires ont la marge de manœuvre nécessaire afin d’en influencer l’évolution22.

  • 23 Berrone et Gomez-Mejia (2009).

59Les résultats invitent également à porter un regard critique sur les mécanismes de gouvernance comme la promotion au conseil d’administration d’une politique de rémunération environnementale ou la présence d’un comité nommé à cet effet. Les résultats conduisent à penser que ces mécanismes de gouvernance sont surtout symboliques, et n’ont aucun effet sur le lien entre la rémunération des dirigeants et la performance environnementale23.

  • 24 Chênevert et Tremblay (2000).

60Enfin, certaines composantes de la rémunération seraient davantage liées à la performance environnementale que d’autres. La rémunération à long terme, comme les options d’achat d’actions, serait davantage liée à la performance environnementale étant donné que la valeur finale des actions est subordonnée à la performance future de l’entreprise. Il y a lieu également de considérer le contrôle des coûts relatif aux biens et matières premières utilisés, dans les futurs régimes de rémunération variable proposés. À cet effet, les régimes de partage des gains de productivité pourraient servir de fondement à cette réflexion ayant comme particularité de considérer les coûts d’utilisation des biens et matières premières dans l’octroi des bonis24.

61Soulignons également que le rôle de la rémunération des cadres dirigeants à l’égard de la performance environnementale serait plus porteur dans les secteurs où l’on retrouve une proportion plus grande de pollueurs.

62En somme, la vision traditionaliste voulant que l’on doive choisir entre une stratégie axée sur le développement durable ou sur la profitabilité semble être remise en question à la lumière des derniers résultats. Le fait qu’une entreprise puisse orienter les comportements de ses dirigeants par la rémunération, autant sur des questions environnementales que sur des questions de performance financière, sème un vent de fraîcheur sur la possibilité de concilier ces deux objectifs.

L’entreprise collective, un véhicule d’innovation sociale

63Martine Vézina

64Appréhender l’économie circulaire en tant qu’innovation sociale ouvre la voie à une approche centrée sur les processus et les acteurs, ce qui permet de souligner les apports actuel et potentiel des entreprises collectives dans l’émergence et le déploiement de projets de ce type.

65Selon le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), l’innovation sociale est « une intervention amorcée par des acteurs sociaux pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier des relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles ». Plus que la simple recherche de solutions palliatives, l’innovation sociale porte aussi un projet de transformation visant à modifier les règles, les normes et les valeurs mêmes qui sont à l’origine des enjeux sociétaux. Dans la perspective de proposer des solutions durables, la transformation sociale passe par un changement culturel, dans les comportements individuels et collectifs. À cet effet, l’innovation sociale suggère de nouvelles façons de créer et de diffuser ces solutions en impliquant des acteurs pluriels dans des formes de partenariats inédits. Dans ce processus de construction collective, les acteurs impliqués s’approprient les solutions, acquièrent des compétences et en viennent à édifier et à partager de nouvelles normes, valeurs et règles au bénéfice de l’ensemble de la société.

66L’économie circulaire appelle à une transformation des modes de production des entreprises, de consommation des individus, voire de phiosophie sociale pour que le mode de vie soit durable. La perspective d’une telle transformation invite à sa potentielle inscription non seulement dans le champ de l’innovation technologique, mais bien dans celui de l’innovation sociale. Un projet d’économie circulaire doit dès lors être pensé comme un processus de construction collective de solutions qui mobilisent tous les acteurs économiques, territoriaux, syndicaux et publics de la société civile.

L’entreprise collective comme vecteur de projets d’économie circulaire

  • 25 Bouchard (2011).
  • 26 En 2002, le chiffre d’affaires annuel des entreprises d’économie sociale était de 17 milliards de (...)
  • 27 Elles évoluent en outre dans les secteurs de l’agroalimentaire, de la finance, des arts et de la c (...)

67L’expérience montre que les entreprises collectives, quel que soit leur statut juridique (coopérative, OBNL ou mutuelle), sont porteuses d’innovations sociales25. Créées à l’initiative d’individus ou d’organisations pour répondre à des besoins, de fortes valeurs de solidarité, d’égalité et d’équité les animent, et leurs promoteurs aspirent très fortement au changement social. Au Québec, ces entreprises contribuent à l’activité économique tant par leur nombre (7000, dont 3300 coopératives et 3700 OBNL) que par les emplois qu’elles procurent (150 000 ou 4 % des emplois totaux26), et ce, dans tous les secteurs économiques27. De formes variées, elles agissent au sein de ce qu’il est convenu d’appeler l’économie sociale.

68L’entreprise collective se caractérise par la poursuite d’une finalité sociale en déployant une activité économique, marchande ou non, au service de sa mission de transformation sociale. Elle fonctionne selon des règles spécifiques, inscrites dans les législations encadrant ses activités. Il lui est partiellement ou entièrement interdit de redistribuer ses surplus d’opérations, ceux-ci devant obligatoirement être réinvestis dans l’organisation. De plus, les actifs accumulés sont durablement réinvestis, ne pouvant faire l’objet d’un partage entre les propriétaires en cas de dissolution. Ces modalités d’accumulation sont un frein aux occasions pour certains de maximiser des profits à court terme. C’est le rendement social, plus que le rendement économique, qui constitue le moteur du projet, le plus souvent axé sur des valeurs sociales (accessibilité, réponse à des besoins non solvables, équité, inclusion), éducatives et politiques (démocratie, participation, défense). Ces dimensions sont centrales à toute entreprise d’économie circulaire.

69L’économie circulaire interpelle les individus dans leurs comportements de citoyens et de consommateurs, mais peut rencontrer de la résistance voire de la méfiance, car ses projets sont souvent peu documentés, non éprouvés. Les citoyens/consommateurs, en général moins bien informés que le producteur de l’initiative (selon le principe d’asymétrie de l’information), peuvent parfois avoir l’impression d’être lésés. L’entreprise collective, par sa finalité sociale et son mode de fonctionnement inclusif, peut cautionner à leurs yeux de nouvelles solutions, comme celles qu’offre l’économie circulaire avec sa finalité de transformation sociale. De ce point de vue, le projet éducatif que sous-tend l’entreprise collective apparaît central dans la promotion de nouveaux comportements individuels et collectifs.

70Inscrivant son action dans une triple logique économique (forme entrepreneuriale), sociale (partage du pouvoir de décision) et écologique (accumulation dans une perspective intergénérationnelle), l’entreprise collective occupe une place centrale dans la constitution de nouveaux champs peu structurés, ou pas du tout, comme les projets de développement durable et ceux en lien avec l’économie circulaire. Ainsi, l’entreprise collective continue de jouer un rôle de pionnier dans la structuration de secteurs tels les ressourceries, le recyclage des matières, le commerce équitable, le partage de véhicules et de matériel agricole, l’agriculture soutenue par la communauté et l’agriculture urbaine ainsi que des programmes d’achats locaux, pour ne nommer que ceux-là. C’est d’ailleurs sous forme de coopérative (Coop carbone) que s’est récemment constituée la première initiative visant à encourager les entreprises québécoises à tirer profit du marché du carbone en les accompagnant dans leur démarche.

  • 28 Klein et Tremblay dans Bouchard (2011) et Cournoyer dans Gendron et Turcotte (2011).
  • 29 Lévesque (2004).

71L’entreprise collective apparaît comme un mode d’organisation de l’activité économique dont la flexibilité se reflète dans la diversité des rôles qu’elle peut jouer aux divers stades d’un processus d’innovation sociale tel un projet d’économie circulaire. Son modèle de gouvernance ouvert, partenarial et souple apparaît en effet propice à la recherche de solutions nouvelles face à des enjeux complexes, multiobjectifs et multiniveaux, comme ceux que soulèvent les initiatives d’économie circulaire. On touche en effet à des systèmes d’acteurs économiques, sociaux, politiques et institutionnels, voire culturels, qui se coordonnent sur un territoire donné dans la perspective d’un développement économique, environnemental et social durable et intégré. Parce que l’entreprise collective s’ancre dans le territoire et qu’elle est créée par et pour un groupe de personnes ou d’acteurs organisationnels issus d’une collectivité, elle revêt divers rôles pour susciter une cohésion sociale autour d’un projet axé sur le progrès social. Elle est incubatrice de projets, mobilisatrice de réseaux d’acteurs publics, de la société civile et privés, actrice d’une diversification économique locale par l’organisation de marchés non solvables, mais également génératrice d’emplois pour les personnes exclues. L’entreprise collective a notamment joué un rôle important dans l’élaboration et l’animation de projets d’écologie industrielle dans certaines régions du Québec28. Nombreuses sont aussi les initiatives d’économie circulaire déployées par les coopératives agricoles et agroalimentaires dans les domaines de l’approvisionnement durable, de l’écoconception, de l’écologie industrielle et territoriale, de l’économie de la fonctionnalité, de la consommation responsable et du recyclage. Enfin, parce que les innovations sociales se produisent en grappes, au Québec, les entreprises collectives se sont dotées d’un écosystème d’appui à l’émergence, à l’expansion et à la consolidation29. Formé de regroupements territoriaux et sectoriels, d’institutions financières, d’organismes de soutien, de programmes de formation, de centres et de groupes de recherche (collégiaux et universitaires), cet écosystème d’économie sociale a plus récemment été bonifié par l’adoption d’une loi-cadre en économie sociale. Reconnaissant la contribution spécifique de ce mode entrepreneurial à la croissance économique et sociale, cette loi vise à mieux arrimer les politiques publiques aux objectifs d’action et aux spécificités d’organisation de l’entreprise collective de façon à en maximiser le potentiel de contribution face aux défis de la société québécoise.

72En somme, concevoir l’économie circulaire sous l’angle de son potentiel d’innovation et de transformation sociale permet d’ouvrir ce champ nouveau sur des dynamiques complémentaires au processus d’innovation technologique. Conçue sous l’angle de l’innovation sociale, une initiative d’économie circulaire reconnaîtra le potentiel de contribution d’acteurs collectifs, dont la triple logique d’action, à la fois économique, sociale et écologique, constituera un ingrédient incontournable de sa réussite.

Des consommateurs en évolution dans un monde en changement

73Jonathan Deschênes et JoAnne Labrecque

74Les conduites et les valeurs de consommation s’inscrivent dans la mouvance des variables qui définissent l’environnement de consommation, soit le contexte économique, la démographie, les avancées technologiques, la réglementation, la concurrence du marché.

75En réponse à la consommation de masse qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale, plusieurs experts ont insisté sur la nécessité d’instaurer des mécanismes pour protéger le consommateur, mais également pour le responsabiliser. Dès les années 1950 et jusqu’aux années 1970, la question interpelle de nombreux auteurs. Certains ont décrié le gaspillage ; d’autres ont critiqué la vision à court terme de la production des biens, d’autre encore ont dénoncé l’obsolescence programmée et l’emploi massif de pesticides et de produits chimiques, soulignant leurs effets néfastes sur l’environnement et sur la faune. On continue de critiquer la place centrale de la consommation dans les sociétés modernes et la transformation de l’être-citoyen en être-consommant.

Le consommateur vert

76Cette époque marque donc le début d’une réflexion élargie sur le rôle des consommateurs dans les problématiques environnementales et sociales. Le contexte de surproduction et de surconsommation, qui atteint son paroxysme au cours des dernières décennies du XXe siècle, renforce la prise de conscience des effets pervers de notre style de vie moderne. Les enjeux environnementaux attirent de plus en plus l’attention, avec notamment la publication du rapport Brundtland en 1987 qui élabore les fondements du développement durable et de la responsabilité sociale. Les consommateurs ont progressivement intériorisé ces grands enjeux et ont évolué dans leur rapport à la consommation. Ils se sont intéressés de plus en plus aux produits respectueux de l’environnement, dont plusieurs ont été introduits au cours des années 1980 et 1990.

  • 30 Notons cependant que depuis le début des années 2000, les entreprises déploient de grands efforts (...)

77Malgré leur bonne volonté, plusieurs consommateurs se sont détournés de l’achat de produits « écologiques » en raison de la mauvaise performance de certains (ex. : des produits biodégradables se dégradant trop rapidement, des ampoules fluorescentes émettant de la fumée, du papier recyclé aussi rugueux que du papier à sabler, etc.). Des rapports publiés par la firme Terrachoice durant les années 2000 sur des stratégies de greenwashing utilisées dans la promotion de produits ayant des prétentions vertes douteuses ont aussi contribué à rendre les consommateurs sceptiques face à ce type de produits30.

Le consommateur éthique

78Progressivement, les intérêts des consommateurs ont transcendé la dimension environnementale pour inclure les répercussions sociales de la consommation. Cela a donné lieu à de nouveaux styles de vie. Le commerce équitable, qui respecte mieux les droits et la santé des travailleurs, s’est développé. De plus, certains individus ont adopté un mode de consommation alternatif axé sur les valeurs de la simplicité volontaire. L’achat local et les causes sociales soutenues par les entreprises ont suscité plus d’intérêt. C’est ainsi, au début des années 2000, que les consommateurs sont devenus « éthiques ».

  • 31 Belz et Peattie (2012) et Robertson (2014).

79Il y a véritablement une intensification de la prise de conscience des effets d’une production et d’une consommation effrénées et de leurs répercussions perverses sur l’environnement comme sur la qualité de vie des futures générations31. Le consommateur d’aujourd’hui évolue dans un univers complexe, incertain et menaçant. Les conflits géopolitiques d’envergure, les attentats terroristes et le déplacement massif de réfugiés sont aussi des facteurs qui ajoutent à ce sentiment de menace.

Le consommateur-citoyen

  • 32 Tiré de l’étude intitulée « Cone Cause Evolution Study » (2010).
  • 33 Tiré de National Marketing Institute (NMI) 2009 LOHAS Consumer Trends Database.

80La notion de « consommateur-citoyen » gagne du terrain. Pour certains, consommer devient un acte politique. De fait, la possibilité de communiquer et d’exprimer ses idées sur Internet et dans les médias sociaux permet aux consommateurs de devenir des acteurs de changement. Il devient plus facile de valoriser et de soutenir les entreprises qui adoptent des pratiques socialement responsables mais aussi, à l’opposé, de dénoncer les entreprises coupables d’infraction. Par exemple, une étude de Cone32 suggère que 85 % des consommateurs ont une image plus positive des entreprises soutenant des causes sociales et que 90 % d’entre eux souhaitent savoir explicitement comment elles soutiennent ces causes. Une étude du National Marketing Institute révèle que parmi les LOHAS (Lifestyle of health and sustainability), un segment de consommateurs très favorable à la consommation responsable, qui représente 23 % de la population américaine et un marché estimé à plus de 355 milliards de dollars américains (selon lohas.groupsite.com), plus de 70 % boycottent les entreprises dont ils désapprouvent les comportements33. L’être-consommant redevient l’être-citoyen de par sa propre réflexion et ses actions relatives à la consommation.

  • 34 Voir les textes « Le réemploi et la redistribution des produits de consommation » et « L’économie (...)

81En parallèle, la crise de 2008 et le contexte économique incertain forcent nombre de consommateurs à revoir leurs habitudes de consommation. Certains s’organisent en utilisant la technologie du Web et les réseaux sociaux en ligne pour faciliter le partage de ressources entre particuliers. Des plateformes proposant l’échange direct de biens et de services entre individus ou entre individus et organisations s’imposent, dans une nouvelle économie de partage34.

Vers un « consommateur circulaire » ?

  • 35 Voir le texte « Le réemploi et la redistribution des produits de consommation » du présent ouvrage
  • 36 Voir par exemple Emery (2012).
  • 37 Les techniques de neutralisation sont des mécanismes de défense interne permettant à l’individu de (...)

82Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Seulement 39 % des Québécois affirment adopter des pratiques qui donnent une deuxième vie à un objet, selon le Baromètre de la consommation responsable35. Si les consommateurs achètent plus volontiers des produits biologiques ou locaux, le manque de temps et le coût parfois plus élevé de ces produits représentent des freins importants. En fait, certaines recherches remettent en question la réelle concrétisation de la consommation éthique ou responsable. Un sous-champ d’études sur l’écart entre les intentions ou les valeurs et les actions (parfois appelé le green gap) a émergé au cours des dernières années. Afin d’exprimer l’écart, les auteurs36 font parfois référence au ratio « 30/3 » qui indique que si le tiers des consommateurs se sentent préoccupés par l’environnement, seulement 3 % adoptent des changements de comportement. D’autres freins existent, notamment la résistance au changement des habitudes de consommation, le manque de réflexion lors de l’achat, des compétences ou l’expertise requises trop élevées pour l’achat de produits responsables, le risque perçu associé à ces produits, le manque de confiance dans le produit ou dans l’entreprise et l’utilisation de techniques de neutralisation permettant de justifier mentalement l’écart entre les valeurs et les achats37.

83Il n’en reste pas moins qu’une plus forte proportion des consommateurs devront passer des intentions aux actions. Peut-être serons-nous un jour témoins d’une transformation réelle qui impliquera l’évolution ultime du consommateur responsable et sa consolidation sous l’angle de la « consommation circulaire », une consommation préconisant l’intégration globale de l’ensemble des préoccupations pour l’environnement et les personnes : une consommation en circuit fermé – pratique maximale de recyclage, de réemploi et de redistribution au lieu de jeter ou d’acheter constamment du neuf – qui s’inspirera davantage de la simplicité volontaire afin de décélérer son rythme de façon substantielle, qui se souciera systématiquement de la provenance et de l’empreinte environnementale des achats, qui utilisera constamment le droit de vote afin de récompenser les entreprises responsables et de punir les délinquantes, qui se mobilisera et partagera l’information sur la société et les entreprises avec les membres de ses nombreuses communautés d’appartenance. Progressivement, des valeurs de « déconsommation », de réutilisation des biens, d’optimisation des ressources existantes, de partage et d’échange de biens et d’information deviendront peut-être la norme dans ce monde en constant changement.

L’économie du don : objets, valeurs et relations sociales

84Nicole Gombay

  • 38 Gudeman (2001).

85Les systèmes économiques, quel que soit le modèle conceptuel sur lequel ils sont fondés, servent en définitive à ce que les individus obtiennent les biens nécessaires à la survie – de la nourriture, un abri et des vêtements, principalement. Mais même si nous construisons des systèmes économiques essentiellement pour nous fournir des objets, il existe, sous-jacent à ces systèmes, des valeurs que nous attribuons à ces objets ainsi que différentes façons de concevoir ces derniers. Ainsi, on peut envisager l’économie comme un tout qui intègre « la fabrication, la détention, l’utilisation, le partage, l’échange et l’accumulation d’objets de valeur38 ». En conséquence, les pratiques économiques mettent l’accent sur un transfert des valeurs, lesquelles ne sont pas seulement inhérentes aux objets. Les relations associées à la circulation de ces derniers sont également cruciales dans la formation de valeur. Ces relations assurent la diffusion des objets, et, plus fondamentalement, constituent le terreau fertile où prennent racine les idées sur la valeur de ces objets, où elles se nourrissent, se développent et se perpétuent.

86Une économie circulaire cohérente et efficace ne voit pas le jour simplement à la suite du mouvement circulaire des objets – du lieu de production au monde de la consommation pour ensuite revenir au monde de la production. Un tel processus nécessite un examen attentif des façons dont nous concevons les objets qui constituent l’économie, et de celles avec lesquelles les sociétés établissent des relations avec ces objets. Nous ne devons pas considérer l’économie seulement au sens matériel, mais aussi dans le rapport de ces matières à des institutions et à des valeurs sociales plus importantes. Comment nos valeurs se rattachent-elles au fonctionnement de nos institutions sociales, et comment celles-ci s’articulent-elles à nos pratiques économiques ? Comment lier ces façons de faire à une vision plus circulaire ? Ces questions vitales se doivent d’être examinées, notamment dans le cadre des pratiques économiques actuelles, qui relèvent d’une vision du monde plutôt linéaire. Au lieu de considérer les objets que nous consommons comme venant de quelque endroit et se dirigeant vers un autre lieu non défini, ce qui est plausible dans un monde sans limites, nous devons chercher à comprendre comment nos valeurs fondamentales peuvent servir soit à appuyer une telle conception, soit à la contrecarrer. On doit renforcer l’économie circulaire par des institutions sociales qui affichent et promeuvent les valeurs qui la sous-tendent.

87L’économie du don est fondamentalement circulaire. Elle lie des objets, des relations sociales et des valeurs dans des processus cycliques qui construisent, renforcent et soutiennent les économies circulaires.

Explorer l’économie du don

  • 39 Voir les textes « Le réemploi et la redistribution des produits de consommation » et « L’économie (...)

88Marcel Mauss conçoit le don comme une clé pour comprendre les processus économiques hors du marché. Bien qu’il se soit concentré dans les sociétés dites « archaïques », on retrouve actuellement dans toutes les sociétés des éléments propres à l’économie du don, au centre même de laquelle s’illustre une dynamique circulaire consistant à donner, à recevoir et à rendre. Au Canada, les économies des peuples autochtones sont fondées sur le don, mais les relations de don et les valeurs qui les sous-tendent existent dans une variété de domaines considérés comme faisant partie de l’économie circulaire39.

89La socialité ainsi que la création et le maintien de relations sont au cœur de l’idée même du don. Réduit à sa plus simple expression, quand a donne x à b, ce don suscite en b l’obligation de rendre la pareille, perpétuant ainsi simultanément le processus et créant un lien entre a et b. Mais il y a de la diversité dans la logique circulaire au cœur d’une économie du don. Le laps de temps écoulé entre le don, la réception et la réciprocité peut varier ; la nécessité d’une équivalence entre le don et la réciprocité n’est pas toujours présente et, dans certains cas, les dons sont faits sans l’attente d’une réciprocité. En faisant un don à un organisme de bienfaisance ou en donnant du sang, je ne m’attends pas nécessairement à recevoir une contrepartie. Il est essentiel de comprendre que les relations sociales jouent un rôle clé dans ce genre d’échange. Dans le transfert des objets d’une personne à l’autre, elles s’affirment et se reconstituent continuellement. Contrairement à celles qui régissent les échanges dans le marché, ces relations sociales ne sont pas forcément discrètes ou d’une durée déterminée : après avoir donné quelque chose dans le cadre d’une relation de don, une personne maintient souvent cette relation. Voilà pourquoi les économies du don construisent la communauté et en sont à la fois l’expression. En donnant, en recevant et en rendant, les gens établissent et maintiennent constamment des liens entre eux, ce qui en vient à constituer le fondement de leur économie. L’accent n’est pas simplement mis sur la production et la consommation ; les liens établis grâce au don entretiennent les relations communautaires qui permettent finalement la reproduction sociale.

  • 40 La valeur d’usage est établie en fonction de la valeur d’une chose en tant qu’objet utilisé. La va (...)
  • 41 Godbout et Caillé (1992).

90Voilà pourquoi, lorsque nous réfléchissons à la valeur qui est au cœur des économies du don, bien que la distinction entre la valeur d’usage et la valeur d’échange40 puisse partiellement nous aider à les comprendre, on constate que ce qui est vraiment essentiel pour ces économies est « la valeur de lien », qui induit « ce que vaut un objet, un service, un “geste” quelconque dans l’univers des liens, dans le renforcement des liens »41. Puisque des biens et des services sont échangés dans les économies du don, les gens créent et maintiennent ainsi la valeur de lien de sorte que les relations entre les individus ou les collectivités concernés seront maintenues sous la forme d’échanges continus.

  • 42 Voir Bodenhorn (2000) ; Ingold (1986) ; MacDonald (2000).

91Certains prétendent42 que la notion de « partage » est une version élargie de la formulation du don de Mauss. Bien que récemment, notamment dans le monde anglophone, on ait de plus en plus recours à l’« économie du partage » comme un substitut attrayant à la « location », en anthropologie économique, le terme « partage » est utilisé pour évoquer des valeurs et des activités telles que l’hospitalité, les relations entre les peuples et la terre et la conscientisation communautaire qui englobent plus que l’échange réciproque de biens qu’implique l’économie du don. Le partage est alimenté par des attentes communes sur le bon comportement social, lesquelles sont fondées sur des impératifs moraux. La nature de ces derniers varie selon les croyances culturelles, mais ils servent généralement à établir et à entretenir des relations non seulement entre les gens, mais également entre les gens et l’environnement en général.

  • 43 Des parallèles similaires existent dans les sociétés contemporaines « occidentales ». Pour faire u (...)

92Chez les Inuits, par exemple, l’impératif de partage est fortement associé à la nourriture. Selon eux, l’animal qui se présente au chasseur fait un don initial, qui ne doit pas être refusé afin d’assurer sa pérennité. En rejetant le don initial, on risque de susciter le mécontentement du donateur. C’est pour ça que les Inuits disent que s’ils ne chassent pas les animaux, ou s’ils le font de façon inappropriée, ceux-ci s’enfuiront. L’obligation de rendre la pareille appartient à celui qui reçoit, toutefois il ne s’agit pas de redonner aux derniers, mais plutôt aux suivants43. Selon cet impératif moral, le don de l’animal oblige le bénéficiaire à donner aux autres. On s’attend à ce que les gens donnent de la nourriture quand ils le peuvent et leurs motivations pour ce faire se fondent d’abord et avant tout sur l’offrande initiale faite par l’animal. Ce don initial crée l’obligation, ce qui garantit que le don sera remis à d’autres. Tous les autres dons sont secondaires. La valeur de lien est ainsi créée, extraite, maintenue et reproduite dans l’acte de partage.

93En somme, le don est incontournable dans une économie circulaire, qui, à l’évidence, ne se compose pas seulement d’objets. La circulation des objets est favorisée par les valeurs et les relations sociales qu’elle nourrit. Ensemble, il faut considérer ces trois éléments comme des pivots qui génèrent et perpétuent les économies circulaires.

L’intégration aux cursus de formation

94Louise Millette et Jean-François Desgroseilliers

95L’importance de l’éducation pour l’enrichissement des sociétés n’est plus à démontrer. Elle permet non seulement de mieux outiller les étudiants afin qu’ils puissent combler leurs besoins de base, mais elle contribue aussi à soutenir leur épanouissement au sens large. Au-delà du transfert des savoirs, les cursus de formation visent à faire acquérir des compétences, à ouvrir les horizons, à réfléchir, à élaborer une pensée critique et systémique. Une société éduquée est en meilleure santé, plus engagée et plus innovante.

96Depuis la révolution industrielle, les innovations scientifiques, techniques et médicales se sont enchaînées à un rythme croissant. Elles ont permis d’augmenter de manière spectaculaire l’espérance de vie, le confort et la sécurité des individus. Mais ces deux derniers siècles ont aussi été marqués par un modèle linéaire de croissance où les ressources sont surexploitées puis abandonnées au profit de nouvelles ressources. Les conséquences de ce modèle sur les ressources finies de la planète et sur tous ses habitants sont graves. On parle d’époque « anthropocène » tant l’influence de l’homme sur la planète est importante. Cette compréhension plus globale des conséquences de nos choix passés appelle des changements à mettre en place dans toutes les sphères de l’activité humaine.

97Selon la belle formule attribuée à Einstein, « on ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré ». Construire un modèle de société plus durable impose d’innover dans la manière de répondre aux besoins. L’éducation, qui nourrit la créativité, la curiosité et la pensée critique, permet de comprendre les changements que l’homme a provoqués sur la planète, et comment ceux-ci comprommettent l’avenir et permet d’imaginer des pistes de transformation de la société.

98Depuis le XIXe siècle, les programmes de formation ont connu une importante spécialisation, qui a effectivement contribué à l’accélération des avancées techniques et scientifiques. Par contre, elle a aussi créé des « silos » entre des formations qui ont toutes un rôle à jouer dans la transition vers un nouveau modèle socioéconomique. Préparer les étudiants à œuvrer à cette transition implique donc, entre autres, de favoriser les occasions de formation, de projets et de travaux interdisciplinaires. Les étudiants pourront ainsi travailler dans des contextes multidisciplinaires et comprendre la contribution des professionnels de divers horizons pour construire une société plus durable. Ils doivent acquérir le réflexe d’intégrer à leur analyse d’une situation ou à une prise de décision des points de vue différents du leur et de chercher, à la croisée des compétences, les solutions véritablement durables.

99Les travailleurs et les citoyens formés aujourd’hui doivent être capables de situer les répercussions de leurs actions dans un cadre large, dans une mentalité de « cycle de vie », l’économie circulaire étant une application à grande échelle d’un tel mode de pensée. Parce qu’elle propose un modèle en rupture avec les modes actuels de consommation, l’économie circulaire mérite donc d’être soumise à la réflexion critique des étudiants.

100À quoi ressemblera le monde façonné par les diplômés qui auront suivi des cursus faisant une place importante aux principes de durabilité et de circularité ? Impossible de la savoir, mais on peut espérer que ces principes guideront leurs actions, tant dans la sphère privée que professionnelle. Quelles transformations verront le jour si tous ces gens, qu’ils soient mécaniciens, dentistes, musiciens, ingénieurs, infirmières, enseignants, économistes ou gestionnaires, remettent en question les pratiques habituelles et choisissent les options menant à un meilleur usage des ressources et à une économie plus responsable sur les plans environnementaux et sociaux ? Certaines de ces solutions sont déjà en application, par exemple, les démarches de responsabilité sociale des organisations, les achats responsables, les plateformes numériques d’information, de partage et de collaboration, l’économie de fonctionnalité et de service, la responsabilité élargie des producteurs, l’écoconception, l’écologie industrielle et les modes d’aménagement intégrant les notions de métabolisme urbain et territorial.

101On peut aussi espérer que ces citoyens seront curieux et ouverts à l’idée de mettre à l’essai les solutions nouvelles, même si elles n’émergent pas du milieu dans lequel ils évoluent au quotidien et qu’ils seront à l’affût d’information qui leur permettra de faire des choix en faveur de la circularité et de la durabilité de l’économie.

102De tout temps, les jeunes ont jeté un regard différent de celui de leurs aînés sur le monde, ont fait des choix autres et ont transformé l’avenir. Conscients que la frénésie actuelle de consommation des ressources les mènera à un cul-de-sac, ils voudront sans aucun doute construire un nouveau modèle, durable, respectant les limites planétaires. En s’engageant aujourd’hui dans un projet de formation, quel qu’il soit, les étudiants veulent trouver les éléments essentiels à leur épanouissement et les outils pertinents pour le monde de demain. Les formateurs sont responsables de faire place à leurs questions : l’avenir ne peut se passer de réflexion critique envers le modèle actuel et du grand potentiel d’innovation des jeunes.

Notes

1 Voir le texte « L’entretien et la réparation » du présent ouvrage.

2 Voir entre autres le SPEDE (Système de plafonnement et d’échange de droits d’émission) qui existe au Québec depuis 2013 : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/carbone/Systeme-plafonnement-droits-GES.htm, consulté le 21 octobre 2015.

3 Groothuis (2014).

4 http://www.lapresse.ca/videos/actualites/201409/17/46-1-payer-pour-jeter-ses-ordures.php/28537b3973e741299ec6997fad45dc9f, consulté le 29 octobre 2015.

5 Voir, par exemple, la discussion sur http://blogues.radio-canada.ca/geraldfillion/tag/redevance/, consulté le 29 septembre 2015.

6 Parry et al. (2014).

7 Voir http://www.actu-environnement.com/ae/news/economie-circulaireemploi-24764.php4, consulté le 29 octobre 2015.

8 Lehmann et al. (2014).

9 Lassaux (2015).

10 Voir le texte « L’écofiscalité au service de l’économie circulaire » du présent ouvrage.

11 Voir le texte « L’économie circulaire dans la politique et la législation québécoise : » du présent ouvrage.

12 Voir le texte « L’économie collaborative et l’économie de fonctionnalité » du présent ouvrage.

13 Cantor, Morrow et Montabon (2012).

14 Voir la section « Les limites et les pistes d’enrichissement du modèle » du présent ouvrage.

15 Voir le texte « L’économie collaborative et l’économie de fonctionnalité » du présent ouvrage.

16 Voir les textes « L’entreprise collective, un véhicule d’innovation sociale » et « La ville, territoire privilégié de l’économie circulaire » du présent ouvrage.

17 Voir le texte « La rémunération, un enjeu de la circularité » du présent ouvrage.

18 Euromed Management et Des Enjeux et des Hommes (2010).

19 . Fédération des entreprises du recyclage (2014).

20 Berrone et Gomez-Mejia (2009).

21 Price Waterhouse Cooper (2012).

22 Price Waterhouse Cooper (2012).

23 Berrone et Gomez-Mejia (2009).

24 Chênevert et Tremblay (2000).

25 Bouchard (2011).

26 En 2002, le chiffre d’affaires annuel des entreprises d’économie sociale était de 17 milliards de dollars. Aujourd’hui, uniquement pour les entreprises constituées en coopérative ou en mutuelle, ce chiffre atteint 33,4 milliards de dollars (http://www.chantier.qc.ca/?module=document&uid=871).

27 Elles évoluent en outre dans les secteurs de l’agroalimentaire, de la finance, des arts et de la culture, du commerce de détail, de l’environnement, de l’immobilier, des infrastructures, du secteur manufacturier et des sports et loisirs.

28 Klein et Tremblay dans Bouchard (2011) et Cournoyer dans Gendron et Turcotte (2011).

29 Lévesque (2004).

30 Notons cependant que depuis le début des années 2000, les entreprises déploient de grands efforts dans la conception de produits environnementaux davantage performants, donnant forme à une industrie verte renouvelée.

31 Belz et Peattie (2012) et Robertson (2014).

32 Tiré de l’étude intitulée « Cone Cause Evolution Study » (2010).

33 Tiré de National Marketing Institute (NMI) 2009 LOHAS Consumer Trends Database.

34 Voir les textes « Le réemploi et la redistribution des produits de consommation » et « L’économie collaborative et l’économie de fonctionnalité » du présent ouvrage.

35 Voir le texte « Le réemploi et la redistribution des produits de consommation » du présent ouvrage.

36 Voir par exemple Emery (2012).

37 Les techniques de neutralisation sont des mécanismes de défense interne permettant à l’individu de protéger son intégrité advenant une dissonance entre ses valeurs et ses actions. Dans le contexte de la consommation responsable, Gruber et Schlegelmilch (2014) ont recensé plusieurs de ces techniques, par exemple : le déni de responsabilité, le déni des conséquences négatives, la justification de l’action par la nécessité, la justification par la comparaison relative à des actes encore plus reprochables, etc.

38 Gudeman (2001).

39 Voir les textes « Le réemploi et la redistribution des produits de consommation » et « L’économie collaborative et l’économie de fonctionnalité » du présent ouvrage.

40 La valeur d’usage est établie en fonction de la valeur d’une chose en tant qu’objet utilisé. La valeur d’échange est créée à la suite de processus d’échange. La valeur d’usage est souvent associée à la production de biens destinés à la consommation domestique, tandis que la valeur d’échange est souvent associée à la production de marchandises pour la vente sur le marché.

41 Godbout et Caillé (1992).

42 Voir Bodenhorn (2000) ; Ingold (1986) ; MacDonald (2000).

43 Des parallèles similaires existent dans les sociétés contemporaines « occidentales ». Pour faire une agréable surprise à un inconnu, il est maintenant parfois coutume dans un café de payer une consommation à la personne qui vous suit.

Auteurs

Professeur, Département d’économie appliquée, HEC Montréal, et commissaire à la Commission de l’écofiscalité du Canada

Professeur, Faculté de droit, Université de Montréal

Professeure, Département de mathématiques et de génie industriel, Polytechnique Montréal

Coordonnatrice, Institut EDDEC

Professeur, Département de gestion des ressources humaines, HEC Montréal

Professeure, Département du management, HEC Montréal

Professeur, Département de marketing, HEC Montréal

Professeure, Département de marketing, HEC Montréal

Professeure, Département de géographie, Université de Montréal

Professeure et directrice du Département des génies civil, géologique et des mines, Polytechnique Montréal

Associé de recherche, Département des génies civil, géologique et des mines, Polytechnique Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access