Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'économie circulaire

 | 
Mélanie McDonald
, 
Daniel Normandin
, 
Sébastien Sauvé

Les modes de déploiement

Sébastien Sauvé, Laurent Spreutels, Mariya Marinova, Jean Paris, Pierre Baptiste, Christian Mascle, Denyse Roy, Pierre-Olivier Pineau, Sébastien Sauvé, Yves Comeau, Richard Simon, Daniel Normandin, Jean-Marc Frayret, Emmanuel Raufflet, Frank Scherrer et Christophe Abrassart

Texte intégral

1Cette partie de l’ouvrage amorce la réflexion sur la mise en œuvre de l’économie circulaire. Comme pour tout processus de ce genre, les acteurs impliqués devront hiérarchiser leurs actions en tenant compte à la fois des ressources les plus importantes (pertes majeures, criticité, valeur monétaire ou sociale, etc.), des stratégies de circularité déjà en place et des nouvelles stratégies qui pourraient s’appliquer dans le contexte étudié.

2Cette analyse ne saurait livrer de résultats pertinents sans le recours à une approche systémique qui prend en compte tous les flux de ressources circulant au sein d’un réseau d’acteurs et toutes leurs répercussions. Ces systèmes se retrouvent sous différentes formes et s’appliquent à des échelles très variées.

3Cette partie présente plusieurs modes de déploiement, qui peuvent d’ailleurs être complémentaires et se renforcer mutuellement. Les quatre premiers textes présentent différents cas de déploiement au sein de filières d’activité. Suivent trois exemples spécifiques à une ressource donnée. Deux modes de déploiement, par filière et par ressource, reposent sur des organisations et des produits – ce que nous verrons au chapitre suivant – et s’ancrent dans un ou plusieurs territoires, sujet de la dernière contribution de cette partie de l’ouvrage.

La filière agroalimentaire

4Sébastien Sauvé et Laurent Spreutels

5La filière agroalimentaire inclut le secteur de l’agriculture ainsi que celui de la transformation alimentaire. Cette filière peut donc être assimilée à une longue séquence d’activités variées permettant d’extraire des ressources naturelles, de les transformer en aliments et de les distribuer aux consommateurs. Étant donnée la finitude des ressources sur la planète et la démographie croissante amenant une augmentation constante de la demande en aliments, il est incontournable, dans un contexte d’économie circulaire, de convertir cette séquence linéaire en un vaste réseau d’échanges et de boucles de recirculation des ressources. La filière agroalimentaire se prête par ailleurs particulièrement bien au déploiement de plusieurs stratégies de circularité.

L’agriculture

6A priori, la révolution verte a mis l’accent sur l’exploitation intensive des terres agricoles. Dans une logique linéaire, la productivité agricole est maximisée par l’utilisation d’engrais chimiques, plus facile et d’absorption plus rapide, en combinaison avec un arsenal continuellement renouvelé de produits agropharmaceutiques de synthèse pour réduire les pertes reliées aux insectes, champignons et autres ravageurs ou pour régler des problèmes sanitaires du bétail. À cette maximisation, on a aussi conjugué un travail profond du sol et diverses pratiques agricoles visant à optimiser la récolte en minimisant les frais d’exploitation, par la mécanisation, pour des profits à court terme. Cette conception de l’agriculture fait abstraction de la lourde empreinte environnementale associée à la production alimentaire, qui demeure essentielle et incontournable, mais qui peut certainement être repensée dans une perspective circulaire.

  • 1 Burnett (2013).

7Fondamentalement, l’activité d’une petite ferme qui associe production végétale et élevage animal tout en retournant les nutriments au sol peut certainement être conçue de façon circulaire1. La circularité exige qu’on minimise les intrants externes non renouvelables, notamment les engrais phosphatés chimiques extraits de mines à ressources limitées ou les engrais azotés chimiques produits avec un apport énergétique important ainsi que les produits agropharmaceutiques.

8Les éléments nutritifs essentiels qui ont été retirés du sol doivent y retourner, que ce soit au moyen du fumier animal ou de biosolides municipaux (qui doivent respecter des limites réglementaires sévères pour éviter toute accumulation de contaminants au-dessus des seuils de toxicité) ou encore par l’entremise d’engrais verts (une récolte destinée à être incorporée aux sols). Il faut aussi s’assurer que les pratiques agricoles préservent les sols de l’érosion sous toutes ses formes, mais aussi de la compaction. Il faudrait en outre éviter d’utiliser les engrais dans l’optique d’un rendement maximal : la surabondance d’engrais favorise certainement la croissance des plantes, mais sature les sols de nutriments qui, lors de l’érosion ou du lessivage des sols, contribuent à l’eutrophisation des cours d’eau environnants et contaminent les nappes phréatiques.

  • 2 Reganold et Wachter (2016).

9Il serait temps de redonner la place à une production agricole fondée sur des principes biologiques, sans engrais chimiques ou pesticides de synthèse, avec rotation des cultures et usage d’engrais verts ou d’origine animale. Une revue de littérature récente2 soutient que la diminution de rendement de ce type de production est relativement modeste (environ de 8 à 25 %, mais variant grandement selon le type de culture) et qu’au contraire, elle peut générer de meilleurs rendements en cas de sécheresse. L’usage des pesticides doit aussi être revu dans une perspective d’économie circulaire pour laquelle les bénéfices tiennent compte de la diminution des pertes causées. Ainsi, on doit évaluer les avantages d’une interdiction totale des pesticides en considérant les coûts évités des externalités associées à leur usage. Dans ce cas, l’évaluation est complexe et elle exige d’équilibrer les gains de productivité agricole avec les effets néfastes des pesticides sur des organismes non ciblés particulièrement sensibles, comme les pollinisateurs, les amphibiens ou même les humains.

10L’application du concept d’économie circulaire à une évaluation coût-bénéfice requiert donc l’internalisation des externalités causées par l’usage des pesticides. Par ailleurs, elle permet de diminuer assez radicalement – ou même d’éliminer – les pratiques nuisibles pour l’environnement et de s’assurer que l’augmentation quantitative des récoltes n’est pas associée à une détérioration de la qualité, à cause par exemple de résidus alimentaires susceptibles d’avoir des répercussions sur la santé humaine. Il s’agit de penser l’agriculture dans une optique d’écosystème et non simplement selon les rendements annuels. La légère diminution de la productivité agricole accompagnant ces pratiques agroenvironnementales est souvent compensée par une augmentation du prix de vente des produits agricoles biologiques. Les pratiques agricoles associées à la culture biologique contribuent à réduire la consommation énergétique et à augmenter les réserves de matière organique (carbone) dans les sols, ce qui peut aider à lutter contre les changements climatiques. Il est donc essentiel d’assurer la valorisation des résidus de l’activité agricole (ex. : méthanisation).

La transformation alimentaire

11Beaucoup d’aliments sont transformés au moyen de multiples procédés (ex. : pasteurisation du lait, séchage des céréales, production de jus de fruit, découpage des viandes) avant leur distribution. Ces procédés nécessitent des ressources en eau, en énergie, et occasionnent des rejets et des matières résiduelles. En outre, ils peuvent mener à une dégradation des aliments, ce qui les rend moins performants (ex. : moins de protéines, de vitamines).

12Déployer une économie circulaire dans le secteur de la transformation alimentaire implique de minimiser l’apport de ressources dans les procédés : consommer des aliments non transformés est la première étape d’un tel déploiement, pour réduire à la source le besoin en procédés de transformation et par conséquent la consommation de ressources. Il faut aussi optimiser les processus nécessaires : faire autant ou mieux avec moins. Réduire les rejets en recyclant et valoriser les ressources. Dans cette optique, le déploiement de symbioses industrielles peut être très efficace. Enfin, mieux comprendre l’effet des procédés sur la qualité des produits alimentaires permet d’ajuster les conditions de transformation pour minimiser leur dégradation.

La consommation et les résidus alimentaires

13Une fois les aliments transformés, ils sont distribués, consommés puis rejetés comme matières résiduelles. On peut optimiser toutes ces étapes et favoriser la promotion des filières d’approvisionnement en circuits courts et de proximité comme une mesure prioritaire puisqu’elle permet de réduire à la source le besoin en transport, en entreposage et en manutention, et par conséquent la consommation de ressources. Le rôle du consommateur est crucial. Il peut adopter de nouvelles habitudes visant, par exemple, la réduction du gaspillage, ou s’inscrire dans des filières d’économie collaborative (ex. : cuisines communautaires, déchétarisme [dumpster diving]). Finalement, les matières alimentaires résiduelles doivent être réintégrées aux ressources qu’elles contiennent dans les boucles de valeur de l’économie circulaire par le compostage, la valorisation énergétique, ou tout autre moyen semblable.

La filière forestière

14Mariya Marinova et Jean Paris

15La forêt peut être une abondante ressource renouvelable à condition d’être gérée de façon responsable : la quantité de la biomasse récoltée doit alors être inférieure, ou au plus égale, à la quantité de biomasse produite pendant la même période, ce qui est le cas au Canada. La transformation du bois s’étend traditionnellement sur deux principaux domaines :

  • la fabrication des produits en bois solide : planches, madriers, contreplaqués, panneaux structuraux, éléments préfabriqués (plinthes, rampes…), meubles, palettes et caissiers ;
  • la fabrication des pâtes de bois et des produits dérivés : la pâte de bois est une suspension aqueuse diluée de fibres cellulosiques, obtenue par désintégration du bois au moyen de divers traitements chimiques ou mécaniques. Elle constitue la matière première d’une très large gamme de produits papetiers comme le papier journal et à écrire, les cartons et les emballages et de nombreux produits d’usage ménager et personnel. Le papier est aussi un constituant des matériaux de construction (isolants) et industriels (filtres). On utilise une pâte de bois de haute pureté pour fabriquer la viscose et ses produits dérivés, dont la rayonne.
  • 3 Ressources naturelles Canada (2014).

16L’essor fulgurant de la communication électronique a provoqué le déclin de la demande en papier journal et papiers d’écriture et d’impression. Pour contrer cette tendance lourde, l’industrie s’est tournée vers la conversion des constituants du bois en biocarburants et bioproduits, jusqu’à présent fabriqués exclusivement à partir du pétrole. Cette nouvelle voie, le bioraffinage forestier intégré aux installations papetières, pourrait ouvrir une nouvelle ère de prospérité dans cette industrie importante qui emploie au Canada 320 000 personnes (emplois directs et indirects) et qui génère un chiffre d’affaires de 20 millions de dollars3.

17La bioraffinerie forestière intégrée (BRFI) est un excellent exemple d’économie circulaire, qui utilise deux procédés complémentaires : le procédé papetier récepteur et celui de conversion de la biomasse, qui partagent sur un même site la matière première et l’énergie. L’alimentation du procédé de conversion est une fraction d’un flux du procédé récepteur riche en un des trois constituants du bois qu’on peut transformer en biocombustibles et bioproduits à valeur ajoutée (figure 8). Ces constituants sont la cellulose, un polymère du glucose, la lignine, un polymère phénolique de structure tridimensionnelle et les hémicelluloses, des polymères de sucres à cinq et six atomes de carbone. La cellulose est le principal constituant du papier ; la lignine et les hémicellules, des sous-produits de la fabrication du papier, sont généralement brûlées pour produire de l’énergie ou envoyées au système de traitement des eaux.

FIGURE 8 Une bioraffinerie intégrée

FIGURE 8 Une bioraffinerie intégrée

Marinova et Paris, 2015

  • 4 Kesthtkar et al. (2015).

18L’unité de conversion de la biomasse reçoit en outre du procédé papetier récepteur des utilitaires, tels que la vapeur et l’eau, et renvoie des effluents que le procédé récepteur peut utiliser. Ces échanges pourraient créer une surcharge excessive dans le réseau de production et de distribution d’utilitaires du procédé récepteur. Pour éviter cet obstacle, il est primordial que le procédé récepteur et l’unité de conversion de la biomasse soient intégrés et parallèlement amenés à un degré élevé d’efficacité énergétique et matérielle. Une méthodologie d’analyse et d’intensification de l’efficacité énergétique des procédés types papetiers a été élaborée à cet effet et validée par application à des cas réels4.

La filière aéronautique

19Pierre Baptiste et Christian Mascle

20L’économie circulaire vise notamment à réutiliser le produit ou ses sous-assemblages, composants ou matériaux issus de sa fin de vie dans la production de nouveaux objets, si possible dans la même filière. Dans l’aéronautique, plusieurs éléments importants décident de ce qui peut être fait ou non dans la logique circulaire.

  • Des échelles de temps. Il peut se passer plus d’un demi-siècle entre la conception d’un aéronef et sa fin de vie (habituellement, la conception d’un modèle prend dix ans, on le vend pendant plus de vingt ans ; un hélicoptère peut durer pendant quarante ans, un avion pressurisé, vingt. Entre-temps, les matériaux et les normes évoluent.
  • Des règles d’accréditation et de normalisation très strictes. Ceux qui interviennent sur des composants ont tous une formation certifiée et les procédures de démontage, d’entretien et de remise à niveau sont publiques et respectées.
  • Des répercussions d’usage qui dominent largement les répercussions de conception et de fabrication. Il est souvent nécessaire de modifier un équipement opérationnel pour améliorer ses performances environnementales.
  • Plusieurs composants essentiels des aéronefs (en particulier les moteurs et les trains d’atterrissage) sont la propriété des sous-traitants qui les fabriquent.
  • Une très faible part de l’usage mondial des matériaux (exception faite du rhénium).

21D’un aéronef en fin de vie réelle, quelquefois cinquante ans après sa conception, il est assez difficile de réutiliser les composants restants et les divers matériaux. S’il ne finit pas sa vie stocké dans le désert (en Arizona essentiellement), il entrera probablement dans les filières de récupération standards – ce qui fonctionne très bien pour le cuivre, par exemple –, sauf pour quelques-unes de ses parties en alliage spécial (en particulier l’alliage de rhénium dans les moteurs). Il existe un marché très structuré et sûr de composants d’occasion ; si l’avion a une longue durée de vie, certains de ses composants clés, comme les moteurs, peuvent subir des modifications importantes pour suivre l’évolution des normes environnementales, par exemple.

  • 5 Process for Advanced Management of End-of-Life of Aircraft.
  • 6 Consortium de recherche et d’innovation en aérospatiale du Québec.
  • 7 Environnement-412.

22En aéronautique, la circularité se vit donc plus sur les composants que sur la fin de vie du produit lui-même. L’avenir devrait permettre de récupérer d’autres alliages, en particulier ceux des pièces de structure ou de voilure. Des projets comme PAMELA5 en France ou certains projets du CRIAQ6 dont le ENV-4127 au Québec vont dans ce sens. Rappelons que dans les nouveaux avions, l’utilisation de fibres de carbone dégage des économies par rapport aux alliages d’aluminium beaucoup plus lourds. Ces composites diminuent considérablement les répercussions environnementales de l’avion, mais tout autant son potentiel de circularité. Tout ceci annonce des arbitrages intéressants et des recherches en perspective pour le recyclage des fibres.

La filière textile

23Denyse Roy

24L’industrie textile québécoise, de même que celle de plusieurs pays occidentaux, a perdu des secteurs complets de production et d’étapes de transformation. Le territoire québécois ne produisant aucune fibre en quantité industrielle, il a fallu donner aux matériaux mis au rebut la valeur de gisement potentiel. Les centres de tri spécialisés dans les textiles estiment souvent injuste le fait d’avoir à « payer » pour faire enfouir un pourcentage élevé de produits textiles non utilisables dans la suite classique des 3R.

  • 8 Voir l’exemple de renewcell : http://renewcell.se/.
  • 9 Voir l’exemple du programme textile de Circle Economy : http://www.circleeconomy.com/projects/sect (...)

25Dans cette filière, l’approche en économie circulaire s’exprime non seulement par les pratiques déjà établies du réemploi et du redesign, mais aussi par la renaissance de savoir-faire économiques, comme la remise en état. De grandes marques explorent sérieusement le concept de fluidité de la propriété, par exemple la location de vêtements événementiels, pour alléger le poids de production à partir de nouveaux matériaux. Déjà, on redirige des fibres textiles récupérées vers l’industrie des isolants en architecture. Par la voie chimique, on peut repolymériser le polyester et le nylon 6 (caprolactame) postusage ainsi que, plus récemment, le coton solubilisé8. Quelques centres mondiaux se penchent sur ces diverses applications de l’économie circulaire dans les textiles, le groupe néerlandais Circle Economy offrant en la matière un programme visionnaire9.

26L‘économie circulaire ouvre aussi la porte aux écodesigners pour intervenir à diverses étapes de la vie des produits, en utilisant la matière récupérée comme matière première. Le laboratoire de Méta-textiles de l’Université de Montréal cherche à créer des matériaux textiles recyclés au cycle de vie le plus long possible.

FIGURE 9 Les stratégies d’économie circulaire dans le cycle de vie des produits textiles

FIGURE 9 Les stratégies d’économie circulaire dans le cycle de vie des produits textiles

Mercier, 2016

27Les centres de tri identifient déjà plus de seize catégories de produits textiles « mal-aimés » qui vont directement à la décharge. Depuis 2010, on étudie l’un de ces sous-groupes, les « tricots acryliques multicolores », pour fabriquer des feutres à couleurs autogènes. On a donc défibré et feutré les chandails triés chromatiquement et industriellement en seize teintes, sans addition de colorants. CHRROMA a ciblé trois couleurs stratégiques de matériaux, qu’exploite la compagnie Tangible. D’autres « mal-aimés », comme les lainages, ont servi dans une approche plus manuelle, mais toujours industrialisable, à la création d’une collection d’articles d’intérieur (OVIN), et pourraient en plus soutenir des ateliers d’insertion sociale.

28Une exploration de rebuts textiles dans un centre de tri, fondée sur des propriétés perceptibles (attrait de la couleur, hygroscopicité, etc.), a permis de relever des données in situ sur les autres catégories de « malaimés » enfouis. Cette caractérisation ouvre des voies de design de produits textiles « à valeur ajoutée » par les propriétés physico-chimiques recherchées. L’étude s’étend aussi aux opérations et technologies automatisées du tri, déjà exploitées pour d’autres matières, afin d’accélérer le repérage de sous-groupes textiles à transformer.

29À cause de l’extrême diversité du secteur textile, l’économie circulaire doit prendre appui sur une exploitation ciblée par segments de matière reconnus comme utiles et désirables. L’expérience et les succès de ces recherches en design industriel permettent d’espérer, en regard des variations des coûts de revient internationaux, le retour de la filature, du tissage et du tricot de haute qualité au Québec pour une nouvelle industrie textile.

La ressource énergétique

30Pierre-Olivier Pineau

31Avec l’apparition des formes d’énergie moderne, les systèmes énergétiques mondiaux sont devenus essentiellement linéaires : extraction (charbon, pétrole, gaz naturel et uranium), transformation, combustion et rejet dans l’atmosphère de gaz (CO2, NOx, SO2) et de particules fines, ou enfouissement (cendres de la combustion du charbon et déchets nucléaires). Cette approche a été adoptée à cause des bénéfices immédiats qu’on en retire. La capacité de travail a ainsi été décuplée, ce qui explique presque complètement notre niveau de vie actuel. Il aurait été impossible, en effet, de construire et de faire fonctionner nos bâtiments, usines et véhicules sans compter sur les formes d’énergie connues : très denses, facilement accessibles et à faible coût d’extraction.

32Malheureusement, cette organisation des systèmes énergétiques cause des problèmes fondamentaux : outre l’épuisement des ressources, qui nous oblige à tout le moins à produire des hydrocarbures dans des conditions de plus en plus complexes et coûteuses en effets environnementaux et économiques, la gestion des déchets énergétiques menace le fonctionnement même de nos sociétés. Les changements climatiques, en grande partie induits par l’accumulation dans l’atmosphère du CO2 issu de la combustion des énergies fossiles, vont bouleverser les sociétés humaines, dans une mesure qui dépendra de notre capacité à retourner vers des systèmes énergétiques circulaires.

33Historiquement, les humains ont exploité de tels systèmes : l’utilisation de la biomasse (essentiellement le bois), l’emploi de la force animale (pour la traction et le transport) et l’agriculture (transformant l’énergie solaire en énergie alimentaire) s’inséraient dans des cycles naturels qui suivaient en fait les principes de l’économie circulaire. L’hydroélectricité repose aussi sur un cycle naturel, celui de l’eau (évaporation - précipitation), et permet de produire de grandes quantités d’énergie sans générer de déchets problématiques. Le défi est d’élaborer des systèmes énergétiques plus circulaires, non pas en revenant à des modèles de circularité passés, mais en utilisant la technologie moderne pour récolter l’énergie circulant naturellement dans notre environnement. Les sources sont multiples : le vent, les courants, les mers, la géothermie et l’énergie que l’on pourrait produire en plus grande quantité tirée de la biomasse et des matières résiduelles commerciales et résidentielles. Les désavantages comparatifs de ces énergies tenaient en général à leur faible densité et à leur intermittence. Cela les rendait moins rentables à cause des coûts importants pour les récolter et les libérer au moment opportun. La technologie permet cependant maintenant de surmonter ces obstacles : produire et stocker ces énergies coûte de moins en moins cher.

34Il ne suffit pas cependant de substituer de telles sources de production aux énergies linéaires (fossiles et nucléaires). Il faut aussi, et de manière prioritaire, réduire sa consommation en adoptant des comportements plus sobres, des bâtiments mieux conçus, des systèmes de transport plus efficaces, des industries mieux organisées en écosystèmes (notamment pour valoriser les multiples pertes de chaleur industrielles). Après trois siècles de systèmes énergétiques non circulaires, fondés sur les énergies fossiles, une seule exception sera acceptable à notre échelle : l’énergie solaire. Celle-ci n’est en effet pas circulaire : rien ne retourne au soleil ! Mais son utilisation, avec celle des énergies circulaires, ne mettra pas en danger notre équilibre planétaire.

La ressource hydrique

35Sébastien Sauvé et Yves Comeau

36L’eau représente un cas de figure particulier pour illustrer l’économie circulaire. On pourrait la considérer comme un exemple parfait de circularité, cette eau qui s’évapore et qui retombe sous forme de pluie dans un cycle infini. Cela dit, 97,3 % de l’eau sur Terre se trouve dans les océans, la majorité du reste est piégée dans les glaciers (pour le moment !) ; la fraction d’eau douce en surface ou souterraine ne représente ainsi que 0,1 % de toute l’eau présente sur la planète. C’est donc une ressource renouvelable à l’infini dans la mesure assez limitative où notre consommation d’eau douce ne dépasse pas la capacité de la planète à en fournir. Si on n’utilisait qu’une petite fraction de l’eau de surface et que l’on retournait l’eau usée sans la contaminer pour réduire ses usages ou éviter qu’elle ne cause d’autres effets environnementaux, on serait effectivement dans une boucle positive sans souci à l’horizon. Malheureusement, la plupart du temps, l’eau consommée retourne dans les cours d’eau contaminée et provient, trop souvent, de sources peu ou très peu renouvelables (certains réservoirs d’eau souterraine sont parfois utilisés beaucoup plus rapidement que le taux de regénération, qui est parfois même nul pour des nappes d’origine glaciaire ou des nappes fossiles en zone désertique). C’est donc dire que tous les systèmes agricoles et urbains qui dépendent de nappes souterraines en surexploitation sont des drames annoncés, dont l’échéance se profile de façon inquiétante.

  • 10 Leahy (2014).

37L’eau est essentielle à la vie et l’accès à l’eau potable est considéré comme un besoin et un droit pour tous. Pourtant, les enjeux de quantité et de qualité de l’eau renferment plusieurs aspects sociopolitiques et économiques. Ses divers usages sont trop souvent associés à une perte ou à une détérioration de sa qualité. Souvent, ils sont en conflit : l’accès à l’eau potable pour ses besoins physiologiques est simple à reconnaître, par contre, l’accès à l’eau potable pour maintenir une pelouse verte dans le désert ou pour favoriser une agriculture intensive dans des secteurs arides, qu’il vaudrait peut-être mieux ne pas exploiter, soulève la question du partage de la ressource, source grandissante de conflits. On peut chiffrer l’eau et l’intégrer à des bilans, comme le carbone, et ainsi déterminer son empreinte pour plusieurs biens de consommation, laquelle représente le volume d’eau virtuel nécessaire à leur production, ou le volume total d’eau requis. Il faut comprendre que la consommation d’eau ne se limite pas à celle que l’on boit ou que l’on utilise pour divers usages domestiques, mais qu’elle inclut l’empreinte moins visible qui a servi à produire les biens que nous consommons. Par exemple, la culture du café utilise beaucoup d’eau pour l’irrigation nécessaire des caféiers. Ainsi, la production d’une tasse de café aura une empreinte eau d’environ 140 L, le coton et la viande ayant aussi des empreintes eau exceptionnellement élevées10 !

38L’autre aspect à considérer est la qualité de l’eau. Non seulement la quantité d’eau douce est souvent limitée dans plusieurs environnements, mais sa qualité laisse encore plus souvent à désirer. Les usines de traitement de l’eau potable doivent redoubler d’efforts pour que les contaminants issus des activités humaines en amont soient retirés à des niveaux suffisants, pour assurer l’innocuité pour la consommation humaine. Le laxisme dans les contrôles de qualité après l’épuration des eaux usées, qui sont insuffisamment ou, trop souvent, à peine traitées avant d’être rejetées dans l’environnement, contribue au problème. De plus, les activités agricoles sont une source importante de pollution reliée aux pertes de fertilisants qui ruissellent dans les cours d’eau et les nappes phréatiques.

  • 11 Vanrolleghem (2015).

39Pour changer la perception du problème et favoriser une attitude issue directement de l’économie circulaire, la Water Environment Federation (WEF) et l’International Water Association (IWA) ont carrément choisi de changer la terminologie applicable au traitement des eaux usées. Ainsi, après consultation, on a convenu que les stations d’épuration des eaux usées (Wastewater Treatment Plants ou WWTPs) seraient maintenant appelées des stations de récupération des ressources de l’eau ou StaRRE (de l’anglais Water Resource Recovery Facility ou WRRF11). Ce changement de nom est un message très fort qui traduit un changement de paradigme où l’accent est maintenant mis sur la récupération des ressources ajoutées à l’eau pendant son usage avant qu’elle soit rejetée dans le milieu récepteur. Ce mode de pensée reflète très bien l’idéologie de l’économie circulaire.

40De façon pratique, l’économie circulaire et la « récupération des ressources de l’eau » vont cibler une rétention de la matière organique et des nutriments présents dans l’eau qui seront concentrés dans les biosolides valorisés en milieu agricole, pour ainsi augmenter la fertilité des sols avec l’amélioration des teneurs de matière organique et des nutriments dans les sols. La valorisation agricole de ces ressources n’est possible que si l’on peut garantir l’innocuité des résidus et assurer aux agriculteurs qu’ils ne vont pas accumuler des contaminants dans leurs terres ou leurs récoltes ou, éventuellement, réduire leur productivité. Pour parvenir à une telle valorisation, il faut obligatoirement contrôler les processus industriels qui ajoutent des contaminants persistants dans les eaux usées. Toute forme de contamination que les traitements de StaRRE ne pourront pas éliminer doit absolument être récupérée à la source en modifiant les procédés industriels ou en intégrant des procédés de récupération chez le pollueur (approche qui a aussi l’avantage de responsabiliser le pollueur).

41La Ville de Montréal, par exemple, est forcée d’incinérer ses boues d’épuration parce qu’elles contiennent, entre autres, trop de métaux pour permettre sa valorisation agricole. L’incinération produit un bilan carbone très négatif, avec la consommation de combustibles fossiles pour sécher et brûler des boues qui rejettent encore plus de carbone dans l’atmosphère et génèrent des cendres d’incinération considérées comme des déchets dangereux. Une réduction de la contamination des eaux usées permettrait de réduire les pertes, et la consommation de métaux, par les industries concernées, mais, en plus, ouvrirait la porte à une véritable récupération de la ressource que représentent les boues d’épuration (véritablement du fumier d’origine humaine contenant les résidus des nutriments consommés par les habitants). Dans une logique circulaire, on veut retourner ces nutriments dans les champs agricoles et ainsi contribuer à la culture des prochaines récoltes. Lorsqu’on examine le cycle de la matière organique et des minéraux, on constate une dégradation croissante de la qualité des sols, que l’ajout d’amendements et de fertilisants chimiques compense en partie. Cela est d’autant plus paradoxal que ces mêmes matières se retrouvent dans les bassins versants, souvent mal captées par les systèmes de traitement des eaux en place (lorsqu’il y en a), ce qui engendre une contamination de nos cours d’eau. Il faut donc empêcher la contamination par les métaux et produits organiques persistants et, ensuite, optimiser les procédés pour maximiser la récupération des nutriments – tout particulièrement le phosphore, l’azote et la matière organique – en vue d’en assurer la circularité avec un juste retour à la terre.

La ressource métallique

42Richard Simon

43L’exploitation minière est, dans la vaste majorité des cas, la première source pour la production de produits, particulièrement de produits métalliques. La croissance économique élevée de plusieurs pays, notamment les pays émergents du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) dans les années 2000, a eu pour conséquence une augmentation spectaculaire de la demande et a généré une augmentation conséquente du prix des métaux sur une courte période. Dans la mesure où la génération d’un nouveau gisement peut prendre plusieurs milliers, voire plusieurs millions d’années, on peut considérer que la quantité de matière première dans la croûte terrestre est définie et limitée. Il devient donc essentiel de maximiser l’utilisation des ressources existantes. De plus, les coûts liés à l’extraction ont également un effet important sur la récupération de la ressource puisque ne sera extrait que le minerai dont la teneur assure un revenu supérieur au coût d’exploitation. Même si le prix de vente augmente substantiellement par la suite, il sera très difficile (voire impossible) techniquement de récupérer cette ressource devenue économiquement rentable. Il y a lieu de trouver par conséquent de nouvelles stratégies d’économie circulaire permettant de réduire les coûts d’exploitation et de maximiser la récupération de la ressource minérale.

44Par ailleurs, l’extraction et la transformation de cette matière première utilisent elles-mêmes une grande quantité de métaux dans les équipements fixes et mobiles, les infrastructures et les fournitures. Dans les mines à ciel ouvert, une grande partie des métaux utilisés pourront être recyclés ou réutilisés. Les infrastructures et les équipements neufs coûtent très cher et il faut parfois attendre des années avant qu’ils soient effectivement mis en place, aussi un marché international important s’est établi pour le matériel d’occasion. Dans les mines souterraines, par contre, une faible part du matériel et des équipements descendus remontera à la surface, et l’essentiel sera abandonné à la fin des opérations d’extraction.

45Le partage des connaissances techniques entre les diverses entreprises d’une région minière est généralement très bien implanté, particulièrement dans les domaines de la santé et de la sécurité, de la stabilité des excavations et de la gestion environnementale. En revanche, le partage des ressources physiques (équipements, infrastructures, réserves de pièces de rechange, etc.) est nul ou quasi inexistant. On trouve, dans le monde, de nombreuses régions minières où plusieurs mines peuvent opérer simultanément (par exemple, au Québec, sur la Côte-Nord et en Abitibi). Toutefois, les projets miniers sont toujours élaborés et gérés de façon autonome, ce qui ne permet pas une utilisation maximale des ressources et des infrastructures. Puisque le financement de ces projets est presque exclusivement privé, les entreprises ne sont guère incitées à s’entendre avec leurs concurrentes pour partager les ressources matérielles.

46L’expansion mondiale de l’économie circulaire aura, pour certains métaux, une influence sur le prix de vente en remettant en circulation des volumes qui peuvent être importants. L’influence potentielle exigera donc de réduire davantage les coûts de production pour rester concurrentiel et pourrait encourager les alliances stratégiques quant à l’utilisation des ressources en infrastructure et en matériel.

47Évidemment, chaque métal comporte ses particularités. Certains, dits de base (fer, aluminium, cuivre, zinc, nickel, plomb), sont utilisés en grandes quantités et présentent un potentiel de recyclage important.

48Par contre, d’autres, produits et utilisés en faibles quantités dans des alliages spécialisés, sont moins facilement récupérables et tendent à rendre le recyclage moins concurrentiel par rapport à l’extraction, sauf dans certains cas, comme celui du TA6V, un alliage de titane utilisé dans l’aéronautique.

49Le traitement du minerai s’est grandement amélioré dans les dernières décennies, permettant de récupérer et de concentrer une plus grande part du métal contenu dans la roche qu’auparavant. Cependant, les rejets de mines ayant été exploitées avec des technologies moins efficaces peuvent contenir d’intéressantes concentrations en métaux. À l’échelle mondiale, on trouve plusieurs projets d’exploitation de ces rejets miniers. Ce type d’opération est actuellement presque exclusivement concentré sur l’or, mais il serait fort possible de l’envisager pour d’autres métaux de base (cuivre, fer, nickel et zinc) largement exploités depuis le début de l’ère industrielle. Le principal obstacle actuellement à ce type d’opération est la prise en charge légale des problèmes environnementaux légués par ces sites (souvent abandonnés) où les coûts de restauration du site dans son ensemble rendent l’investissement peu rentable.

50Du point de vue énergétique, les équipements mobiles utilisés fonctionnent encore majoritairement à l’aide de carburant diésel. On s’est peu penché sur la conception et la production d’équipements électriques répondant aux besoins des opérations minières. Ainsi, malgré des améliorations importantes dans la consommation en carburant et les émissions des équipements, l’empreinte carbone reste assez élevée pour l’extraction du minerai. De plus, pour les sites miniers éloignés, l’approvisionnement en électricité est presque entièrement fourni par des centrales fonctionnant au diésel. D’autres sources d’énergie peuvent être viables techniquement (l’éolien, par exemple), mais les coûts d’investissement par rapport à la durée de vie du projet minier limitent beaucoup leur utilisation.

  • 12 World Economic Forum Mining & Metals Industry Partnership et Accenture (2014).

51Dans les prochaines décennies, l’industrie minière et de transformation des métaux devra s’adapter aux principes de l’économie circulaire. Selon un document produit par le Forum économique mondial12 : « Pour fonctionner efficacement dans un mode d’économie circulaire visant un développement durable, les compagnies minières et métallurgiques devront se pencher sur trois domaines névralgiques : l’acquisition d’une main-d’œuvre ayant les compétences et les habiletés requises ; un engagement renforcé dans le marché du recyclage des métaux et la prise en compte accrue des besoins de leurs clients. »

Les organisations et les produits au cœur du déploiement

52Daniel Normandin, Jean-Marc Frayret et Emmanuel Raufflet

53Que l’on déploie l’économie circulaire à l’échelle d’un territoire ou d’un secteur d’activité, dans tous les cas de figure, les organisations y jouent un rôle central, car un territoire ou un secteur ne peut effectuer une transition vers une économie circulaire sans leur participation.

  • 13 Voir par exemple Forum économique mondial (2014) et le lien suivant : http://www.institut-economie (...)

54Selon plusieurs études13, du point de vue de l’organisation, les retombées potentielles de l’économie circulaire peuvent être de plusieurs ordres. Par exemple, une réduction des coûts, une meilleure profitabilité, une création d’emplois, une fidélisation de la clientèle, une réduction des répercussions environnementales, une sécurisation des approvisionnements et une meilleure résilience.

55Selon le type d’entreprise et le produit ou le service mis en marché, la stratégie d’économie circulaire prendra différentes formes et impliquera la chaîne de valeur de l’organisation à divers degrés. Les motivations à passer d’une économie linéaire à une économie circulaire peuvent également varier significativement d’une structure à une autre. Certaines peuvent le faire pour un meilleur profit, d’autres pour des motifs environnementaux ou sociaux, ou alors selon une combinaison de ces motifs. Finalement, la taille de l’entreprise, la complexité de sa chaîne de valeur et la nature de ses produits influencent la stratégie d’économie circulaire à déployer, qu’il s’agisse de l’économie collaborative, de l’économie de fonctionnalité ou du simple recyclage du produit ou de ses composantes en fin de vie.

56Sur le plan de l’approvisionnement, deux stratégies s’offrent aux organisations qui souhaitent réintégrer des produits, composants ou ressources déjà utilisés, soit la boucle ouverte ou la boucle fermée. La première consiste à s’approvisionner à partir de matières premières issues de composantes de produits qui ne sont pas nécessairement similaires à celles des produits manufacturés par l’entreprise. Ces matières sont générées par les centres de tri et de recyclage mis en place par les organismes municipaux, mais également par des organismes privés ou à but non lucratif qui traitent des matières post-consommation spécifiques, par exemple les résidus de construction, de rénovation, de démolition ou autres déchets ou sous-produits industriels de toute nature.

  • 14 La notion de « responsabilité élargie du producteur » désigne des démarches et dispositifs qui res (...)

57Pour l’entreprise, la boucle ouverte est sans doute plus simple sur le plan logistique, car ce sont les municipalités ou les organismes privés qui s’occupent de la récupération et du recyclage des matières en fin de vie, sans rapport direct avec ces dernières. Au Québec, comme ailleurs, il y a cependant des exceptions touchant certaines catégories de produits dont la fin de vie doit être prise en charge par les entreprises qui les génèrent en vertu de la responsabilité élargie des producteurs14.

58La stratégie en boucle ouverte est problématique à plusieurs égards. La durée de vie des produits reposant entre les mains du citoyen, des municipalités ou d’autres tiers sans lien direct avec les manufacturiers, il est difficile de synchroniser les flux de matières avec les besoins de ces derniers. Ensuite, la boucle ouverte conduit la plupart du temps à une baisse de la qualité (downcycling) de la matière au fil des cycles. Finalement, les entreprises demeurent généralement moins enclines à utiliser de la matière recyclée qui ne correspond pas tout à fait à leurs standards. Une question demeure : est-il possible de mieux relier les acteurs de la chaîne de valeur (entreprises, consommateurs, recycleurs, autorités) pour accroître les bénéfices de cette stratégie, et surtout de faire en sorte que la matière recyclée soit davantage compatible avec les exigences des entreprises manufacturières ?

59Plus complexe à mettre en œuvre sur le plan logistique, la stratégie en boucle fermée offre toutefois aux entreprises un meilleur taux de récupération et un bon contrôle de la qualité et de la quantité de matière disponible pour la fabrication de nouveaux produits. L’entreprise doit s’approvisionner à même ses produits en fin de cycle ou à partir de produits similaires au moyen, par exemple, d’un système de consigne. Cette stratégie exige une grande concertation entre les acteurs de la chaîne de valeur et pose un certain défi logistique. Plusieurs entreprises optent déjà pour ce modèle, que l’on pense aux producteurs de bière et aux contenants consignés ou à certains fabricants de cartouches d’encre qui ont mis en place un système de récupération dans leur propre réseau de distribution. L’économie de fonctionnalité serait la manifestation la plus poussée du système en boucle fermée puisque, en vendant l’usage d’un produit et non pas le produit lui-même, l’entreprise conserve son capital matière et le contrôle sur le cycle de vie complet de son produit.

60Pour réaliser le passage à la circularité, on doit mettre à contribution toutes les fonctions de l’organisation à partir d’un processus et d’une vision stratégiques. Par exemple, le groupe de R et D doit repenser le produit afin d’en allonger la durée d’usage, d’en accroître la robustesse, la réparabilité et la recyclabilité. Les gens de marketing et les vendeurs doivent redéfinir la stratégie de mise en marché du produit, selon une logique de partage ou de fonctionnalité, ou les deux, comme on le constate chez Car2Go, filiale de Daimler AG. Ceux de la production doivent revoir les façons de faire pour intégrer des composants récupérés, reconditionnés ou recyclés. La logistique doit se faire selon une stratégie inversée afin de récupérer les produits en fin de cycle et de mettre en place un réseau d’intermédiaires qui pourront non seulement participer à la récupération des produits, mais également en assurer la réparation, le reconditionnement ou le recyclage de leurs composants. Les flux de récupération doivent être synchronisés avec les flux de production. À l’étape d’achat-approvisionnement, on doit assurer que le gisement de matières issu du cycle de vie des produits en marché est conforme aux standards de l’organisation et en quantité suffisante pour répondre aux besoins de la production. Enfin, les gestionnaires de la comptabilité et des finances doivent établir des paramètres et des conditions financières qui permettront à l’entreprise de passer à une économie circulaire.

  • 15 Par exemple : Car2Go, La Remise.
  • 16 Par exemple : AirBnB, Uber.
  • 17 Voir : https://group.renault.com/engagements/environnement/economiecirculaire-competitive/

61Pour passer de la vente d’un produit à la vente de son usage, par exemple, les flux financiers sont passablement modifiés et l’entreprise voit son actif augmenter de façon importante puisqu’elle demeure propriétaire de ses produits. Dans une stratégie du type économie collaborative, l’entreprise peut être le propriétaire de ses produits15 ou ne servir que d’intermédiaire16 entre les agents du marché. Ces différentes approches ont donc une influence majeure sur les stratégies financières à mettre en œuvre. Renault17 est ici un exemple d’organisation qui a bien géré le virage vers l’économie circulaire en y intégrant toutes les fonctions de l’entreprise et sa chaîne de valeur.

  • 18 Par exemple : Insertech.
  • 19 Par exemple : Renaissance.
  • 20 Par exemple : Kijiji, LesPac ou Craigslist.

62L’économie circulaire peut également s’appliquer à l’échelle d’un type de produit. Prenons, par exemple, le matériel informatique. Sur le campus de l’Université de Montréal, l’Institut EDDEC a lancé un projet visant à cartographier les gisements de matériel informatique dans la perspective d’en accroître la durée de vie utile. Cela prend la forme d’une redistribution, d’un achat/vente ou d’un prêt de matériel entre les facultés, les départements, les services et les unités de recherche du campus pour lesquels les besoins en matériel varient fortement. Les services informatiques des établissements du campus peuvent également effectuer une réparation ou une réutilisation des composantes. Des entreprises d’économie sociale18 dotées d’une mission à la fois environnementale et sociale contribuent aussi à accroître la productivité du matériel informatique en prolongeant sa durée d’usage, dans le cadre d’un programme de réinsertion sociale pour jeunes adultes en difficulté professionnelle. Le partage de produits entre plusieurs acteurs du marché, que ce soit par le moyen de plateformes de partage ou par la multiplication de leurs cycles par des points de redistribution19 ou des sites de petites annonces20, contribue également à augmenter la durée de vie utile de ces mêmes produits, de même que les ressources qui les composent.

63Pour les produits de courte vie ou de consommation courante, l’économie circulaire encourage l’utilisation de matière recyclable dans leur fabrication, ou alors l’utilisation de matière biodégradable renouvelable, afin d’en tirer un maximum de bénéfices en fin de vie (ex. : valorisation énergétique ou compostage) et d’en minimiser leurs effets sur l’environnement en cas de perte ou d’abandon dans la nature. Ces bénéfices peuvent prendre la forme de molécules utiles par une extraction biochimique, d’énergie par biométhanisation ou alors de compost. Dans tous les cas, l’économie circulaire encourage l’utilisation de matières non toxiques dans la fabrication des produits afin que ceux qui sont biodégradables puissent être retournés à la terre, une fois les bénéfices prélevés, et que ceux qui sont recyclables ne contribuent pas à polluer l’environnement dans ce dernier processus.

  • 21 Fondation Ellen MacArthur (2015).

64Pour déterminer rapidement le potentiel d’une organisation ou d’un produit à passer d’un modèle linéaire à un modèle circulaire, on peut, par exemple, utiliser les indices de circularité élaborés par la Fondation Ellen MacArthur21. Ceux-ci concernent exclusivement les produits fabriqués de matériaux non renouvelables, pour le moment. La proportion de matériel vierge dans le produit, la durée et l’intensité d’utilisation du produit par rapport à d’autres similaires sur le marché, la destination en fin de cycle, etc., sont inclus dans l’indicateur, ainsi que d’autres sur les effets et les risques qui peuvent orienter les organisations dans leurs prises de décision.

  • 22 Voir la section « La mobilisation des acteurs » du présent ouvrage.

65Cette mise au point d’indicateurs en est toutefois à ses débuts et l’on peut s’attendre à ce que, rapidement, d’autres outils s’ajoutent aux rares ressources actuellement disponibles. Dans tous les cas, et malgré les perspectives innovatrices de l’économie circulaire pour orienter les organisations vers un développement plus durable, il reste beaucoup de travail de recherche à faire afin de mieux cerner les leviers et les limites actuelles du modèle et ainsi d’en accroître les bénéfices économiques, sociaux et environnementaux22.

La ville, territoire privilégié de l’économie circulaire

66Frank Scherrer et Christophe Abrassart

67À la suite des États et des organisations internationales en Europe et en Asie, les grandes villes apparaissent depuis peu comme de nouveaux leaders de l’économie circulaire. Amsterdam a lancé le mouvement en 2014 avec un plan d’action d’envergure qui devra notamment se concrétiser dans un nouveau quartier entièrement pensé selon l’économie circulaire. Paris, avec des États généraux en 2015, Bruxelles, Séoul, la capitale en devenir de l’économie de partage, et bien d’autres, se lancent avec beaucoup d’ambition dans cette voie. Qu’est-ce qui pousse une ville à choisir cette forme d’économie ? En quoi l’approche par le territoire constitue-t-elle un point de vue déterminant pour penser son déploiement ? Quels sont les avantages et les limites de l’action urbaine dans ce changement majeur de modèle de développement ?

68Pour aborder cette question, il faut revenir sur les différentes définitions de la ville : comme milieu, comme système d’acteurs localisés et, enfin, comme institution agissante.

Le métabolisme urbain, ou la ville circulaire comme milieu

  • 23 Définition de l’économie circulaire de l’ADEME (France).

69La première définition établit la ville comme milieu de vie, de production, de consommation et d’échanges. Les flux de matière, d’énergie et de biens entrants consommés et sortants d’un territoire sont mieux connus grâce à de nouveaux savoirs comme l’écologie territoriale qui, en donnant à voir concrètement le fonctionnement du « métabolisme urbain », assimile la ville à un écosystème, voire à un organisme vivant. Cette vision souligne fortement combien les villes, parce qu’elles concentrent aujourd’hui 50 % de la population mondiale et l’essentiel de l’activité économique, consomment beaucoup de matières importées (alimentation, matériaux de construction, produits manufacturés, etc.) et produisent beaucoup de déchets. De cette vision, il s’ensuit un discours qui circule lui-même partout dans le monde sur la responsabilité des villes pour changer de mode de développement, mais aussi sur leur capacité à agir directement sur leur métabolisme urbain de façon à augmenter « l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en permettant le bien-être des individus23 ».

70Cette approche, avec ses systèmes de visualisation cartographique, a une forte portée heuristique et pédagogique. Mais cette modélisation de la ville comme un milieu peut être aussi réductrice en proposant, après l’hygiénisme au XIXe siècle et le fonctionnalisme au XXe siècle, une nouvelle doctrine simplificatrice qui réduit la ville à ses fonctions, en laissant de côté tout le potentiel de la société à réinventer sa relation avec la forme urbaine.

71On peut souligner deux enjeux concernant ces nouvelles cartographies des flux circulaires. En premier lieu, la nécessité d’élaborer des représentations mobilisables par les acteurs de l’économie circulaire, par exemple pour estimer l’effet d’un projet particulier sur le métabolisme urbain.

72Par ailleurs, la concentration des flux de matières et de biens dans un périmètre restreint ne veut pas dire que l’échelle locale est la plus efficace pour agir, ou la plus pertinente pour les acteurs économiques présents sur le territoire. C’est aussi un enjeu pour ces outils cartographiques d’aider à rendre visibles des arbitrages possibles entre des boucles de valorisation locales (ex. : en upcycling dans une recyclerie de quartier) et d’autres à plus grande échelle (ex. : en downcycling avec un centre technique agissant pour toute une métropole).

Les systèmes d’acteurs, entre héritage et prospective territoriale

73On peut également définir la ville comme un système d’acteurs localisés, dont la nature peut être très diverse : publique, privée, communautaire, économique, sociale, culturelle… Ces acteurs participent, par leurs relations et leur proximité, à l’expansion du territoire qui les accueille. Il existe plusieurs termes pour décrire ces modèles de croissance territoriale dans l’économie classique : districts, milieux innovateurs locaux, développement économique communautaire… Les nouveaux modèles de l’économie circulaire, qu’il s’agisse d’économie de fonctionnalité, collaborative ou de partage, peuvent tout à fait se déployer à l’intérieur d’un secteur d’activité et à une échelle nationale, continentale ou mondiale. Mais il semble exister un énorme potentiel d’innovation en matière d’économie circulaire fondé sur le rapprochement local des entreprises industrielles ou de services classiques avec celles de l’économie sociale et solidaire, des entreprises émergentes de l’économie verte, de la classe créative… L’espoir est très fort, du côté des élus, que, grâce à ces nouveaux systèmes d’acteurs très composites, l’économie circulaire puisse être un véritable gisement d’emplois plus inclusifs et moins délocalisables, grâce à la mise en place de nouvelles boucles circulaires à l’échelle d’un quartier, d’une ville ou d’une région.

74Comment ces acteurs peuvent-ils concrétiser l’économie circulaire à l’échelle d’une ville ? Le territoire constitue certes un espace d’intégration très puissant pour penser des scénarios désirables, avec des modèles d’affaires et des cibles de productivité/circularité reliant des acteurs complémentaires. Mais le succès de la mobilisation que l’on constate aujourd’hui en Europe autour de la figure de l’économie circulaire à l’échelle urbaine ou régionale va se heurter à de fortes tensions.

75D’abord, la ville fonctionne sur la base d’un régime sociotechnique d’infrastructures anciennes, conçues pour une économie très linéaire fondée sur une croissance infinie de la consommation de ressources. Or, ces infrastructures de transport, de distribution d’énergie, de circulation de fluides et de déchets, dont l’économie circulaire a tout autant besoin, ont une très forte inertie et ne peuvent être rapidement substituées par des circuits courts, souples et réversibles. Il y a des tensions entre la ville héritée et la ville projetée et innovante ; on doit penser sérieusement aux dispositifs de transition de l’une à l’autre.

76Une autre tension apparaît entre une approche fondée sur les ressources et les actifs du territoire (que peut-on faire avec les acteurs présents sur un territoire, quelles connexions établir entre les flux, les besoins et les gisements de matières et d’énergie ?) et une approche de prospective territoriale qui cartographie, en fonction de scénarios futurs imaginés, les acteurs et savoirs manquants sur un territoire pour y implanter des boucles de circularité innovantes, rentables et désirables.

L’« Hôtel de Ville » entre action réglée et conception innovante

77Cette dernière expression rappelle que la ville est un terme que l’on emploie aussi pour désigner l’institution, généralement municipale, qui administre le territoire urbain. Cette ou ces institutions (souvent plurielles dans les métropoles) ont des compétences qu’on peut mobiliser en faveur de l’économie circulaire dans les domaines de l’urbanisme, de l’expansion économique, de l’environnement, du développement social et de l’emploi, du tourisme. L’économie circulaire vient généralement renforcer la demande d’action transversale et coopérative entre ces secteurs. Par ailleurs, les municipalités ou les agences qui en dépendent sont aussi des organisations qui, comme les firmes, consomment des matières, de l’énergie, des biens, et en produisent. Qu’il s’agisse de promouvoir le réemploi, le recyclage ou la location d’un service à la place de l’achat d’un produit dans les règles de marchés publics, de la réutilisation du compost vert des parcs ou des boues d’épuration des eaux usées, de transformer les ateliers municipaux en Fab Lab, la ville agissant sur ses propres services de façon exemplaire peut aspirer à devenir un modèle inspirant pour les autres acteurs du territoire.

  • 24 Ascher (2010).

78De plus, la ville peut accueillir et orienter des initiatives entrepreneuriales par la mise en place de projets collectifs séduisants (ex. : les « ruelles circulaires et intelligentes », de nouveaux « tiers lieux de l’économie circulaire »). Ce nouveau mode d’intervention, qui s’appuie sur la créativité des collectivités, peut passer par des cartographies, des événements, des espaces collaboratifs et de codesign, des laboratoires vivants, et répond tout à fait aux nouveaux principes de l’urbanisme promus par François Ascher, pour qui les « méthodes heuristiques, incrémentales et itératives » doivent remplacer, dans un contexte incertain et toujours plus complexe, la planification urbaine linéaire traditionnelle24. Dans cette perspective, la question de la capacité des villes à organiser et à soutenir sur le long terme des trajectoires apprenantes et innovantes sur le déploiement de l’économie circulaire constitue un véritable enjeu.

Notes

1 Burnett (2013).

2 Reganold et Wachter (2016).

3 Ressources naturelles Canada (2014).

4 Kesthtkar et al. (2015).

5 Process for Advanced Management of End-of-Life of Aircraft.

6 Consortium de recherche et d’innovation en aérospatiale du Québec.

7 Environnement-412.

8 Voir l’exemple de renewcell : http://renewcell.se/.

9 Voir l’exemple du programme textile de Circle Economy : http://www.circleeconomy.com/projects/sector/circular-textiles-program-2/.

10 Leahy (2014).

11 Vanrolleghem (2015).

12 World Economic Forum Mining & Metals Industry Partnership et Accenture (2014).

13 Voir par exemple Forum économique mondial (2014) et le lien suivant : http://www.institut-economie-circulaire.fr/Un-nouveau-modele-industriel-pour-plusde-benefices-plus-d-emplois-et-moins-d-impact-sur-l-environnement_a502.html.

14 La notion de « responsabilité élargie du producteur » désigne des démarches et dispositifs qui restaurent la responsabilité du producteur de produits manufacturés pour ce qui concerne la gestion des déchets finaux ou intermédiaires générés par les produits qu’il a fabriqués ou mis sur le marché.

15 Par exemple : Car2Go, La Remise.

16 Par exemple : AirBnB, Uber.

17 Voir : https://group.renault.com/engagements/environnement/economiecirculaire-competitive/

18 Par exemple : Insertech.

19 Par exemple : Renaissance.

20 Par exemple : Kijiji, LesPac ou Craigslist.

21 Fondation Ellen MacArthur (2015).

22 Voir la section « La mobilisation des acteurs » du présent ouvrage.

23 Définition de l’économie circulaire de l’ADEME (France).

24 Ascher (2010).

Table des illustrations

Titre FIGURE 8 Une bioraffinerie intégrée
Légende Marinova et Paris, 2015
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4174/img-1.jpg
Fichier image/, 95k
Titre FIGURE 9 Les stratégies d’économie circulaire dans le cycle de vie des produits textiles
Légende Mercier, 2016
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4174/img-2.jpg
Fichier image/, 129k

Auteurs

Directeur académique de l’Institut EDDEC et professeur, Département de chimie, Université de Montréal

Associé de recherche, Département de génie chimique, Polytechnique Montréal

Chercheure, Unité de recherche sur l’efficacité énergétique et le développement durable de la bioraffinerie forestière, Département de génie chimique, Polytechnique Montréal

Professeur, Département de génie chimique, Polytechnique Montréal

Professeur et directeur du Département de mathématiques et de génie industriel, Polytechnique Montréal

Professeur, Département de génie mécanique, Polytechnique Montréal

Professeure, École de design, Université de Montréal

Professeur, Département des sciences de la décision, HEC Montréal

Directeur académique de l’Institut EDDEC et professeur, Département de chimie, Université de Montréal

Professeur, Département des génies civil, géologique et des mines, Polytechnique Montréal

Professeur, Département des génies civil, géologique et des mines, Polytechnique Montréal

Directeur exécutif, Institut EDDEC

Professeur, Département de mathématiques et de génie industriel, Polytechnique Montréal

Professeur, Département de management, HEC Montréal

Professeur et directeur de l’Institut d’urbanisme et d’architecture du paysage, Université de Montréal

Professeur, École de design, Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access