Version classiqueVersion mobile

Profession démographe

 | 
Victor Piché

4. La profession

Texte intégral

1Dans une consultation auprès des membres de l’Association des démographes du Québec, j’ai posé deux questions : Qu’est-ce qui vous a attiré à la démographie ? ; Quelle est la plus grande qualité du démographe ? Une vingtaine de démographes ont répondu à mon appel. Si l’on se fie au « principe de saturation » si cher à ceux qui pratiquent les analyses qualitatives (la saturation est atteinte lorsque l’entrevue suivante n’apporte plus de nouvelles informations), les réponses fournies sont assez semblables pour bien refléter les opinions des démographes du Québec, surtout en ce qui concerne la deuxième question. Je présente quelques-uns de ces témoignages qui donnent une bonne idée de la profession par ceux et celles qui la pratiquent.

Ce qui attire les démographes

2Les deux premiers types de réponses ressortent comme les plus importants et constituent en quelque sorte l’endos et l’envers de la même médaille, à savoir l’intérêt pour les questions sociales et la possibilité de les analyser avec des méthodes quantitatives. Un troisième thème est également très relié aux données statistiques et renvoie à la nécessité d’avoir accès à des données fiables pour appuyer la prise de décision et pour évaluer les politiques et les programmes. L’attrait de la multidisciplinarité vient en quatrième lieu : cela n’est pas étonnant étant donné que presque tous les démographes sont venus à la démographie après une première formation dans une autre discipline. Enfin, le cinquième attrait vient du fait qu’ils se trouvent facilement des emplois sur le marché du travail.

3Laissons les démographes répondre à la première question.

1. L’intérêt pour les problèmes de pauvreté et de développement dans les pays en développement

4« Mon intérêt pour la démographie est né lorsque j’étais au Nicaragua en train de faire des interviews dans les dépotoirs de Managua. Je constatais que l’augmentation phénoménale des villes dans les pays en développement s’accompagnait très souvent d’une extrême pauvreté. »

5« J’étais particulièrement intéressée par la meilleure compréhension des questions d’inégalités de développement entre les pays du Nord et du Sud et j’ai su qu’en démographie on pouvait étudier les questions de population dans les pays les moins développés en ayant les outils pour comparer les compositions de population. »

6« Pour moi la démographie a été un coup de foudre. Je suivais une formation multidisciplinaire sur l’Amérique latine (je pensais faire du journalisme en Amérique latine et je venais de passer un an à travailler en Équateur). Un de mes cours portait sur la démographie de l’Amérique latine. Au premier cours, ce fut une révélation. »

7« Mes études de 1er cycle en études urbaines m’ont conduit à faire un stage en Haïti dans le cadre duquel je devais traiter des enjeux démographiques. À la recherche d’informations démographiques sur Haïti, à mon retour, je me suis retrouvé au centre de documentation du Département de démographie de l’Université de Montréal, où la documentaliste m’a encouragé à rencontrer un professeur qui pourrait m’aider à trouver les informations dont j’avais besoin. Très intéressé par la démographie, je me suis informé sur le programme de maîtrise. L’ambiance, les perspectives critiques qui étaient privilégiées dans l’enseignement ont assurément joué un rôle central dans ma décision de poursuivre mes études en démographie ».

2. L’attrait de l’analyse des statistiques appliquée aux questions sociales

8« Lorsque j’ai choisi de faire de la démographie, ce qui m’a plu dans cette discipline a été de pouvoir appliquer les mathématiques et les statistiques aux questions sociales. »

9« Deux choses m’ont amenée à la démographie. D’une part, un choix plus ou moins conscient : j’adorais le côté rassurant des mathématiques, mais j’avais besoin de leur trouver une application concrète. Par ailleurs, les enjeux sociaux m’intéressaient, mais les approches trop descriptives et qualitatives ne m’attiraient pas. Je voulais mesurer et comprendre. La démographie combinait tout ça ! »

10« J’ai été attiré par le désir d’approcher les phénomènes socioéconomiques via une approche quantitative autre que l’économie pure. »

11« J’étais intéressée à la fois par les mathématiques et par la santé de la population. Je ne voulais toutefois pas devenir médecin ou infirmière. La démographie s’est avérée un beau compromis entre mes deux intérêts. »

12« La formation technique, la rigueur méthodologique, l’obsession de la précision optimale même quand ce n’est pas possible. Le plaisir, aussi, de comprendre un des fondements de la société : la vie des populations. La formation technique transcende le métier de démographe. C’est une formation technique qui sert à tous ceux qui font de l’analyse de données. »

13« Après mon baccalauréat en mathématiques, j’étais à la recherche d’un domaine à la fois plus appliqué mais aussi plus “social”. La combinaison de l’approche quantitative et de l’aspect social de la discipline m’attirait à priori. »

3. L’importance des données pour la prise de décision et le suivi, et l’évaluation des politiques et programmes

14« La prise de décision politique repose (ou devrait reposer) sur de bonnes données. Dès qu’une politique sociale est adoptée, il faut nécessairement des informations chiffrées pour faire le suivi et l’évaluation. La démographie pour moi permettait justement de jouer ce rôle. »

4. L’attrait de la bidisciplinarité et de la multidisciplinarité

15« Une des raisons qui m’a poussé à choisir la démographie est la possibilité d’un programme bidisciplinaire. Comme notre génération est appelée à changer plusieurs fois d’emploi, il devient d’autant plus important d’avoir des connaissances transversales et c’est ce qui est offert par les programmes bidisciplinaires. »

5. La facilité de trouver un emploi

16« Ce qui m’a attiré vers la démographie, c’est le fait que le chômage est inexistant pour les diplômés. »

17« Au début de mes études universitaires, j’étais incertain sur l’orientation que je devais prendre au sujet de mes études et de ma carrière. Par conséquent, j’ai été voir une conseillère en orientation privée. Elle m’a dit que mon domaine était les sciences humaines de niveau universitaire. Elle m’a recommandé de m’orienter vers la démographie, puisque c’était, à l’époque, le seul programme des sciences humaines en croissance et aussi le seul programme des sciences humaines qui débouchait à coup sûr (ou presque) sur un bon emploi. »

La plus grande qualité du démographe

18La deuxième question que j’ai posée a trait à la plus grande qualité du démographe. Ici, les réponses sont beaucoup moins variées ; on pourrait même parler de consensus selon lequel les plus grandes qualités du démographe sont la rigueur et la capacité à utiliser des données de façon critique. Voici quelques réponses significatives.

19« Une des qualités du démographe est sa capacité à pouvoir adapter la rigueur scientifique de l’analyse quantitative (ou qualitative parfois) à l’étude d’un phénomène ou d’un processus social, en prenant en compte des éléments de vie ou des caractéristiques biologiques des populations étudiées. »

20« Je crois qu’un démographe doit avoir des intérêts pour les nombres et la quantification. Mais, au-delà des aspects statistiques, il doit avoir un intérêt pour le monde, les populations, les communautés et leur évolution. Le grand avantage de la démographie, c’est qu’elle peut conduire à plusieurs champs professionnels. De la santé à la sociologie, de l’histoire à l’urbanisme, de l’éducation à l’économie, et dans divers champs de recherche, les compétences démographiques nous permettent d’appréhender plusieurs domaines. Elle est même nécessaire dans tous ces secteurs lorsqu’on désire planifier en fonction des réalités, de l’évolution et des facteurs d’influences. »

21« Selon moi, les plus grandes qualités d’un démographe sont sa force d’analyse et sa capacité à dégager l’information pertinente des données qui lui sont soumises ou qui sont disponibles. Cette qualité est d’autant plus pertinente à l’ère où nous vivons, où la quantité d’information disponible est gigantesque. Cette force en analyse m’a caractérisé tout au long de ma carrière et m’a permis de me démarquer dans le domaine du marketing et de l’énergie. La qualité des diplômés de démographie et leur potentiel sur le marché du travail sont des aspects auxquels je crois profondément. »

22« En ce qui concerne la qualité du démographe, je ne sais pas s’il se distingue des autres spécialistes des sciences sociales ; toutes les qualités qui me viennent en tête me semblent être aussi nécessaires pour les autres disciplines. Quand même, je dirais que la curiosité intellectuelle, jointe au sens du quantitatif, est essentielle. »

23« Les plus grandes qualités ? La rigueur et la sensibilité aux événements les plus marquants du parcours de vie des individus. La capacité de faire le lien entre macro et micro. Le regard multidisciplinaire. La pensée multidimensionnelle. »

24« La forte composante empirique de cette discipline par rapport aux autres disciplines des sciences sociales fait que les démographes doivent avoir un souci constant que la mesure faite (indicateurs) soit adéquate aux concepts utilisés, celle-ci ne pouvant jamais rendre compte complètement et parfaitement de ces concepts. En bref, je crois que la plus grande qualité d’un démographe est de demeurer toujours critique devant ses résultats et d’en exprimer les limites. »

25« La qualité principale du démographe : la maîtrise d’outils et de méthodes permettant de décrire et d’analyser les comportements d’une population donnée dans leur globalité. »

26La perception du démographe comme étant habile en analyse quantitative n’est pas propre aux démographes québécois. En effet, selon une enquête effectuée auprès d’un échantillon aléatoire des membres de l’Union internationale pour l’étude scientifique de la population, une grande majorité des démographes du monde entier (82 %) considèrent que, pour réussir, les démographes doivent être bons en recherche empirique. Seulement 19 % ont répondu que l’excellence en mathématiques était très importante pour la réussite sur le marché du travail (voir l’étude de Van Dalen et Henkens en bibliographie). Cette distinction entre l’analyse empirique et quantitative, et les habilités en mathématique peut paraître contradictoire. En fait, elle reflète le fait que la plupart des démographes travaillent surtout avec des indicateurs qui ne requièrent pas de connaissances mathématiques approfondies, comme c’est le cas par exemple en économie. Ce sont plutôt les connaissances statistiques de base qui accompagnent les démographes dans leurs tâches quotidiennes.

27Les témoignages sur la qualité la plus importante des démographes sont unanimes à souligner la rigueur. Cette perception vient du fait qu’ils travaillent avec d’importantes bases de données à partir desquelles sont produites des analyses quantitatives. Personnellement, je crois que la rigueur doit caractériser toute démarche scientifique, qu’elle soit de nature quantitative ou qualitative. Comme l’affirme l’une des répondantes : « Comme pour toutes les sciences sociales, la qualité principale est une combinaison de curiosité, d’imagination et de rigueur. »

Ce que font les démographes

28La démographie ouvre la porte à peu près à tous les secteurs de la société. Grâce au fichier de l’Association des démographes du Québec, il est possible d’avoir une idée assez précise de ce que font les démographes sur le marché du travail québécois. D’abord, un premier champ d’application est la recherche fondamentale : elle se fait essentiellement dans les centres de recherches universitaires. En particulier, les projets de recherche des professeurs permettent aux étudiants de s’initier à la recherche dans le cadre des mémoires de maîtrise et de thèses de doctorat. Presque toutes les universités du Québec constituent des lieux de production importante de travaux scientifiques.

29En outre, il n’est pas étonnant de trouver un grand nombre de démographes dans les instituts de statistiques tels que l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) et Statistiques Canada. On en compte également plusieurs dans le secteur de la santé publique, que ce soit dans les Agences de santé et de services sociaux, à l’Institut national de santé publique, à l’Institut de recherche en santé et sécurité au travail ou encore à l’ISQ. Une grande partie du travail des démographes consiste à collecter et à analyser des données, et à construire des indicateurs.

30Enfin, on retrouve également des démographes dans tous les ministères à vocation sociale : l’éducation, la famille, l’emploi et l’immigration. Les démographes jouent aussi un rôle dans la fonction publique municipale, par exemple dans le domaine du transport et de la police. Enfin, plusieurs démographes œuvrent dans les secteurs parapublic (Hydro-Québec) et privé (Gaz Métropolitain, CROP, etc.).

31Le marché du travail pour les démographes québécois a une dimension internationale importante. Les démographes du Québec ont effet joué un rôle significatif dans les instances internationales. Mentionnons entre autres les Nations Unies (FNUAP, Division de la population), l’Institut de la statistique de l’UNESCO et l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

32Personnellement, une chose que j’ai toujours aimée de la démographie est la possibilité d’allier recherche fondamentale et aspects pratiques. Évidemment, comme professeur d’université, la recherche occupe une place importante dans mes activités quotidiennes. Mais, au-delà de la recherche et de l’enseignement, j’ai souvent été amené à faire de la démographie appliquée. La première application a été dans le domaine de la collecte : j’ai réalisé des enquêtes ici sur les populations autochtones, sur l’intégration des immigrants ou sur les transferts monétaires vers Haïti, de même que des enquêtes en Afrique, en particulier au Burkina Faso et au Mali. L’analyse de ces enquêtes a donné lieu au développement d’indicateurs liés à l’éducation, aux migrations, au travail des enfants et des femmes, qui devraient servir à la prise de décision politique et à l’élaboration de programmes d’intervention. J’ai également été impliqué dans le champ de l’évaluation des programmes d’intervention, par exemple l’évaluation d’un programme de vaccination au Cameroun ou encore un programme de population et sida au Tchad. Mon implication dans la démographie africaine ne m’a pas empêché d’intervenir également dans le domaine des politiques au Canada et au Québec, notamment en ce qui concerne la question de l’intégration des immigrants et des politiques d’immigration en général.

33Bref, la majorité des démographes sont impliqués dans des activités reliées à la collecte, à l’analyse et à l’interprétation des données statistiques. Depuis quelques années, beaucoup d’efforts sont faits pour rendre les nombreuses données existantes davantage accessibles aux chercheurs individuels. Il faut souligner le rôle clé joué par les démographes au Québec dans des initiatives originales, parfois uniques au monde, dans le domaine des bases de données.

34J’en mentionne trois.

35D’abord, dans le domaine de la démographie historique, il existe un projet d’infrastructure intégrée des microdonnées historiques de la population du Québec (1621-1965) qui repose sur un partenariat entre trois universités québécoises (Université du Québec à Chicoutimi, Université de Montréal et Université du Québec à Trois-Rivières). Cette base de données unique vise à rendre disponibles les données sur les mariages depuis le début du xviie siècle jusqu’à 1965 ; les données jumelées des actes de naissance, mariage et décès jusqu’à 1849, ce qui permet de reconstituer l’histoire démographique des familles sur presque 250 ans ; et les données de sept recensements nominatifs canadiens (1852 à 1911) pour les villes de Québec et de Trois-Rivières ainsi que pour le Saguenay, la Côte-Nord et la Gaspésie. La possibilité de jumeler les données de recensement avec les données d’état civil favorise le développement de projets de recherche entièrement novateurs.

36Une deuxième grande initiative en matière de base de données dans laquelle les démographes ont joué un rôle important est coordonnée par le Centre interuniversitaire québécois de statistiques sociales (CIQSS). Ce centre offre à l’ensemble des chercheurs du Québec l’accès aux données détaillées des enquêtes de Statistique Canada et de l’Institut de la statistique du Québec, ainsi que les espaces, les équipements et les ressources professionnelles et techniques requises pour exploiter ces données. Le CIQSS vise spécifiquement à promouvoir le développement des statistiques sociales au Québec. Après maintenant plus de dix ans d’existence, le CIQSS regroupe l’ensemble des universités du Québec et est devenu un véritable carrefour d’animation scientifique dans le domaine des statistiques sociales au Québec et au Canada, ainsi que sur la scène internationale.

37Enfin, malgré une démographie axée sur les préoccupations nationales, le Québec ne s’est pas refermé sur lui-même. Loin de là, car le Québec a joué et joue toujours un rôle important dans la francophonie mondiale. En effet, c’est à l’Université Laval, que l’on trouve l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone : il poursuit deux principaux objectifs, à savoir, d’une part, contribuer à assurer la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine démographique des États de la Francophonie, un patrimoine qui est particulièrement menacé dans les États africains et qui nécessite des actions urgentes et bien ciblées, et, d’autre part, appuyer l’ensemble des initiatives permettant de circonscrire les dynamiques démolinguistiques et de mieux situer la place qu’occupe la langue française au sein des populations de la Francophonie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search