Version classiqueVersion mobile

Profession démographe

 | 
Victor Piché

3. La démographie au cœur de la société québécoise

Texte intégral

1La démographie occupe une place centrale au Québec, une place probablement inégalée ailleurs dans le monde. On peut penser que cela est dû à la position fragile d’une petite société francophone isolée dans un environnement anglophone. Cette situation pourrait expliquer pourquoi la démographie a pris tant d’importance dans de nombreux domaines et sous des formes spécifiques. Voici quelques exemples.

2Le Québec s’est doté d’un département de démographie, à l’Université de Montréal, dès le milieu des années 1960. Contrairement aux autres universités canadiennes et américaines où la démographie est enseignée dans les départements de sociologie ou d’économie, le Québec a formé des centaines de démographes en titres. La formation en démographie, outre d’être concentrée dans un département expressément créé à cette fin, se démarque sur un autre plan important. En effet, on y retrouve la rencontre de deux traditions démographiques dominantes : l’une provenant de l’école française, qui a d’ailleurs été à la base de la création du département, l’autre provenant de l’école américaine. L’école française est reconnue pour avoir développé des outils statistiques fort ingénieux, que l’expression « analyse démographique » résume bien. L’école américaine est plutôt connue pour ses approches sociologiques, approche nommée « démographie sociale ». Les démographes du Québec ont cette particularité d’être à cheval sur deux traditions reconnues ; ils appartiennent à ce que certains appellent l’École de Montréal.

3On dit souvent que l’histoire de la formation universitaire reflète l’histoire de la société, et cela est particulièrement vrai dans le cas de la démographie : le Québec avait des préoccupations démographiques et il avait besoin de démographes pour s’y attaquer. Ainsi, les liens entre la profession de démographe et l’évolution de la société ne sont nulle part plus frappants qu’ici. Ce n’est pas par hasard si la démographie historique a pris au Québec une ampleur considérable et qu’elle a donné lieu à d’importantes recherches reconnues dans le monde entier. La question des origines a été au centre de ces recherches et il n’est plus possible d’ouvrir un livre d’histoire québécoise sans y trouver les acquis des travaux des démographes.

Les grands enjeux au Québec

4Dans un ouvrage réalisé avec ma collègue Céline LeBourdais (La démographie québécoise : enjeux du xxie siècle), nous avons tenté en 2003 de dresser la liste d’un certain nombre d’enjeux cruciaux pour le xxie siècle. Je me permets d’en reprendre quelques-uns, en les situant dans l’histoire démographique du xxe siècle. Je précise que l’ordre de présentation ne présume pas qu’un enjeu est plus important qu’un autre.

5Il faut rappeler que le Québec, comme beaucoup d’autres sociétés, a connu une véritable révolution démographique. Pour nous, cette révolution revêt plusieurs dimensions. Premièrement, la transition de la mortalité et la transition épidémiologique ont permis à l’espérance de vie de grimper de 45 à 75 ans pour les hommes et de 48 à 81 ans pour les femmes, tout cela au cours du xxe siècle. Les causes de mortalité ont changé, en particulier grâce au recul des maladies qui touchaient les nouveau-nés et les jeunes enfants. Cette révolution dramatique ne doit pas faire oublier que de nombreuses inégalités persistent selon les catégories socioéconomiques. Il est par exemple inacceptable qu’il existe aujourd’hui des écarts considérables entre l’espérance de vie des Inuits et celle de l’ensemble de la population du Québec. Enfin, la question cruciale reste l’amélioration de la qualité de vie, car l’augmentation de l’espérance de vie ne s’est pas toujours accompagnée d’une amélioration de l’espérance de vie en bonne santé.

6Le deuxième enjeu est relié à la famille et à la fécondité. Le Québec a connu une révolution dans les comportements reliés à la fécondité, à la famille et aux rôles des hommes et des femmes dans la société. De tous les changements démographiques qui ont marqué le xxe siècle québécois, ceux liés à la fécondité et à la famille ont été les plus marquants et parfois les plus inattendus. Ainsi, les démographes ont mis du temps à reconnaître que la fécondité pouvait continuer à diminuer jusqu’à remettre en question le renouvellement de la population. D’ailleurs, la préoccupation avec la faible fécondité a amené les chercheurs à se pencher sur les opinions et les attitudes d’un échantillon de femmes québécoises, ce qui a donné lieu à un livre au titre évocateur Les enfants qu’on n’a plus au Québec. Il est vite apparu, selon les femmes interrogées, que des politiques natalistes auraient peu d’impact sur leur comportement en matière de fécondité. Cette conclusion semble encore valable aujourd’hui.

7Autre phénomène marquant, le Québec est devenu le champion des unions de fait : ce phénomène était difficile à prévoir dans une province largement catholique et pratiquante jusqu’au début des années 1960. Certes, cette révolution démographique a eu des conséquences importantes, surtout pour les femmes, qui ont en quelque sorte abandonné leur rôle séculaire de « reproductrice » (épouse et mère) pour un rôle davantage lié à la poursuite d’objectifs professionnels sur le marché du travail. Malgré cette révolution, l’équité entre les femmes et les hommes demeure toujours un enjeu d’actualité. En particulier, il est difficile pour les femmes de concilier travail professionnel et maternité dans un monde qui reconnaît peu la valeur du travail domestique, celui-ci, encore aujourd’hui, étant largement leur responsabilité, ce qui les pénalise sur le marché du travail. Aussi, n’oublions pas qu’à la suite de ruptures d’union plusieurs familles monoparentales dirigées par des femmes sont aux prises avec des conditions économiques précaires. La révolution familiale est donc loin d’être achevée.

8Le troisième enjeu est bien connu maintenant, car on en parle beaucoup dans les médias. Il s’agit des effets de la transition de la structure par âge : le Québec est passé d’une population jeune, par la fécondité élevée du passé, à une population vieillissante. On prévoit par exemple que la proportion des 65 ans et plus, qui était de 5 % au début du xxe siècle, atteindra 30 % au cours du présent siècle. Une longévité accrue contribue également au vieillissement de la population : auparavant, seule une petite portion de la population pouvait espérer survivre jusqu’à 65 ans, alors qu’aujourd’hui cela en touche la vaste majorité. Plus que toute autre, cette révolution va impliquer des changements majeurs dans la réorganisation du travail et dans le financement des régimes de retraite et des services de santé. Il faudra aussi s’attaquer à la qualité des soins à domicile, au soutien à apporter aux réseaux sociaux et d’entraide et aux conditions économiques des aînés. Malheureusement, malgré les projections et les avertissements des démographes, l’avenir s’annonce incertain et les choix qui s’offrent à la société québécoise sont encore loin de faire l’unanimité.

9Enfin, le quatrième enjeu québécois est l’immigration. D’une part, l’exode rural étant pratiquement chose du passé et avec le ralentissement de la croissance démographique, le Québec fait de plus en plus appel à l’immigration pour combler certains besoins du marché du travail. Rappelons que deux grands régimes d’immigration ont caractérisé l’évolution des politiques migratoires.

10Le premier, qui couvre toute la première partie du xxe siècle, s’appuie sur une politique de sélection basée sur des critères de préférences ethniques. C’est une période durant laquelle se développe au Québec un sentiment de méfiance envers une politique d’immigration fédérale favorisant les Britanniques et perçue comme une stratégie de minorisation des Canadiens français.

11Le deuxième régime d’immigration est le résultat d’une autre véritable révolution : les critères de sélection basés sur les qualifications professionnelles prennent le pas sur les critères ethniques et raciaux. C’est également la période (depuis la fin des années 1960) où le Québec exerce ses pouvoirs de sélection et met en place une politique d’intégration des immigrants.

12Une des conséquences cruciales de l’augmentation de l’immigration est l’émergence de la diversité ethnique et culturelle. Cette diversité interpelle en particulier la société québécoise en ce qu’elle met en rapports le groupe francophone majoritaire (mais minoritaire dans le Canada) et les autres groupes minoritaires. Au niveau canadien, la gestion officielle de la diversité passe par un cadre multiculturaliste. La plupart des Québécois francophones n’ont pas adhéré à ce cadre, dans la mesure où il faisait des Canadiens français, y compris ceux du Québec, un groupe ethnique comme les autres. Ce rejet du multiculturalisme au niveau fédéral explique l’émergence d’un autre modèle de gestion de la diversité mettant l’accent sur l’interculturalisme. Ce modèle reconnaît le français comme langue nationale du Québec et favorise des échanges dynamiques entre la culture majoritaire et les cultures minoritaires qui, avec le temps, créent une nouvelle culture commune.

13Enfin, le lien entre démographie et société au Québec est particulièrement évident lorsqu’il est question de la langue, les débats à ce propos étant étroitement associés à l’évolution démographique du Québec. Pendant longtemps, la haute fécondité du groupe canadien-français a permis de maintenir un certain équilibre entre les groupes francophones et anglophones. Avec la chute de la natalité, les projections démographiques ont commencé, dès la fin des années 1960, à alerter les gouvernements quant à l’avenir du français au Québec. Les réactions politiques n’ont pas tardé à se faire entendre. Une première réaction a été de regarder du côté de l’immigration. Jusqu’au milieu des années 1960, les gouvernements du Québec se sont peu intéressés au phénomène de l’intégration des immigrants. Avec la nouvelle donne démographique et surtout les projections des démographes, le Québec a été la première province à se doter d’un ministère de l’Immigration.

14Mais la réaction la plus significative fut l’adoption d’une politique linguistique affirmée dans la loi 101. Sans entrer dans les détails des débats démolinguistiques qui ont caractérisé et caractérisent encore le Québec, je voudrais simplement illustrer à quel point la démographie — et les démographes — sont omniprésents sur la scène linguistique pour des raisons qui sont au cœur de la préoccupation nationaliste et de l’arithmétique sous-jacente. L’exemple le plus frappant est le rôle qu’ont joué les démographes dans les travaux qui ont appuyé l’élaboration de la politique linguistique du Québec. Lors des travaux de la Commission d’enquête sur la situation de la langue française et sur les droits linguistiques au Québec (Commission Gendron, 1969-1972), les travaux des démographes ont joué un rôle central dans l’évaluation de l’évolution des groupes ethniques et linguistiques. Dans ses discours sur la politique linguistique, Camille Laurin, le père de la loi 101, a continuellement fait référence aux données démographiques, en particulier celles qui étaient disponibles à l’époque sur la connaissance du français et de l’anglais ainsi que sur les langues les plus souvent utilisées à la maison à partir du recensement de 1971. Jusqu’à aujourd’hui, après chaque recensement (le dernier date de 2011), les démographes sont appelés à commenter les nouvelles données linguistiques.

15Bref, les enjeux sont de taille et c’est autour de ces grands phénomènes de société que les démographes s’activent.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search