Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'économie circulaire

 | 
Mélanie McDonald
, 
Daniel Normandin
, 
Sébastien Sauvé

Introduction

Luce Beaulieu et Daniel Normandin

Texte intégral

  • 1 Global Footprint Network (2015).

1Affirmer que le développement actuel n’est pas durable, c’est dire une évidence. Il s’agit d’un état qu’on peut qualifier de crise grave, du moins en ce qui concerne les ressources naturelles, les changements climatiques et les inégalités sociales. Les entreprises multinationales, probablement plus que tout autre acteur global, connaissent des tensions croissantes liées à l’épuisement des ressources, ce qui se traduit par une instabilité générale de l’offre et, plus encore, de la demande. On estime que la population mondiale utilise chaque année 1,5 fois les ressources renouvelables de la planète1.

Un monde en crise

  • 2 OCDE (2011).

2Cette tendance ne peut aller qu’en s’accentuant à l’échelle planétaire, alors que les classes moyennes prennent de l’ampleur et que la pauvreté extrême diminue. On estime également que d’ici 2030, trois milliards de consommateurs de la classe moyenne viendront s’ajouter aux deux milliards actuels2. Enfin, une relation directe persiste entre le produit intérieur brut (PIB) mondial et la consommation des ressources, dont l’énergie fossile, ce qui, entre autres conséquences, accélère les changements climatiques.

  • 3 Meadows et al. (1972).
  • 4 Meadows et al. (2012).

3Dès 1972, à la suite du rapport Meadows intitulé Les limites à la croissance (dans un monde fini), de nombreuses organisations et commissions mondiales ont élaboré un argumentaire solide sous forme de plaidoyer pour permettre une transition vers un modèle de production et de consommation qui dissocie la croissance économique de la consommation des ressources et des répercussions environnementales. En somme, on appelait à migrer vers une forme de dématérialisation partielle de l’économie3. Les conclusions de la mise à jour du rapport Meadows, en 2012, allaient dans le même sens, prônant notamment une minimisation de l’utilisation des ressources non renouvelables et une utilisation la plus efficace possible de l’ensemble des ressources4. Il s’agit donc de s’éloigner de la logique linéaire (extraire – transformer – consommer – jeter), dominante depuis le début de l’ère industrielle, qui encourage à grande échelle la surconsommation et le gaspillage des ressources.

  • 5 Au Québec, il s’agit de Recyc-Québec.
  • 6 Au Québec, il s’agit de l’Agence de l’efficacité énergétique du Québec.

4Les choses ont commencé à changer dans les années 1980 avec, notamment, la mise sur pied d’agences gouvernementales5 responsables de gérer les déchets (qui ont le statut de « matières résiduelles » au Québec) et de promouvoir une meilleure utilisation de l’énergie6. La notion de « technologies propres » a fait son apparition au début des années 1990, alors qu’en France l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) lançait son « prix des technologies propres », une notion dont on trouve également l’une des premières définitions dans le Plan wallon des déchets 1991-1995. À partir des années 2000, tant dans les pays industrialisés que dans les autres, les gouvernements ont investi plus ou moins massivement dans ces technologies propres, selon les régions. Le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro (1992), qui a consacré la notion de « développement durable », avait ouvert la marche à une série d’initiatives à l’échelle des territoires, des organisations et des citoyens et visait particulièrement une meilleure utilisation des ressources, une diminution globale des répercussions sur l’environnement issues de l’activité humaine et une plus grande équité sociale. Toutefois, sans objectifs suffisamment précis, communs et inscrits dans ce même contexte d’économie linéaire, ces différentes initiatives n’ont pas encore produit tous les résultats escomptés. On continue de gaspiller les ressources ; il y a accélération des changements climatiques et de la perte de biodiversité ; l’intégrité des écosystèmes actuels est en péril plus que jamais ; et les inégalités sociales continuent de se creuser, en dépit du recul observé de la pauvreté extrême.

  • 7 Notons que les définitions de ces deux termes ne sont pas encore stabilisées, mais elles décrivent (...)

5Un vent de changement commence cependant à souffler sur les modes de production et de consommation. Une nouvelle génération de consommateurs émerge : moins axées sur la possession des objets, les générations Y et Z tendent plutôt à privilégier leur usage. L’ubiquité grandissante des plateformes technologiques numériques facilitant la mise en relation de l’offre et de la demande, combinée à une crise financière mutée en crise économique de plus en plus structurelle, propulse un nouveau courant de consommation dite « collaborative », appelée aussi « économie du partage »7. Même s’il s’agit d’une tendance encore marginale, la frontière entre producteurs et consommateurs pourrait devenir de plus en plus floue avec, notamment, la montée de l’agriculture urbaine, le mouvement DIY (Do It Yourself) et la culture Maker, soutenue entre autres par l’accès aux imprimantes 3D, disponibles dans les Fab Labs de la planète.

  • 8 Forum économique mondial (2014).

6Par ailleurs, de nombreux facteurs contribuent à l’insécurité des marchés et à la pression sur les entreprises manufacturières : la volatilité croissante du cours des matières premières, la hausse des coûts d’exploitation des ressources naturelles, la pression démographique, une raréfaction progressive des ressources et une opposition sociale à leur exploitation sur certains territoires8. Face à ces enjeux associés à leur approvisionnement, certaines entreprises se tournent progressivement vers l’économie de la fonctionnalité, qui leur permet de conserver leur « capital matière » en proposant à leurs clients non pas des produits, mais l’usage de leurs produits. Cette nouvelle « économie de service » ouvrirait la perspective d’une création d’emplois afin d’entretenir, de réparer et de recycler ces produits et leurs composantes, dont la durée d’usage est accrue. De même, une économie circulaire implantée à l’échelle territoriale grâce à des boucles courtes pourrait créer des retombées positives pour les populations locales.

L’émergence de l’économie circulaire

7Dans ce contexte général, le concept d’économie circulaire suscite un intérêt grandissant auprès de la communauté des affaires, des gouvernements, des citoyens et du monde universitaire. Cette attention s’est accrue de façon spectaculaire depuis 2010, année où la navigatrice britannique Ellen MacArthur a lancé sa fondation éponyme consacrée à la diffusion de l’économie circulaire. La Fondation Ellen MacArthur décrit ce concept intégré comme la nouvelle solution aux enjeux de la pérennité des systèmes humains sur la planète, en situation de rareté grandissante et de fluctuation du prix des ressources, mais surtout en opposition à l’économie linéaire décrite précédemment.

8Les groupes, les organisations et les individus favorables à l’économie circulaire y voient la seule manière de transformer l’économie actuelle en un système régénératif et durable qui permettrait à l’humanité de s’épanouir à l’intérieur des limites planétaires, et de réussir ce passage difficile vers une façon entièrement pérenne et prospère d’exister sur Terre. D’autres s’attardent plutôt à ses dimensions commerciales et mettent de l’avant le regain d’innovation possible, les nouveaux modèles d’affaires « disruptifs » et l’augmentation des marges bénéficiaires que pourrait générer cette approche novatrice.

9Mais au-delà de l’opposition entre économie circulaire et économie linéaire, au débat réducteur et pauvre en concepts, comment peut-on réellement définir cette idée d’économie circulaire ? Quelles sont ses composantes principales ? À quelles thématiques renvoie-t-elle ? Jetons un coup d’œil sur les définitions avancées par les différentes organisations qui en font la promotion.

Un concept en quête d’identité ?

10Selon la Fondation Ellen MacArthur, l’économie circulaire est un nouveau système industriel fondé sur la mise en place de cycles de production et de consommation en boucles, découplés de l’extraction de ressources non renouvelables. Deux types de cycles existent : celui des nutriments techniques (produits, composantes et matériaux non organiques) et celui des nutriments biologiques (matières biodégradables).

11Cette conception implique que la nature même de la production et de la consommation se transforme à mesure que ces dernières deviennent plus « circulaires ». En effet, les seuls éléments qu’on peut véritablement consommer sont de nature organique, tandis que les consommateurs doivent utiliser les composantes techniques dans un esprit collectif, pour lequel la possession d’un bien (et donc le pouvoir d’en disposer) doit faire place à une consommation collégiale et collaborative. Quant aux producteurs, qui conservent de facto la propriété de leurs produits, ils doivent les concevoir pour être plus durables, les faire circuler de façon à maximiser la productivité des ressources qui les composent et en optimiser la valeur tout au long du cycle de vie. Ils doivent aussi sélectionner les technologies et les procédés les plus performants et les plus propres, et mettre en place des systèmes « vertueux » qui ne produisent aucune externalité négative (ex. : des déchets ultimes). Bref, il s’agit d’une approche industrielle systémique et résiliente, fondée sur le principe des cascades successives de processus, qui élimine la notion de déchet et fonctionne à partir de ressources et d’énergies entièrement renouvelables. C’est également un système qui demeure pleinement efficace quelle que soit l’échelle à laquelle il est appliqué.

12Sur les traces de la Fondation Ellen MacArthur, d’autres organisations ont apporté leur définition de l’économie circulaire. En France, l’ADEME la conceptualise comme « un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en améliorant le bienêtre des individus ».

13L’ADEME intègre également la notion de découplage de la consommation des ressources et de la croissance du PIB en précisant qu’il s’agit dans l’ensemble de « faire plus et mieux avec moins ». Les trois pôles conceptuels et de recherche proposés sont : la production et l’offre de biens et de services, la consommation (demande et comportement) et la gestion des déchets. Toujours en France, l’Institut de l’économie circulaire précise que celle-ci « concrétise l’objectif de passer d’un modèle de réduction d’impact à un modèle de création de valeur, positive sur un plan social, économique et environnemental ». Enfin, l’Agence européenne pour l’environnement préconise qu’une économie circulaire génère aussi peu de pertes que possible.

14Sans analyse poussée, les définitions de ces trois organisations semblent recouper certains concepts centraux mis en évidence par la Fondation Ellen MacArthur : la notion d’un nouveau système de production et de consommation et une optimisation de l’utilisation des ressources ainsi que la réduction des répercussions en fin de vie. Ce qui diffère sensiblement de cette définition plus intégrale de la Fondation, ce sont les notions de pensée systémique ainsi que la nature régénérative et restauratrice de cette nouvelle façon de voir le couple production et consommation. En clair, il existe un décalage conceptuel qui témoigne du périmètre encore mal défini de l’économie circulaire et qui peut se traduire, sur le terrain, par des implantations fort distinctes.

Origine et trajectoire de l’économie circulaire

  • 9 Le présent ouvrage fait également référence à des écrits plus anciens, comme en témoigne le texte (...)

15Après avoir compris ce qu’est ou plutôt ce que devrait être l’économie circulaire, se pose la question de son origine. Quoique le concept semble a priori absolument contemporain et adapté aux défis actuels, il n’en demeure pas moins que l’économie circulaire a une histoire riche et multidisciplinaire. On peut tracer cette trajectoire à partir des premiers écrits scientifiques sur le sujet de l’économie « fermée »9. Elle se poursuit jusqu’aux articles récents sur l’économie du partage, en passant par les travaux pionniers sur l’économie de la fonctionnalité de Walter Stahel (1976, 1982). La paternité du terme « économie circulaire » serait attribuable aux économistes Pearce et Turner (1990), à laquelle Braungart et McDonough ont contribué de façon significative en proposant l’approche Cradleto-Cradle (2002), pour laquelle ils ont mis en œuvre une certification. Partant du constat que l’économie circulaire s’est répandue au fil du temps, on peut affirmer qu’il s’agit d’une construction sociale qui a évolué grâce à la sédimentation de décennies de connaissances issues de multiples disciplines.

  • 10 Par exemple, le Japon avec sa Loi pour la promotion d’une utilisation plus efficace des ressources (...)

16Les gouvernements voient également l’intérêt de l’économie circulaire et cela se traduit par des lois et des politiques10, auxquelles s’ajoutent de nombreux programmes, des objectifs, des feuilles de route et d’autres actions nationales et régionales. En fixant des objectifs de productivité de matière, couplés à un objectif d’enfouissement zéro sur des horizons variables, ces initiatives ont l’avantage de rassembler les efforts de façon intégrée. Ce côté plus « opérationnalisable » de l’économie circulaire la distinguerait donc des autres concepts souvent plus théoriques tels que l’économie verte et la croissance durable, pour ne nommer que ceux-là.

  • 11 Communication verbale de la Fondation Ellen MacArthur (2014).

17Certains grands cabinets de services-conseils (notamment McKinsey & Company et Accenture) ont alimenté le business case de l’économie circulaire avec des études détaillées sur son potentiel économique et innovateur pour les entreprises. Enfin, depuis 2010, de plus en plus d’organisations se consacrent à son déploiement, notamment l’Institut sur l’économie circulaire (France), Circle Economy (Pays-Bas), Implementation Centre for Circular Economy (Belgique), etc. Par ailleurs, son appropriation par le monde universitaire émerge à peine. Au Québec, c’est l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire (Institut EDDEC), sis au sein du campus de l’Université de Montréal, qui est pionnier en la matière. Fondé en avril 2014, il a fait de l’économie circulaire son tout premier axe de recherche. En réunissant sur cette seule thématique près de 70 chercheurs, toutes disciplines confondues, l’Institut abrite la plus grande concentration d’experts travaillant sur ce thème à l’échelle internationale11.

  • 12 Par exemple, la Fondation Ellen MacArthur (Royaume-Uni), l’Institut de l’économie circulaire (Fran (...)
  • 13 La responsabilité élargie des producteurs (REP) est un principe selon lequel les entreprises qui m (...)

18Leur appropriation progressive de l’économie circulaire prend la forme de séances de travail interdisciplinaires et de projets de recherche-action. Les chercheurs analysent cette approche sous toutes ses facettes, en démystifient ses composantes, tentant d’en saisir les avantages et les limites et d’en tester les divers modes de déploiement. Ainsi, au Québec, l’économie circulaire a fait son entrée d’abord comme objet de recherche universitaire, contrairement à d’autres régions du monde où ce sont des organisations non universitaires qui ont en premier pris en charge l’économie circulaire12. Cela dit, plusieurs structures gouvernementales ou privées s’intéressent aux composantes de l’économie circulaire, dont certaines depuis fort longtemps. Le Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI), par exemple, travaille depuis seize ans à mettre en place des synergies entre les entreprises, voire des symbioses rassemblant plusieurs firmes dans des parcs industriels. Recyc-Québec, la société québécoise de récupération et de recyclage, appuie dans la province les intervenants de la chaîne de valeur des matières résiduelles et a institué la responsabilité élargie des producteurs13 pour plusieurs catégories de produits. Un groupe formé de diverses parties prenantes qui promeut la transition vers une économie circulaire a ainsi pris naissance en août 2015, sous l’impulsion de l’Institut EDDEC. La définition de l’économie circulaire n’étant pas encore stabilisée à l’échelle internationale, ce groupe a conçu et utilise cette définition québécoise du terme : « Système de production, d’échange et de consommation visant à optimiser l’utilisation des ressources à toutes les étapes du cycle de vie d’un bien ou d’un service, tout en réduisant l’empreinte environnementale et en contribuant au bien-être des individus et des collectivités. »

19Afin de mieux s’approprier le concept, les chercheurs de l’Institut ont construit un schéma qui illustre ses diverses composantes ainsi que les modes, les conditions et les outils liés à sa mise en œuvre (voir la figure 1). Ce schéma ou outil pédagogique servira de fil conducteur au présent ouvrage. Véritable courtepointe de visions et de perspectives parfois discordantes, modulé par les regards disciplinaires, ce dernier n’est pas un manifeste et il ne défend pas une position unique sur l’économie circulaire, mais cherche plutôt à donner un cadre d’analyse commun qui permettra de la décortiquer et de la critiquer.

FIGURE 1 Schéma pédagogique de l’économie circulaire

FIGURE 1 Schéma pédagogique de l’économie circulaire

© Institut EDDEC 2015 – Tous droits réservés © Conception : EDDEC | Graphisme : Marie Reumont

20Pourquoi l’économie circulaire ? Qu’est-ce qui en motive la mise en œuvre ? C’est à ces questions que tente de répondre la première partie de l’ouvrage, qui analyse l’état de nos ressources et de nos écosystèmes sous le regard croisé de plusieurs disciplines : l’ingénierie, la philosophie, la chimie et l’économie. La deuxième partie traite des différentes stratégies de circularité des ressources, qui visent à en accroître la productivité au sein du marché (comme le montre la deuxième partie de la figure 1). On y examine les courants, les modèles d’affaires, les approches et les technologies qui peuvent allonger la durée d’usage des produits et de leurs composants, mais aussi qui valorisent les ressources renouvelables et non renouvelables. Les trois parties suivantes explorent l’implantation de l’économie circulaire, en commençant par les modes de déploiement. On cherche à comprendre comment sélectionner les stratégies de circularité en fonction de leur pertinence dans divers types de systèmes (produits, organisations, filières, territoires) ou de ressources (comme le montre la première partie du schéma). Quel que soit le mode de déploiement choisi, la mise en œuvre de l’économie circulaire repose sur une collaboration entre l’ensemble des acteurs et des parties prenantes gravitant autour de ces systèmes. Elle peut donc avoir un effet sur les individus, a minima à titre de consommateurs, comme sur les organisations (gouvernements, industries, entreprises d’économie sociale, etc.). En quatrième partie, on s’intéresse aux stratégies de mobilisation de ces acteurs, qui requièrent des connaissances et des outils variés pour amorcer ou accentuer leur virage vers une économie circulaire. La cinquième partie présente les outils incontournables de l’implantation de cette économie – de l’analyse de flux de matières à l’écoconception de produits en passant par la logistique inversée – ainsi que certains savoirs et ressources qui peuvent faciliter son déploiement. Enfin, la dernière partie offre une perspective qui tente non seulement de dégager les limites et les débouchés de ce modèle économique, mais aussi d’offrir des pistes d’enrichissement vers le développement durable.

21Au-delà de la compétence de ses auteurs, et à l’image de l’Institut EDDEC, la valeur ajoutée de cet ouvrage tient à la pluralité de ses regards, de ses angles d’analyse et de ses positions sur l’économie circulaire. Il ne prétend pas répondre à toutes les questions ni à couvrir l’ensemble du domaine, mais cherche plutôt à stimuler l’esprit critique de ses lecteurs.

Notes

1 Global Footprint Network (2015).

2 OCDE (2011).

3 Meadows et al. (1972).

4 Meadows et al. (2012).

5 Au Québec, il s’agit de Recyc-Québec.

6 Au Québec, il s’agit de l’Agence de l’efficacité énergétique du Québec.

7 Notons que les définitions de ces deux termes ne sont pas encore stabilisées, mais elles décrivent plus ou moins les mêmes tendances.

8 Forum économique mondial (2014).

9 Le présent ouvrage fait également référence à des écrits plus anciens, comme en témoigne le texte « Enrichir l’économie circulaire par l’éthique évolutionniste d’Adam Smith ».

10 Par exemple, le Japon avec sa Loi pour la promotion d’une utilisation plus efficace des ressources (2000), la Chine avec sa Loi sur l’économie circulaire (2008), l’Allemagne grâce à sa loi visant à promouvoir l’économie circulaire et à garantir une gestion écologiquement rationnelle des déchets (2012), le Green Deal du gouvernement néerlandais (2013), la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte en France (2015) et, enfin, le train de mesures de la Commission européenne sur l’économie circulaire (2015).

11 Communication verbale de la Fondation Ellen MacArthur (2014).

12 Par exemple, la Fondation Ellen MacArthur (Royaume-Uni), l’Institut de l’économie circulaire (France) et Circle Economy (Pays-Bas).

13 La responsabilité élargie des producteurs (REP) est un principe selon lequel les entreprises qui mettent sur le marché des produits au Québec sont responsables de leur gestion en fin de vie (Recyc-Québec).

Table des illustrations

Titre FIGURE 1 Schéma pédagogique de l’économie circulaire
Légende © Institut EDDEC 2015 – Tous droits réservés © Conception : EDDEC | Graphisme : Marie Reumont
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

Auteurs

Analyste principale, Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services

Directeur exécutif, Institut EDDEC

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access