Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'économie circulaire

 | 
Mélanie McDonald
, 
Daniel Normandin
, 
Sébastien Sauvé

Préface

Arab Hoballah

Texte intégral

1Si l’économie circulaire n’a pas été explicitement présentée lors des préparatifs du Sommet Rio+20 ou des sessions de négociations sur les objectifs de développement durable et de l’Agenda 2030 pour le développement durable, elle n’en était pas moins présente par la nécessité de promouvoir l’efficience, la productivité et le découplage. Il en a été de même lors des négociations de la COP21. Cependant, à force de se concentrer sur les problèmes plutôt que sur les solutions, sur les défis plutôt que sur les bonnes occasions, sur les actions isolées plutôt que sur celles en partenariat, les experts ont perdu de vue les bénéfices d’une économie circulaire. Il s’agit d’une nécessité bien comprise, certes, mais surtout d’une question de bon sens économique, environnemental, social et, enfin, politique.

2Il est dorénavant banal de dire qu’il faut changer les modes non durables de consommation et de production, sans que le lien soit vraiment établi entre les avantages qu’offrent l’économie circulaire et l’utilisation efficiente des ressources dans une approche systémique, cyclique et prospective. Un grand chemin a été parcouru depuis le sommet de 1992 pour comprendre les enjeux et faire en sorte que la promotion des modes de consommation et de production durables soit reconnue comme l’une des trois priorités du développement durable.

3Il a fallu des recherches approfondies pour mieux comprendre les enjeux et offrir une meilleure définition des occasions favorables et des bénéfices. Par la nature même des modes de consommation et de production ainsi que celle de l’économie circulaire, il a aussi fallu mettre en place des équipes pluridisciplinaires pour mieux comprendre toutes les interactions à l’oeuvre. C’est grâce à un approfondissement progressif, cohérent et consistant de la connaissance du processus de production, de la chaîne de valeurs, de la consommation et, enfin, du passage du linéaire au circulaire dans un contexte d’analyse systémique et prospective, que la promotion de modes de consommation responsable a pu atteindre la sphère politique.

4Travailler avec tous les acteurs, ou plutôt les accompagner dans la compréhension des enjeux de la consommation et de la production, des effets négatifs aux occasions d’économie à moyen ou long termes, en mettant en évidence l’importance, voire la nécessité, d’une approche systémique et multiacteur, a fait reculer l’incompréhension et les idées fausses. Et ceci a permis de passer progressivement du plaidoyer à la mise en œuvre.

5C’est dans une approche systémique et multiacteur, dans un contexte de chaîne de valeurs, de cycle de vie, d’innovation, et de transformations vers le développement durable, qu’apparaît tout l’intérêt d’une économie circulaire ; mais pas seulement pour « tourner en rond ». La notion d’économie circulaire a été beaucoup utilisée, il y a une vingtaine d’années, qui mettait l’accent surtout sur les « 3R » : réduire, réutiliser et recycler. Puis, cette approche a été rangée dans les placards, car la société n’était pas « mûre » pour comprendre son intérêt. Depuis, notre connaissance globale s’est élargie en offrant des boîtes à outils plus performantes.

6Certes, l’économie circulaire va bien au-delà du recyclage et de la gestion des déchets. Elle prend en compte la vie d’un produit, des matériaux et des ressources utilisés lors de sa fabrication, son transport, sa consommation. Et la transition vers une économie circulaire passe nécessairement par une utilisation plus efficiente des ressources tout au long de la chaîne de valeurs et du processus de consommation.

7« Ressusciter » l’économie circulaire, notamment dans le cadre ciblé des débats post-Rio + 20 et de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable, devrait donc se faire en connaissance de cause, c’est-à-dire qu’il faudra bien valoriser ce capital de connaissance, d’expérience et d’expertise accumulé au cours des vingt dernières années, notamment dans les milieux universitaires qui ont pu et su, pour l’occasion, mettre en réseau plusieurs disciplines afin que la « nouvelle » économie circulaire corresponde aux enjeux d’aujourd’hui et de demain et réponde aux attentes en solutionnant les problèmes majeurs de nos sociétés et de nos économies en quête de développement durable.

8À cet égard, il est absolument nécessaire de donner un sens économique et financier aux actions induites par l’économie circulaire si l’on veut encourager et accompagner les divers acteurs dans leur quête de développement économique, social et environnemental durable. Il est par ailleurs essentiel de mieux comprendre les comportements des décideurs, des politiciens aux chefs d’entreprise et aux consommateurs, afin de trouver les leviers et les paramètres pertinents pour arriver à des modes de consommation responsables et éthiques pour tous. Pour cela, il est nécessaire de sortir des clubs de convertis et de chercher par tous les moyens à conscientiser et à accompagner dans leurs démarches tous les acteurs, avec des travaux de recherche et d’analyse, notamment pluridisciplinaires, issus des cercles universitaires et qui apportent des connaissances essentielles, tant théoriques que pratiques.

9Soutenue par l’éco-innovation, l’économie circulaire doit montrer la voie pour découpler la croissance économique de la consommation grandissante de ressources et des effets négatifs sur l’environnement, et contribuer ainsi à contrer, notamment, le réchauffement climatique. L’économie circulaire doit inciter d’abord les entreprises à repenser leurs modèles et les processus de production, depuis la conception jusqu’à la consommation, tout en intégrant la nécessité de recycler les composants des produits et même de les remettre à neuf. Il est par ailleurs essentiel que les universités et les entreprises établissent des ponts, avec des collaborations dans ce domaine, pour permettre aux premiers de se rapprocher des opérations et aux seconds d’accroître leurs connaissances et leur capacité d’analyse.

10Le passage à la mise en œuvre de l’économie circulaire sera long et rempli d’obstacles, notamment à cause de la résistance générale au changement, des besoins techniques et financiers, et du temps qu’il faut avant de récolter les bénéfices et amortir le coût des investissements additionnels parfois induits par ce type d’économie. Par ailleurs, si une économie circulaire peut se concevoir dans un espace limité, les besoins d’élargir le champ se font pressants, d’où la nécessité de créer les bonnes conditions pour gérer la transition vers cette force motrice d’un développement durable.

11Avec l’urbanisation croissante dans le monde, les villes seront bientôt le socle sur lequel s’érigera tout développement national avec, d’ici environ 2040, quelque 3 milliards de consommateurs additionnels de la classe moyenne qui auront des demandes croissantes en produits de consommation. Quoi de plus naturel, alors, de faire des villes le terrain privilégié d’application de l’économie circulaire ? Elles devront faire une consommation limitée des ressources et produire moins de déchets et d’émissions de gaz à effet de serre. C’est à l’économie circulaire de faire le pont entre l’Agenda 2030 et le nouveau programme qui devrait résulter de la Conférence Habitat III des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable.

12Enfin, voilà un « outil », un « système », qui permettrait à la société de « produire plus et mieux avec moins », qui l’engagerait sur la voie d’un changement salutaire. Les principaux acteurs, publics et privés, sauront-ils vraiment saisir cette occasion pour faire de l’économie circulaire le moteur du développement durable, local et global ?

Auteur

Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access