Version classiqueVersion mobile

Profession démographe

 | 
Victor Piché

2. Les grands défis démographiques de notre temps

Texte intégral

1À première vue, on peut penser que le champ de la démographie est relativement restreint. Pourtant, on n’a qu’à feuilleter les programmes des congrès de démographes pour constater l’ampleur des thèmes abordés. Prenons comme exemple le programme du congrès 2013 de l’Union internationale pour l’étude scientifique de la population (IUSSP) : on y recense plus de 300 séances dans lesquelles sont abordés des thèmes aussi diversifiés que la population et les droits de la personne, le trafic des êtres humains et les migrations forcées, les pratiques traditionnelles nocives comme les mutilations génitales féminines, l’avortement à risque et ses conséquences, la sexualité et la santé de la reproduction, le VIH/sida et les maladies sexuellement transmises, le vieillissement et ses conséquences, les enfants et les jeunes, le genre et la population, l’environnement, l’éducation, la population active, etc.

2Malgré cette multiplicité de préoccupations, les démographes s’accordent généralement sur les grands défis démographiques de notre temps. Dans une enquête réalisée en 2009, deux chercheurs ont demandé à près de 800 membres de l’IUSSP quelles étaient selon eux les questions de population les plus importantes pour les vingt prochaines années. La réponse de loin la plus répandue était le vieillissement de la population (près du tiers de l’échantillon), et cela pour toutes les régions du monde, sauf pour les démographes africains qui ont insisté à juste titre en premier lieu sur le VIH/SIDA. La deuxième réponse était l’ampleur des flux migratoires. Le Tableau 1 présente globalement la distribution des réponses.

Tableau 1. Les enjeux démographiques les plus importants pour les 20 prochaines années selon un échantillon de démographes du monde

Tableau 1. Les enjeux démographiques les plus importants pour les 20 prochaines années selon un échantillon de démographes du monde

Source : Van Dalen et Henkens, 2012, p. 369.

3Le premier enjeu nommé par les démographes me paraît crucial et sera présent encore longtemps dans les débats publics et politiques. Le vieillissement est une réalité inéluctable, du moins tant et aussi longtemps que les niveaux de fécondité resteront à leurs niveaux actuels et que la vie continuera à s’allonger. Selon les estimations de la Division de la population des Nations Unies datant de 2012, une personne sur neuf est aujourd’hui âgée de 60 ans et plus. En 2050, cette fraction sera de une personne sur cinq. Si ses causes sont bien connues, les effets du vieillissement ne font pas l’unanimité chez les démographes. Comme dans plusieurs autres domaines, les débats sur l’avenir mettent en confrontation les pessimistes et les optimistes. Pour les premiers, une société qui vieillit perd une partie de son dynamisme, devient de plus en plus conservatrice et morose. Une version plus économiste de la vision pessimiste affirme qu’il sera de plus en plus difficile de faire face à l’augmentation des coûts des soins de santé et de financer les régimes publics de retraite. Par contre, le courant optimiste soutient que les personnes âgées de demain seront plus instruites et auront plus de moyens financiers. De plus, il est possible de prévoir d’ores et déjà des politiques sociales pour contrer les effets du vieillissement. L’important pour ces démographes est d’agir maintenant.

4La migration internationale est un autre enjeu mondial et le restera encore pour une bonne partie du xxie siècle. Personnellement, je considère que cette question est cruciale et je vais m’y attacher un peu plus longuement. D’un côté, la recherche des causes de la migration porte peu à débats et la plupart des démographes adoptent des cadres d’analyse multidimensionnels qui proviennent de l’ensemble des sciences sociales. Par contre, s’agissant des effets de la migration, les débats sont parfois virulents, tant dans les pays développés que dans les pays en développement. Pour les pays développés, le débat porte essentiellement sur l’impact économique de la migration de même que sur son impact identitaire. Dans le premier cas, les recherches des économistes et des démographes ne fournissent pas pour le moment de réponses définitives quant à l’impact de l’immigration sur les grands indicateurs de croissance économique (par exemple le produit intérieur brut). Malgré tout, si plusieurs études concluent que ses effets sont très faibles, souvent non significatifs, d’autres concluent que l’immigration a des effets positifs. Nous sommes en présence de débats nés du fait que les modèles statistiques utilisés sont trop limités et qu’ils n’arrivent pas à capter la complexité des facteurs dont il faudrait tenir compte. La limite la plus sérieuse de ces modèles est qu’ils se basent sur le court terme, alors que c’est à long terme que l’immigration fait sentir ses effets. Les quelques rares études qui adoptent une perspective à long terme indiquent clairement que l’impact économique de l’immigration est positif.

5Par ailleurs, pendant longtemps les arguments contre l’immigration ont aussi porté sur le niveau micro-individuel : on suggérait que l’immigration avait un effet négatif sur les revenus des natifs (les gens nés ici) et que les immigrants étaient en quelque sorte des « voleurs de job ». De nombreuses recherches ont bien démontré qu’il n’en est pas du tout ainsi et qu’au contraire la main-d’œuvre immigrante participe à la création d’emplois pour les natifs.

6Quant à l’effet de l’immigration sur les identités nationales, la recherche démographique a peu à dire. Nous sommes là en terrain normatif et politique, c’est-à-dire qu’il s’agit de choix de société. Pour plusieurs, une société ouverte à l’immigration produit une société pluraliste et cette diversité est considérée comme un atout et une richesse. D’autres craignent au contraire qu’une immigration importante vienne noyer les identités nationales et changer les valeurs fondamentales de la société. Personnellement, j’ai toujours pensé que la diversité constituait un atout et que les craintes envers elle étaient largement exagérées, ou en tout cas qu’elles ne se sont jamais avérées fondées.

7Dans les pays en développement, les débats sont différents et portent non plus sur l’impact de l’immigration, mais bien sur l’impact de l’émigration. L’on sait maintenant que les diasporas restent en contact avec leur société d’origine et renvoient des sommes importantes dans leur famille. Ce phénomène du transnationalisme a provoqué des espoirs quant aux possibilités de développement économique grâce à la contribution des émigrants. Il est vrai que les transferts monétaires sont vitaux pour les membres des familles restés sur place et qu’ils participent parfois au développement de la scolarisation, à l’amélioration de la santé, à la construction de maisons, pour ne mentionner que ces domaines. Toutefois, les recherches montrent une grande hétérogénéité et suggèrent que le rôle des transferts, si importants au niveau des familles, demeure trop souvent fort limité au niveau national à cause des environnements politiques déficients qui bloquent les possibilités d’investissements productifs. Par ailleurs, l’exode des cerveaux représente une perte énorme pour les pays du Sud.

8Depuis quelques années, la mondialisation a changé assez radicalement la façon de concevoir les migrations internationales. L’impact le plus visible de la mondialisation, du point de vue de la migration, est la constitution de blocs régionaux à l’intérieur desquels la libre circulation est permise. On pense à l’Union européenne, mais on peut aussi penser à l’Afrique et à l’Amérique latine. Par contre, alors que la mondialisation devrait signifier la libre circulation du capital, des biens (commerce) et des services, elle se caractérise plutôt par des politiques migratoires de plus en plus restrictives, du moins pour certaines catégories de populations. Pour les travailleurs qualifiés, les possibilités d’immigrer sont réelles et les pays développés sont parfois en compétition pour leur recrutement. Par contre, pour les autres, les moins qualifiés, l’étau s’est resserré. Devant la croissance des inégalités entre pays du Nord et pays du Sud, les pressions à l’émigration sont très fortes et favorisent l’augmentation des migrations irrégulières. Pourtant, les besoins du marché du travail pour remplir des emplois non qualifiés, dans l’agriculture, les services domestiques, la construction et bien d’autres, sont réels, voire en croissance. On assiste alors au recrutement de travailleurs temporaires dont la plupart n’ont pas accès à la résidence permanente. Ces travailleurs ont des droits limités et ceux qu’ils ont sont parfois bafoués. Ce n’est pas pour rien que les pays développés, dont le Canada, refusent de signer la Convention des Nations Unies pour la protection des travailleurs migrants et des membres de leur famille, car cela signifierait l’abandon des programmes de travailleurs temporaires comme nous les connaissons aujourd’hui.

9Le tableau présenté ci-haut mérite quelques autres commentaires. D’abord, contrairement aux nombreuses allusions parfois alarmistes concernant le déclin appréhendé de la population, cela ne semble pas préoccuper les démographes du monde, y compris ceux provenant de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Par contre, la « sous-fécondité » arrive en quatrième lieu, alors qu’on serait tenté de jumeler les deux questions. En effet, le déclin démographique est tributaire d’une fécondité en dessous du niveau de remplacement de la population. Il n’est pas surprenant que ce soit surtout les démographes européens et nord-américains qui se préoccupent le plus de cette question. Ceux qui suivent les débats publics au Québec reconnaîtront là une préoccupation majeure. La contradiction apparente entre l’importance de la « sous-fécondité » (réponse 4) et l’absence de préoccupation avec le déclin de la population (réponse 8) laisse croire que les démographes interrogés, tout en se préoccupant de la faible fécondité, demeurent optimistes quant aux capacités des sociétés à s’adapter au déclin démographique.

10Un autre résultat paraît surprenant : les droits de la reproduction, c’est-à-dire les droits des femmes en matière de contraception, d’avortement et de mariage libre, arrivent presque en dernier lieu, avec seulement 7 % des réponses. Plusieurs hypothèses pourraient expliquer ce résultat. D’abord, il faut tout de suite souligner le caractère fortement masculin de l’échantillon, soit 64 % d’hommes contre 36 % de femmes. Les auteurs notent d’ailleurs dans leur texte que les femmes démographes sont davantage préoccupées par la question des droits de la reproduction. Pourquoi ce résultat est-il si étonnant pour moi ? Il faut remonter à la Conférence internationale sur la population tenue au Caire en 1994 qui a réuni presque tous les gouvernements du monde pour discuter des priorités en matière de questions de population. Le Plan d’action adopté par les 179 pays présents était fortement axé sur la notion des droits de la reproduction. Le concept de genre, déjà utilisé dans les autres sciences sociales, a en quelque sorte pénétré le champ de la discipline démographique. Au centre de la question du genre se trouvent la notion d’égalité entre les hommes et les femmes et celle de la mobilisation pour y arriver.

11Un autre facteur qui aurait dû donner davantage de place aux droits de la reproduction est le fait qu’une très influente organisation internationale, le Fonds des Nations Unies pour les activités en matière de population (FNUAP), a placé la question des droits reproductifs au centre de sa programmation et qu’elle a multiplié ses interventions dans ce domaine. Il n’est pas facile d’interpréter ce genre de résultat. Serait-ce que pour plusieurs démographes des pays développés ces droits sont largement acquis ? Mais alors comment expliquer que seulement 5 % des démographes africains ont considéré cet enjeu comme prioritaire, un pourcentage d’ailleurs plus faible que celui fourni par les démographes de l’Amérique du Nord ? Pour ma part, deux hypothèses entrent en ligne de compte. La première, déjà soulignée ci-haut, a trait au fait que cette question préoccuperait moins les hommes (largement majoritaires dans l’échantillon et dans la population des démographes) que les femmes. La deuxième serait que dans l’ensemble les démographes seraient réticents à adopter une perspective féministe en matière de population.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les enjeux démographiques les plus importants pour les 20 prochaines années selon un échantillon de démographes du monde
Légende Source : Van Dalen et Henkens, 2012, p. 369.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search