Version classiqueVersion mobile

La thèse

 | 
Pierre Noreau
, 
Emmanuelle Bernheim

Troisième partie. Et puis après ?

Chapitre 21. De la thèse au marché du travail

Jean Gabin Ntebutse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’heure de l’économie du savoir, la formation des chercheurs de haut niveau est un enjeu fondamental tant pour la formation de la relève en recherche que pour la compétitivité des pays (Duke et Deschenaux, 2008). Ainsi, la réalisation des études doctorales jusqu’à l’obtention du grade de PhD constitue un accomplissement important à la fois pour le diplômé et la société, surtout quand on sait que le taux d’abandon au doctorat est très élevé1. En effet, selon les domaines d’études, ce taux oscille entre 30 et 50 % dans les universités canadiennes, australiennes, britanniques et américaines.

La durée des études doctorales peut varier en fonction de plusieurs facteurs : certains sont individuels (par exemple la motivation intrinsèque élevée de l’étudiant), d’autres sont liés aux contextes et aux pratiques différenciées de socialisation disciplinaire. S’il est vrai que les questions de la durée et de l’abandon des études doctorales préoccupent les institutions de formation universitaire...

Auteur

Professeur agrégé responsable des programmes de diplôme et maîtrise en enseignement au secondaire du Département de pédagogie de la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search