Version classiqueVersion mobile

La thèse

 | 
Pierre Noreau
, 
Emmanuelle Bernheim

Deuxième partie. La thèse telle qu'elle se fait

Chapitre 16. Écrire une thèse dans une langue autre que la sienne

Nanette Neuwahl

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plusieurs raisons peuvent justifier la rédaction d’une thèse de doctorat dans une langue seconde. Il se peut que le choix d’une langue particulière (par exemple l’anglais ou le français) soit motivé par l’intérêt de donner une plus grande visibilité à nos travaux auprès de certains experts de notre domaine de recherche. Il arrive aussi que les données nécessaires à cette recherche ne soient disponibles que dans une certaine langue. On évite ainsi de recourir systématiquement à leur traduction1. Il se peut aussi que l’institution d’accueil impose des règles contraignantes concernant les langues utilisées pour les travaux soumis à évaluation. Même si l’usage de plusieurs langues est permis, il se peut que le directeur de thèse que vous avez choisi ne soit pas à l’aise avec votre langue première.

Au Canada, les universités acceptent les thèses et mémoires en langue française ou anglaise. Les universités francophones accueillent un bon nombre d’étudiants allophones qui rédigent leur thès...

Auteur

Professeure titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal et chercheure régulière au Centre de recherche en droit public.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search