Version classiqueVersion mobile

Profession démographe

 | 
Victor Piché

Prologue

Texte intégral

1Nous sommes à l’été de 1968. Étudiant en sociologie à l’Université d’Ottawa, je suis embauché comme enquêteur dans le cadre d’une enquête démographique auprès des Cris de la Baie James. Six villages avaient été sélectionnés : trois du côté du Québec (Fort George, Fort Rupert et Moose Factory) et trois du côté de l’Ontario (Moosonee, Attawapiskat et Fort Albany). Cette expérience de terrain m’a mis en contact direct avec la réalité de la pauvreté : n’oublions pas que nous sommes à la fin des années 1960, bien avant les nombreuses ententes qui viendront donner un peu plus de pouvoir aux populations autochtones. C’est à ce moment que j’ai été introduit au concept de Tiers-Monde, terme qu’avait inventé le grand démographe français Alfred Sauvy, et à celui de sous-développement, tel qu’élaboré par des sociologues et économistes latino-américains comme Celso Furtado et André Gunder Frank et l’économiste africain Samir Amin. Ce premier contact avec la démographie m’a fait voir à quel point cette discipline était au cœur des grands enjeux sociaux.

2L’été suivant, j’obtiens un emploi d’été comme statisticien au ministère des Affaires indiennes. Très tôt, je suis confronté aux liens entre analyses statistiques et considérations politiques. Le ministère possède un registre de population des Autochtones, ce qui permet de produire un rapport annuel sur les naissances et les décès. Dans un de ces rapports, un médecin avait écrit que la mortalité infantile des populations autochtones avait augmenté de façon considérable. Évidemment, il s’agissait là d’un résultat fort inquiétant et le Parlement du Canada en a été saisi lors de la période des questions. Pris de court, le ministre a refilé la question à la Division de la statistique du ministère. On me demanda de trouver des explications à cette augmentation de la mortalité, en particulier afin de savoir si elle était due à une détérioration des conditions de vie, comme le suggérait l’opposition officielle. La première chose que j’ai faite a été de scruter à la loupe la source des données. Après quelques recherches « sous pression » — il fallait faire très vite —, il s’est avéré que l’augmentation en question était un artéfact, résultat de la déclaration tardive des naissances qui allait en augmentant chaque année. En langage statistique, cela voulait dire que le dénominateur était largement sous-estimé à cause de l’enregistrement de plus en plus tardif des naissances. Cela expliquait donc l’augmentation du taux de mortalité infantile (mortalité avant un an divisé par les naissances). Ce fut pour moi une leçon que j’ai toujours tenté de transmettre aux étudiants : avant de se lancer dans de grandes explications théoriques, il faut d’abord s’assurer de bien mesurer ce qui est à expliquer. La critique des sources et la fiabilité des données constituent une préoccupation centrale de la profession de démographe.

3Ces premières expériences, comme c’est souvent le cas, ont marqué toute ma vie professionnelle, consacrée à la fois à la réalisation d’enquêtes sur le terrain et à l’étude des liens entre la population et le développement, et des inégalités sociales et économiques.

4Le texte qui suit n’est pas à proprement parler une introduction à la démographie. Il représente plutôt une vision personnelle d’une discipline qui me passionne depuis plus de quarante ans et qui m’a permis de mieux comprendre les enjeux fondamentaux des sociétés, que celles-ci soient considérées comme « développées » ou en « voie de développement ». Il est clair que ma conception de la démographie est fortement teintée par ma formation en sociologie et par mes expériences tant québécoises qu’africaines, aussi bien dans la recherche fondamentale que dans l’enseignement et la pratique d’intervention sur le terrain.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search