Version classiqueVersion mobile

La thèse

 | 
Pierre Noreau
, 
Emmanuelle Bernheim

Deuxième partie. La thèse telle qu'elle se fait

Chapitre 9. Une bonne thèse… c’est quoi ?

Pierre Noreau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’abord une évidence : il ne peut pas y avoir de définition absolue ou définitive de ce qui constitue une bonne thèse. En fonction de la discipline, de la tradition universitaire à laquelle on se rallie, ou en fonction de l’institution où l’on est inscrit, des critères différents, parfois implicites, servent de référence. Ces « règles de l’art » varient et rendent les thèses difficilement comparables entre elles.

Il arrive, dans certains contextes particuliers, que la thèse doive suivre un plan imposé. En France, la thèse en deux parties et deux sous-parties constitue encore, dans certaines disciplines comme le droit, la structure de référence. En Amérique du Nord, dans la plupart des sciences sociales, on conçoit difficilement une thèse qui ne proposerait pas un tour exhaustif de la littérature, un exposé sur les choix théoriques arrêtés par l’auteur, un autre sur ses choix méthodologiques et un dernier sur l’analyse de données tirées d’une enquête systématique, chacune de ces étape...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search