Version classiqueVersion mobile

Guide de l'architecture contemporaine de Montréal

 | 
Helen Malkin
, 
Nancy Dunton

Rosemont / La Petite-Patrie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

168 LA BIBLIOTHÈQUE MARC-FAVREAU
170 LE COTEAU VERT ET UN TOIT POUR TOUS
172 LE MILE-EX

Le passé du quartier Rosemont est intimement lié aux carrières où l’on extrayait la pierre grise, matériau de construction identitaire de Montréal. Il reste peu de traces de cette première industrie, hormis la sinueuse rue des Carrières ou la présence de grands espaces verts, comme le parc Père-Marquette, où s’étendaient autrefois les carrières. C’est plutôt au chemin de fer que Rosemont doit son développement. La voie ferrée du Canadien Pacifique est construite dans les années 1890 et en 1904 s’ouvrent les vastes usines Angus, d’une superficie de 9 hectares, qui emploieront dès le départ plus de 3 000 ouvriers. Les usines ferment complètement en 1992, et l’immense complexe est aujourd’hui devenu le Technopôle Angus, qui offre une intéressante mixité des fonctions commerciales et résidentielles.

Dans les années 1980, le secteur ouest de Rosemont reçoit le nom de La Petite-Patrie, inspiré d’un roman ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search