Version classiqueVersion mobile

De l'acteur vedette au théâtre de festival

 | 
Sylvain Schryburt

L’émergence du metteur en scène (1937-1952)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un champ théâtral embryonnaire

Sur les scènes montréalaises des années 1940, l’offre des spectacles déborde largement le théâtre à texte, nommé à l’époque « théâtre français » pour ses origines quasi exclusivement hexagonales. De fait, ce type de représentation ne constitue qu’une frange marginale de l’offre des arts scéniques qui comporte une grande part de spectacles plus populaires. Le public peut par exemple fréquenter le Théâtre national, une salle de 1000 fauteuils située dans l’est de la ville, où, de 1936 à 1953, Rose Ouellette (La Poune) propose du burlesque, aux côtés d’Olivier Guimond, père et fils, de Paul Hébert, de Juliette Huot, de Manda Parent ou d’Arthur et de Juliette Pétrie. Sur le boulevard Saint-Laurent, au Monument national (1500 fauteuils), il peut s’abonner aux saisons d’opérette qu’offrent Les Variétés lyriques (1936-1955), compagnie fondée et dirigée par Lionel Daunais et Charles Goulet. Enfin, durant cette même période, la pratique déjà ancienne de...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search