Version classiqueVersion mobile

Profession bibliothécaire

 | 
Guylaine Beaudry

4. Le numérique ou le rêve de la bibliothèque universelle

Texte intégral

1Le numérique a transformé la pratique de plusieurs professions et celle des bibliothécaires n’est pas en reste. L’idée saugrenue souvent répétée depuis l’avènement du Web selon laquelle les bibliothécaires et les bibliothèques seraient devenus inutiles a fait long feu. La confirmation de l’importance de la bibliothèque comme lieu physique et le développement à une grande vitesse de l’espace numérique documentaire appellent plutôt à un renouveau de la profession et des institutions documentaires.

2Le numérique fait émerger une nouvelle bibliothéconomie dans le sillage des bibliothèques numériques. Nous vivons une période de mutation au cours de laquelle tout est remis en question. Avant de traiter des responsabilités et du rôle du bibliothécaire à l’ère numérique, il importe de faire un petit détour sur une notion fondamentale pour tenter de déboulonner le lieu commun qui met en apposition les mots « bibliothèque virtuelle ».

Le numérique n’est pas virtuel

3On entend souvent parler du numérique comme d’une chose virtuelle ou dématérialisée. Pourtant, la matérialité du numérique est bien réelle. Elle se présente sous la forme de fichiers informatiques comme ceux que nous manipulons tous quotidiennement. Quel que soit le type d’écran (ordinateur, ordiphone, tablette électronique, etc.), ce qui est donné à voir ne correspond en rien au support. Le livre imprimé présente de façon indissociable l’encodage de son contenu (un texte) et son support (un livre imprimé). Quant au numérique, le format d’encodage (format Word, par exemple) et son support de lecture (l’écran) sont distincts : le document peut prendre, à partir d’un même fichier, une multitude de formes pour être donné à voir ou à lire. Il faut encore noter que les notions d’« exemplaire » ou même de « copie » n’ont plus cours, puisque les supports numériques sont multiples et, potentiellement, distribués à l’infini dans l’espace et dans le temps. Dans l’histoire du livre, c’est la première fois qu’un tel phénomène se produit. Pour la première fois, la matérialité à préserver est le fichier et son format d’encodage, qui sont intangibles, et non pas le support.

4Cette réalité semble avoir échappé à certains éditeurs qui vendent aux bibliothèques des livres numériques en calquant le modèle économique de l’imprimé. Ils leur vendent « un exemplaire » d’un titre numérique, ce qui implique qu’un seul lecteur à la fois pourra « l’emprunter ». Et on a poussé la logique jusqu’à permettre aux lecteurs de « réserver » un livre numérique de façon à l’emprunter lorsque le prêt en cours sera terminé. Pendant ce temps, chacun sait que le fichier du livre en question repose sur le serveur de l’éditeur. Cet exemple démontre la difficulté que certains acteurs de la chaîne du livre peuvent avoir à concevoir et à implanter de nouveaux modes de distribution, et à adapter leurs modèles économiques pour mieux servir leurs clients. Un tel modèle ne tire visiblement pas tous les profits, dans les deux sens du terme, de la matérialité du numérique.

5Alors qu’on les qualifie de « virtuels », les documents numériques sont bien réels et physiquement concrets. Des octets servent à les encoder sous différents formats informatiques qui sont stockés dans des fichiers déposés physiquement sur des unités de mémoire. Leur lecture est possible grâce à des équipements informatiques matériels (ordinateur, lecteur de livrels, etc.) et logiciels. Alors d’où nous vient cette impression de virtualité et de dématérialisation ? Considérons trois arguments qui peuvent justifier cette perception répandue.

6Premièrement, deux protocoles d’Internet portent en leur fonctionnement même une référence à la dématérialisation : TCP/IP (Transmission Control Protocol/Internet Protocol). Ces deux protocoles à la base du mécanisme de transmission des données font qu’un document est fragmenté en plusieurs paquets pour voyager dans le réseau, puis recomposé au point d’arrivée. Plutôt que de dématérialisation, il faudrait parler d’un processus de communication fonctionnellement assimilable à la livraison d’une lettre par la poste.

7Les possibilités de réutilisation du texte, de l’image et du son, dès que les objets sont numérisés, peuvent également donner une impression de dématérialisation. En matière de traitement du texte, de l’image et du son, ce qu’il était possible de faire hier à grand-peine et avec des équipements sophistiqués est aujourd’hui à la portée de l’utilisateur lambda. Pensons aux tentatives de reconstitution de l’Histoire par des manipulations analogiques sur des photographies par les régimes soviétique et de la Chine populaire. Retirer ou ajouter un personnage d’une photographie peut se faire maintenant sur n’importe quel ordinateur personnel équipé d’un logiciel de traitement des images.

8Troisièmement, cette impression de dématérialisation vient de la difficulté de discerner, en naviguant sur le Web, un livre, un magazine, une encyclopédie, un dictionnaire, du texte mis en ligne il y a quelques minutes par un gamin à l’intention de ses copains. Ces mêmes objets dans l’univers de l’imprimé prennent des formes qui leur sont propres et dont les caractéristiques correspondent souvent à la valeur éditoriale de leur contenu. Un texte écrit par un enfant prend, sur papier, la forme d’une feuille griffonnée, tandis que Le Grand Robert se consulte en dix volumes dont la reliure rouge cousue est soignée et le papier de bonne qualité. Un coup d’œil suffit pour les discriminer. Dans le monde numérique, les caractéristiques témoignant de la qualité du traitement sont moins visibles et le résultat n’est pas tangible. Le lecteur au fait des techniques d’édition numérique reconnaît l’utilisation d’un format d’encodage normalisé ou la qualité de la mise en forme (ou mise en écran). En revanche, pour le plus grand nombre, c’est par l’écran et sous la forme de plus d’un million de couleurs mises en lumière sous une surface inerte et plate que tout document numérique est donné à voir.

9Le leurre de l’immatérialité ou de la virtualité du numérique peut porter à considérer comme trivial ou sans importance le contrôle des processus et des différentes formes que prennent les publications. Pourtant, leurs enjeux sont grands. Il en va de la numérisation du patrimoine imprimé, de sa préservation et de la constitution d’un bien documentaire commun dans l’espace numérique. Depuis Alexandrie, les bibliothèques sont les institutions auxquelles sont confiées ces missions. Les bibliothécaires de l’ère numérique ajoutent aux responsabilités liées à l’héritage des productions éditoriales du passé celles de leurs contributions à la gestion et à la construction des nouvelles bibliothèques numériques.

Les collections à l’ère numérique

10L’augmentation de l’offre numérique, la relative diminution du nombre de prêts pour certaines collections imprimées et la fiabilité de plus en plus grande des dispositifs de préservation à long terme pour les collections numérisées amènent les bibliothécaires à procéder à des programmes d’élagage massif. On entend par élagage le retrait des rayons de livres obsolètes, inutiles ou détériorés, soit pour les offrir à d’autres bibliothèques, soit pour les mettre en vente publiquement à vil prix, soit simplement pour les mettre au recyclage. Le choix des livres à élaguer n’est pas fait à la légère. Les livres rares ou précieux ne sont jamais élagués. L’espace libéré accueille de nouveaux livres ou permet de développer de nouveaux services, par exemple l’augmentation de places assises, la création d’un salon de discussion ou de formation ou l’installation d’équipements informatiques (ordinateurs, numériseurs, etc.).

11Les publications numériques restent dans la quasi-totalité des cas sur les serveurs des éditeurs ou des agrégateurs (l’agrégateur vend l’accès à une plateforme dont le contenu est constitué de publications de plusieurs éditeurs). Cela marque l’entrée dans l’« âge de l’accès ». Il ne s’agit plus de « développer », mais de « gérer » des collections. Pour les acquisitions, assez rapidement, les bibliothèques se sont constituées en consortiums d’achat pour augmenter leur rapport de force avec les éditeurs et les agrégateurs et négocier de meilleurs tarifs d’abonnement. Différents consortiums d’achat sont constitués par les bibliothèques publiques du Québec et par les bibliothèques universitaires du Québec, et un autre comprend toutes les bibliothèques universitaires du Canada. Les bibliothécaires qui contribuent aux travaux de ces consortiums développent une expertise fine en négociation et en gestion de budgets qu’on calcule parfois en millions de dollars. Les bibliothèques universitaires du Québec, pour la seule année 2009-2010, ont consacré plus de 41 millions de dollars à l’achat de ressources numériques sur un budget total d’acquisition (imprimé et numérique) de près de 60 millions de dollars. Le budget annuel du consortium des bibliothèques universitaires canadiennes pour 2011 était de 100 millions de dollars, tandis que le budget total d’acquisition pour l’ensemble des bibliothèques publiques du Québec était de 40,6 millions de dollars en 2010. Force est de constater que les bibliothèques sont des agents économiques de premier plan et en particulier dans la nouvelle économie de l’information numérique.

12Outre l’acquisition des sources numériques, les processus d’achat des ouvrages imprimés ont intégré les outils du numérique. S’il est possible encore aux bibliothécaires de faire des choix à l’unité des titres à acquérir, de plus en plus de bibliothèques ont recours à des services spécialisés d’entreprises qui, après avoir défini des « profils » d’achat de livres selon les critères de la politique de développement de la collection, font parvenir automatiquement des livres, prêts à être rangés sur les rayons. L’entreprise sélectionne le livre, assure la préparation matérielle, y compris la pose du code à barres et de l’estampille, transmet automatiquement la notice bibliographique à intégrer dans le catalogue de la bibliothèque et fait parvenir le livre. Cette façon de procéder libère du temps pour les professionnels et les techniciens des bibliothèques, qui peuvent le consacrer aux autres fonctions qu’entraîne justement l’arrivée du numérique.

13Dans la vaste majorité des cas, les objets numériques, sous forme de fichiers, se retrouvent physiquement et matériellement contrôlés par les éditeurs. Les bibliothèques nationales ont la responsabilité cardinale d’assurer la préservation pour toujours des productions éditoriales de leur nation. Elles sont au premier titre concernées par les enjeux de la préservation du numérique. Pour les autres bibliothèques qui ont un rôle de conservation, certes à long terme, mais avec l’objectif de servir leur institution ou leur collectivité, la question de la préservation se pose quand même. Les stratégies pour y arriver ne peuvent faire l’économie, encore une fois, de la collaboration et de l’établissement de partenariats à l’échelle régionale, nationale et internationale.

14Deux exemples suffiront pour illustrer les actions qu’entreprennent les bibliothécaires en ce sens. Le premier est celui de la plateforme Scholars Portal développée par le consortium des bibliothèques universitaires de l’Ontario, au Canada. Ce modèle consiste à déposer dans une plateforme contrôlée par le consortium tous les documents auxquels les bibliothèques membres sont abonnées. La conception, la réalisation, la gestion et l’entretien d’une telle infrastructure impliquent des investissements considérables. Par ailleurs, cette plateforme évite aux chercheurs d’aller consulter plusieurs sites d’éditeurs ou d’agrégateurs, tout en favorisant l’exploration des publications de chercheurs d’autres disciplines. Le second exemple est la plateforme d’acquisition et de gestion des collections que les bibliothèques publiques du Québec, en collaboration avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec, sont à développer. Ce projet assurera aux bibliothèques de conserver, selon des standards de qualité reconnus, les fichiers de tous les livres numériques dont elles feront l’acquisition auprès des éditeurs québécois et internationaux. La différence notable entre ce dernier projet et celui de Scholars Portal est que les usagers des bibliothèques publiques n’auront pas accès directement à cette plateforme de conservation. Les fichiers seront conservés « au cas où » les éditeurs de ces documents numériques n’auraient plus la capacité, pour une raison ou une autre, de diffuser les livres achetés par les bibliothèques. Ces deux exemples démontrent bien qu’il est possible pour les bibliothèques de continuer d’assurer leur responsabilité de préservation et de conservation. Le monde numérique impose toutefois de réinventer les façons de faire en profitant des nouvelles possibilités.

15En complément aux collections numériques que les bibliothécaires achètent pour leurs usagers, ils participent également au grand chantier de numérisation des patrimoines imprimés. C’est certainement là, pour une ou deux générations de bibliothécaires, une responsabilité tant enthousiasmante que grave de conséquences. Pour donner droit de cité dans le Web à toutes les cultures, les bibliothécaires contribuent à la construction de ces véritables cathédrales du savoir que sont les bibliothèques numériques.

De nouvelles cathédrales du savoir

16Pour une bibliothèque, au moins trois modes opératoires, qui ne sont pas mutuellement exclusifs, sont possibles pour procéder à la numérisation d’une collection. Le premier est celui de développer en interne l’expertise nécessaire et d’assurer la mise en œuvre d’un processus de numérisation comprenant la maîtrise des équipements et des logiciels de même que la conception des modèles de données pour gérer les téraoctets produits, préservés et diffusés. Plusieurs bibliothèques retiennent cette option, qui seule assure la mainmise sur les façons de faire et l’expertise, de même que la propriété des collections numérisées pour constituer le bien commun d’une société dans l’espace numérique. Des réseaux de centres d’expertise en numérisation se sont constitués partout dans le monde pour établir des normes, partager de l’information et travailler en collaboration. En Europe, le programme français Gallica ainsi que la plateforme Europeana sont des modèles à plusieurs égards. En Amérique, le programme Internet Archive a constitué un réseau de bibliothèques qui participent au chantier de numérisation. Il faut aussi mentionner le grand historien et directeur de la Bibliothèque de l’Université Harvard, Robert Darnton, qui plaide pour l’établissement d’une bibliothèque nationale numérique pour les États-Unis.

17Le deuxième moyen que l’on peut utiliser est de faire appel à la population en général. Dans un tel modèle, les citoyens sont invités à numériser les ouvrages de leur choix ou selon une liste de titres établis et à verser ensuite les documents pour leur diffusion en ligne. Cette façon d’opérer produit des résultats intéressants par le nombre de titres mis en circulation relativement rapidement et à des coûts modestes. Cependant, la qualité de la numérisation est inégale et les standards utilisés en matière d’édition numérique n’assurent pas la préservation à long terme et une utilisation optimale des données. Du point de vue d’une institution, il importe de faire le travail correctement pour ne pas avoir à recommencer. Le projet Gutenberg de l’Américain Michael Hart† est un exemple de ce modèle, comme, au Québec, les Classiques des sciences sociales de Jean-Marie Tremblay. Il faut toutefois noter que ces projets occupent une place tout à fait légitime et existent en complémentarité avec les initiatives institutionnelles.

18Le troisième et dernier modèle est de confier à une entreprise privée la numérisation des collections. Les termes des contrats quant aux aspects techniques et à la propriété intellectuelle peuvent être différents et doivent faire l’objet d’une très grande attention de la part du bibliothécaire pour s’assurer de la qualité des documents et du respect de l’intérêt du bien commun. Prenons comme illustration quelques éléments du Projet Bibliothèque de Google Livres.

19Les ententes entre Google et les bibliothèques prévoient la numérisation de livres dont les fichiers sont ensuite déposés dans ses infrastructures informatiques auxquelles les détenteurs des droits ou les bibliothèques n’ont pas accès. Les bibliothèques signataires de contrats de numérisation, en échange de leur collaboration, reçoivent tout de même un exemplaire des fichiers des livres numérisés pour consultation par leurs seuls usagers.

20Google détiendra, à terme, le texte intégral d’un nombre considérable de livres que lui confient les éditeurs et les bibliothécaires. L’enjeu est, à l’« âge de l’accès », de posséder les formes numérisées des contenus. Si la propriété intellectuelle des contenus demeure un actif des éditeurs et des auteurs, les fichiers numérisés produits par Google sont bien matériellement la propriété de cette entreprise pour une période allant le plus souvent de 15 à 25 ans.

21Une fois les questions de droit d’auteur précisées, l’accès aux livres numérisés par Google sera tarifé. Les individus pourront payer pour avoir accès à un ou à des livres du fonds. De leur côté, les bibliothèques achèteront des abonnements institutionnels pour donner à leurs usagers accès à la Bibliothèque Google, c’est-à-dire aux fonds numérisés des bibliothèques de leurs collègues.

22Il est difficile de comprendre comment les bibliothécaires qui ont participé aux discussions avec Google ont pu donner leur aval à ce projet qui remet en cause, à terme, l’existence même des bibliothèques pour les transformer en simple poste budgétaire des universités ou des municipalités. Les bibliothèques signataires permettent à Google de constituer un fonds mondial et multilingue qui lui donne une position sans précédent dans l’histoire du livre et de l’édition. Ces collections sont développées par des bibliothécaires depuis des générations et, dans plusieurs cas, grâce à des investissements publics. Les collections des bibliothèques seront pour la première fois vendues. Les bibliothécaires ont un engagement moral à ne pas disposer à la légère des collections constituées depuis des générations. Or on assiste actuellement à la privatisation d’un bien public.

23Abdiquer devant la responsabilité de numérisation et de préservation des collections et la céder à Google peut avoir des effets pernicieux. Certains États pourraient ne pas se sentir concernés par la responsabilité des institutions documentaires à numériser pour le bien commun, puisqu’une entreprise américaine s’en charge.

24A priori, il serait tentant de comparer le chantier de numérisation de Google à d’autres moments dans l’histoire du livre. L’exemple de la période de l’introduction de la presse et de la typographie en caractères mobiles est riche d’enseignement. Sous plusieurs aspects, le grand programme d’édition des humanistes rappelle le chantier de numérisation lancé par Google. Dans les deux cas, il s’agit de porter un corpus encodé selon une technologie vers une nouvelle. Du manuscrit à l’imprimé du xvie siècle, comme de l’imprimé vers le numérique au xxie, les acteurs de ces grandes conversions ne possédaient pas le corpus d’origine. Comme les éditeurs humanistes qui allaient à la recherche de manuscrits pour en préparer des éditions, Google constitue son fonds à partir de ceux des bibliothèques et des éditeurs de l’imprimé. Il faut aussi reconnaître que, comme Google, les imprimeurs-libraires étaient des entrepreneurs dont l’objectif était le commerce et qu’ils étaient financés par des banquiers et des négociants.

25Devant un tel constat, pourquoi craindre les desseins de Google de faire passer dans le monde numérique la production mondiale ? Le géant ne fait-il pas un cadeau à l’humanité ? On pourrait croire qu’il est dans l’ordre des choses que les grandes entreprises commerciales prennent en charge la conversion vers le numérique des patrimoines et de la production éditoriale.

26Il y a pourtant une différence de taille entre la conversion des corpus de la première révolution gutenbergienne et celle de la révolution numérique. Dans le premier cas, les livres sortent dès leur vente du contrôle matériel de l’imprimeur-libraire ou de l’éditeur. Ces livres sont l’objet d’une « acquisition » par leurs acheteurs, dont les bibliothèques. Par ces dernières, les collections de livres se constituent comme biens publics.

27Google garde le plein contrôle matériel sur les fichiers des livres numérisés. Sans même acheter les droits d’auteur, le seul fait de posséder et de contrôler sous licence de diffusion la matérialité des fichiers fait de Google le seul groupe à pouvoir indexer et vendre l’accès à ces collections numériques.

Services

28Les services offerts en bibliothèque sont aussi en transformation. Avec les mutations en cours qui amènent des changements d’habitudes des lecteurs — ils sont, par la performance des logiciels et la disponibilité de l’information, de plus en plus autonomes dans leur recherche d’information —, force est de constater que la référence traditionnelle au comptoir n’est plus l’expression cardinale de la profession. Le bibliothécaire qui s’enferme dans cette vision risque de voir sa pertinence s’amenuiser, jusqu’à mettre en péril son rôle. Les collections imposent des changements de paradigmes dans leurs traitements et leur gestion. Les services aux publics constituent certainement le secteur d’activités où la redéfinition de la profession de bibliothécaire est le plus marquant. Cette mutation s’opère dans plusieurs champs d’intervention.

29Google aidant, un lecteur trouvera nécessairement un document ou une information pour répondre à sa question. Toutefois, s’agit-il de l’information pertinente, juste, validée et répondant réellement à son besoin d’information ? Une foule d’informations est disponible gratuitement en ligne. Néanmoins, il existe quantité de publications qu’on désigne comme étant dans le « Web caché » ou le « Web profond », qui sont souvent de meilleure qualité éditoriale. Les expériences personnelles de même que les anecdotes relatées par les professeurs sur les travaux de leurs étudiants témoignent que, depuis que le Web existe, un besoin de formation aux compétences informationnelles s’impose. Dans la continuité de leur rôle dans la culture imprimée, les bibliothécaires participent activement à répondre à ces besoins.

30Les façons d’y répondre sont aussi nombreuses qu’originales. Il y a assurément les formations en laboratoire dans les écoles, les collèges et les universités. À ces moyens, qui ont démontré leur efficacité, s’ajoutent d’autres procédés de médiation. La référence par courriel est déjà en opération dans la majorité des bibliothèques, de même que la référence en ligne, par vidéo et par clavardage. Cette dernière est en constante augmentation. Les usagers apprécient beaucoup d’interagir en direct avec un technicien en documentation ou un bibliothécaire. Avec les possibilités qu’offre le réseau, des alliances et des partenariats sont établis entre bibliothèques. Déjà, plusieurs bibliothèques offrent ce service au-delà de leurs heures d’ouverture. On peut rêver qu’un partenariat de bibliothèques de plusieurs continents, sur différents fuseaux horaires, puisse offrir le service de référence en ligne 24 heures sur 24 ! Il ne s’agit pas d’une vue de l’esprit. Tout est à notre portée pour y arriver.

31L’utilisation des réseaux sociaux est un autre mode de médiation utilisé par les bibliothécaires pour offrir leurs services. Là aussi, être à l’écoute des usagers, comprendre leurs modes de communication et d’échange d’information, et connaître leurs habitudes constituent autant de pistes que le bibliothécaire suit pour élaborer les stratégies pour répondre aux besoins d’information de ses publics.

32En raison des budgets très importants qui leur sont consacrés et des besoins des usagers à trouver et à consulter les publications numériques, les bibliothécaires développent des plateformes qu’ils intègrent dans leur site Web pour en faciliter l’accès. Il faut bien admettre qu’il y a encore beaucoup à faire pour que ces outils soient satisfaisants. C’est là un autre chantier considérable auquel les bibliothécaires contribuent. Chacun des mots d’une notice et du document lui-même constitue un point d’accès potentiel. Les catalogues, et plus généralement les sites Web des bibliothèques, sont devenus des portes d’accès sur des ressources validées qui nécessitent des investissements financiers considérables pour les collectivités et les institutions. Comme la vaste majorité des lecteurs les consulte sans l’aide d’un employé des bibliothèques, il est crucial que ces outils soient très performants et faciles d’utilisation. Si les informaticiens savent faire quand vient le temps d’écrire le code de ces interfaces, les bibliothécaires, eux, sont les spécialistes de l’organisation des ressources documentaires et aussi des besoins des lecteurs. À ces deux types d’expertise s’ajoutent nécessairement celle des spécialistes en design graphique Web et celle des ergonomes d’interface. Nous avons ici une belle illustration d’un projet dont la réussite passe par une équipe de réalisation multidisciplinaire.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search