Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Troisième partie. Taches rouges sur fond blanc

Chapitre 8. La mémoire confinée

Postérité littéraire et mémorielle au xixe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’incertitude et les nombreuses rumeurs ayant entouré, à l’hiver 1839, le meurtre d’Achille Taché aménageaient un terrain fertile pour les interprétations délirantes. L’histoire de ce crime singulier, avec ses multiples zones d’ombre, son aspect scandaleux et son meurtrier fantôme, avait tout pour alimenter la légende. Et pourtant, le meurtre du seigneur de Kamouraska, qui a fait tant de bruit dans l’espace public en 1839, n’a donné lieu à aucun récit légendaire digne de ce nom. La légende ne s’est jamais emparée de cette histoire pourtant féconde, comme elle a pu le faire à la même époque, par exemple, avec celles de « la Corriveau » et du « docteur l’Indienne ». L’histoire du meurtre de Kamouraska ne s’est pas non plus transformée en motif littéraire obsédant, comme a pu le faire, au XIXe siècle, celle des « brigands du Cap-rouge ». Bien sûr, outre l’ouvrage de Charles Dolbigny, ce meurtre a inspiré deux textes littéraires, un récit publié par Georges-Isidore Barthe en 1895 (Drame...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search