Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession bibliothécaire

 | 
Guylaine Beaudry

3. Les bibliothécaires : passeurs de savoir et de culture

Texte intégral

1Selon la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec, le bibliothécaire a pour principales fonctions de créer, conserver, organiser, traiter, repérer, sélectionner, gérer, analyser, synthétiser et diffuser l’information, quel que soit son support.

2Il a recours dans son travail à des connaissances et à des techniques nombreuses provenant de plusieurs disciplines. Selon le rôle qu’il occupe dans l’organisation et les responsabilités qui lui sont confiées, il se spécialise dans un domaine ou un autre. Les bibliothèques relevant le plus souvent du service public, une connaissance fine du fonctionnement des institutions est indispensable. Par ailleurs, la maîtrise des principes et des techniques de gestion assure la bonne administration de budgets souvent importants. La gestion des personnels, l’élaboration de planifications stratégiques et de mesures de performance, ou la négociation et l’application de conventions collectives nécessitent des connaissances en gestion de ressources humaines et en relations de travail. Des notions de sociologie et de psychologie sont utiles pour comprendre la nature et les besoins des usagers ou pour élaborer des protocoles d’accueil des publics. La mise en œuvre de programmes de promotion des services de la bibliothèque demande des connaissances en communication et en marketing.

3Le bibliothécaire doit être féru de technologies, devenir un utilisateur habile des outils informatiques et un expert des formats d’encodage des publications numériques. Dans plusieurs institutions, il contribue au grand chantier du début du xxie siècle que constitue la numérisation des patrimoines manuscrits et imprimés. De façon à bien s’intégrer dans la chaîne du livre et à en comprendre les enjeux, il doit connaître la réalité et les fonctions des auteurs, des éditeurs, des distributeurs et des libraires. Parfois, et de plus en plus en raison des possibilités du numérique, le bibliothécaire agit comme éditeur en publiant des ouvrages et d’autres types de documents.

4Précisons maintenant le champ d’action du bibliothécaire, qui s’organise entre les collections, les services, et l’aménagement et la gestion du bâtiment de la bibliothèque.

Collections

5Le travail sur les collections consiste à sélectionner, parmi tout ce qui est publié et disponible, les documents (imprimés ou autres) qui constitueront l’offre aux lecteurs. La collection d’une bibliothèque sera pertinente et utilisée si le bibliothécaire connaît les besoins de ses usagers. Il existe plusieurs outils et moyens à sa disposition pour faire ce travail : les suggestions d’achats des lecteurs, les discussions informelles, les sondages, la lecture des travaux produits par les usagers chercheurs ou l’élaboration de la politique de développement de la collection en collaboration avec des représentants des lecteurs. Dans certaines bibliothèques, on intègre des modèles d’acquisition qui consistent à déclencher l’achat d’un document par le simple clic d’un lecteur dans le catalogue. Mais, pour l’essentiel de son budget, le bibliothécaire fait des choix pour constituer la collection en s’assurant qu’un maximum de points de vue soient représentés.

6En théorie, cet exercice semble facile. En pratique, le bibliothécaire subit souvent des pressions pour ajouter ou retirer des ouvrages. Les exemples sont nombreux. On a vu une citoyenne brûler dans son poêle à bois tous les livres qu’elle avait empruntés de la section Dewey 200 (Religion) qui ne portaient pas sur la religion catholique. Ou ce maire d’une municipalité rendre visite au directeur de la bibliothèque en compagnie d’un ami auteur d’une encyclopédie en ligne qui caressait le projet de voir son œuvre référencée dans le catalogue de la bibliothèque. Après quelques recherches, il s’est avéré que l’encyclopédie était plagiée. Ou encore cette citoyenne engagée s’émouvoir que la bibliothèque n’accepte pas un don, d’une valeur de 500 $, de plusieurs livres portant sur les anges et autres écrits spirites. La bibliothèque s’oppose aux dépositaires d’une vérité unique en attestant par ses collections la complexité de la réalité et la puissance des mots et des idées.

7Une fois que le document arrive en bibliothèque, il passe par un processus de traitement qui comporte la réception, la préparation matérielle (étiquette, estampille, code à barres, etc.) et le catalogage. Ce dernier consiste à décrire dans une « notice » le document par un ensemble de données telles que le titre, le nom de l’auteur, l’éditeur, le nombre de pages, etc. Outre la description matérielle, le catalogueur procède à la classification du document, en lui attribuant des descripteurs (que les bibliothécaires appellent des « vedettes-matière ») et une cote. Cette cote permet, d’une part, d’inscrire dans une classification un titre selon son sujet et, d’autre part, de donner une adresse au volume pour le ranger en ordre sur les rayons afin de le retrouver facilement. Par ailleurs, la proximité des ouvrages sur les mêmes sujets ou écrits par les mêmes auteurs permet aux lecteurs de repérer d’autres livres qui pourraient les intéresser. Une fois le catalogage terminé, le livre est rangé sur les rayons par un commis, prêt pour son premier lecteur.

8Depuis les années 1980-1990, la quasi-totalité des bibliothèques est passée à des catalogues informatisés. La notice constitue une inscription dans une base de données. Aussi curieux que cela puisse paraître, les principes du traitement documentaire s’appliquent tout autant aux documents imprimés que numériques, bien que les outils et les façons de faire puissent différer. Par exemple, comme les cotes des livres imprimés valorisent une collection en rendant plus visibles les ouvrages sur les mêmes sujets, plusieurs bibliothèques attribuent des cotes aux livres numériques pour permettre aux lecteurs de butiner par des interfaces en ligne.

Services

9Le bibliothécaire met en place le processus le plus simple possible pour l’emprunt des documents de la bibliothèque. Les opérations de prêt, de retour, de rangement sur les rayons sont réalisées par des commis ou des aides-bibliothécaires. De plus en plus, le prêt et le retour sont effectués à l’aide de postes en libre-service. Dans certaines bibliothèques, la majeure partie du processus de tri des documents retournés se fait automatiquement grâce à la technologie d’identification par radiofréquence.

10Répondre aux questions des usagers constitue un service central dans toute bibliothèque. Traditionnellement, ce service est proposé à un comptoir ou à un bureau. De plus en plus, les services d’information et de référence sont offerts par courriel et par clavardage. Pour plus d’efficacité et pour valoriser la contribution des différents métiers des bibliothèques, une première ligne de services aux usagers est assurée par des commis et des techniciens en documentation qui répondent aux questions d’orientation dans la bibliothèque (Où sont les toilettes ? À quelle heure la bibliothèque ferme-t-elle ce soir ?) ainsi qu’aux questions de référence d’un niveau de complexité simple ou moyen (Qui était premier ministre du Canada en 1920 ? Avez-vous tel livre ? Quelles sont les bases de données auxquelles la bibliothèque est abonnée dans le domaine de l’ingénierie des matériaux ?). Les questions plus complexes et qui requièrent davantage de recherche sont référées aux bibliothécaires. Dans le cas des bibliothèques universitaires, selon la complexité de la question, l’usager peut être référé à un bibliothécaire spécialiste d’une discipline, par exemple la sociologie, la chimie ou les études classiques. Dans certains cas, le bibliothécaire recevra en consultation un étudiant qui travaille à la préparation de sa thèse de doctorat pour l’assister dans sa recherche bibliographique ou pour l’aider à organiser l’information et les documents qu’il a colligés en vue de la rédaction.

11Ce travail de référence et de consultation est fascinant et très intéressant. Les questions sont de tous ordres, comme l’illustre la liste qui suit, constituée de questions authentiques posées à un bibliothécaire.

  • Pourriez-vous m’aider à trouver des images de mines à ciel ouvert situées en Chine ?
  • Je voudrais savoir quand est apparue la première ambulance et avoir une photo pour mon travail d’école.
  • Comment les consciences collectives vis-à-vis de l’Iran et du nucléaire ont-elles évolué ?
  • Je voudrais emprunter un livre sur tout.
  • Quelles sont les données démographiques et commerciales que je peux utiliser pour déterminer dans quelle rue je devrais ouvrir une boutique de thé à Montréal ?
  • J’ai besoin d’articles de revues scientifiques évalués par les pairs pour mon travail sur l’effet des jeux vidéo violents sur le comportement des adolescents.
  • Un de mes ancêtres a eu droit à des funérailles nationales en 1820. En quoi cela consistait-il exactement ?
  • Je souhaiterais savoir quel chemin prendre pour devenir acteur et travailler pour le cinéma. J’aimerais aussi que vous me disiez ce qu’est vraiment la vie d’acteur et quel caractère il faut avoir pour réussir. J’aimerais avoir des réponses précises.
  • Pourriez-vous m’éclairer sur la signification du proverbe africain « Le lieu où on attend la mort n’a pas besoin d’être vaste » ?

12Servir au comptoir d’information ou au service de référence en ligne d’une bibliothèque demande de la part des techniciens et des bibliothécaires une culture générale solide et une connaissance fine des sources d’information. La qualité d’un service de référence tient autant aux questions que le bibliothécaire posera à l’usager pour préciser et contextualiser le besoin d’information qu’aux réponses qui lui seront proposées. Par ailleurs, ce service doit toujours se faire sans jugement, en préservant l’anonymat et dans le plus grand respect de l’usager. Comme l’a écrit Jean-Charles Bonenfant, « certains lecteurs ont l’art de déformer les titres et le bibliothécaire n’a pas le droit de se moquer de leur ignorance. Il doit se contenter de manifester un peu d’imagination et se souvenir, par exemple, que si on lui demande Nid de guêpes, ce ne peut être que Nœud de vipère de François Mauriac. » S’il peut arriver qu’un usager, au cours d’une transaction ou d’une consultation, fasse part d’idées politiques ou exprime un point de vue qui nous choque en ce qu’il est contraire à nos valeurs (antiféministe ou sexiste, par exemple), c’est toujours la règle de la neutralité absolue qui s’applique. Le bibliothécaire est au service de tous, sans égard au sexe, à l’origine, à la culture, à la religion, au niveau d’instruction, à l’opinion politique, etc.

13Bien que le principe cardinal à appliquer par le bibliothécaire soit le bien commun, chacun des usagers est une personne, un lecteur, un élève, un étudiant, un retraité, un chercheur, un analphabète, une personne en mal de comprendre les ennuis de santé d’un proche, etc. En toute circonstance, c’est à l’aide de lunettes à double foyer qu’il nous faut garder le cap sur l’intérêt commun, tout en prenant des dispositions et en implantant des processus pour créer et favoriser l’expérience enrichissante, stimulante et satisfaisante de chacun des lecteurs.

Aménagement et gestion du bâtiment de la bibliothèque

14Le lecteur sera peut-être surpris de lire qu’un des champs d’action du bibliothécaire est l’aménagement et la gestion du bâtiment de la bibliothèque. Dans la majorité des cas, l’aménagement et la gestion des espaces d’un lieu public ne relèvent-ils pas du service des immeubles d’un établissement ou d’un service public ? In fine, c’est effectivement aussi le cas pour les bibliothèques.

15Néanmoins, l’aménagement d’une bibliothèque est étroitement lié aux besoins des usagers, à la conception de l’offre de services, des équipements ainsi que des collections. Lourd de sens, l’aménagement reflète la conception des bibliothécaires qui la dirigent. Leurs interventions sur l’aménagement peuvent se faire à deux moments : lors de la planification de la construction d’une nouvelle bibliothèque ou d’un projet de rénovation majeure, ou encore au fil du temps, pour apporter des ajustements aux espaces publics ou de travail.

16Lors de la construction ou de la rénovation majeure d’une bibliothèque, le bibliothécaire travaille en étroite collaboration avec des architectes et des ingénieurs. La rencontre d’expertises différentes dans une telle équipe multidisciplinaire donne lieu à des échanges et à un travail des plus stimulants. L’architecte aura tôt fait de se rendre compte que le bibliothécaire non seulement connaît les exigences et les problèmes de ce type de bâtiments publics, mais aussi qu’il connaît souvent les tendances et les réalisations architecturales locales, nationales et internationales en matière de bibliothèque. Il faut davantage que des livres et des services pour faire que ce lieu en soit un de rencontres tout autant que de travail et d’épanouissement, en solo ou en équipe. Prenons l’exemple du silence pour les salles de lecture de travail individuel. On aura beau installer des tables et des chaises dans une pièce, si l’éclairage est cru et fluorescent, si les murs sont de verre et le plancher de carreaux et répercutent le son, si les chaises sont inconfortables et trop basses pour la hauteur des tables, il y a fort à parier que cette salle de lecture sera bruyante et désagréable. Cet exemple peut paraître trivial. Pourtant, un catalogue de pareils insuccès pourrait être dressé sans trop de mal. Aussi, les espaces et les comptoirs de services prendront une forme et une disposition adaptées selon le modèle d’interaction privilégié entre le personnel et les usagers.

17La conception d’une nouvelle bibliothèque ou sa rénovation de fond en comble sont des projets qu’un bibliothécaire n’aura souvent la chance de réaliser qu’une seule fois dans sa carrière. Un projet architectural majeur de bibliothèque est souvent le résultat de plus de dix ans de démarches. Ceux qui ont la chance d’arriver à ce moment récoltent le fruit du travail des prédécesseurs, tout en travaillant pour leurs successeurs.

18Une fois la bibliothèque construite et rénovée, il arrive souvent que le bibliothécaire doive apporter des ajustements mineurs aux aménagements. On pense à l’ajout d’ordinateurs ou de rayonnages pour le rangement d’une collection qui se développe au-delà des limites qui avaient été évaluées au moment de la construction, à de nouveaux besoins comme l’aménagement d’un coin jeunes plus grand en raison de l’augmentation de la population d’un quartier ou encore à l’adaptation des espaces de travail des employés de la bibliothèque. Ces projets doivent respecter la vision architecturale originale du bâtiment.

19Au-delà des aménagements, la gestion d’une bibliothèque implique de faire respecter un code de conduite de la part des usagers. Il s’agit d’une responsabilité qui n’est pas sans difficultés. Les bibliothèques doivent être des milieux accueillants. On évitera les interventions ou la signalisation comportant des messages négatifs. Selon les milieux, le respect des consignes par les usagers d’une bibliothèque peut présenter un réel défi.

20En matière d’aménagement, l’application de mesures de façon uniforme n’est pas la meilleure solution. Parce qu’un enfant ne lit pas comme un chercheur, ou un adolescent comme un adulte, le bibliothécaire doit créer une multiplicité de types d’espace. La bibliothèque est constituée de plusieurs microcosmes dont chacun répond à des besoins différents. Le bibliothécaire n’est pas seulement le gardien d’une collection. Il prend aussi soin d’un lieu. Il crée et assure le bon fonctionnement des espaces de silence, de discussion, d’apprentissage, d’animation et de travail.

21La sécurité des usagers est une autre responsabilité assumée par le bibliothécaire. On a vu du trafic de drogue dans les rayons de bibliothèques, sans compter les trop nombreux vols d’effets personnels des usagers. Les bibliothèques sont souvent le refuge des sans-abri et des malades désinstitutionnalisés. Dans tous ces cas, le bibliothécaire agit en étroite collaboration avec les spécialistes, soit la direction de la sécurité d’un établissement et des services sociaux ou le service de police.

La pratique du bibliothécaire : quelques illustrations

22Avoir une idée de quoi est fait le quotidien du bibliothécaire ne coule pas de source. Souvent, le bibliothécaire est confondu avec le technicien en documentation ou le commis de bibliothèque. Quelques cas concrets illustreront le rôle du bibliothécaire dans la Cité et donneront un aperçu de la diversité et de l’importance de ses responsabilités.

231. Une fin d’après-midi, le directeur d’une bibliothèque municipale reçoit la visite d’une citoyenne déçue. Elle demande au bibliothécaire la raison pour laquelle la bibliothèque n’offre pas de livres de la collection « Harlequin ». Le bibliothécaire, un peu embêté, lui répond que ce genre de littérature ne correspond pas à la politique de développement de la collection. La dame lui explique alors qu’elle n’a pas eu l’occasion de faire de longues études, que sa vie est un peu compliquée et que la lecture des « Harlequin » la réconforte et lui fait vivre quelques moments de détente et d’évasion. Le bibliothécaire prend conscience que les « Harlequin » ont peut-être une place dans sa bibliothèque. Ce qu’il n’ose pas lui avouer, c’est qu’il fait mettre au recyclage chaque mois des boîtes offertes généreusement par quelques lectrices boulimiques de ces romans à l’eau de rose. Il décide dès lors d’aménager des rayonnages pour disposer ces livres tels qu’ils sont reçus, sans en faire quelque traitement que ce soit. Que les « Harlequin » empruntés reviennent à la bibliothèque ou non, il n’en a cure. Considérant le nombre d’exemplaires reçus chaque mois, les rayonnages de cette petite section seront toujours bien garnis. Et peut-être, espère-t-il, que la dame sera attirée éventuellement par un Zola ou un Tremblay, entre deux « Harlequin »…

242. Au moment de la crise d’Octobre 1970, les enlèvements par le Front de libération du Québec entraînent des interventions souvent démesurées des policiers, particulièrement à l’endroit des intellectuels et des artistes. Plusieurs bibliothécaires ont été témoins ou acteurs de ces événements. Les forces policières se sont notamment rendues à la Bibliothèque nationale du Québec et ont exigé de son directeur, Georges Cartier, qu’il leur remette les dossiers des ouvrages consultés par les lecteurs sous prétexte que, « dans les livres, on peut apprendre à fabriquer des bombes ». Georges Cartier a refusé catégoriquement et a demandé à rencontrer le chef de police, qui a finalement retiré ses troupes de la Bibliothèque nationale. C’est par ailleurs à cette occasion que les deux exemplaires de l’ouvrage de Pierre Vallières, Nègres blancs d’Amérique, ont été confisqués, ce qui n’a pas été sans créer d’émoi et rappeler les sombres jours de la censure. Au cours de cette même période, une bibliothécaire d’une université montréalaise prenait l’initiative d’indiquer dans le ficher de la bibliothèque que ce même titre était « perdu », tout en le mettant bien à l’abri à son domicile durant la crise.

253. L’attrait des nouvelles tablettes électroniques est très grand. Outre la lecture de livres, d’articles de journaux, de magazines et de revues, une foule d’activités est possible à l’aide de ces nouveaux appareils. Toutefois, le prix en est assez élevé et plusieurs lecteurs n’ont pas les moyens de s’en procurer. Après avoir procédé à une analyse des besoins et des différents modèles disponibles, un projet est élaboré et la bibliothèque fait l’acquisition d’une flotte de 75 iPad qui sont prêtés pour des périodes de trois jours. Ce service s’ajoute à celui du prêt d’ordinateurs portatifs et remporte dès la première journée un vif succès. Pour réaliser ce projet, les bibliothécaires ont travaillé en étroite relation avec les informaticiens. Outre les processus de synchronisation des contenus et la routine à élaborer aux moments du prêt et de la réception, les bibliothécaires ont choisi les applications et les contenus à inclure dans les tablettes.

264. Une citoyenne tombe par hasard sur une bande dessinée pour adulte laissée sur une table de sa bibliothèque municipale. Outrée, elle somme le directeur de la bibliothèque de détruire six albums qu’elle juge offensants pour l’image de la femme. Sa demande lui est refusée par la bibliothèque, puisque les livres ne comportent rien de répréhensible. La citoyenne recueille des appuis d’autres citoyens et de groupes pour demander au conseil municipal d’intervenir. Un an après le début de ces événements, le conseil adopte à l’unanimité une résolution ordonnant à la bibliothèque de placer toutes les BD pour « lecteurs avertis » dans une section « accessible par les employés seulement ». C’est ainsi que 180 albums se sont retrouvés sur des rayons dans la cuisine des employés de la bibliothèque. Les bibliothécaires n’ont eu d’autre choix que d’appliquer la politique votée par le conseil. Néanmoins, il y a eu une levée de boucliers d’autres institutions, d’associations d’auteurs et de bibliothécaires contre ce geste de censure. Heureusement, six mois après l’avoir adoptée, le conseil municipal abroge la politique de censure.

275. Cette situation se déroule un dimanche après-midi d’été, au milieu des années 1990, avant que l’accès à Internet ne soit répandu. Alors que le directeur de la Bibliothèque de l’Université Laval visite une exposition au Musée de la civilisation, un agent de sécurité s’adresse à lui :

  • Seriez-vous par hasard monsieur Bonnelly ?
  • Oui.
  • Un médecin essaie de vous parler d’urgence.
  • Pensant qu’un de ses fils a été impliqué dans un accident, le bibliothécaire compose le numéro de téléphone sans perdre un instant.
  • Voici, commence le médecin, je pratique à La Malbaie et je dois faire une intervention très délicate demain matin. Je dois consulter un article dans une revue spécialisée de médecine que vous avez en bibliothèque. Je suis descendu à Québec uniquement pour cela, pour me rendre compte que la bibliothèque est fermée le dimanche durant l’été. Pouvez-vous faire quelque chose ?
  • Bien sûr, monsieur.

28Le directeur de la bibliothèque contacte sans attendre le service de sécurité de l’Université pour demander d’ouvrir les portes de la bibliothèque au médecin. Grâce à une description de monsieur Bonnelly obtenue par ce médecin débrouillard auprès de son fils en téléphonant à son domicile, l’agent de sécurité du Musée avait pu l’identifier. Quelques jours plus tard, ce médecin l’a rappelé pour le remercier. Il avait en effet repéré l’article dont il avait impérieusement besoin, et évité ainsi des erreurs qui auraient pu être fatales.

296. Alors que la bibliothèque d’une université vient de lancer un service de publication des thèses sous forme numérique, un étudiant demande à rencontrer le directeur pour lui dire : « Je voudrais vous remercier car c’est grâce à la bibliothèque que j’ai trouvé un emploi sans même avoir posé ma candidature. Un employeur a en effet repéré ma thèse sur votre site Web. Très intéressé par mon projet qui correspondait tout à fait à ses préoccupations, il a demandé à me rencontrer. Quelques jours plus tard, j’obtenais un poste correspondant à mes attentes. »

307. Une bibliothécaire entreprend dans les années 1990 l’informatisation des catalogues des bibliothèques des écoles de la commission scolaire où elle travaille. En étroite collaboration avec les services informatiques, elle est responsable de la réorganisation du travail de la chaîne documentaire ainsi que de la formation des personnels aux nouvelles opérations. La numérisation ou l’intégration dans une base de données de toutes ces informations que contenaient les fameuses fiches des catalogues a été une opération d’une ampleur considérable. L’implantation d’un changement aussi important n’est jamais sans rencontrer des résistances. Le rôle de la bibliothécaire dans ce projet impliquait la mobilisation du personnel à embrasser ces transformations et à s’adapter aux nouvelles réalités des bibliothèques. Évidemment, dès leurs implantations, les catalogues numériques ont fait le grand bonheur des élèves.

31Ces quelques exemples n’illustrent qu’une parcelle de l’étendue des possibles de ce que constitue le quotidien du bibliothécaire. Malgré la disparité des réalités, les bibliothécaires travaillent selon les mêmes principes, avec les mêmes normes et ils appliquent les mêmes valeurs.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540