Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Deuxième partie. Le cimentière imaginaire

Conclusion partielle (bis)

L’imaginaire social : un fonctionnement synergique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Collectionneur de cadavres, le « docteur l’Indienne » a incarné, pendant plusieurs décennies, la conjonction improbable de deux extrêmes : gardien de la vie en tant que médecin ou guérisseur, pourvoyeur de mort en tant que meurtrier assoiffé de sang. Même s’il est encore connu, ce singulier personnage demeure aujourd’hui obscur, sans doute oublié, ignoré par le plus grand nombre. Un peu comme les vagues balayant des traces dans le sable, le mouvement de l’histoire en a silencieusement effacé les contours. Et pourtant, tout porte à croire qu’à une certaine époque (la fin du XIXe siècle), la légende associée à cet assassin notoire a connu un succès et une extension comparables à ceux enregistrés par la célèbre légende de « la Corriveau », une figure qui, dans la mémoire collective, a mieux survécu à l’entrée de la société québécoise dans la modernité sociale et culturelle.

Le retentissement de la figure du « docteur l’Indienne » dans la littérature canadienne-française est moins saisis...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search