Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Deuxième partie. Le cimentière imaginaire

Chapitre 5. La fabrication du « docteur l’Indienne »

Naissance et diffusion d’une figure légendaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1837, la figure du « docteur l’Indienne » ne semble pas encore exister. Du moins, si on peut penser que l’appellation a cours dans certains récits oraux relevant de la mémoire vive, elle n’a pas encore d’existence littéraire avérée. La légendarisation du personnage, qui exige la fixation d’un nom uniforme, répétable et propre à devenir un référent partagé (une sorte d’amarrage identitaire), est en cours mais la légende n’est pas encore pleinement constituée.

Dans L’influence d’un livre, le criminel Joseph Lepage est représenté comme un avatar du diable, jouant en effet, pour la collectivité dans laquelle il s’insère, mais hors de laquelle il se trouve finalement rejeté, une fonction équivalente. Sa relégation dans la mort permet à la société fictive d’affirmer, contre les forces qui la menacent, son imperméabilité et l’ensemble de normes qui la caractérisent. Parmi les quatre grands traits identitaires qui se dégagent, en 1829, des récits journalistiques du crime et de la pendaiso...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search