Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Deuxième partie. Le cimentière imaginaire

Le meurtre de 1829

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’à l’arrêt de mort, je m’étais senti respirer, palpiter, vivre dans le même milieu que les autres hommes ; maintenant je distinguais clairement comme une clôture entre le monde et moi.
Victor Hugo
Le dernier jour d’un condamné

17 août 1829. Nous sommes à Saint-Jean-Port-Joli, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, entre Québec et Kamouraska. François-Xavier Guillemette, un colporteur de dix-neuf ans bien connu des habitants du village et des campagnes environnantes, passe la nuit chez un dénommé François Marois, communément appelé François Lafage par ses coparoissiens. Celui-ci, qui loge dans une maison (dont il n’est pas le propriétaire) nichée tout près de l’embouchure du fleuve et de la rivière Trois-Saumons, invite Guillemette à accepter son hospitalité en lui offrant son fusil pour une partie de chasse, le gibier étant abondant.

Même s’il n’a aucune formation médicale officielle, Marois se présente comme pratiquant la médecine, offrant ses services de guérisseur aux habitant...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search