Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Première partie. La société du dessous

Conclusion partielle

La canadianisation d’un imaginaire social

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le passage du fait divers à l’événement historique s’amorce, en ce qui concerne le cas de Charles Chambers, dans les journaux. À une époque où la ville en pleine expansion devient le lieu d’une criminalisation croissante des « infractions » à l’ordre public, à une époque où se fait jour, corrélativement, la volonté de systématiser la prise en charge d’une criminalité alors perçue comme endémique, la couverture médiatique des crimes attribués rétrospectivement à Chambers adopte un ton emphatique : devant une bande anonyme qui domine la nuit et dont les périodiques rapportent minutieusement les faits et gestes, le crime tend à devenir un événement significatif et alimente un vif sentiment d’insécurité. La presse s’emballe. Elle se met, dans ces conditions, à agir comme ce que Howard Becker appelle un « entrepreneur de morale », c’est-à-dire une instance qui, placée devant une réalité qui lui paraît intolérable, « s’occupe de veiller à ce que les normes soient appliquées et respectées1...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search