Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Première partie. La société du dessous

Chapitre 3. La Nation contre le crime

Un patriotisme de l’expulsion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai retracé, dans le chapitre précédent, les transformations qui modulent, entre 1844 et 1880, les représentations littéraires des « brigands du Cap-Rouge ». Dans l’univers profondément dualiste qui s’y trouve élaboré, la société est donnée à lire à la fois dans sa solidité et dans sa fragilité : confrontée à des forces criminelles, à une contre-société qui menace l’ordre sur lequel elle repose, elle lutte pour son intégrité et sa perpétuation. Assaillie par le crime, qui forme comme l’imaginait Tocqueville « une petite nation au sein de la grande1 », cette société fictive s’affirme et s’institue en chassant les parasites qui l’exploitent. Elle est en somme surtout caractérisée, dans ces représentations, par son pouvoir d’autorégulation. Elle est montrée dans sa volonté de se conserver et d’annuler la force de destruction qu’incarnent le crime et le criminel. Comme les légendes canadiennes où le diable entre en scène, le récit transfictionnel des crimes commis par les « brigands du...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search