Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Première partie. La société du dessous

Chapitre 2. Bas-côtés

Poétiques de l’épuration

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le feuilletoniste et l’austère moraliste tendent au même but par des voies diverses » : voilà une définition prescriptive du roman-feuilleton selon laquelle la littérature, « utile et agréable1 », doit avoir pour visée non seulement de plaire mais aussi d’éduquer, de moraliser, de donner forme et voix à des récits où la vertu récompensée supplante un mal inéluctablement puni et châtié. Telle est la conception utilitaire des lettres qui gouverne le prospectus du Ménestrel, journal littéraire et musical lancé à Québec en juin 1844 et dans lequel paraît, la même année, La fille du brigand d’Eugène L’Écuyer, où viennent à nouveau, sept ans après la publication des Révélations du crime, rôder les spectres de Charles Chambers et de sa terrible bande.

En août 1844, Le Ménestrel annonce effectivement la publication d’une « nouvelle canadienne » qui, écrit-on, a « le mérite de l’intérêt local2 ». Dès sa parution, le texte semble avoir connu un « très grand succès3 » : dans un contexte où la...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search