Version classiqueVersion mobile

Profession bibliothécaire

 | 
Guylaine Beaudry

2. Les bibliothèques : lieux de liberté

Texte intégral

1Le terme « bibliothèque », du grec bibliothéké, est emprunté au latin bibliotheca, dont la polysémie dénote déjà une certaine complexité : salle où sont enfermés des livres ou, au sens propre, dépôt de livres, armoire, ensemble de livres. La bibliothèque est le lieu où sont entreposés les livres, pour en permettre implicitement la consultation. Dans un contexte non institutionnel, elle est le meuble dans lequel les livres sont rangés. Finalement, l’ensemble des livres dont une personne ou une communauté dispose est aussi une bibliothèque. Pour faciliter les choses, nous utilisons couramment le mot « livre » quand, en fait, une bibliothèque est composée d’une multitude de genres de publications, sur tout support, analogique ou numérique, que ce soit des ouvrages, des romans, des revues, des magazines, des jouets, des DVD, etc.

2Une bibliothèque est un espace dans lequel il y a une accumulation de livres. Le livre en lui-même est porteur de sens. Il a été écrit dans un contexte particulier, en un temps et dans un lieu précis, pour des lecteurs spécialisés ou non, pour divertir, pour donner à apprendre ou pour faire rêver. Dans une bibliothèque, il acquiert une autre couche de sens. Il est placé en relation avec des milliers d’autres lorsqu’il s’agit d’une petite bibliothèque scolaire, jusqu’à des millions quand il s’agit d’une grande bibliothèque publique, ou d’une bibliothèque universitaire ou nationale. La mise en relation d’ouvrages sur un même sujet, publiés à différents moments, donne au lecteur à explorer, à comparer, à évaluer, à contredire, bref, à répondre à ses besoins d’information ou à repousser les frontières de ses connaissances et de sa culture. L’accumulation de livres est génératrice de sens et, selon la jolie formule de Christian Jacob, elle fait reculer les frontières du temps et de l’espace.

3La bibliothèque est un moyen d’externalisation de la mémoire. Avec l’avènement de l’écriture, le besoin de mémoriser les œuvres a commencé à s’amenuiser. Sur la longue période — production en série de manuscrits dans les scriptoria au Moyen Âge, apparition de l’imprimerie artisanale et plus tard production à très large volume au moment de la révolution industrielle, technologies contemporaines d’impression et d’édition numériques —, un crescendo du processus d’externalisation de la mémoire s’est opéré. Il est amusant de constater d’ailleurs que nous appelons « mémoire » ce qui, dans un ordinateur, enregistre de l’information et des publications sous forme d’octets. Nous avons, pour ainsi dire, extrait notre capacité de mémoire du corps humain pour la déléguer à un support externe. Ces moyens nous ont semblé les plus appropriés pour conserver et diffuser dans de bonnes conditions les savoirs et les œuvres littéraires.

4Ce faisant, au fil du temps, nous nous sommes dotés de formidables infrastructures qui donnent accès, dans le temps et l’espace, à l’information et à la culture. La bibliothèque est le lieu de mémoire qui met en relation des publications parues à différentes époques et provenant du monde entier.

5Pour reprendre la belle expression de Robert Damien, développée par Michel Melot, la bibliothèque est le « lieu des liens ». Lire, c’est entrer en dialogue avec soi-même ainsi qu’avec les auteurs, morts ou vivants. C’est entrer en communication avec l’humanité dans ce qu’elle a produit de culture, de sciences et de connaissances.

6Pour autant, tous les livres ne se trouvent pas dans une bibliothèque. Un choix est fait pour répondre aux besoins particuliers de la collectivité à servir. La bibliothèque est un outil de validation, d’appropriation et de distribution des savoirs.

7Elle est le plus souvent une institution dont se dote une collectivité pour mettre en commun des ressources. Les livres, imprimés ou numériques, y sont représentés en grand nombre, bien que plusieurs autres supports ainsi que des équipements de toutes sortes soient mis à la disposition des usagers.

8Même si on s’y sent souvent un peu comme chez soi, la bibliothèque est un espace public. Elle est aussi un lieu d’animation scientifique et culturelle. D’où son appropriation de la notion de « troisième lieu », qui la distingue du premier, la résidence, et du deuxième, le travail. Les bibliothèques sont considérées comme un de ces troisièmes lieux, avec les cafés, les centres communautaires ou les bars, des endroits où les gens aiment se retrouver pour vivre des moments de qualité. Elles sont des espaces d’animation, de médiation et de mise en relation entre les personnes, avec les sciences et la culture.

Service public et bien commun

9Parce qu’elles sont centrales à la mission des bibliothèques, arrêtons-nous un instant sur les notions de service public et de bien commun.

10Le bien commun n’est pas une collection de biens individuels. Il n’est pas non plus à possession et à usage exclusifs. Il relève de l’intérêt général et exprime la solidarité qui se manifeste dans une collectivité. Au-delà des besoins de base qui consistent à se nourrir, à se loger, à se soigner et à s’éduquer — et auxquels le bien commun participe —, les dimensions de l’accès à la culture, aux connaissances et à l’information y sont aussi intégrées pour permettre le développement et l’épanouissement des personnes. La consommation d’un bien commun par une personne ne diminue en rien sa valeur aux yeux des autres. En outre, le bien commun est accessible gratuitement et personne ne peut en être exclu. Il vise le bien-être du groupe par opposition aux intérêts d’un individu ou d’un groupe en particulier.

11Le service public, sous plusieurs aspects, s’oppose à l’entreprise privée. Il implique une organisation contrôlée ou financée majoritairement par les pouvoirs publics. Comme les emplois y sont le plus souvent permanents et que la raison d’être et l’existence de l’organisation ne sont pas de vendre un produit ou un service, faire prendre conscience à l’ensemble du personnel de l’urgence et de l’importance de la mission commune représente un réel défi de gestion et de motivation.

12La bibliothèque fait partie du service public. Ses différentes missions, selon les types de bibliothèques, en font une institution vouée au renforcement des compétences civiques, professionnelles ou techniques. Elle offre en partage un lieu et des ressources que nul, à l’échelle d’une seule personne, d’une famille ou d’un petit groupe, ne peut constituer. Par leur obligation de rassembler des ressources documentaires et des équipements facilitant l’accès à l’information, à la culture et aux savoirs, les bibliothèques sont des centres de partage de ressources qui sont mises à la disposition d’une collectivité. Elles participent à la constitution et au partage d’un bien commun. En elles-mêmes, elles sont un bien public.

13En accumulant des collections et en développant une expertise, les bibliothèques constituent un capital économique, intellectuel et symbolique fort : économique, par la simple valeur financière des collections et des équipements ; intellectuel, par la valeur de l’expertise développée par les bibliothécaires et les autres professionnels et personnels ; symbolique, par l’accumulation du prestige et le statut dont bénéficie la bibliothèque.

Les bibliothèques : une réalité plurielle

14Les bibliothèques recouvrent des réalités fort différentes selon le type d’institution et les besoins propres aux usagers ou clients qu’elles desservent.

15Les bibliothèques nationales sont des institutions publiques qui relèvent des États et dont la mission est d’acquérir, de conserver et de diffuser, sans limite temporelle, tout ce qui a été publié sur leur territoire, à l’extérieur de leurs frontières par des auteurs de leur pays et tous les ouvrages traitant de leur nation, peu importe leur lieu de publication. Dans la majorité des pays, les bibliothèques nationales sont aidées dans leur mission d’acquisition par une loi relative au dépôt légal qui exige des éditeurs qu’ils déposent un nombre d’exemplaires défini de toutes leurs publications. Une de leurs responsabilités est de consigner et de maintenir la liste de tous les titres publiés sur leur territoire, ce que l’on désigne comme la bibliographie nationale. Le conservateur en chef ou le directeur général d’une bibliothèque nationale relève le plus souvent du ministre de la Culture d’une nation. Cela dit, cette position ne lui garantit pas la prédominance en matière d’importance des budgets, de qualité des fonds ou des services.

16La bibliothèque nationale est un symbole identitaire et d’affirmation nationale fort. Il n’est pas étonnant que les politiciens en fassent les projets phares de leurs mandats. Pensons seulement à François Mitterrand et au grand chantier de la Bibliothèque nationale de France, site Tolbiac, ou à Lucien Bouchard et à la Grande Bibliothèque du Québec. La fondation d’une bibliothèque nationale est un geste politique. La création de la Bibliothèque nationale du Québec à la fin des années 1960 est assurément un des fruits de la Révolution tranquille et du développement de la société québécoise. Aujourd’hui, la question peut être posée : le contexte politique permettrait-il de réunir les conditions pour créer pareille institution ?

17Rattachées à l’État, les bibliothèques gouvernementales des ministères, des Parlements ou des agences répondent aux besoins spécialisés en information des fonctionnaires et des élus. La documentation à mettre à leur disposition comporte autant des articles publiés dans la presse générale que des publications gouvernementales des autres pays, par exemple en vue de l’élaboration de nouveaux programmes gouvernementaux. Dans ces cas, les bibliothécaires ont nécessairement recours aux publications en ligne et assurent des services de veille stratégique qui consistent à procéder à des recherches documentaires et à traiter l’information de façon continue en vue de prises de décision.

18Les milieux parapublics, tels que les centres hospitaliers, disposent aussi de bibliothèques pour répondre aux besoins des médecins et spécialistes et pour le bénéfice des patients. Des collaborations entre les centres hospitaliers et les bibliothèques universitaires sont courantes pour donner accès aux collections numériques.

19Les bibliothèques municipales, que l’on désigne souvent comme « bibliothèques publiques », relèvent des élus et des conseils municipaux qui leur allouent leurs budgets. La mission fondamentale des bibliothèques municipales, selon le manifeste de l’UNESCO, est de donner à tous les citoyens accès à l’information, à l’alphabétisation, à l’éducation et à la culture. Elles contribuent à créer les meilleures conditions pour l’exercice éclairé de la démocratie. Cette mission se réalise par une foule d’activités et de services : créer et renforcer l’habitude de la lecture chez l’enfant, faire connaître le patrimoine culturel et les arts, encourager le dialogue interculturel et l’accueil des citoyens récemment immigrés, briser l’isolement des aînés, faciliter l’acquisition de compétences technologiques. Selon les municipalités, les bibliothèques publiques sont grandes ou petites et comptent quelques dizaines de milliers de documents ou des millions. Elles sont des lieux civiques où s’exprime le « vivre-ensemble » d’une communauté et où se développent la conscience et les compétences citoyennes. Les bibliothèques publiques sont aussi présentes à l’extérieur de leurs murs par les bibliobus, les bibliovélos ou l’organisation d’activités de lecture dans les parcs, l’été, avec les enfants. Tous les moyens sont bons pour joindre les lecteurs.

20Les bibliothèques du secteur de l’éducation sont nécessaires à tous les ordres d’enseignement. Les bibliothèques scolaires, qu’on trouve dans les écoles primaires et secondaires, ont pour mission de susciter le goût de la lecture chez les enfants et les jeunes, et de développer leurs compétences sur ce plan. Ce secteur, longtemps délaissé, est enfin depuis quelques années en développement au Québec. Plusieurs études ont démontré que la présence dans une école d’une bibliothèque bien garnie et de bibliothécaires pour la gérer et l’animer favorise chez l’élève l’acquisition et le développement des compétences en lecture.

21Les bibliothèques collégiales ont comme mission d’offrir des services contribuant à la qualité de l’enseignement et aux conditions de réussite des élèves. Elles la réalisent en donnant accès à des ressources documentaires répondant aux besoins des collégiens et des professeurs pour les enseignements et les apprentissages, en offrant des espaces de travail ainsi qu’en dispensant des formations pour améliorer les compétences informationnelles des élèves. Les bibliothèques universitaires répondent, quant à elles, à la même mission générale que celles du collégial. Cependant, l’échelle — nombre de documents, budget d’acquisition, nombre d’étudiants et niveau d’avancement des connaissances à acquérir — est beaucoup plus grande. Les activités de recherche des professeurs et des étudiants des cycles supérieurs (maîtrise et doctorat) nécessitent l’acquisition d’une documentation très spécialisée et à la fine pointe des développements à l’échelle internationale. Au sein d’une université, la bibliothèque a un statut particulier. Elle est souvent le lieu de rassemblement des étudiants et constitue le cœur du campus. Depuis quelques années, la majeure partie de la documentation acquise et utilisée par les professeurs et les étudiants des collèges et des universités est sous forme numérique. Ici encore, la bibliothèque n’est pas mise au ban en raison de l’arrivée d’Internet. On assiste plutôt à une renaissance des bibliothèques collégiales et universitaires. Une autre caractéristique distingue ces dernières, cette fois-ci par le statut des bibliothécaires, particulièrement dans les milieux anglophones, où ils sont considérés comme faisant partie du corps professoral. Cela implique pour ces bibliothécaires de mener des activités de recherche dans leur domaine. Les bibliothécaires des milieux de l’éducation travaillent souvent à l’extérieur des murs de la bibliothèque, soit par leurs enseignements en salle de classe, soit par leur présence dans les laboratoires de recherche.

22Les milieux spécialisés, pensons aux musées, organismes communautaires, associations, syndicats, organismes de presse, disposent également de bibliothèques pour leurs besoins spécifiques. Dans ces cas, la collection et les services sont constitués sur mesure et demandent aux bibliothécaires une grande polyvalence et de la souplesse dans l’élaboration des solutions à proposer. Ce sont souvent des milieux passionnants et motivants qui permettent aux professionnels de s’exprimer de façon originale en adaptant les outils bibliothéconomiques pour répondre à des besoins particuliers, avec parfois un minimum de ressources financières.

23Enfin, les bibliothèques privées se retrouvent notamment au sein d’entreprises des milieux d’affaires. Les grandes études d’avocats ainsi que les entreprises pharmaceutiques disposent habituellement d’une bibliothèque ou d’un service de documentation. Il existe aussi des bibliothèques privées dont la mission s’apparente aux bibliothèques soutenues par des fonds publics. Par exemple, la bibliothèque du Centre canadien d’architecture de Montréal, bien que privée, donne aux chercheurs accès à ses collections spécialisées consacrées à l’histoire de l’architecture et à l’environnement bâti. Elle comprend quelque 215 000 volumes, notamment des livres rares et des collections spéciales portant sur la théorie, la pratique et l’histoire de l’architecture, du xve siècle à nos jours. En plus d’être un pôle d’attraction de chercheurs internationaux, cette bibliothèque constitue un complément riche des collections sur le même sujet des bibliothèques universitaires.

Les bibliothèques, institutions du service public

24Ce panorama atteste que les bibliothèques sont le plus souvent des institutions du service public. Il s’agit là, pour le Québec à tout le moins, d’une situation pas si ancienne. Jusqu’aux années 1960 et à la Révolution tranquille, la majorité des bibliothèques du Québec était des bibliothèques paroissiales installées avec les moyens du bord dans les sous-sols d’églises sous la férule du clergé qui y exerçait sa censure et donnaient accès à une collection famélique. En 1903, Montréal refuse une subvention de la Fondation Carnegie, du riche Américain qui a institué un programme de construction de bibliothèques publiques dans toute l’Amérique du Nord et au-delà. Cette décision a été justifiée par des motifs tant religieux que linguistiques et socioéconomiques. 2 509 « bibliothèques Carnegie » ont été construites aux quatre coins du monde, dont 125 au Canada, mais aucune pour les collectivités francophones du Québec. Cet épisode déshonorant de notre histoire n’est qu’une des illustrations des raisons pour lesquelles le Québec a été longtemps à la traîne en comparaison d’autres sociétés modernes en matière de bibliothèques et de lecture publique.

25Aujourd’hui, les bibliothèques appartiennent aux collectivités et leurs dirigeants occupent des fonctions officielles : il s’agit du directeur d’une école et son conseil d’établissement, d’un vice-recteur ou d’un provost nommé par un recteur ou un président d’université, d’un maire et de son conseil de ville, ou encore d’un ministre pour ce qui est des bibliothèques nationales.

26Les bibliothèques obtiennent la quasi-totalité de leurs budgets des institutions ou des gouvernements nationaux ou locaux. De ce fait, elles sont sensibles aux aléas des priorités politiques et des situations de crise que les sociétés traversent. En 2012, l’exemple de la Californie, qui coupe 100 % du budget de ses bibliothèques publiques, est saisissant, comme celui de la Grande-Bretagne du gouvernement de David Cameron, qui fait un retour en arrière en abandonnant son réseau de bibliothèques publiques pour le confier aux bénévoles des églises et des œuvres caritatives.

27La non-intervention, voire l’indifférence, peut aussi constituer un défi pour les bibliothèques du fait de leur rattachement aux instances politiques. Il arrive à des bibliothécaires de se faire dire par des élus, par pure bravade ou avec sincérité, qu’on ne voit pas trop à quoi peut servir une bibliothèque. Démontrer l’évidence n’est jamais chose aisée. Dans de semblables situations, la démonstration de l’utilité de la bibliothèque et des services des bibliothécaires est souvent plus efficace que la rhétorique. Les usagers et les citoyens sont les meilleurs alliés pour convaincre de l’importance et de la valeur d’une bibliothèque.

28Les missions et les services des bibliothèques vont dans le sens de l’intérêt général, car elles sont souvent un outil pour la réalisation d’un projet politique. D’une certaine manière, elles participent à ce que les politiques identifient comme une « obligation nationale », dans l’intérêt général de la population. Voici deux exemples pour le Québec et la Norvège.

29Chaque année, l’État québécois octroie aux bibliothèques municipales des budgets d’acquisition spécifiques à l’achat de livres publiés par des maisons d’édition québécoises. Par ailleurs, depuis 1979, les acheteurs institutionnels, dont les bibliothèques, doivent se conformer à la Loi sur le développement des entreprises québécoises dans le domaine du livre qui rend obligatoire l’achat des livres dans des librairies agréées de la région où se trouve la bibliothèque. Cette mesure assure le maintien d’un réseau de librairies de fonds de qualité sur tout le territoire québécois. Elle reconnaît et confirme le rôle des bibliothèques pour le soutien des librairies. Plusieurs bibliothécaires étendent cette responsabilité, sans que ce soit inscrit dans la loi, au rôle qu’ils ont à jouer pour soutenir les librairies indépendantes, par rapport aux grandes chaînes.

30Dans un tout autre ordre d’idées, la Norvège, par des mesures visant à encourager la production et l’édition d’œuvres poétiques, décerne, d’une part, des bourses « à vie » pour les poètes et, d’autre part, l’État achète systématiquement 1 000 exemplaires des livres de poésie publiés pour les collections des bibliothèques municipales.

31Ces exemples démontrent l’importance pour le bibliothécaire de développer des habiletés politiques, ce qui est évidemment à distinguer de « faire de la politique ». Se garder de toute implication politique demeure de mise, pour le bibliothécaire comme tout employé du service public.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search