Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Première partie. La société du dessous

Chapitre 1. Le « régime des assommeurs nocturnes »

De l’anonymat au dévoilement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De cet ensemble d’exactions attribuées à une bande unie et organisée, les journaux de l’époque portent de très nombreuses traces. C’est à cette couverture médiatique des événements qu’est consacrée la première section de ce chapitre. Il est en effet possible de répertorier, dans la presse périodique, la plupart des crimes ayant été imputés, dans les années 1830, à la bande de Charles Chambers, groupe dont l’identité précise est évidemment le fruit d’une mise en récit postérieure aux événements. Car au moment où ils sont commis, ces crimes demeurent pour l’essentiel des crimes sans nom et sans visage, perpétrés par des auteurs inconnus et formant une entité nébuleuse, une bande indéfinie — plutôt que celle-ci ou celle-là. On verra, dans la deuxième portion de ce chapitre, que cette invention rétrospective de la bande uniforme et organisée doit beaucoup à la mise en récit du fait divers opérée par François-Réal Angers dans Les révélations du crime, publiées dans les mois qui ont imméd...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search