Version classiqueVersion mobile

La communauté du dehors

 | 
Alex Gagnon

Première partie. La société du dessous

Les brigandages de 1834 et 1835

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous ne détruisons pas simplement nos ennemis, nous les changeons.
George Orwell
1984

Pendant l’été de 1834, et surtout après la cessation du choléra, vers l’automne de la même année, Québec fut le théâtre d’un fléau non moins alarmant que celui de l’épidémie. Des vols, des assassinats, des bris de maisons, des profanations et des sacrilèges se succédèrent avec une inconcevable rapidité et jetèrent l’épouvante dans tous les rangs de la société1.

Cet « état de choses, poursuit l’auteur de cette frénétique description, se prolongea jusqu’au printemps de 1835 » (RC, 27). Ces lignes sont tirées de l’incipit de l’un des premiers récits romanesques de la littérature québécoise, Les révélations du crime ou Cambray et ses complices, des « chroniques canadiennes » rédigées par François-Réal Angers et publiées à Québec en 1837. Le « fléau » qu’évoque impétueusement le narrateur renvoie à l’une des plus retentissantes histoires criminelles du XIXe siècle2.

En 1833, alors qu’il travaille au port de ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search