Version classiqueVersion mobile

Profession bibliothécaire

 | 
Guylaine Beaudry

1. Un champ de pratique des sciences de l’information

Texte intégral

1Définir une discipline est toujours périlleux. L’exercice est particulièrement risqué à un moment où les frontières s’estompent et qu’une redéfinition est en cours. Le numérique entraîne des bouleversements majeurs dans tout ce qui touche la pratique des bibliothécaires. Loin de constituer une menace, cette nouvelle ère numérique est génératrice d’un renouveau enthousiasmant de la discipline, de la profession et de la raison d’être des bibliothèques.

De la bibliothéconomie…

  • Je suis étudiante à la maîtrise en bibliothéconomie.
  • Hum… intéressant. Mais c’est quoi au juste la bibliothéconomie ?

2Tel est le début d’un dialogue connu de plusieurs bibliothécaires.

3Lorsque de telles questions se posent, il est souvent utile de recourir à l’étymologie. Le terme « bibliothéconomie » est une composition des mots « bibliothèque » et « économie », du grec oikonomos, puis du latin œconomia, « organisation, disposition ». Selon le Trésor de la langue française, il s’agit de la discipline groupant l’ensemble des connaissances et techniques qu’exige la gestion d’une bibliothèque.

4La bibliothéconomie est donc un champ de pratique et non une science. Son objet est la bibliothèque, comme lieu physique et comme espace numérique. Elle se rattache aux sciences de l’information, que nous définirons dans la prochaine section de ce chapitre, où elle puise des théories et des résultats de recherche pour le développement et l’amélioration des services qu’elle offre.

5Cette définition de la bibliothéconomie comporte quatre composantes qui interagissent entre elles : les collections, la bibliothèque comme lieu physique, les usagers ou clients et les savoir-faire bibliothéconomiques.

6Les collections des bibliothèques sont multiformes. Elles comportent souvent plus de documents numériques que d’imprimés, en plus d’autres supports (enregistrements sonores, jeux, ouvrages en braille ou microformes).

7Contrairement à ce que certains prophètes de malheur ont pu annoncer, l’arrivée d’Internet et du Web n’a pas diminué la pertinence des bibliothèques comme lieux physiques. Les exemples de fréquentation record et de construction de nouvelles bibliothèques sont légion, au Québec comme dans plusieurs pays.

8Les usagers ou clients constituent la troisième composante et le socle de notre définition de la bibliothéconomie en ce qu’ils déterminent toutes ses actions. La définition de la mission, la planification stratégique, le développement des collections, l’aménagement des lieux, les services, les heures d’ouverture, et plus encore, toutes les décisions se prennent en fonction des usagers et des clients. L’offre de services se définit et évolue en tenant compte des réalités d’une collectivité et d’un public, et de leurs besoins. La bibliothèque, ses collections et ses services varient selon qu’ils sont destinés à des enfants, à des étudiants d’une université et à des chercheurs, ou à une communauté au sein d’une ville. Une université offrant des programmes de médecine ou de droit commande des collections particulières. Une bibliothèque de quartier dont la population est plus âgée ou une autre construite dans un nouveau quartier où vivent de jeunes familles nécessitent des collections et des services qui leur sont propres.

9Le quatrième et dernier élément de la définition repose sur les savoirs et les savoir-faire bibliothéconomiques. Marc Joanis, mon premier patron à l’Université de Montréal, m’a dit un jour que la nature généraliste de la profession l’avait incité à devenir bibliothécaire. Il avait raison. Le quotidien du bibliothécaire est fait d’activités résolument pluridisciplinaires et variées. Les savoir-faire bibliothéconomiques ont trait à l’organisation des publications et de l’information, sur tout support — manuscrit, imprimé ou numérique —, au choix des acquisitions de ressources documentaires, à leur classification, leur conservation et leur diffusion. La dimension économique de ces activités, de manière générale, mais particulièrement le choix et l’acquisition, est d’une grande importance. Pour un bibliothécaire ayant des responsabilités de gestion, les considérations budgétaires sont très présentes, en plus de plusieurs autres aspects : la gestion de plusieurs types de personnel (commis, techniciens et professionnels), le développement de services et de projets de collaboration avec d’autres bibliothèques, la représentation de la bibliothèque au sein de l’établissement, de la ville, et, surtout ces années-ci, la définition des nouveaux modèles pour l’évolution des bibliothèques.

10La capacité de collaboration et de travail en commun des bibliothécaires est remarquable. Par les associations professionnelles locales, nationales et internationales, ils élaborent des normes pour presque toutes leurs activités. Par exemple, à toutes ces échelles, les bibliothèques collectent des statistiques comparables sur leurs activités et leurs collections, qu’elles rendent le plus souvent disponibles en ligne. Tout citoyen peut prendre connaissance du nombre de prêts de livres dans les bibliothèques publiques ou universitaires du Québec, du budget annuel d’acquisition selon les ressources imprimées ou numériques, ou encore du nombre de questions posées dans chacune des bibliothèques.

11Pour résumer, la bibliothéconomie est un champ de pratique dont la raison d’être est d’offrir des services et des collections pour répondre aux besoins d’information, de culture et d’éducation d’une collectivité.

12Elle s’enseigne dans des programmes de deuxième cycle (maîtrise) de quelques-unes de nos universités. Par ailleurs, les bibliothèques ne sont pas seules sur l’échiquier du monde de l’information, de l’édition et de la documentation. Avant d’aller plus loin dans la présentation de la profession, situons la bibliothéconomie et les bibliothèques en les rattachant à la discipline que sont les sciences de l’information.

… aux sciences de l’information

13L’univers des sciences de l’information est celui de l’information consignée, sans égard au support. Elles consistent en l’étude des systèmes, des produits et des méthodes de collecte, d’organisation, de conservation, de recherche et de diffusion de l’information. Par son objet, l’information, elles ne sont pas liées à un lieu propre, bibliothèque ou autre. Leur finalité est de répondre aux besoins d’information présents et à venir, en tout lieu, peu importe le contexte.

14Les sciences de l’information sont nées de la pratique professionnelle des bibliothécaires dans les années 1960 aux États-Unis, là où on voit apparaître le terme information science. Peu à peu, le courant des iSchools, mot désignant les départements universitaires où sont enseignées les sciences de l’information, s’installe. Dans le même mouvement, les sciences de l’information se sont affranchies de la bibliothéconomie, qui se définit mieux comme un champ de pratique.

15La bibliothéconomie se trouve ainsi dans un ensemble plus vaste et opère une transition des sciences humaines, auxquelles elle était rattachée avant les années 1960, aux sciences sociales, qui constituent la famille disciplinaire des sciences de l’information. Cette discipline est relativement jeune et ses objets de recherche rendent généralement incontournable une approche interdisciplinaire. Dans tous les cas, les sciences de l’information sont intéressées par les différentes formes d’expression de la pensée, leurs modes de consignation et de communication ainsi que par leurs usages.

16L’informatique est souvent couplée aux sciences de l’information. On peut dire qu’elle élabore l’infrastructure des systèmes documentaires et que les sciences de l’information s’intéressent aux contenus, au contexte et à la mise en relation des objets qui les composent. Outre l’informatique, les disciplines connexes sont les sciences cognitives, l’économie, la sociologie, l’histoire, la linguistique, les sciences de la gestion et celles de la communication. Pour donner une idée plus précise, évoquons quelques exemples de questions qui intéressent les chercheurs des sciences de l’information.

17L’économie de l’édition porte sur les enjeux économiques du monde éditorial, tant en ce qui concerne les éditeurs indépendants et les grands groupes éditoriaux internationaux que les autres acteurs de la « chaîne du livre », notamment les bibliothèques. On appelle chaîne du livre l’ensemble des acteurs de l’édition, les processus et le type de relations qu’ils ont entre eux : de l’auteur et de l’éditeur au distributeur qui met à la disposition des libraires des livres qu’ils vendent aux bibliothèques et à leurs autres clients. Avec l’arrivée du numérique, cette chaîne du livre se transforme en un réseau multipolaire. Ce faisant, les règles du jeu sont réinventées, particulièrement dans la médiation entre les acteurs. L’auteur peut entrer en contact directement avec ses lecteurs. La diffusion ne se limite plus à une relation univoque entre l’éditeur et son distributeur. Les mêmes contenus sont diffusés en ligne par une multitude de distributeurs. Ces transformations sont passionnantes à étudier du point de vue des changements dans l’économie de l’édition et deviennent également des objets intéressants à analyser selon une approche sociologique.

18Des travaux sont réalisés pour développer des outils de recherche efficaces dans les collections de documents multimédias (images en mouvement et son). La recherche d’information dans des systèmes documentaires multilingues présente des défis intéressants : peut-on, par exemple, les interroger par une seule requête en utilisant des mots en français, et obtenir comme résultats des documents pertinents en anglais, en espagnol, en allemand, en plus du français ?

19Ces exemples donnent un aperçu du rôle transformateur des technologies et des réseaux sur le monde documentaire. Cela constitue en soi un objet de recherche captivant pour comprendre comment, par exemple, la bibliothèque publique se transforme par l’intégration des technologies. Les citoyens disposant de plus en plus d’appareils mobiles (téléphones mobiles, tablettes électroniques, etc.) et d’ordinateurs, la bibliothèque publique devient accessible de partout et en tout temps, du bout des doigts.

20La construction de bibliothèques numériques est un autre chantier de la plus haute importance par les enjeux économiques et les défis techniques et politiques qu’elle pose. Elles deviennent un objet d’étude et de recherche prisé par les chercheurs des sciences de l’information. Plusieurs de leurs facettes peuvent être explorées, que ce soit la modélisation de ces énormes systèmes documentaires, l’élaboration des processus de numérisation, d’encodage, de traitement et de diffusion des documents numérisés ou la conception de leurs interfaces. On peut évoquer l’étude des structures du document et du texte en vue de la conception de systèmes documentaires, en particulier pour la représentation et le repérage d’information. Les conditions à mettre en œuvre dans de telles infrastructures pour assurer le respect des droits moraux et pécuniaires des auteurs constituent également des objets d’analyse et d’étude.

21Nous n’en sommes qu’à l’âge de pierre du numérique. Jusqu’à maintenant, nous n’avons réalisé qu’une simple translation de l’imprimé au numérique. Tout est encore à faire. Les bibliothèques numériques présentent des interfaces le plus souvent en deux dimensions et selon une séquence linéaire. Les résultats d’une recherche sont présentés sous forme textuelle, au moyen d’une liste. Si nous faisons un instant le parallèle avec les jeux vidéo et leur évolution fulgurante au cours des 20 dernières années, il est permis de penser que les bibliothèques numériques pourront bénéficier de cette créativité en matière d’interface. Pour sortir de l’espace linéaire et textuel, il serait intéressant pour les concepteurs de bibliothèques numériques de s’allier les développeurs de jeux vidéo afin de quitter les sentiers battus et d’imaginer de nouvelles représentations des contenus, des documents, des images, des objets numérisés et numériques. Une interface tridimensionnelle représentant les différents types de relations entre les documents serait beaucoup plus intuitive et en adéquation avec nos modes de pensée. Une recherche sur Samuel de Champlain pourrait mettre en relation des documents d’archives signés par lui, des représentations 3D de céramiques de la Nouvelle-France, une reproduction d’une toile du début du xxe siècle illustrant son arrivée à Québec, et des livres et des articles sur le fondateur de Québec. Pour mener à bien ces expérimentations et le développement de telles interfaces, des recherches en collaboration entre des chercheurs des sciences de l’information et des sciences cognitives peuvent mieux faire comprendre la réaction du cerveau et l’efficacité de la présentation des différents éléments d’information d’une interface.

22Ce genre de démarche avec les sciences cognitives s’intéresse également aux modes d’appropriation de l’information selon le support en comparant le taux de rétention ou encore la compréhension d’un texte ou d’un message entre différentes formes de représentation (imprimé, audio, lecture sur ordinateur, tablette tactile, ordiphone, etc.).

23Voici un dernier exemple de question à laquelle pourrait répondre ce type de démarche : de quelles manières le lecteur peut-il identifier (et différencier), par la simple consultation à l’écran, les différents types de documents publiés ? Alors que le dictionnaire, l’encyclopédie, le journal, la revue savante, le livre ou la bande dessinée prennent chacun une forme qui lui est propre dans sa facture imprimée et dans la présentation de son contenu, qu’en est-il au moment où ces différents genres passent à l’écran ?

24La gestion d’information stratégique (knowledge management) est un axe de recherche des sciences de l’information qui comprend un ensemble de stratégies à mettre en œuvre dans une organisation pour identifier, créer, organiser, diffuser l’information et les connaissances. La gestion d’information stratégique vise à aller au-delà de l’information consignée, en exploitant les connaissances développées par les individus ou dans les processus et les pratiques mêmes des organisations.

25Un autre centre d’intérêt des sciences de l’information est celui de l’analyse des données des livres, des articles et de leurs références bibliographiques. Ce type de recherche se rattache au champ disciplinaire de la bibliométrie. Ainsi, les chercheurs peuvent repérer les auteurs les plus cités parmi les publications qu’ils analysent et faire ressortir les réseaux de chercheurs sur un sujet en particulier. Les grands palmarès annuels des universités ont recours à ces méthodes pour classer les établissements.

26Il serait impossible de terminer cette énumération des grands thèmes de recherche des sciences de l’information sans mentionner ceux qui occupent les bibliothécaires et les chercheurs depuis déjà quelques siècles. Selon l’angle d’observation et les outils dont bénéficient les sciences de l’information, ces chercheurs continuent à contribuer à l’histoire des intellectuels et des idées ainsi qu’à l’histoire du livre, de l’édition et des bibliothèques. L’avènement du numérique dynamise les chercheurs intéressés par l’histoire contemporaine et offre des possibilités d’analyses historiques comparées des plus inspirantes.

27Les sciences de l’information s’inscrivent essentiellement dans une démarche interdisciplinaire pour étudier des phénomènes, des systèmes et des objets liés au monde de l’information et de la documentation, dans une perspective où on accorde la même importance aux technologies, aux humains et aux organisations.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search