Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Profession bibliothécaire

 | 
Guylaine Beaudry

Une profession aux mille visages

Texto completo

1Le fossé entre l’image et la pratique du bibliothécaire est profond. Quelle est la raison d’être du bibliothécaire ? Quelle est sa contribution à la société ? Maintenant qu’Internet est bien entré dans nos vies, avons-nous encore besoin des bibliothèques et des bibliothécaires ? Voilà les questions auxquelles je cherche à répondre dans ce livre.

2La fonction de bibliothécaire a beaucoup évolué depuis l’Antiquité de la bibliothèque d’Alexandrie jusqu’aux bibliothèques numériques. La définition usuelle du terme (« personne qui travaille dans une bibliothèque », Le Grand Robert de la langue française) ne donne qu’une idée bien vague de cette profession aux mille visages.

3En ce moment, des bibliothécaires réalisent des activités ou assument des responsabilités telles que :

  • enseigner aux élèves comment chercher et évaluer des sources d’information et des publications de qualité ;
  • présenter l’« heure du conte » à un groupe d’enfants ;
  • procéder à l’évaluation de la valeur financière d’un fonds de livres anciens ;
  • participer à la numérisation du patrimoine éditorial d’une société ;
  • créer un système d’information Web et un site mobile à l’usage d’avocats spécialisés en droit du travail ;
  • implanter un programme de prêt de tablettes électroniques ;
  • négocier avec les représentants d’un réseau de bibliothèques pour la vente d’un service de catalogue centralisé ;
  • procéder à l’acquisition de livres imprimés et numériques, de DVD et de jeux vidéo ;
  • défendre et gérer un budget qui dépasse 30 millions de dollars annuellement et avoir sous sa responsabilité près de 300 personnes ;
  • participer à une réunion avec les acteurs sociaux d’un quartier difficile pour mettre en place des mesures favorisant la réussite et la persévérance scolaires des jeunes ;
  • travailler en collaboration avec un architecte et un ingénieur à l’élaboration du programme des espaces en vue de la construction d’une nouvelle bibliothèque.

4Je mesure la difficulté de présenter une réalité aussi complexe et différenciée. Je fais le pari de décrire cette profession riche de possibilités en présentant ses valeurs, ses responsabilités et ses actions, en levant le voile sur le plus grand nombre possible de visages de bibliothécaires.

5La pratique du bibliothécaire reflète son engagement dans une communauté. Cet engagement s’exprime de multiples façons, allant du développement de programmes d’alphabétisation, de programmes d’animation culturelle ou d’activités d’aide aux devoirs, jusqu’à la contribution à des mesures d’intervention sociale, le plus souvent en partenariat avec les acteurs sociaux d’une communauté. Il n’y a pas de limite aux services qu’un bibliothécaire peut créer pour faciliter l’accès à la culture et à l’information. Cela peut aller jusqu’à offrir un service de prêt de lunettes de lecture, comme certaines bibliothèques de Montréal le font, ou à faire entrer dans la bibliothèque des consoles et des jeux vidéo pour répondre aux besoins des adolescents et les mettre en contact avec un lieu de culture.

6Dans tous ses gestes au quotidien, le bibliothécaire incarne les valeurs universelles de la profession. La plus importante de toutes est de garantir le droit fondamental à la liberté intellectuelle, à la libre pensée, c’est-à-dire le droit d’accéder à toutes les formes d’expression des savoirs et de la culture, et d’exprimer ses pensées en public. Ce droit à la libre expression et à la liberté de conscience est le pilier sur lequel repose la Charte des droits du lecteur que les associations québécoises de la profession adoptaient en 1976 et qui n’a pas pris une ride depuis. Cette charte commande aux administrateurs et au personnel des bibliothèques de garantir et de faciliter l’accès à toute forme et à tout moyen d’expression du savoir, de garantir ce droit d’expression dans l’ensemble des services offerts et de s’opposer à toute tentative visant à limiter ce droit à l’information et à la libre expression. Cette dernière implique de reconnaître aux individus et aux groupes le droit à la critique, indispensable condition pour l’exercice d’une citoyenneté engagée.

7L’accès pour tous à l’information, le respect de la confidentialité, la protection des renseignements personnels des lecteurs ainsi que le respect de la liberté d’opinion et de pensée sont des valeurs fondamentales de la profession. Elles s’appliquent aussi aux collections en assurant la plus grande neutralité possible dans leur développement et leur classification.

8Bien que tous les bibliothécaires détiennent un diplôme de maîtrise en sciences de l’information, ce ne sont pas tous les diplômés de cette discipline qui pratiquent en bibliothèque. Les besoins de collecte, d’organisation et de diffusion de l’information sont présents dans toutes les institutions publiques et les entreprises privées. Dans cet ouvrage, je me limite à présenter ce bibliothécaire que nous pouvons définir comme le professionnel qui pratique en bibliothèque. Je ne veux en rien diminuer l’importance et le rôle des collègues qui œuvrent en d’autres lieux et que l’on désigne parfois par le titre de « professionnels de l’information ». Les raisons de ce choix tiennent aux particularités de cette pratique, des enjeux actuels importants pour la société qui mobilisent la profession, et parce que c’est le rôle le plus courant des diplômés des sciences de l’information et celui que je connais le mieux.

9Une bibliothèque, c’est beaucoup plus qu’un dépôt de livres et un service de prêt. Dans les mutations en cours, tant sociétales que technologiques, des enjeux majeurs apparaissent quant à l’accès à l’information et à la culture, à la numérisation de nos patrimoines, à leur préservation et à la perpétuation du développement du bien commun. Les bibliothécaires ont un rôle clé à jouer pour répondre à ces enjeux.

10Ce livre s’appuie sur deux axes principaux : les rôles et les responsabilités des bibliothécaires et les enjeux de la profession. Le premier chapitre porte sur la définition de la discipline. Le deuxième décrit différents milieux de pratique et les principales institutions documentaires. Le troisième présente plus particulièrement les responsabilités et les tâches du bibliothécaire. Le quatrième est consacré au numérique.

11Je suis devenue bibliothécaire en suivant les hasards et les bonheurs de mon parcours. Après des études collégiales et un premier cycle universitaire en musique, je me suis inscrite à la maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l’information en n’ayant qu’une idée parcellaire des possibilités de cette profession. Comme plusieurs de mes collègues, je faisais l’association entre les mots bibliothèque et bibliothécaire, sans beaucoup plus. Très rapidement, les cours, les discussions avec les professeurs et avec les étudiants, les rencontres avec les bibliothécaires déjà en pratique et mes lectures m’ont fait découvrir la vaste étendue de ma nouvelle discipline et ses innombrables possibilités.

12Le contexte particulier d’un passage d’une ère technologique à une autre fait de la période présente une des plus stimulantes qui soit pour être bibliothécaire. Je me rappelle l’émerveillement et l’excitation ressentis, au début des années 1990, alors que nos professeurs, mes collègues et moi découvrions ensemble les développements du Web. En particulier, je me suis intéressée au numérique et à la publication des revues et des livres en ligne. Nous discutions avec enthousiasme des moyens à prendre pour créer, enfin, une bibliothèque comportant tout ce qui a été publié. Nous avions l’impression que le temps était venu de réaliser ce rêve qui procurerait le « bonheur extravagant » dont parle Borgès dans « La Bibliothèque de Babel » et que le numérique rendrait possible la construction de la bibliothèque de tous les savoirs et de toutes les cultures. Arrivée au mitan de ma carrière, c’est encore ce rêve qui m’anime, comme plusieurs de mes collègues.

13Cette expertise développée en édition numérique m’a amenée à contribuer à la conception et à la réalisation d’une des premières plateformes d’édition de revues numériques, Érudit (www.erudit.org), à l’Université de Montréal. Les treize premières années de ma carrière, à la barre d’Érudit, ont été consacrées à numériser et à rendre disponibles le plus largement possible les résultats de la recherche publiés au Québec. Ainsi, j’ai été directrice d’une bibliothèque numérique, dont l’équipe était constituée de bibliothécaires, d’informaticiens et de techniciens en édition.

14À la suite d’un doctorat en histoire du livre portant sur la transition au numérique du système de communication scientifique, j’ai entamé en 2009 le second segment de ma carrière à la direction de la Bibliothèque Webster de l’Université Concordia. Mon travail consiste en la responsabilité d’une bibliothèque bâtie, très fréquentée et faisant face à un réel problème de pénurie d’espace. Dans le même temps, les enjeux liés au numérique sont toujours présents au quotidien, dans tous les services qui y sont offerts.

15À travers ce parcours, je me suis impliquée dans les associations professionnelles des milieux documentaires, notamment comme présidente de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec de 2008 à 2011, à l’Association pour l’avancement des sciences et techniques de la documentation, ainsi que par la création, avec quelques collègues, du Congrès des milieux documentaires du Québec, qui regroupe neuf associations professionnelles de bibliothécaires, d’archivistes et de techniciens en documentation. Cette implication est riche d’enseignements et de relations personnelles et professionnelles fructueuses. S’il est vrai que la réalité de chacun de nos milieux est bien différente, les discussions avec mes collègues des bibliothèques publiques, des commissions scolaires ou des milieux de l’entreprise m’amènent souvent à voir d’un œil différent les questions qui se posent dans mon propre milieu. Après tout, dans tous les milieux, le rôle du bibliothécaire est de mettre en relation des lecteurs et des publications ou de l’information, en utilisant la boîte à outils qui lui est propre et en respectant les valeurs de sa profession.

16Plusieurs personnes m’ont inspirée et aidée à un moment ou un autre de la rédaction de ce livre. Je pense en premier lieu aux bibliothécaires du Québec et d’ailleurs que j’ai croisés, et en particulier à mes collègues de l’Université Concordia, pour leur exemplaire dévouement et leur engagement à servir leurs lecteurs. Je remercie Gaston Bernier, Claude Bonnelly, Joanne Déry, Jocelyne Dion, Louise Guillemette-Labory et Stéphane Legault pour avoir partagé avec moi des moments de leurs pratiques. Le directeur des Bibliothèques de l’Université Concordia, Gerald Beasley, m’a permis de dégager un peu de temps à consacrer à l’écriture de ce livre. Je lui exprime ici ma plus vive reconnaissance pour ce privilège. Yvon-André Lacroix, Suzanne Payette et Guy Teasdale m’ont fait la grande amitié de lire et de commenter une version antérieure de ce texte. Je les remercie chaleureusement pour leurs bons conseils et les discussions intéressantes que nous avons eues. Toutefois, je reste seule responsable des erreurs et des omissions. Enfin, mon infinie tendresse et ma profonde gratitude vont à l’homme de ma vie, Gérard Boismenu, pour sa lecture intransigeante et toutes ces heures de discussion sur nos façons différentes, mais complémentaires, de vouloir changer le monde.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540