Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traits chinois/Lignes francophones

 | 
Guillaume Thouroude
, 
Rosalind Silvester

Autour de Gao Xingjian

Gao Xingjian cinéaste : traces d’ombres et recompositions transartistiques

Nathalie Bittinger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Écoute ! Quand tu ramasses des reflets de lumière, même dans un marécage, que c’est beau !
– En fait, tu ne récupères rien d’autre que de la saleté.
– Peu importe, ce qui compte pour toi, c’est ce geste-là, et tu te contentes de ce moment où tu ramasses les reflets sans savoir la suite. Et ce que tu cherches, c’est juste ce sens du beau, l’ultime sens qui subsiste dans l’univers1.

Comment parler de ce qui ne se laisse pas raconter et se déploie avec une telle densité visuelle et signifiante ? Les films de Gao Xingjian provoquent une déterritorialisation des images et de l’œuvre d’art, hors de tout chemin balisé. Relevant du « cinéma-écriture2 », ils mettent à mal des logiques de vision trop automatisées et redéfinissent le pacte avec le spectateur comme la place accordée à celui-ci, puisqu’il est incité à devenir « cocréateur » de la construction du sens fuyant, jamais donné comme tel ni imposé. Le cinéma de Gao est un cinéma de l’écart et du fragment, de la brisure, une œuvre rare, co...

Auteur

Agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française, est chargée de cours à l’Université de Lille. Sa thèse, Failles d’historicité, consiste en une approche sociocritique et sémiotique conjointe des cinémas chinois contemporains. Elle enseigne les littératures et cinémas de l’Extrême-Orient à l’Université de Lille après avoir enseigné à l’Université Paris 8. Elle est, par ailleurs, l’auteure de 2046 de Wong Kar-wai (Paris, Armand Colin, 2007).

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540