Version classiqueVersion mobile

Traits chinois/Lignes francophones

 | 
Guillaume Thouroude
, 
Rosalind Silvester

Autour de Gao Xingjian

La vitre brisée dans l’encre de Chine : Gao Xingjian et le cinéma

Entretien effectué le 28 mars 2010

Nathalie Bittinger et Guillaume Thouroude

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Gao Xinjiang, vous nous faites le plaisir de nous accorder cet entretien sur votre travail cinématographique, autour des deux films que vous avez réalisés La silhouette sinon l’ombre (2003) et Après le déluge (2008).

Tout d’abord, pouvez-vous nous dire quel était votre rapport au cinéma, avant que vous ne fassiez vous-même des films ? Et pour commencer, on peut rappeler que lorsque vous viviez en Chine, vous aviez écrit sur la Nouvelle Vague…

Je n’ai pas écrit d’article, mais j’ai présenté la Nouvelle Vague française. J’ai fait une série de conférences. Je parlais de la projection, des films d’auteurs, par exemple India Song de Marguerite Duras. La cinémathèque de Chine, à Pékin, était réservée aux cinéastes. Après la mort de Mao Zedong, tout était bloqué. Après la fin de la prétendue Révolution culturelle1, on était en pleine révolte littéraire. Quand on a pu reprendre toutes ces activités-là, on avait soif de connaître ce qui se passait dans les autre...

Auteurs

Agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française, est chargée de cours à l’Université de Lille. Sa thèse, Failles d’historicité, consiste en une approche sociocritique et sémiotique conjointe des cinémas chinois contemporains. Elle enseigne les littératures et cinémas de l’Extrême-Orient à l’Université de Lille après avoir enseigné à l’Université Paris 8. Elle est, par ailleurs, l’auteure de 2046 de Wong Kar-wai (Paris, Armand Colin, 2007).

Enseigne à la Queen’s University de Belfast. Son doctorat a porté sur la théorie des récits de voyage contemporains en langue française. Il a enseigné la littérature française en Chine, à l’Université de Nankin et à l’Université Fudan à Shanghai, de 2004 à 2008. Auteur de conférences et d’articles, dont « Towards Generic Autonomy : The Récit de Voyage as Mode, Genre and Form », dans Studies in Travel Writing, vol. 13, n° 4, décembre 2009, p. 381-390, il est aussi l’auteur de Voyage au pays des Travellers. Irlande, début du XXIe siècle, Paris, Cartouche, 2012.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search