Version classiqueVersion mobile

Traits chinois/Lignes francophones

 | 
Guillaume Thouroude
, 
Rosalind Silvester

Généalogies de la francophonie chinoise

La littérature transculturelle franco-chinoise ou comment réinventer la République des Lettres

Ileana Daniela Chirila

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1987, Ya Ding, un écrivain chinois exilé à Paris deux ans auparavant, publie son premier roman écrit directement en français, Le sorgho rouge ; par la suite il est promptement catapulté par les médias au rang de phénomène littéraire, en raison de sa grande maîtrise du français, langue censée être difficile pour un Chinois. Mais entre cette année-là et 2003, où le prix Femina est accordé à Dai Sijie pour Le complexe de Di, plus de quinze distinctions littéraires majeures iront à des auteurs que la critique appelle « écrivains franco-chinois ». Ya Ding, présenté à l’époque de son premier roman comme « le plus français des écrivains chinois », n’est donc plus l’exception, mais le membre d’une importante communauté d’écrivains chinois qui ont choisi la France, parmi lesquels François Cheng, Shan Sa, Dai Sijie, Gao Xingjian, Chow Ching Lie. À ceux-ci s’ajoutent d’autres qui écrivent en français, mais vivent ailleurs, comme Ying Chen (Canada) ou Wei Wei (Grande-Bretagne). Cette communa...

Auteur

Enseigne la langue et la littérature française à la Wake Forest University et est doctorante à la Duke University. Sa thèse porte sur la littérature transculturelle contemporaine en français, produite par des écrivains nés dans des pays non-francophones. Son article le plus récent, « Enseigner la littérature franco-chinoise aux États-Unis, ou comment relativiser la marginalité », a été publié en juin 2011, dans Le Langage et l’Homme, vol. 46.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search