Version classiqueVersion mobile

De ce qui agit à ce qui voit

 | 
Nishida Kitarō

Partie 2

Chapitre 7. Le lieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Notice

Selon l’interprétation habituelle de cet essai, le concept qui influença de manière déterminante la formation de celui de « lieu » est la chôra platonicienne. Considérant l’importance du concept de « champ de force » (auquel nous avons fait allusion dans la « Notice » précédant le troisième essai) sur une compréhension du caractère englobant du lieu, il est nécessaire de tempérer d’entrée de jeu cette influence platonicienne, comme Nishida s’empressa d’ailleurs de le faire lui-même dès le début de l’essai « Le lieu » : « Suivant le langage du Timée de Platon, j’appelle “lieu” cette chose dont on devrait aussi dire qu’elle reçoit les idées. Évidemment, l’espace platonicien, le lieu qui reçoit, n’est pas identique à ce que j’appelle le “lieu” »1.

Dans ce passage, l’auteur utilise le même mot « lieu » (場 所) pour désigner soit la « place » platonicienne ou réceptacle des idées, soit sa propre conception. Mais il est évident que le sens qu’il accorde à ce mot diffère, suivant qu’il ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search