Version classiqueVersion mobile

De ce qui agit à ce qui voit

 | 
Nishida Kitarō

Partie 1

Chapitre 1. Ce qui est donné directement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Notice

Comme son nom l’indique, ce chapitre initial traite du donné. Être donné signifie d’abord être donné à quelque chose, c’est-à-dire en premier lieu au « moi ». Le moi dont il s’agit ici est celui de la pensée. Quant au donné, il n’est évidemment pas la pensée, mais l’expérience qui la précède. En d’autres termes, ce qui est donné au moi pensant n’est autre que le monde de la réalité.

Une fois définis le « donné » et le « moi », Nishida se demande si la sensation, la perception et l’intuition artistique ne pourraient pas être considérées comme des choses données directement. Afin de répondre à cette question, il s’applique à définir chacun de ces termes. Au fil de ces définitions, le vocabulaire de Nishida s’oriente dès le début vers la logique d’englobement, centrée sur les concepts de contenu, de lieu et de transcendance.

S’attardant d’abord à la perception, il affirme qu’elle doit comporter en elle une signification objective, qu’elle doit contenir les objets objectifs. Elle n’...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search